Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 01:02

C'est le 19 septembre 1846 que deux petits bergers, sur les hauts de la Salette-Fallavaux, sur des flancs arrides, une adolescente et un gamin, qui parlaient à peine le français, rencontrèrent une seule fois dans une montagne perdue à 1 800 mètres "une belle dame dans la lumière", qui leur rapporta, en pleurant, les malheurs de son fils, peiné de ce qui était -déjà- la déchristianisation des moeurs.

Elle portait, sur sa poitrine, les instruments de la passion, le marteau et les tenailles.

C'est la seule apparition dite de Marie, dans le monde, où la mère du Christ pleure.

Il existe, dans la chapelle Est de Saint Jean l'Evangéliste à Châteauneuf, un beau vitrail de cette apparition.

Plus de 150 ans après, la foule est toujours présente à La Salette, avec de nombreux pélerins des pays de l'Est.

Il n'y a pas l'aspect "marchands du temple" de Lourdes, juste une boutique du sanctuaire, avec une librairie de qualité. On sent que les gens ne viennent pas ici en touristes. Ils cherchent la paix.

Au-dessus, le Mont Gargas, mon petit Sinaï, mon petit Mont des Béatitudes.

Là-haut, où la vue circulaire sur les Alpes du sud  se mérite, franchement, beaucoup de choses des civilités vous paraissent dérisoires.

L'essentiel, simplement; y lire "La messe sur le monde", de Pierre Teilhard de Chardin, que l'on peut trouver in "Hymne de l'Univers", dans la collection Livre de vie. Tout y est dit en effet pour vivre.

Miracle de La Salette.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 05:47

Chaque fois, notre hôtesse, excellente cuisinière, nous fait goûter les plats locaux.

Il en est un tout simple que nous aimons, les diots, que nous allons chercher dans une boucherie de village bien précise.

Ce sont des saucisses fumées mais moins que la Montbéliard, un peu plus petites que la saucisse de Toulouse.

On met les diots dans le panier de la cocotte-minute; au fond, des pommes de terre épluchées, de l'ail, des oignons, un bouquet garni, un peu de vin blanc, un peu d'eau -pas trop!-.

Tout cela va cuire avec les diots qui vont répandre leur graisse en contrebas. Sublime, facile.

Le repas se termine toujours par d'excellents fromages de montagne dont mon préféré, l'Abondance, acheté dans ce qu'on appelle une fruitière (coopérative) auprès d'une jeune vendeuse qui avait mis sa poitrine d'été.

Elle est pas belle, la vie?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 05:17

Archibald est le taureau de la ferme en contrebas où nous allons chercher le lait. Comme autrefois, avec un petit bidon en fer blanc.

Depuis des années, Archibald règne paisiblement et avec une autorité naturelle sur le troupeau des vaches qui lui sont confiées.

A vrai dire, malgré mon insistance, quand il vient au bord du jardin de nos amis séparé par un fil électrique (enfant j'essayais de toucher, maintenant j'ai renoncé), je ne suis pas parvenu à engager la conversation avec Archibald; une vache mouchue, parfois, faussement pensive, paraît sonder mes interrogations. Mais le mystère s'arrête là.

Il y a des animaux qu'on ne voit pas dans les cirques et ce sont, étrangement, des animaux de la ferme: poules, moutons, vaches. C'est une question: pourquoi?

Il est arrivé à Archibald ce qui arrive souvent à des taureaux reproducteurs, il s'est démis l'épaule en faisant son office, l'agriculteur en a eu pour cher de vétérinaire. Ce n'est pas ce qui risque d'arriver à l'inséminateur. Sacré Archibald!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 05:39

Annecy, superbe ville, son lac d'un bleu angélique, l'influence italienne, comme des canaux, des arcades.

C'est dans ce secteur qu'ont oeuvré Jeanne de Chantal et Saint François de Sales.

Saint François de Sales, fort célébré en Savoie, est le patron des journalistes; le premier, il a conçu des "tracts" à glisser sous les portes pour convertir les gens.

Il y a d'ailleurs un intéressant groupe salésien de laïcs à Châtellerault, que je remercie de nous a voir emmenés, il y a déjà dix ans, à l'Ile Bouchard, en l'église Saint Gilles, et qui nous permit, par l'entremise du Père Charles Fazilleau, de rencontrer Jacqueline Aubry, l'aînée des petites voyantes de la semaine mariale du 8 décembre 1947.

Tout se tient en deux mots!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 05:31

Arcabas est un peintre contemporain de génie et dont je ne me lasse pas d'admirer les oeuvres.

En particulier j'aime aller à l'église désacralisée de Saint Hugues de Chartreuse dont les pans sont recouverts de ses interprétations bibliques. C'est profond, et j'aime son Fils prodigue autant que celui de Rembrandt, c'est dire.

Voyez le massacre des Innocents, "actualisé" à l'aune de ce que l'on sait du génocide de la seconde guerre mondiale. Etc, etc...

C'est l'art éternel engagé dans son siècle, comment dire autrement?

A La Salette, il y a aussi des oeuvres fantastiques d'Arcabas dont le Christ dans l'église qui, littéralement, vous scrute de son regard où que vous soyez dans la nef. Des vitraux également. Artiste complet.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 16:48

Il est revenu le temps du miget, aurait pu chanter Francis Lemarque, au lieu du temps du muguet!

Ah le miget! Appelé ici miot, , là mijâ, selon les terroirs et les accents.

Dès qu'il fait lourd et que je travaille à l'extérieur à suer dru, le repas du soir est attendu avec d'abord et parfois seulement le miget: du pain (qui peut être dur, comme dans "le journal d'un curé de campagne" de Bernanos), un peu de sucre, des glaçons et du vin très frais. Un grand bol, please!

Je l'ai déjà écrit ici: dans mon enfance, j'allais porter aux hommes dans les champs le miget frais dans des cruches en terre à la température de la cave (il n'y avait alors pas de réfrigérateur). Cet aliment poitevin typique est associé à des époques laborieuses, mais heureuses (ou heureuses à cause de cela?).

Vive le miget, boisson fraternelle de la campagne!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 08:21

Depuis le décès de Dominique Baudis, le poste de Défenseur des Droits était vacant.

Cette dénomination résulte de la réforme Sarkozy de 2008 qui avait voulu engloutir le Défenseur des Enfants et la HALDE qui faisaient trop bien leur job séparément.

François Hollande, qui fait en ce moment dans la recherche de la simplicité et de l'adhésion (!), a choisi de soumettre au vote parlementaire un ancien Garde des Sceaux très chiraquien  qui, outre des positions rigides en matière de moeurs, laissera le souvenir d'avoir fait quérir en hélicoptère dans l'Himalaya, où il crapahutait, le Procureur de la République de l'Essonne susceptible de modifier le déroulement procédural un tantinet coercitif de l'affaire Xavière Tibéri.

On fait mieux en matière de défense des droits, la question n'étant pas celle de l'appartenance politique, en l'occurrence ancienne, mais celle  de l'aura et de l'autorité morale.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 00:08

Contrairement à Jean-Pierre Abelin, Marie-France Beaufils, sénatrice-maire de Saint Pierre des Corps, a eu le courage de faire voter le voeu municipal relatif au traité transatlantique et à ses conséquences pour nos droits politiques, éconmomiques, fiscaux, sociaux et sanitaires. Car ces conséquences seront bien locales, évidemment, comme notre ami Pierre Baraudon l'avait dit dans sa déclaration rejetée.

J'imagine que quand le gouvernement actuel voudra refiler aux intercommunalités des compétences des futurs défunts conseils généraux, notre maire verra cela comme quelques chose, cette fois, d'"intérêt local" et déposera, à la dernière minute, un voeu sur la table. On parie?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 01:52

En effet, ce 10 juin 2014,le comité directeur du PRG fut l'occasion privilégiée d'aborder la question qui fâche: celle de la réforme territoriale.

Les Radicaux de Gauche se refusent:

1- à voir partir géographiquement le département et politiquement les compétences du conseil général, acteur de proximité (RSA, APA, AAH, protection de l'enfance, etc...) et porteur des projets locaux souvent "croisés",

2- à se voir imposer des régions sans lien historique, sociologique et géographique entre elles,

3- à devoir voter pour des binômes "hors sol" lors d'élections territoriales,

4- à se voir imposer, sur le dessin du défunt département, une présence d'Etat renforcée (avec quels moyens certes?) alors que les élus auront disparu,

5- à voir transférées à de futures intercommunalités sans moyens ni savoir les compétences sociales du défunt conseil général conçu seulement comme un distributeur de prestations.

Etc...

Jean-Michel Baylet était enfin  passablement irrité par un quinquennat qui a bloqué la vie politique française en un combat électoral permanent et en un face-à-face direct et quotidien entre le président de la république et les citoyens par médias interposés; il souhaiterait un septennat non renouvelable, permettant d'agir sur la durée, de ne pas concevoir les législatives comme un plébiscite automatique des présidentielles quinze jours après et de ne pas focaliser l'opinion sur le débat de la réélection présidentielle dès l'élection intervenue: la sixième république?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 00:58

De plus en plus rares, les bleuets ont pratiquement disparu des champs de blé de nos campagnes, "traitage" oblige.

Les coquelicots, les chardons résistent, mais pas les bleuets.

Récemment, j'ai été charmé par ce spectacle bleu, exceptionnel, imprévu, en bord de route. Un ravissement.

Sur une petite route entre la départementale Descartes-Barrou et le pont sur la Creuse à Leugny. Allez-y vite!

Je sais qu'il en existe aussi, régulièrement, sur une petite route entre Boussay et Chiché, vers Bressuire.

C'est une fleur de nostalgie, qui rappelle l'enfance et les temps heureux, avant le rendement.

Quelquefois, le bonheur tient à pas grand'chose...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article