Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 09:04

Au retour de la soirée de présentation au Nouveau théâtre, qui fut un succès, devant un public de connaisseurs de la vie châtelleraudaise, attentif, assez peu "à l'américaine", sérieux, goûtant les propos de Michel Guérin sur l'alternance démocratique, je me disais:

Enfin, nous n'avons plus besoin de "couper la tête au roi" (1)  pour "redonner le pouvoir au peuple", selon l'expression de Pierre Baraudon, la transition démocratique doit se faire comme la transition écologique, en douceur, mais avec volonté, pour sortir d'un fonctionnement local fortement "monarchie constitutionnelle" (ou vertical)  et tendre en effet vers un fonctionnement populaire (ou horizontal), sans d'une part que le mot fasse peur et sans d'autre part que la représentation élective s'imagine a priori contredite par les conseils de quartier. Au contraire!

C'est donc une révolution lente qui se met en place, mais une véritable révolution au sens astronomique du terme, quand on renverse les repères anciens et sclérosés de fonctionnement politique et qu'on les remplace par la confiance partagée dans les habitants, comme on quitterait l'hypermobilisation anesthésiante sur Blossac pour se déplacer vers la vivante Vienne, à la fois depuis la vieille ville et depuis Châteauneuf. L'île Cognet reconquise sera le symbole de cette révolution lente, et pacifique.

 

(1) D'autant plus que nous sommes aujourd'hui à la date anniversaire de l'exécution de Louis XVI (21 janvier 1793). N'allez pas demander un "dé-ca" dans un café royaliste!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 08:47

C'était le slogan il y longtemps choisi par la ville de Châtellerault en matière de sécurité routière.

Nous l'adoptons dès à présent en deux domaines qui correspondent à mes délégations: la démocratie de proximité et la sécurité.

A vrai dire les deux sont liées; j'ai coutume de dire "la meilleure sécurité, c'est l'information", au sens de connaître sa population, l'aimer, la rencontrer, l'écouter, partager avec elle.

Vous aurez toujours des délinquants et des actes de délinquance quoi que vous mettiez en place; vous aurez toujours des ados en crise qui saccageront des abris de bus, des vols à la roulotte commis par des gens de passage, des violences conjugales parce que la vie n'est pas toujours facile chez certains, etc...

Mais, à notre niveau, on peut agir sur une partie des causes et en tout cas s'impliquer dans les mesures sanctionnatrices à prendre. Ma ville, c'est pas la jungle.

Et une ville qui comptera des conseils consultatifs de quartier, des vrais, en prenant appui sur des partenaires institutionnels, sera une ville où les gens se connaîtront, partageront, où il fera mieux vivre, où il y  aura le moins possible de "déperdition" relationnelle. Une ville où travailleront ensemble conseil des jeunes et conseil des aînés (car les jeunes peuvent être aussi des sages!) aura un état d'esprit différent, qui se diffusera aisément, sans "com".

Une ville dotée, au niveau de l'agglo, d'un conseil de développement actif et écouté, sera irriguée d'intelligences et de compétences. Ma ville, c'est pas la jungle.

Responsable de l'atelier en charge de ces thématiques dans le Team Guérin, vous pouvez me contacter sur l'adresse blog, je suis à votre disposition.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 09:18

Cette journée est tout un symbole pour moi:

- à 10 heures au Tribunal de Tours, audience solennelle de rentrée dans nos tenues d'apparat pour ouvrir l'année judiciaire en présence des chefs de cour, des autorités politiques (dont Marie-Sol Touraine), civiles et militaires notamment, et pour installer selon notre protocole le nouveau procureur de la République; je suis dans cet univers depuis 1982, occupé pour une large part à "réparer" les maux des personnes et de la société. Servir.

- à 19 heures au Nouveau théâtre de Châtellerault, présentation de l'équipe de Michel Guérin, avec votre serviteur, selon un "déroulé" comme la communication politique le demande aujourd'hui; enfin pourrais-je caresser, toucher, saisir ce rêve non plus de "réparer" (encore qu'on le fera toujours)  mais de prévenir, de projeter, de construire. Servir, toujours.

Entre les deux, je me "re-sourcerai", je marcherai avec mon chien au-dessus de chez moi, dans ma chère campagne des hauts d'Antoigné, je relirai mon intervention, je regarderai le ciel.

Et je remercierai tous ceux qui m'auront conduit à cette journée exceptionnelle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 09:34

Demain soir à 19 heures au Nouveau Théâtre, Michel Guérin présentera son équipe et le projet pour la ville tel que les différents partenaires l'ont préparé avec lui.

The big day! Un jour d'importance en vérité dans l'histoire de la gauche locale puisque celle-ci se trouvait  peu ou prou désaccordée depuis plus de quinze ans.

Jean-Pierre Abelin, parvenu par accident et à l'insu de son plein gré à la mairie de Châtellerault en 2008, sait fort bien que le combat est cette fois fort mal engagé pour lui; d'ailleurs un signe, un de ses fidèles lieutenants et parmi les plus jeunes, aurait préféré "se recaser" dans un emploi où l'engagement politicien électif serait plutôt éthiquement mal venu.

Cette union de la gauche n'est pas artificielle et temporaire, le maire actuel le sait bien; et si parfois, lors de certaines délibérations municipales, j'ai pu faire des choix différents de ceux du groupe PS-EELV-PC, c'était d'abord parce qu'il y avait des nuances entre nous qui tenaient au manque d'histoire commune et à ma propre découverte du cheminement délibératif politique; même ma co-listière Marie-Hélène Daydet a voté une ou deux fois différemment de moi dans le souci de grande liberté radicale... Puis nous nous sommes progressivement rapprochés -géographiquement et protocolairement parlant- avant de nous concerter tout en adoptant des styles d'interventions qui pouvaient être différents.

Le 20 janvier 2014 est l'aboutissement de tout un apprentissage relationnel, une sorte de "petit prince" politique qui tourne autour de la responsabilité et de la responsabilité réciproque.

Cette union de la gauche avec Gilles Michaud inside pouvait apparaître pour certains impossible voire déconseillée; Michel Guérin a pris soin de sortir des schémas en kit dénigrant sur mon compte, il a aussi vu de quelles personnes de qualité et de quelle compétence j'étais entouré depuis longtemps avec fidélité, ce qui est quand même un critère de "sociabilité", il a vu mon engagement loyal lors des cantonales de 2011 et des législatives de 2012.

Ce n'est donc pas la fin d'un cycle, mais au contraire une nouvelle épopée qui commence!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 06:44

A l'angle de la rue du Cygne Châteauneuf et de la rue de la Jaulaie, dans le coeur du carroi (prononcez carroué), le restaurant chez Martinière,de tradition générationnelle, offrait la table, le couvert et la boisson dans une salle à l'ancienne.

Terminé.

J'y allais avec Gilbert Guérineau manger la célèbre tête de veau.

C'était une atmosphère comme on n'en fera plus, et on n'aurait pas été étonné de trouver le commissaire Maigret attablé devant sa blanquette de veau ou ses côtes d'agneau aux fayots.

Bien sûr l'usure du métier, l'âge légal de la retraite ou à peu près, les normes, les fameuses normes sanitaires dont on meurt, mais pas que cela: les usines ont fermé sur le châtelleraudais, dont le proche Isorex-Isoroy, la catégorie du VRP -avec l'informatique- est en voie de disparition, c'est elle qui formait un bataillon intéressant d'habitués.

Et puis les franchises rapides périphériques, près de la sortie A10, cela compte pour les gens sur la route toute la journée dont le timing est désormais compté par l'employeur qui peut même les suivre en géolocalisation. Le temps nous bouffe, mon bon Monsieur, et on n'a plus le temps de bouffer. Quant à trinquer, verboten!

Adieu Martinière.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 03:01

Dans l'indifférence générale, ou orchestrée telle, le rapport "Lutter contre les stérotypes filles-garçons, un enjeu d'égalité et de mixité dès l'enfance" -236 pages!- vient d'être remis au ministre ... des Droits des femmes; ça commence bien!

En effet, le rapport dénonce pourtant et d'emblée l'hyper féminisation de l'enseignement dès la petite enfance et propose derechef de ne plus parler d'école maternelle mais d'école pré-élementaire pour combler l'influence indirecte des 99% de personnels féminins à ce stade, qui sont pour majeure partie des mères. Personne ne dit qu'elles sont mal payées, ce qui est aussi une explication du pourquoi.

Après, dans le rapport, il y a comment faire en sorte d'orienter les filles vers les métiers dits masculins, et le contraire, pour les garçons. Donc changer les programmes dans les livres, les jeux dans les cours d'école (personnellement, je le dis avec le sourire, j'ai toujours trouvé qu'on ne s'interrogeait pas assez sur la dimension sexuelle cachée des jeux types marelle ouvertement phallique , balançoire, petits chevaux, et même sur l'impact secret de certaines chansons "A dada sur mon bidet", "Bateau sur l'eau", etc... Quant aux contes, n'en parlons pas,  Le petit chaperon rouge et autres, c'est l'apprentissage déguisé de l'interdit ... à franchir évidemment!).

Certes le rapport n'évoque pas ce que je viens de vous dire, c'est dommage.

Mais la guerre du poupon et du camion ne fait que commencer!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 08:55

Franz-Olivier GISBERT, PDG du journal Le Point, prend sa retraite ces jours-ci pour son 65ème anniversaire.

Bien sûr il continuera d'écrire. On lui concède ce talent d'écrivain bien volontiers.

Et FOG d'ajouter: "Je suis un type de l'écrit (...) (qui) adore le papier (et ne comprend) plus rien aux réunions sur le numérique".

Comme je le comprends!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 01:28

Le compagnonnage n'engendre pas la mélancolie.

Entre 18 et 25 ans généralement (1), en bande, on aime prendre du bon temps après le travail, partir en escapade, inventer des jeux, faire des blagues aux apprentis et même aux patrons ou à la maîtresse de maison ...

Dimanche 19 janvier à 15 h 30 à Tours en haut de la rue Nationale, le Musée du Compagnonnage, lors d'une visite thématique, fera la part belle à l'esprit humoristique des compagnons.

 

(1) J'ai connu, lors de mon passage à Bressuire, un avocat de ma génération qui céda son cabinet thouarsais pour vivre son vieux rêve du compagnonnage, il voulait devenir charpentier-couvreur. Latter après avoir relaté.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 14:43

Jean-Pierre ABELIN dit qu'il a fait du bénévolat à la tête de la mairie de CHATELLERAULT, c'est un peu confondant pour celles et ceux qui sont de vrais bénévoles, c'est-à-dire des gens pour lesquels leur engagement leur coûte en temps, en démarches, en disponibilité, en responsabilité, en épuisement.

Certes, en 2008, pour cause de cumul de mandats et de rémunérations, il a du "écrêter" ses ressources publiques, et en a redistribué les marges pour certains des élus de son camp.

Mais enfin! Entre les diverses retraites politiques remontant à des mandats divers ininterrompus depuis 1977 et sa retraite Banque de France, un petit peu de pudeur s'imposerait!

Certes il a fallu, sous la pression des RAFFARIN et FILLON, qu'il candidate et se coltine la mairie en mettant un peu les mains dans le cambouis, ce dont il n'avait franchement pas envie; alors que, généralement, les vrais bénévoles ne se dévouent pas contre leur gré.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 04:16

Toutes les villes de France d'une quelconque importance ont leur artère -si je puis dire- Félix FAURE.

Félix FAURE, président de la République, est décédé dans des circonstances que l'on sait particulières.

"Le président a perdu sa connaissance!!!", criait-on dans l'entourage immédiat qui découvrit le tableau funeste, et quelqu'un d'ajouter "oui, mais laquelle?"...

Tradition française de présidents "accommodants" avec leur stabilité auprès de la "première dame", en particulier sous la cinquième république? 

Y aurait-il un risque "constitutionnel" particulier, une attraction liée au pouvoir de grand prestige? En droit, ne dirait-on d'ailleurs pas que "la fonction crée l'organe"?

Certes les pudibonds Américains eux-mêmes ont plus été choqués par le parjure de Bill ClINTON que par l'usage peu administratif qu'il avait fait du bureau ovale et a priori les français trouvent pour l'heure que ce qui est rapporté sur certaines escapades relève de la fameuse "normalité" promise.

Pierre LEGENDRE avait jadis excellemment écrit un livre passionnant, "Jouir du pouvoir", aux Editions de Minuit; Maurice BARRES déjà dans "Mes cahiers", T II, page 8, avait évoqué ces différentes sphères imbriquées du plaisir, politique et physique:

"Ayant sur les lèvres son tendre baiser, et quand mon corps gardait encore comme une confidence la pression de son joli corps, je me rendis vers les cinq heures au siège de mon comité pour savoir les impressions des sections (suit un passage sur les premiers commentaires autour d'un dépouillement)(...)Je partis à pied seul dans les rues. Une sorte d'ivresse plus puissante dans ma lassitude me grisait de mélancolie tandis que je marchais seul dans les vieilles rues. J'avais le pressentiment de vivre une des minutes heureuse de ma vie. Ma jeune audacieuse, légère et parfumée, vint me rejoindre dans le cabinet."

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article