Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 00:34

Pendant presque une semaine, je laisserai mon blog au repos.

Mais, là où je serai, je ferai des provisions de lectures et d'écritures.

Comme dit le FN au conseil municipal, "la culture, c'est bien gentil, mais faudra revoir ça!".

"Poètes, vos papiers!"

Papirrrr ... Schnell ...

Breuhhhhh .......

Du coup, avant que la culture ne soit interdite par les partisans frontistes, j'en profite. J'en fait une cure. Je rechercherai même un vaccin, ce serait le plus sûr! Le BCG (bonne culture générale).

A bientôt ...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 06:16

Un député dont tout le monde a oublié le nom  a été sanctionné financièrement pour avoir en séance appelé plusieurs fois la vice-présidente du moment "Madame le Président", malgré les protestations et rappels à l'ordre successifs de la dite dame dont tout le monde a oublié le nom. Je sais que beaucoup (faut-il dire beaucoupe ou beaucoute?!!!) sont attaché(es) à ce combat sémantique et euphonique, comme un symbole de la lutte pour la parité ( 'la parité, Monseigneur, la parité, Monseigneur! "comme aurait dit le Bossu pour la charité).

Cela m'attriste, comme de l'enfumage, car le vrai combat n'est pas là.

Il est dans l'accessibilté égalitaires aux fonctions. C'est la fonction de président qui prime.

L'autre jour, devant moi à l'audience, deux avocats, un homme et une femme, symboliquement et juridiquement indistincts sous leur robe noire identique: le premier dit à la seconde en parlant d'elle "mon excellent confrère", et personne, mais absolument personne du monde judiciaire présent de s'offusquer, quinze avocats femmes et dix avocats hommes défenseurs des droits. Ils ont compris que l'essentiel, c'est le job, la qualité, la compétence avant l'appellation.

Tiens, comment dit-on sage-femme, en masculin? Sage-fameux, sage-homme?

Ce sont vraiment les ombres de la caverne de Platon, des illusions, la réalité n'est pas là.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 09:00

Je pense sincèrement que la professionnalisation précoce de la classe politique, issue généralement de milieux privilégiés, biberonnée très tôt dans les cabinets et autres antichambres du pouvoir, a déconnecté de la réalité nombre de ses décideurs, qui ne savent pas, s'ils l'ont jamais su, ce qu'est la vraie vie, avec ses contraintes, ses difficultés à boucler les fins de mois, à élever des enfants, à gérer des divorces provoqués par les aléas économiques qui ont fracturé les couples, etc ...

Ainsi, dans le projet de loi de finances, Bercy (c'est qui?) propose à l'article 52 une suppression de l'aide personnalisée au logement (APL) que perçoivent les ménages modestes lorsqu'ils deviennent propriétaires (seuls ne l'auraient que ceux qui seraient victimes d'une diminution de revenus supérieure à 30% par rapport aux ressources mentionnées lors de la signature du contrat de prêt).

Vous imaginez les banques, encore plus aujourd'hui, faire passer des dossiers ric-rac sans l'apport de l'APL qui venait largement combler l'échéance?

Un tel projet veut donc dire:

1- plus de jeunes ménages en accession à la propriété avec la qualité de vie qui allait avec pour les enfants (jardinet, etc ...),

2- pénalisation du marché de l'immobilier et de l'emploi dans le secteur du bâtiment, qui n'avait pas besoin de cela.

Mais dans quel monde vivent-ils?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 01:48

Le journal local a consacré presque une page à la délinquance à Châtellerault. J'ai quelques idées sur la question, il me semble ...

J'y songe d'autant plus que je déjeunais hier à Tours avec Henri Gaumé, visiteur de prison, ancien chef d'entreprise engagé dans Emmaüs Touraine, que j'avais fait venir à Châtellerault pour travailler avec notre atelier  électoral sur la sécurité, en compagnie de Nadine Delcoustal, responsable pour la Vienne d'un grand service d'enquêtes sociales et de réparations. Quand je pense à l'énergie que nous avions déployée, aux projets concrets et avancés qui étaient les nôtres pour le mieux-être de nos concitoyens ...

Si les gens préfèrent en effet " l'immobilisme tranquille" comme dit Michel Guérin, après tout c'est le triomphe de la démocratie et on a celle que l'on mérite.

Vraiment, je ne mets pas en cause l'honorabilité ou la bonne volonté de ceux, élus et fonctionnaires, qui ont en charge ce secteur de la sécurité, mais, très sincèrement, il faut aller au-delà de la seule réponse aux symptômes de manière classique et être ingénieux, inventif, adepte d'un travail en réseaux public-privé finement activés, plus proche de la Justice aussi qu'on ne l'est actuellement (car ce n'est pas elle qui va venir à Châtellerault, , comme nous l'entendions, si nous ne la motivons pas politiquement et matériellement).

Police municipale, video surveillance, tout cela est quasiment inopérant sur la "vraie" délinquance, on le sait tous, non c'est le travail intelligent, profond, relationnel, sur l'habitat, sur les lieux de passage, sur les "victimes privilégiées" (femmes fragilisées, collégiens vulnérables, personnes âgées isolées,mineurs perdus,  etc ...), sur la prévention de la récidive par des peines ciblées, par un temps carcéral utilisé en vue du retour dans la cité, etc ... , c'est tout cela et plus encore (mon coeur de métier!) qui fait la différence.

Allez, encore 5 ans 1/2!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 07:05

Samedi soir, surprise de voir notre amie sarde entonner la Marseillaise qu'elle connaît par coeur alors qu'elle éprouve des difficultés en langue française, malgré beaucoup de progrès.

Au collège, en Sardaigne, jadis, dans les années 70, on lui avait appris à chanter la Marseillaise intégralement parce que la France était le pays de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Impressionnant!

Juste après, en voyant nos footballeurs français murmurer ou bouder notre hymne national avant France-Portugal, je me disais que de l'eau, et pas de la meilleure, avait vraiment coulé sous les ponts.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 01:05

La soupe à la grolle, c'était- jadis- la soupe au corbeau; il fallait avoir l'estomac vide pour s'en délecter.

Nos amis sardes, de passage, ont apporté pour la première fois une "grolla" -avec l'accent traînant sur les deux  l-; il s'agit d'un objet totalement en bois, se présentant comme une bouilloire, sans poignée mais avec un couvercle et plusieurs orifices destinés non pas à verser le liquide mais à le boire, à le suçoter, chaque convice repérant son "suçotoir".

Ah le liquide! La base, du café, puis par-dessus après les avoir portés à part à ébullition aves des quartiers d'orange, des eaux de vie différentes, de l'armagnac, du limoncello (digestif "maison" à base de citron réfrigéré), du piment, le tout versé dans la "grolla" et flambé. Commence alors un rituel rigollard et moqueur de "narguilé" par rasade quand la "grolla" -originaire dit-on du val d'Aoste- circule de mains en mains et de bouche en bouche. Une sympathique soupe -sarde- à la grolle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 08:47

C'était lundi dernier que vous lisiez ce message, adressé la veille par mail à la presse presque mot pour mot; à la fin de cet article, déjà je pressentais qu'il y aurait un risque de non-publication; cela n'a pas "loupé", comme d'habitude depuis plusieurs mois, mes articles sont censurés. Faut-il employer un autre mot? Ah! Liberté chérie de la presse! Un jour il n'y aura plus de presse quotidienne régionale en support papier, déjà en difficulté, faudra-t-il alors pleurer, dans quoi mettrons-nous nos épluchures de légumes et nos boyaux de poisson?!!! Faudra-t-il se rabattre sur la "pub" qui: envahit nos boites aux lettres?!!!

 

Voici l'article, je pense humblement qu'il ne manquait pas d'intérêt:

 

"Les syndicats d'eau du sud Vienne perturbent le bon ordonnancement de l'absorption de leurs homologues par le syndicat départemental unique sinon largement majoritaire selon la volonté de la préfète relayant la volonté gouvernementale.

Leurs arguments sont convaincants: ils contrôlent démocratiquement la ressource et l'approvisionnement de l'eau, ils assurent du travail à des gens vivant localement et l'eau, de très bonne qualité, coûte moins cher.

Lors de mes rencontres en sud Vienne avec Sophie Mellier pour les cantonales (il faut bien sûr lire: sénatoriales!), ces responsables m'ont aussi confié comment, avec humanité et tout le temps qu'il fallait, ils faisaient du recouvrement sur mesure, acceptant pour les retards et les impayés ce qu'aucun gestionnaire de "grande boutique" n'accepterait.

J'ai parlé, en ces terres excentrées et appauvries, du risque d'une fracture hydraulique qui s'ajouterait notamment à la fracture numérique qui isole encore plus ces populations.

Le PRG soutient cette lutte citoyenne, essentielle.

 

Nota: j'ai adressé une reformulation de ce texte à la presse hier. On verra ...".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 06:37

Ah! La bernache, que les bobos appellent le "vin bourru" (?) dans les estaminets des centres bourgeois, trône sur le zinc et sur les tables des cafés rustiques.

Un jour d'audience correctionnelle à Poitiers, assurant le Ministère public, j'avais du expliquer au président de l'époque, qui n'était pas originaire de notre région mais du Jurançon -l'heureux homme-, ce qu'était la bernache qui revenait plusieurs fois dans ses dossiers du matin (audience du matin, chagrin).

"Cela ressemble à du lait par une certaine blancheur, ça se boit comme du "petit lait" mais, Monsieur le Président,  c'est un breuvage diabolique, piégeant! Le jus de raisin qui fermente est traître, c'est de l'alcool!"

J'avais repris la parole dans un autre dossier similaire -il fallait ne pas répéter la même chose, c'était lassant- par une référence à Charles Baudelaire: "Enivrez-vous (le président écarquille les yeux), Il faut être toujours ivre. Tout est là. C'est l'unique question (son siège commence à s'abaisser d'un, deux crans!). Mais de quoi? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise".  Et là je quitte Baudelaire, au grand soulagement du président, pour continuer par: "Hélas, vous, vous avez choisi le vin, et pas la vertu, etc ...". La poésie, il est vrai, pouvait être suspecte ... Ce n'est pas le Poète de Beauregard qui me démentira!

Allez, vive la bernache! Avec des noix ou des châtaignes, c'est le Paradis en avancement! ... Le Paradis ... artificiel!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 05:22

Quelqu'un du monde politique me disait après mars dernier que j'avais eu raison avant l'heure en 2008 en voulant unir des forces représentant d'abord la société civile et non pas les partis politiques et ensuite en rassemblant des opinions diverses, de la gauche à une droite humaniste. L'erreur fut, à gauche, de ne pas comprendre que ce train intelligent ne repasserait pas une autre fois, et de le combattre plutôt que de le rejoindre. On sait ce qu'il advint.

Si l'équipe élargie que je conduisais avait gagné en 2008, avec nombre de gens de gauche mais non marquée politiquement de manière sectaire et binaire, elle aurait été reconduite en 2014, vu le contexte national -et des gens de gauche oeuvreraient aujourd'hui dans l'intérêt de la ville-.

Eh oui, mais c'est un peu tard maintenant de refaire le film à l'envers ...

J'y songeai l'autre soir au dîner-dansant des Châtelleraudais réunis, avec nombre de mes proches de 2008, dont certains repartis en 2014 avec votre serviteur à la suite de Michel Guérin, et des 2014 qui n'étaient pas proches de moi en mars dernier mais qui ont intégré l'indispensable qualité du recours à la société civile qui m'entoure. Les partis politiques ne seront rien sans elle. Mais la société civile pourrait faire sans eux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 04:10

J'ai toujours cru que l'humour discriminant et injuste relatif aux blondes réputées stupides et évaporées était lié à Marylin Monroe depuis "Les hommes préfèrent les blondes" et à quelques actrices américaines intervenant après elle sur le même style, avant d'être repris en boucle par nos humoristes franchouillards depuis au moins 20 ans.

Surprise en relisant dans le train "La guerre de Troie n'aura pas lieu" de Giraudoux, créé en 1935.

Hector, Demokos et Hecube parlent d'Hélène, symbole de beauté, qui est prisonnière chez eux, quand Hécube dit: "Alors, rendez-la vite aux Grecs, si vous voulez qu'elle vous la personnifie (nota: la beauté) pour longtemps. C'est une blonde."

Et Demokos de répliquer: "Impossible de parler avec ces femmes!"

Incroyable.

A moins que Giraudoux n'ait lu Anita Loos, auteur du livre écrit en 1925 qui inspira le film?

J'attends vos observations avec impatience!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article