Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 10:09

Jean-Pierre Dintilhac, haut magistrat, est décédé à l'âge de 70 ans la semaine passée, des suites d'une longue maladie.

Il fut notamment directeur de l'Administration pénitentiaire, de la Gendarmerie et Procureur de la République de Paris, avant de présider la deuxième chambre civile de la Cour de Cassation (on lui doit la désormais célèbre nomenclature Dintilhac qui décline et facilite la liquidation du préjudice corporel).

J'ai connu Jean-Pierre Dintilhac à l'époque où il était, je crois, chef du bureau de l'individualisation des peines à l'Administration pénitentiaire; un matin, très tôt, alors que je me trouvais encore dans mon logement de direction à la Maison centrale de Saint Maur, le portier de service au poste d'accueil m'appelle en disant "j'ai un Monsieur Dintilhac, du Ministère, qui vous attend... " . Dieu sait si j'arrivais pourtant de bonne heure...

J'avais apprécié sa façon de ne pas avoir prévenu, de vouloir TOUT voir, dès le matin, les ateliers, les cellules, le quartier disciplinaire, l'isolement,  d'appronfondir directement certains dossiers "lourds" en termes de sécurité ou de projet de libération conditionnelle ou de grâce.

Quand j'ai appris la suite de son parcours, je me suis dit que ses interlocuteurs auraient de la chance de le côtoyer.

En une journée, j'avais tant appris de cet homme.

Adieu, Jean-Pierre Dintilhac.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 09:05

Samedi soir, le ciel était clair et lumineux, les étoiles scintillantes et la lune courbée en son quartier d'argent.

Je suis sorti sur la terrasse avec notre petit-fils en pyjama et j'ai remplacé le conte pré-somnifère par la contemplation commentée du ciel.

Il en était tout ébloui, lui le petit citadin poitevin qui ne voit pas le firmament, embué par les lampadaires de la ville.

En même temps, je mesurais mon ignorance du paysage céleste, en dehors de quelques clichés, et notre immense petitesse devant l'univers;  ce n'était pas encore l'âge des "pourquoi? pourquoi?"  mais j'ai pris là une leçon de philosophie et de sagesse.

En rentrant dans la maison, la politique me reprit...

L'affiche du maire actuel le montre en effet agenouillé avec un enfant, petit, à côté de lui, sans doute vers l'île Cognet, rive gauche, les escaliers monumentaux d'Alaman en arrière-fond, semble-t-il, pour marquer l'inconscient de l'électeur. JPA tend le doigt pédagogique, historique et prophétique, avec sans doute un commentaire suggéré. Outre que c'est toujours délicat de faire poser un enfant dont le consentement n'est pas éclairé pour une campagne électorale, on reconnaît bien là une des données majeures de la politique à l'ancienne: l'endormissement des peuples. "Raconte-moi une histoire...".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 08:52

Le Team Guérin avait choisi de célébrer la Journée de la femme en son local 12 avenue Clémenceau par des témoignages de femmes aux parcours différents (sans domicile fixe, conteuse, agricultrice, etc...) et par l'intervention de nos deux députées de la Vienne Véronique Massonneau et Catherine Coutelle.

Les témoignages furent poignants.

D'un point de vue technique et opérationnel, Catherine Coutelle, présidente de la délégation du droit des femmes à l'Assemblée nationale, nous a apporté beaucoup: que l'action municipale s'élabore sous le regard de la condition féminine, si on peut parler ainsi, et ce sont toutes les minorités qui en profiteront: handicapés, précaires, âgés; la démonstration était édifiante en termes de fiscalité, d'urbanisme, de transports, d'horaires, de culture, d'emploi, d'accessibilité, de santé.

Catherine Coutelle nous a engagés à dépasser la simple revendication paritaire pour en faire un axe transversal de travail politique, cohérent, ordonné, construit.

Nous avons compris que le regard paritaire était le gage d'une cité à la fois innovante et apaisée: "ce qui ne se nomme pas ne se voit pas".

Je disais, ailleurs, que "nommer, c'est normer".

Grandeur, ce matin-là, de la politique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 08:07

L'Evangile de ce dimanche (Matthieu 4, 1-11) est connu comme celui de la tentation du Christ au désert où après 40 jours de prière et de jeûne, il subit les épreuves du Diable qui attend de Lui, en gage de pouvoir promis, des réponses "magiques" à ses injonctions.

La première est d'ordonner que "ces pierres soient changées en pains".

Nous voilà presque replongés dans le dernier conseil municipal où Cyril Cibert, faisant le bilan du maire actuel, basé sur la pierre apparente, disait que "les enfants de Châtellerault préféreraient avoir un beefsteack dans leur assiette plutôt qu'un parpaing"...

Précisons cependant, pour éviter toute interprétation déplacée, que ni l'un ni l'autre de nos deux protagonistes municipaux, ne se retrouve dans mon esprit en situation théologale de Matthieu 4, 1-11!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 00:00

Nous n'aurons pas besoin d'aller au contentieux électoral pour gagner ces élections, mais Cyril Cibert fait bien de le rappeler sur son blog: Jean-Pierre Abelin ne respecte pas, à travers le magazine des Châtelleraudais, la réglementation en vigueur, notamment en matière d'inaugurations et de promotion des réalisations municipales.

J'ajoute qu'il s'est servi également de la tribune réservée à sa majorité pour faire campagne, en s'en prenant nommément, à plusieurs reprises, à Michel Guérin, lequel n'est pas élu municipal sur la période écoulée; a minima le coût de ces colonnes est  à réintéger dans les comptes de campagne, au maximum ces colonnes sont susceptibles de fausser la sincérité et l'équilibre de la campagne. A bon entendeur... 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 01:14

En campagne ... la vraie, la rustique, l'agricole!

Ces soirs qui s'allongent dans la douceur pré-printanière me permettent un peu de "souffler" de la campagne politique et du travail judiciaire et de prendre le temps d'"écouter" mes animaux, ânesse et brebis en tête, puis de préparer le jardin pour le labour, en regroupant les poireaux et en préservant la mâche.

Je songe à ce passage de "la farce de Maître Pathelin", anonyme de 1460, qui évoque "le juge pressé de revenir à ses moutons", puis à Rabelais, qui fit ses études de droit à Poitiers et garda le souvenir (imaginaire?) du juge Perrin Dandin, "homme honorable, bon laboureur".

J'ai toujours pris mes grandes décisions dans le jardin.

Bonheur de coller pile-poil à la littérature!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 10:21

Maurice Faure, né en 1922, agrégé d'histoire, docteur en droit, est décédé aujourd'hui à Cahors, la ville dont il fut si longtemps maire.

Un vrai rad'soc, président d'honneur du Parti Radical de Gauche.

Il fut secrétaire d'Etat, sénateur, ministre (le premier garde des sceaux de François Mitterrand avant de "lancer" Robert Badinter), membre du Conseil constitutionnel.

Maurice Faure était le dernier témoin signataire du Traité de Rome. Un sage, hors du commun.

Deux petites anecdoctes, à l'improviste:

- une année sa liste arrive en tête d'une voix à Cahors, recours, annulation, nouvelles élections: Maurice Faure, vainqueur ... d'une voix!

- François Mitterrand président de la République aimait rejoindre en hélico son ami du Lot pour aller partager une omelette aux truffes, quelque part dans une ferme anonyme...

Des politiciens d'une autre époque!

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 09:08

Ce samedi matin 8 mars, à partir de 9 heures, le Team Guérin célèbre au local 12 avenue Clémenceau la Journée de la femme.

Accueil, café parlotte puis témoignages divers et variés; en particulier notre amie Annick Bourroux parlera de la force des femmes à travers les contes, la parole transmise; puis arriveront Véronique Massonneau et Catherine Coutelle, nos députées de la Vienne, pour évoquer, la première, son expérience de femme député(e) et, la seconde, la loi sur l'égalité homme-femme (ou réciproquement?!) dans laquelle elle s'est investie.

Belle journée à toutes!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 05:30

Il n'y a pas un, mais des lectorats de mon blog; quand je vais cliquer dans mes données d'accès confidentielles et que je liste les mots-clés tapés, je découvre par exemple en ce moment beaucoup de "profession de foi Gilles Michaud", "programme Gilles Michaud 2008", etc...

Il s'agit ainsi soit d'anciens supporters de l'époque, par nostalgie, soit de personnes réactualisant les programmes en cours et cherchant à voir comment les candidats contemporains du jour ont pu s'inspirer du mien.

Il faut dire qu'en dehors de ce que j'avais prévu sur le site Alaman, désormais saccagé durablement, tout le reste ou quasiment a conservé sa pertinence, en matière économique, culturelle, commerciale, urbanistique, démocratique, etc... On peut s'y reporter.

La Vienne, j'en parlais depuis 1997 et c'était mon axe 2008. Aujourd'hui tout le monde s'y attèle. Tant mieux. L'accompagnement des entreprises, le tutorat, idem. L'Ecole de Gendarmerie, dont j'étais le seul à avoir anticipé la fermeture, nous y mettions un véritable  quartier justice-santé-famille-associations-sport, etc...

Amis lecteurs, aux emplettes!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 04:53

       Ce mercredi 5 mars est cette année mercredi des cendres, ces cendres issues du feu  allumé devant l'église avec les rameaux secs de l'an passé, et que le prêtre nous marquera d'une croix sur le front en signe de grande humilité; nous entrons en carême après la folie païenne du mardi-gras que l'église jadis tolérait gaillardement, laissant les ânes entrer dans ses édifices et les farceurs jouer de fausses messes. Incroyable de nos jours?

      Je suis membre du Parti Radical de Gauche, parti de la laïcité dont la véritable création remonte au 21 juin1901 et dont les premiers acteurs furent à l'origine de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat.

       En même temps j'essaye d'être un chrétien engagé, ouvert sur les autres croyants des confessions différentes et sur les athées et les agnostiques.

       Nous allons donc entrer en carême, c'est-à-dire dans cette période qui va nous mener jusqu'à Pâques, et qui est un temps de jeûne (non seulement alimentaire mais de restriction générale), de prière et d'aumône. On en parle moins que le ramadan et c'est dommage (j'ai eu il y a longtemps une discussion exceptionnelle avec l'ancien imam Mohamed Djeghloul sur "carême et ramadan").

       Ce temps d'élections devrait être un temps de "carême politique": descendre en soi, se dépouiller, être authentique, ne pas tricher, se soucier des autres, prendre du temps d'épure et de recueillement.

       Il faut dire que l'obscurité et l'humilité de l'opposition, par votre mise à l'écart de tout ce qui se décide, vous prépare  à cette relégation spirituelle!

       Dès 1972, l'assemblée des évêques de France disait que "la politique, c'est la forme la plus élevée de la charité".

       Je sais que cela fait débat, mais la charité doit être le souci d'élever son prochain et de lui rendre sa dignité, ce devrait être l'une des manifestations les plus grandes de la fraternité. La charité fait corps, c'est le toucher, parfois difficile eh oui, alors que la fraternité peut n'être qu'intellectuelle et confortable.

        Madeleine Delbrel, dans les années 60 en banlieue rouge, avait de superbes échanges avec ses frères communistes sur ce sujet.

        Pendant cette période, allons ensemble au coeur des choses. S'il est possible.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article