Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 15:00

Le journal est désormais devenu le lieu des correspondances par tutoiement entre jeunes élus ou éligibles.

"Un jour mon Prince viendra", chante Cendrillon (qui n'a guère le profil de l'écrivaine en question).

"Est-ce vous, mon Prince? (...) Vous vous êtes bien fait attendre." dit la Princesse autrement appelée la Belle au Bois dormant. Cela correspond mieux.

Ah! Perrault! ... tu nous ouvres l'appétit!

Comme tout est un peu macchiavélique en ce bas monde politique local et qu'on y joue, à droite, du billard à six bandes, je verrais bien un "abandon" malheureux d'un membre de la liste de JPA (raison de santé, promotion géographique du conjoint, grande- parentalité subite et éloignée, que sais-je?) au profit de la promotion d'une "Belle au Bois d"or ment" qui, depuis sa missive au jeune homme Vert, n'aurait reçu prétendument que des encouragements à appliquer pour elle le principe du parallélisme des formes.

C'est un peu compliqué? Je vous expliquerai.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 06:46

Mon orchestre préféré chante régulièrement "L'Amérique", de Joe Dassin.

Malicieux, le chanteur n'oublie pas, à certains moments du refrain, d'omettre le "que" d'"Amérique" pour entonner "La mairie-e, la mairie-e, je veux l'avoir et je l'aurai... la mairie-e, la mairie-e, si c'est un rêve je le saurai...", etc.

Pour l'Agglo, c'est David-Alexandre Winter avec sa valse chantée "Oh les dix mairies"!!!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 11:52

On s'inquiète, notamment à Poitiers, de la crue du Clain.

Il y a vingt ans à cette saison, détaché à l'IUT de Châtellerault, je me suis rendu à Poitiers voir mes anciens collègues du Palais; je m'étais stationné boulevard Bajon, presqu'en face la rue Georges Servant, sur le trottoir le plus proche des prés l'Abbesse; en contrebas, le Clain enflait, mais il était loin.

Quelques heures plus tard, je trouvai l'eau en bas de la grand rue; mauvais présage; je remontai vite la rue des Feuillants, descendis en catastophe les marches de la rue des Pouples avant de reprendre à rebours la rue Georges Servant: l'eau était en bas de cette rue et la boulevard Bajon était devenu un torrent alpin en hiver...

Prenant mon courage à deux mains et mes affaires sur la tête, à l'africaine, j'entrai dans l'eau, jusqu'à la poitrine; j'atteignis mon véhicule puis entrepris de le faire démarrer en espérant rejoindre le bas de la pénétrante, déjà envahi par l'eau, mais moins haut. Hélas, une fois dans le torrent, pof, plus rien. Sous le regard fenestré de gens immobiles, je puisai dans des forces herculéennes pour porter mon auto, dans le flot violent, jusqu'à un îlot directionnel un peu sur-élevé -Oh Hisse-.

J'allai à la cabine téléphonique près du lycée des Feuillants -un mètre d'eau- A l'eau?- pour prévenir à la maison que je serais en retard; des policiers qui interdisaient l'accès à la pénétrante depuis le boulevard Chasseigne, habitués du Palais, me reconnurent et appelèrent un dépanneur; ils partirent; la nuit tomba, j'étais absolument seul, avec l'eau qui montait dans son bruit inquiétant.

Enfin la rampe lumineuse orange de la dépanneuse arriva vers le collège du jardin des plantes: oups... j'avais eu son conducteur dans mon bureau de juge d'instruction, quatre ans avant; j'enfonçai mon chapeau au maximum... A son tour, après avoir mis ma voiture sur son plateau, il fut pris dans l'eau et "coinça"; il appela un collègue qui vint assez vite et nous ramena sur le garage, Poitiers-ouest. Quel attelage...

L'employé de la plate-forme d'assurance que j'avais au téléphone ne voulait pas prendre en charge mon dépannage; cet homme, que j'avais interrogé serré dans mon bureau jadis, prit le combiné et se démena avec vigueur et réussite pour que je ne connusse aucun souci...

Il entreprit alors de sécher mon moteur avec son compresseur, me demandant d'enclencher le contact, de temps à autre; à force, le miracle se produisit et, comme une Dedion-Bouton de 1890, le moteur démarra...

Sur la route de Châtellerault, je n'avais qu'un souci: ne pas m'arrêter, ne pas m'arrêter, ne pas m'arrêter...

Une fois à la maison, vers 22h 30, j'étais sec comme un hareng saur...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 07:23

I Loches you!

C'est la publicité qu'a trouvée la ville de Loches pour attirer le touriste.

L'affiche, largement placardée en Val de Loire, fait grincer des dents du côté des habitants de Loches qui ne la trouvent guère attractive, pour rester poli.

Mais, I Loches you, dimanche 16 à 14 h 30, ce sera encore avec Jacky ROGER qui se produit à la salle Agnès Sorel -la dame au sein nu sur un tableau connu-. Le "biniou" est attendu en Touraine!  Le parquet est excellent (je parle du parquet à danser, évidemment!). Qu'on se le dise!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 04:29

Le conseil municipal d'hier soir a été l'occasion, une dernière fois, d'octroyer des noms à des rues qui n'en portaient pas ou nouvellement créées.

J'aimerais tant avoir cette compétence d'instruction à partir d'avril! C'est passionnant, et non anecdotique.

Ainsi le poète Gérard de Nerval a-t-il élu domicile sur un itinéraire targéen, entre la "Maison perdue" (cela convient bien à ce pauvre Gérard de Nerval, tant de fois interné en psychiatrie avant de se pendre) (1)  et la "Maillardière", mon coin d'enfance.

Un Gérard de Nerval fasciné par l'Orient qu'il visita, ayant une rue à l'orient de Châtellerault, c'est classe.

 

(1) Il y a moult cadavres et défunts dans les textes de Gérard de Nerval; dans ma jeunesse, la "Maison perdue" abritait un lieu d'équarissage et nous y allions à bicyclette chercher des asticots pour la pêche à la ligne; c'était simple: nous entrions dans un espace glauque entre des carcasses en décomposition en nous bouchant le nez comme des nageurs sous-l'eau débutants et nous faisions rapidos nos emplettes... On n'en meurt pas!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 04:17

Lors de la soirée-débat de Naintré a été abordée la question de la suppression de la caserne des pompiers volontaires.

Cela  nous a renvoyés, Vivianne Debiais et moi, à notre programme des cantonales de 2011 qui, en effet, était le plus construit et le plus près des habitants -il paraît que cela ne suffit pas et qu'il vaut mieux dire "mon ami, mon ami"-.

Devant le piteux état de la "caserne" des pompiers -sorte de baraquement à côté de l'église-, dont la mission dépend du SDIS et du Conseil général dont le maire actuel était et est toujours membre, il fallait prendre les devants et annoncer soit la création d'une caserne neuve, soit la réhabilitation d'un local industriel inexploité.

Nous n'avons pas gagné.

Résultat, à Naintré, plus de CPI, centre de première intervention. Et plus de pompiers volontaires, certains ayant rallié Châtellerault, d'autres ayant abandonné à regret leur mission.

Dernièrement, pour des inondations à Naintré, ce sont les pompiers de ... Monthoiron (bravo Monthoiron, qui a un local neuf) qui sont intervenus.

Sossay, Saint Genest, qui sont loin de compter 6 000 habitants, ont gardé leur CPI, et tout ce qui va avec: la citoyenneté, la solidarité, le dévouement, et, pour les jeunes pompiers ados, l'apprentissage de ces valeurs. Irremplaçable.

Voilà un "créneau" de mobilisation de la jeunesse, que les sapeurs-pompiers professionnels de Châtellerault- face au collège George Sand- pourraient porter en axe de formation communautaire -j'en ai déjà parlé ici il y a longtemps-.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 09:45

Samedi 15 février à 15 heures le Musée du compagnonnage de Tours organise son deuxième après-midi destiné aux enfants.

Après la découverte du métier de la boulangerie, il s'agira cette fois de fabriquer sa propre canne de compagnon.

Traditionnellement la canne du compagnon est ouvragée, chargée de symboles corporatifs et de moyens d'identification géographiques ou autres de son titulaire.

Quelle belle initiative.

Le lendemain, dimanche 16 à 15 heures, conférence sur les "rixes entre compagnons" -ou du mauvais usage de la canne?-.

Tiens, cela me fait penser aux campagnes politiques antérieures, y compris récentes, où quelques objets normalement destinés à un  sport américain  s'invitaient dans le coffre des colleurs d'affiches importunés et invectivés par ceux de l'adversaire (... "J'encolle tes murs!").

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 06:32

Hier, excellent déjeuner de travail politique.

Excellent au sens de la production intellectuelle.

Excellent au sens culinaire puisque nous dégustions, sur un vin rouge léger, une potée de morue.

Avec bien sûr un soupçon de culpabilité: après des générations d'exploitation gourmande des fonds marins entre Terre Neuve et l'Islande par nos amis portugais friands de morue comme on sait, il faudrait cent ans -sans pêche- pour reconstituer la faune génétique de la morue et assurer la survie de l'espèce...

Ma culpabilité dura toute la journée, jusqu'au très bon débat de Naintré, entre l'ail accompagnateur fidèle et le sel incrustant quasiment la peau: morue tuerie te salutant!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 05:37

Boîtage et tractage sont les deux mamelles du militantisme en action.

J'avoue que j'aime le premier,  que je le préfère même, pour plusieurs raisons:

- la marche d'abord, exercice particulièrement sain pour le corps et pour l'esprit; vous avez le temps de penser, au rythme de vos pas,

- la connaissance quasi cadastrale de la ville, de ses rues, ruelles, impasses, cours intérieures et "racoins", fort nombreux à Châtellerault -mais que de maisons fermées,  d'endroits sinistres, d'immeubles en ruine, que d'opportunités aussi (...)-,

- la curiosité botanique (en ce moment le pommier du Japon en fleurs) et architecturale (des maisons sublimes, baroques ou très début 20ème, aux dessous-de-toit ouvragés, adorables),

- la découverte d'adresses ("Tiens, X ou Y  habite là"),

- la visibilité ("Tiens, Michaud tracte").

Le boîtage, c'est l'exercice d'humilité par excellence, le service de base, douloureux parfois (oh, ces orifices menus et étroits qui vous écorchent les dessus de doigts, oh, ces liasses de pubs mouillées dégorgeant des boitiers saturés...).

J'aime le faire seul, c'est mon modeste pèlerinage politique, mon chemin de croix militant aux nombreuses stations.

Une belle manière d'aimer sa ville...

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 18:42

C'est avec plaisir que votre serviteur interviendra demain mercredi 12 février à 20 heures à Naintré, salle du Rivau, au soutien de la liste conduite par Christine Piaulet, rassemblant dans son sillage PS, EELV, le PRG et le PC.

J'y retrouverai avec bonheur Vivianne Debiais, la moitié de mon binôme des cantonales; elle est en charge de la vie associative -quel bonheur!- dans cette équipe motivée.

Il m'a été demandé de parler de citoyenneté et de sécurité; j'aurai ainsi l'occasion d'aborder directement une partie du programme du Team Guérin dans les thématiques qui me sont chères. La sécurité -ou la sûreté comme on disait en 1789- est le bien commun qui garantit l'exercice de la vie en collectivité et, partant, la citoyenneté; on n'est citoyen que si on est libre, et on est libre que si la sûreté nous est allouée; les deux notions sont donc liées, et liées par la raison.

On comprend ainsi mieux comment le Front national prospère: l'insécurité engendre l'irrationnalité, je n'oserais pas dire la déraison, par respect pour ceux qui expriment une souffrance, une incompréhension, une inquiétude; la sécurité est donc un enjeu citoyen majeur. Au coeur de la politique, dans sa noblesse même.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article