Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 03:45

Toujours dans le rangement, je suis contraint de jeter d'antiques guignes à l'eau de vie absolument immangeables.

Cela me rappelle un souvenir d'enfance, à la ferme de mes grands parents à la Petite vaux, route de Pleumartin.

Ma grand mère avait fait de même avec des bocaux surannés en en jetant le contenu sur le tas de fumier. Oh mon Dieu, quelle idée!

Les poules friandes se précipitèrent sur les cerises guignes avec enthousiasme et appétit de folie; oui, mais ... peu de temps après les emplumées titubaient, tombaient, zig-zaguaient, ivres d'alcool. Un spectacle hallucinant.

Je veille donc à la meilleure évacuation possible.

Quand je pense qu'il y a des marins qui s'amusent, whisky à la main,à voir voler les mouettes sur le dos!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 06:58

4 septembre, anniversaire de la Libération de Châtellerault du joug nazi.

Presque chaque année il fait un temps très beau, comme jeudi soir; la Vienne, puisqu'il s'agit d'abord du sauvetage du Pont Henri IV, est admirable, la croix des mariniers émouvante.

En dehors des officiels, des élus, de quelques proches, d'anciens: personne, le public, les habitants sont absents. Cette année, aucun enfant ou adolescent pour lire un texte.

Jusqu'à l'année dernière, depuis le Pont, nous allions à pied au monument des Martyrs de la Résistance puis au jardin public devant les stèles; l'autre soir, l'âge des porte-drapeaux, leur fatigue ont nécessité que le car fît le périple, ajoutant ainsi à la confidentialté des hommages rendus. Un car avec des places libres.

Pour ne pas sombrer, le devoir de mémoire doit être aujourd'hui un devoir d'invention, le commémoriel, comme on dit aujourd'hui, ne suffit plus; le Pont ayant été sauvé le 30-31 août 1944,  je propose que les fêtes autour de la Vienne en fin d'été intègrent désormais les cérémonies de sauvetage du Pont et, partant, de la Libération de Châtellerault.

Avec, pourquoi pas, une reconstitution, par exemple, de l'enlèvement des barrils de poudre par de jeunes nageurs (une pensée pour le défunt mari de Colette Lacroix qui, à 16 ans en 1944, y participa contre tous les dangers et sans en retirer aucune gloire; Colette vient chaque année sur le Pont).

Sinon, quand nos anciens ne seront plus là ou disponibles, le dépôt de gerbes (ah cette eau froide qui dégouline dans les manches du porteur non préparé!) et la sonnerie aux morts avec la Marseillaise pré-enregistrées (quelle tristesse dans une ville musicienne comme la nôtre) ne serviront à rien. On a déjà vu jeudi que l'absence de Jacky Joseph, habituel et expérimenté maître des cérémonies, avait perturbé le déroulement de la célébration.

Et puis que l'on donne enfin le nom d'une rue au commissaire de police Bichat, résistant de l'ombre, et qui pour sauver les Ponts (Neuf et Henri IV) prépara et fit réussir l'intervention en allemand du sous-préfet Wiltzer dont seul le nom a été retenu par l'histoire officielle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 05:31

Faisant du rangement cet été, j'ai nettoyé quelques pièces fabriquées par mes ancêtres pendant la première guerre mondiale, dans l'inactivité des tranchées:  douilles transformées, devenues vases, ou corbeille à papier pour la plus imposante, cannes ouvragées dont une avec un serpent en torsade autour de l'axe, etc ...

Beaucoup d'émotion.

J'en profite pour signaler que le Musée de la Résistance de Limoges présente des objets de ce type jusqu'au 31 décembre (L'art des tranchées).

Descendant dans mon petit musée avec des enfants visiteurs, je leur montre aussi le casque de 14 de mon grand père, son sabre: là, je sens bien que pour toutes ces petites têtes, la guerre n'est plus un jeu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 05:41

C'est le titre d'un rapport qui m'est tombé sous la main pendant les vacances, rédigé en 2008-2009 par les sénateurs Claude Belot, deux-sévrien, Yves Krattinger et Jacqueline Gourault dans le cadre de la mission temporaire sur l'organisation et l'évolution des collectivités territoriales.

Les pouvoirs publics d'aujourd'hui feraient bien de le (re)lire: on y voit comme axes majeurs à développer:

- le renforcement de l'intercommunalité (notamment le fléchage -c'est fait) et de la démocratie locale,

- le rapprochement institutionnel entre conseils généraux et conseils régionaux,

- la clarification de la répartition des compétences,

- les relations financières entre l'Etat et les collectivités locales,

- les métropoles,

avec un chapitre important sur le département comme niveau essentiel des solidarités sociales et territoriales.

Je savais que le Sénat pouvait offrir d'excellents rapports, mais dans celui-ci, il y a tout pour une réforme institutionnelle d'envergure et intelligente.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 00:08

C'est le thème de l'un des débats prévus le troisième week-end d'octobre par le Parti radical de gauche à Paris lors du forum républicain consacré à "une république moderne", en présence de Christiane Taubira.

La question n'est au demeurant pas nouvelle chez les radicaux puisque j'ai trouvé dans le programme de 1881 accepté par Camille Pelletan une rubrique "réforme de la magistrature" comprenant l'élection des magistrats, une révision égalitaire des codes et une justice gratuite.

Il y avait également la suppression du sénat et celle de la présidence de la république, excusez du peu! C'était ... radical.

Alors élire des juges? Sont déjà élus les juges consulaires, les conseillers prud'homaux, les assesseurs du TASS et du Tribunal paritaire des baux ruraux, ça fonctionne.

Mais les magistrats de l'ordre judiciaire élus, je n'y crois guère, il y a quand même aujourd'hui un recrutement exigeant, une formation idem, longue, une compétence, des garanties pour le justiciable. Et puis je ne me vois guère partir en campagne sur le thème "Michaud juge plus blanc, 0 délinquance, etc...". En plus, je serais capable d'être ... battu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 19:51

Votre serviteur est de nouveau en campagne électorale, et, fidèle à ses convictions et à sa mentalité, n'a pas choisi la facilité.

J'avais connu la parité du binôme avec Vivianne Debiais en 2011 pour les cantonales de Châtellerault-Sud en la choisissant comme remplaçante, je la redécouvre avec Sophie Mellier en étant son suppléant pour les sénatoriales dans la Vienne.

C'est un honneur pour moi car il s'agit cette fois d'un niveau de compétence espérée qui touche au coeur du système institutionnel et de ce qui fait ma curiosité professionnelle depuis toujours.

Affronter des "demi-dieux", des hommes politiques installés qui touchent le peuple et ses petits maires comme les rois le faisaient avec les écrouelles, tout cela convient au fils d'ouvrier que je suis et qui ne doit sa situation qu'à l'école républicaine.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 19:25

Samedi soir 30 août, le Père Jammet "jouait" avec émotion à Lésigny la dernière messe de sa période rochelaise, affirmant se retirer à Jaunay Clan où, de temps à autre, il serait susceptible de donner un coup de main.

Dans le journal du mardi 2 septembre, qui voit-on en photo? Le Père Jammet qui venait de célébrer la messe ... du dimanche 31 août à Saint Georges les Baillargeaux (rattaché à Jaunay Clan)!

Trop fort le mercatho!

Heureusement, le Père Jammet "jouait" sous les mêmes "couleurs" que la veille, en l'occurrence le vert ... des dimanches ordinaires.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 06:32

Lamentable, pas d'autre mot pour dire mon ressenti à la consultation des rubriques politiques du Magazine des Châtelleraudais, hors la nôtre évidemment, en date du 1er septembre:

- le Front national qui a attiré 1 796 électeurs dans notre ville -littéralement incroyable quand on y songe!- a été incapable de fournir un -court- texte d'intérêt local (eh oui, sa pub électorale n'avait en effet rien de local et venait du national); difficultés d'écriture, de conceptualisation?

- l'équipe Abelin, dans un style désormais habituel fait de hargne, de morgue, d'humour déplacé, de suffisance des vainqueurs, se moque de l'opposition de gauche et de son chef de groupe Michel Guérin de manière humiliante et dégradante. Le rédacteur du texte pourrait être une rédactrice, déjà  intervenue sur ce ton dans l'ancienne mandature.

Quand on pense au travail que nous avons fait, aux contacts que nous avions pour le site de l'Ecole de Gendarmerie, au rassemblement historique de la gauche, on ne peut que trouver pitoyable ce genre de présentation de l'adversaire et de ses positions. Personnellement -j'ai l'habitude-, cela me donne du tonus!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 13:21

Les habitués du blog s'étonnaient de ne pas avoir d'article ce matin "dès l'aube à l'heure où blanchit la campagne".

Le sujets n'auraient pas manqué pour cette rentrée des classes: les rythmes scolaires, le collège unique, etc ...

J'ai choisi de faire l'école buissonnière!

Par volonté de retenir ce temps superbe du moment qui m'inciterait à rester à l'extérieur (étant allé ce matin à la clinique psychiatrique de Saint Cyr rencontrer des patients, j'ai pu heureusement voir la Loire, ses bancs de sable blond, ses embarcations, ses oiseaux, son ciel), par désespérance aussi de cette jeunesse dont une bonne partie après tant d'années d'école ne saura ni lire ni écrire ni compter aisément. L'abandon de l'écriture cursive, pour la première fois depuis l'invention de l'écrit, achèvera bien les cerveaux.

Les enfants de jadis, avec leurs sabots, réquisitionnés par els parents pour sarcler les betteraves, ramasser les pommes de terre ou vendanger, faisaient  des kilomètres pour aller à l'école, greffant ici un poirier, dénichant là un merle, ouvrant leurs cartables pour réapprendre la leçon, par tous les temps; ils mettront un point d'honneur toute leur vie à essayer d'écrire correctement.

Pour ma part, je n'ai pratiqué l'école buissonnière qu'à la Faculté, quand un cours de droit commercial soporifique allait plomber l'après-midi: nous partions "pétanquer" à Blossac ou taper dans le ballon sur le défunt terrain de foot de l'aéroport de Biard; j'y ai beaucoup appris et surtout j'en ai gardé l'amitié jusqu'à aujourd'hui.

Ah ... l'école buissonnière!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 04:56

Saint Gilles, le saint patron des estropiés, est fêté ce 1er septembre.

On ne sait trop à quel siècle il vécut véritablement dans les abords de ce qui est aujourd'hui Saint Gilles, dans le Gard, pas très loin de la sortie du Rhône, mais son culte était célébré et son pèlerinage, sur ses restes attribués, considéré comme le troisième de la chrétienté médiévale.

La légende rapporte qu'il fut blessé à la cuisse par la flèche du roi Wemba pourchassant une biche et tirant sans visibilité dans un fourré, par dépit d'avoir perdu la bête de vue; or cette biche nourrissait le saint ermite de son lait.

Pris de pitié et de vénération, le roi Wemba fit amende honorable et donna suffisamment de terres à Saint Gilles pour qu'il s'établisse mieux.

Parmi les églises vouées à Saint Gilles, celle de l'Ile Bouchard, en Indre et Loire proche, mais sur la Vienne qui ressemble alors déjà en effet à la Loire, qui possède un beau vitrail de la scène dont s'agit.

L'Evangile invite justement à recevoir à sa table les pauvres, les exclus, les boiteux, les estropiés -justement- qui seront incapables de vous rendre l'invitation, plutôt que vos amis habituels, courtois et civilisés qui vous la rendront dans l'année (Luc, 14, 1a 7-14).

Vive Saint Gilles!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article