Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 08:30

    J'annonce en effet aujourd'hui que j'ai remis au bureau national du Parti Radical de Gauche la proposition de ma candidature pour les élections législatives dans la quatrième circonscription de CHATELLERAULT-LOUDUN après délibération de notre fédération départementale. Plusieurs considérations me guident:

 

     -I- Des considérations générales:

 

     1-L'accord qui lie le PS et EELV sur une soixantaine de circonscriptions dont celle-ci n'est pas opposable aux Radicaux de gauche qui n'y sont pas partie. C'est la règle du jeu.

 

      2- Alors que François HOLLANDE, candidat des Socialistes et des Radicaux de gauche comme il l'a rappelé hier soir à France 2, est en mesure de devenir Président de la République, il serait pour le moins singulier que ses valeurs ne soient pas défendues, ni pendant la campagne présidentielle alors que je suis membre de son comité de soutien pour la Vienne, ni au surplus après sa victoire alors qu'EELV, pour différencier Eva JOLY, aura passé une grande partie de son temps à dénigrer la candidature HOLLANDE.

 

      3- Le chef du gouvernement désigné par François HOLLANDE aura besoin de s'appuyer sur une majorité unie et solidaire pour mener à bien les réformes indispensables au rétablissement de la France plutôt que de déjà devoir s'escrimer avec des partenaires-adversaires EELV qui lui méneront la vie dure pour obtenir divers avantages parlementaires ou ministériels.

 

      4- Les élections législatives ne sont pas de super-élections cantonales ou municipales mais s'inscrivent dans un dessein de politique nationale qui pose nécessairement l'aptitude du candidat à exercer cette fonction pleinement (travail en commission, spécialisation sur des sujets précis, prise de parole, positionnement dans le groupe parlementaire); les élections législatives ne sont pas  à mon sens une sorte de tour de piste des egos ou d'aide au financement des partis politiques.

 

       5- Un tel engagement exige bien  sûr une disponibilité et une clarté par rapport au cumul des mandats pour être un député efficace.

 

       -II- Des considérations personnelles:

 

       1- Pour espérer battre Jean-Pierre ABELIN, il est largement préférable d'avoir été déjà face à lui dans d'autres combats; je n'ai pas redouté de l'affronter aux élections municipales de 2008 alors qu'il disposait de moyens largement supérieurs aux miens à l'époque; je rappelle qu'au premier tour, en indépendant, j'avais dépassé avec mes équipiers 20% du scrutin alors que les listes poids lourds ABELIN et TONDUSSON étaient  chacune aux alentours du tiers et que la liste médiatique RABIT ne réalisait que la moitié de mon score; j'ai ainsi une légitimité directe aujourd'hui, et je jouis d'une totale liberté face à Jean-Pierre ABELIN, n'étant  au surplus que simple conseiller communautaire non indemnisé et non pas l'un de ses vice-présidents percevant une indemnité. Il est bien entendu  évidemment qu'indemnité n'est pas asservissement.

 

       2- Les Radicaux de gauche sont membres de l'équipe de campagne de François HOLLANDE: Jean-Michel BAYLET préside le conseil politique avec Martine AUBRY, mon ami Thierry JANTET dirige le pôle économie sociale et solidaire, Sylvia PINEL, députée de Tarn et Garonne, Guillaume LACROIX, vice-président du conseil général de l'Ain, Patrick MOLINOZ, conseiller général de Côte d'Or et bien d'autres y figurent en place active: je côtoie tous ces élus au comité directeur national du PRG, je discute avec Roger-Gérard SCHWARTZENBERG, ancien ministre,  Dominique ORLIAC, députée du Lot, spécialiste de l'agriculture, Raymond VALL, le sénateur-maire de FLEURANCE qui va présider la nouvelle commission sénatoriale du développement durable, etc...C'est important pour l'avenir de notre circonscription.

 

       3- Depuis 30 ans je suis au coeur de l'application de la loi dont l'élaboration constitue quand même le coeur du travail du député; j'ai acquis une compétence dans beaucoup de domaines: la famille, le handicap, l'économie, le commerce, la procédure évidemment, et j'ai  toujours oeuvré "au nom du peuple français" avec l'exigence intellectuelle de ce mandat implicitement confié.

 

      -4- Mes racines sont sur tout ce territoire, depuis Vincent BRAULT mon ancêtre de LA CHAUSSEE parti en Acadie, jusqu'à mon père, manuchard, en passant par mon grand père maternel né à SAINT LAON; mes activités judiciaires passées dans la Vienne m'ont fait arpenter ces paysages de la circonscription, parfois dans des affaires fort lourdes et médiatiques; être député c'est certes être député de la Nation, ce qu'on oublie souvent, mais avec l'assise d'un territoire dont on doit consulter régulièrement les acteurs et les habitants, ce que je m'engage bien sûr à faire et chacun sait que je m'y appliquerai.

 

        Je reviendrai plus en détails par la suite sur cet engagement, sur les valeurs que je défendrai, sur le choix de ma suppléante; je le ferai sans animosité particulière, avec même de l'estime pour certains des candidats et bien sûr avec humilité puisqu'on ne manquera pas de me rappeller, si je l'avais oublié, que la compétence n'est pas un critère dominant d'éligibilité.

 

      

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 21:00
Voeux de Gilles MICHAUD,

Conseiller Municipal "Châtellerault Uni en marche",

Président départemental des Radicaux de Gauche


Châtellerault souffre, et ce n'est pas fini.


Pour beaucoup de gens, les voeux ne peuvent plus rien signifier. Et pourtant !


    La crise nous oblige à revenir à l'essentiel, qui est d'assumer, chacun, toute notre responsabilité d'humanité et d'être plus que solidaire, fraternel.


   La politique de droite à l'ancienne, au mieux accompagnatrice, montre ses limites: il faut, vraiment, changer tout, et c'est ce pour quoi je me battrai en 2009 :   par mes nouvelles responsabilités politiques au comité directeur national du PRG combattre l'ultra-libéralisme et la politique de casse de Nicolas SARKOZY, et localement agir pour la refonte d'une vraie gauche unie, soucieuse seulement de la dignité et du mieux-être possible des Châtelleraudais.


Pour 2009 : ténacité, combativité, audace, espérance, fraternité.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 08:00

BLANC-Chantal.JPG


Dans la vie, il y a des rencontres que nous n’aurions jamais aimé faire et celles qui nous enrichissent.

Il est évident que Gilles Michaud appartient à la seconde catégorie.

C’est dans le cadre professionnel que j’ai fait sa connaissance, alors qu’il exerçait les fonctions de substitut du procureur chargé des mineurs, au Tribunal pour Enfants de Poitiers. Dans son rôle de magistrat du parquet, il a toujours su requérir en tenant compte des victimes mais également des jeunes.

Les jeunes délinquants que j’accompagnais ont toujours considéré ses réquisitoires sans concession, comme justes.

Gilles Michaud appartient à cette race de magistrat qui sait rendre la justice avec justesse.

Il n’est donc pas utopique de penser qu’il excellerait dans la fonction de Premier Magistrat de la ville de Châtellerault.

Châtellerault où il est né, dont il connaît chaque recoin. Il aime sa ville, et a su la faire découvrir à l’étrangère venue de Limoges que je suis.

Bien plus, cet homme de Culture incollable sur l’histoire de sa ville et de sa rivière a souhaité que nous travaillions ensemble sur le projet du : « Bateau des Bains » qui appartient à la mémoire collective de la cité.
La reconstruction de cette barge, avec l’aide de certains industriels, d’habitants en recherche d’emploi ainsi que de jeunes en difficulté, avait pour ambition d’accueillir en son sein : un restaurant d’application, une crêperie, une grande salle de séminaire et de concert.

Ce projet, porteur de dynamisme dans une ville qui s’endort, avait obtenu l’aval des pouvoirs publics comme : le Conseil Général, la Protection Judiciaire de la Jeunesse ; du Procureur de la République et du Sous Préfet en poste à l’époque. JJ Cocagne, architecte de l’Hermione à Rochefort, nous avait prêté gracieusement son concours. Certains élus de gauche de la ville, conscients de l’intérêt public avaient apporté leur soutien…Sauf, le Maire en place.
Sans l’accord de ce dernier, le projet ne pouvait plus aboutir !
Grâce à la présence de mineurs placés sur ce bateau par des magistrats européens, nous avions pourtant la garantie d'obtenir des fonds en provenance de Bruxelles.

Gilles Michaud est, il faut bien l’avouer, un homme politique au sens premier du terme c'est-à-dire « celui qui a la science de gouvernement des états », sa différence se traduit par ces mots : honnête homme, homme de progrès, homme de projets, démocrate.

Je conclurai ce témoignage par la phrase entendue, au mois d’avril, dans la bouche de Philippe Bertrant, animateur des « Carnets de Campagne » sur France Inter au sujet de Gilles Michaud :

« Nous sommes rassurés de savoir qu’il existe des hommes comme vous ! »

Repost 0
Published by Chantal BLANC - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 10:00

PINEAU-Philippe.JPG


Pour Gilles Michaud


Si par un jour d’automne je devais témoigner des engagements civiques et culturels de Gilles Michaud, je ne serais pas effrayé, même si des eaux de ma mémoire jaillissent les mots d’Arthur Adamov : « Témoin signifie martyr ».

 

En effet, nul écartèlement, nul déchirement, nulle fissure dans la chair et l’esprit lorsqu’il s’agit de dire clairement les combats pour les droits de l’Homme menés avec élégance et ténacité par Gilles Michaud.

 

Oui, bien sûr, nous savons qu’il possède le sens de la Justice ! Mais nous pouvons préciser que la dignité de chaque personne et de chaque citoyen reste un souci essentiel pour lui. Le respect des droits fondamentaux et universels est une exigence qu’il défend avec conviction et sincérité, avec une attention particulière pour les droits des enfants, si malmenés à notre époque.

 

Sa présence et sa parole sont des outils précieux dans la lutte pour l’égalité et les libertés. Les Châtelleraudaises et les Châtelleraudais ont pu s’en rendre compte lors des réunions publiques où l’on débattait des épouvantables lois de circonstances qui se sont succédé ces dernières années.

 

Mais il est un domaine où il excelle, c’est celui de la création poétique. Ses poèmes sont riches d’une ferveur et d’une tendresse humaine qui sont comme une réponse à la question : « A quoi bon des poètes en un temps de manque ? » C’est une poésie de la liberté. Et ce n’est pas un hasard si elle a été publiée dans la revue « Liseron » qui chaque année est offerte aux personnes détenues à la Maison d’arrêt de Poitiers. C’est une poésie ouverte sur la beauté du monde. Et ce n’est pas un hasard si Gilles Michaud participe tous les ans à la « Soirée palestinienne », en hommage au peuple de la terre le plus dépourvu de terre… et de droits.

 

Philippe Pineau

Repost 0
Published by Philippe PINEAU - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 10:00

Gilles-15.JPG 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 09:00

Pour vous permettre de connaître encore mieux Gilles MICHAUD, de le découvrir ou redécouvrir à travers d’autres regards, nous avons demandé à certains de ses proches de témoigner sur son blog.

A partir de ce week-end, vous découvrirez à travers des textes réguliers des aspects de sa personnalité, des prises de positions, des combats…

Nous remercions d’avance ses amis pour ces moments forts et restons à votre entière disposition soit par courriel : gillesmichaud2008@yahoo.fr soit dans nos permanences : 3 Place Dupleix ou 128 Grande Rue de Châteauneuf.

Repost 0
Published by Saul FERREIRA - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 10:45

070826-Pique-nique-Gilles-1.JPG

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article
26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 00:00
Je suis né le 25 février 1955 à CHATELLERAULT à la clinique Bon Secours.
Mon père était tourneur sur métaux à la Manufacture, qu'il quittera peu avant sa fermeture pour être embauché à la SFENA, ancêtre de SEXTANT-THALES, où il exercera en qualité d'agent de maîtrise. Ma mère comme beaucoup de femmes à cette époque-là, n'avait pas d'emploi à l'extérieur, mais s'activait dans les nombreuses tâches domestiques et l'éducation de ses enfants; j'ai en effet une soeur, Gisèle, née en 1959, actuellement directrice d'école à VAUX SUR VIENNE.
Mes origines sont à la fois ouvrières et paysannes puisque, dans cette campagne de l'est Châtelleraudais que je connais par coeur, mes grands-parents étaient, du côté de ma mère, des métayers et, du côté de mon père, de modestes propriétaires terriens que la terre ne suffisait pas à faire vivre, mon grand-père travaillant également chez le volailler MASSONNEAU pendant de très longues années.
J'ai également des racines acadiennes par ma branche paternelle, bouclant tout un cycle de près de 150 ans entre le départ de la Chaussée de Vincent BRAULT et le retour de certains de ses descendants, déportés par le Grand Dérangement des Anglais à partir de 1755, jusqu'à leur installation sur la ligne acadienne entre ARCHIGNY et LA PUYE.
Mon grand-père maternel, Alphonse GALICE, fut conseiller municipal sous l'étiquette SFIO dans l'équipe conduite à l'époque par Pierre ABELIN entre 1959 et 1965; j'étais toujours impressionné par ses départs pour la mairie, l'hôtel de ville me paraissait un palais immense; peut-être ai-je pris dès mon enfance, grâce à lui, ce goût pour la chose publique, avec ce mélange d'humilité et d'honneur.
Deux autres personnes comptèrent beaucoup pour moi à CHATELLERAULT, mes cousins André ARCHAMBAULT et son épouse Gisèle, née MIGNON; André, marchand de bestiaux rue de la Chevretterie, me conduisait aux champs de foire, le long de la Vienne et à l'emplacement approximatif de la place actuelle de Castellon, avenue Pierre ABELIN; il était également, dans ces moments-là, le président du SOC, et les anciens se souviennent de sa silhouette altière dans les anciennes tribunes en bois de la Montée Rouge; Gisèle, présidente de plusieurs associations et en particulier de la Visite dans les Hôpitaux et de l'APAJH, m'a appris à connaître les personnes âgées et les personnes handicapées, à côtoyer leurs familles et à comprendre leurs problèmes; je ne suis donc pas devenu à un moment donné juge des tutelles par hasard.
Je suis éminemment redevable aux miens, grands-parents, parents et cousins, de m'avoir transmis toute une richesse d'esprit, de coeur et d'engagement; des maîtres ont eu aussi un rôle essentiel dans ma construction, Monsieur PERES à l'école Henri DENARD, Monsieur BIZE à DESCARTES puis BERTHELOT, le professeur Jean PRADEL, issu de CHATELLERAULT, à la Faculté de Droit de POITIERS où j'ai obtenu, sous sa présidence, mon titre de Docteur en Droit avec une dominante pénaliste.

Ma vie familiale :

Je suis marié depuis 1980 ; mon épouse est directrice d’association ; nous avons 3 enfants âgés de 23, 21 et 16 ans ; le deuxième, Pierre, fait partie des anciens moins de 19 ans du CRAC, le club de rugby de notre ville, vice-champions de France en 2003 à OBJAT.

Mon parcours professionnel :

Après une période très douloureuse de pratiquement 1 an de chômage après mon service national dans l’Artillerie à HYERES et un passage de quelques mois dans un service départemental de médecine du travail comme secrétaire général, j’ai réussi les épreuves d’entrée au concours de l’Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire alors à FLEURY-MEROGIS, en 1982, assurant, après la scolarité et des stages à FRESNES et SAINT MARTIN de RE, la fonction de sous-directeur de la Maison Centrale de CHATEAUROUX-SAINT MAUR de 1983 à mi-1986, établissement le plus difficile de France, comptant 400 détenus dont une centaine à perpétuité et d’anciens condamnés à mort ; chargé de toute la vie intérieure, j’étais notamment responsable du travail pénal (une véritable zone industrielle), de la sécurité et de tous les aspects socio-éducatifs et culturels, de l’alphabétisation aux doctorats, en lien avec la Faculté de JUSSIEU et son vice-président Alain GEISMARD puis celle de TOURS et son vice-président Jean GERMAIN, depuis maire de la ville ; j’ai pu rencontrer des personnes extraordinaires : Yves COPPENS, François FURET, Hubert REEVES, le père Guy  GILBERT, le curé des loubards, et beaucoup d’artistes qui acceptaient de déserter le Printemps de BOURGES pour se produire à la Centrale.
En 1986, fort de cette expérience professionnelle incomparable et parfois redoutable, j’intégrais la Magistrature, occupant la plupart des postes possibles du Siège et du Parquet, d’abord dans l’entier ressort de la Cour d’Appel, puis à l’Instruction à POITIERS jusqu’en 1991, à CHATELLERAULT même au Tribunal d’Instance jusqu’en 1993, à POITIERS en tant que substitut des mineurs jusqu’en 2002 et enfin au Tribunal de Grande Instance de BRESSUIRE en qualité de vice-président, ayant notamment en charge la présidence des audiences correctionnelles et du Tribunal de Commerce ; je sais malheureusement quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises.
Cette période judiciaire avait été interrompue à ma demande par un détachement de deux ans de mi-1993 à mi-1995 en qualité de maître de conférence en droit à l’Université de POITIERS avec une affectation au Département Techniques de Commercialisation du site Châtelleraudais de l’IUT de POITIERS qu’il fallait créer. Ce fut la découverte d’un nouveau monde, des entreprises locales, de collègues différents, la passion des colloques ouverts sur l’extérieur.
Je suis nommé à partir du 3 septembre 2007 vice-président du Tribunal de Grande Instance de TOURS ; cette extraénité par rapport au ressort du Tribunal de Grande Instance de POITIERS m’a permis depuis quelques années de pouvoir m’exprimer politiquement à CHATELLERAULT et de me porter candidat aux suffrages ; le fait de me porter candidat dans le département de la Vienne m’exclut pendant 5 ans de toute prétention à des fonctions judiciaires dans ce département ; cela veut dire que je prends un risque et que je l’assume.

Mes engagements :

Je suis engagé dans un certain nombre d’associations (défense et promotion des droits de l'Homme, Association Culturelle Châtelleraudaise des Fils d'Abraham, Sport Education 86 auprès de Mahyar MONSHIPOUR, CHATELLERAULT QUEBEC ACADIE, pour ne prendre que celles-ci) et j’essaye de me rendre disponible autant que je le peux pour ma paroisse de CHATELLERAULT Centre (Saint Jacques, Saint Jean Baptiste, Antoigné) et ses implications dans la mise en place d’un point écoute pour les jeunes ou d’une antenne d’Habitat et Humanisme ; cela étant, je suis un fervent défenseur de la laïcité à la française soucieuse de préserver les opinions et croyances de chacun.
Je me situe ouvertement à gauche, mais d’une gauche non sectaire, tendue vers le centre et les personnes issues de la société civile et désireuses de servir notre ville et ses habitants ; d’ailleurs, je n’aurais pas pu exercer mon métier de magistrat si je n’avais pas recherché constamment l’intérêt général et pris mes distances avec les sentiments de chacun.
J’appartiens d’une certaine manière à CHATELLERAULT, c’est cette ville qui m’a « fait » ; il m’est insupportable de voir comment elle sombre, comment elle est discréditée ; seule l’action politique permet de réagir.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Connaître Gilles Michaud
commenter cet article