Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 07:30

A Tours, près du palais de justice, se trouve -pourquoi ici?- un étrange bâtiment.

Il abrite la brigade d'intervention des déjections canines.

Leur départ matinal en gerbe déployée constitue un spectacle hallucinant digne des films de science-fiction.

J'entends toujours à ce moment-là l'une des premières chansons de Julien Clerc, la cavalerie.

Imaginez des scooters blancs vrombissant de leurs chevaux, petit gyrophare orange à l'arrière, portant fièrement leur chevalier harnaché de noir, casqué à l'invisible, arborant de chaque côté des tuyaux chromés reptiliens du meilleur effet.

Ils partent dans le matin blême à la recherche des excréments des toutous tourangeaux, comme des petits poucets recherchant leur chemin dans la forêt immense.

N'est-il pas vrai qu'en démocrotie il faut lutter contre tous les excrémismes?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 06:57

J'aime cette expression du manteau d'Arlequin chère au philosophe Michel Serres; je crois qu'on peut l'employer au sujet de la réforme territoriale.

Regardez notre département de la Vienne, si hétérogène d'une manière générale (quoi de commun entre Ranton, au nord, si proche de l'Anjou et des Deux-Sèvres, et Chatain, dans le sud, déjà limousin?) et d'une manière particulière (tous ces villages si proches de Châtellerault comme Senilllé, Monthoiron, qui, en dépit de lotissements mitant le paysage, ont su garder un esprit campagnard).

Le nouveau découpage préfectoral qui sert de cadre aux futures élections départementales des 22 et 29 mars a réuni des cantons qui déjà, séparément, étaient parfois étranges, pour en faire des mini-circonscriptions législatives sans unité de vie (sur le canton 5, quoi de commun, en histoire, entre Cenon et la Chapelle-Viviers?).

C'est donc un manteau d'Arlequin qui nous est donné et dont l'unité active tiendra à la volonté politique de ... mailler les territoires, à leur tour rapportés et cousus dans l'immense future région qui réunira creusois, niortais et landais ...

Un manteau d'Arlequin en somme recouvert d'une gigantesque pélerine; j'entends déjà, au loin, la musique de l'orgue de barbarie portable de son futur président, dans la nuit neigeuse, un petit singe sur l'épaule (qui, dans le rôle du singe?!!!).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 05:59

22 et 29 mars 2015: élections départementales, première échéance démocratique, électorale, après cette période funeste.

Je rêve d'une participation record, d'un engouement citoyen sans pareil depuis des décennies; je rêve d'un désaveu des idées d'extrémisme et d'exclusion, dont on compterait les bulletins en modestes unités.

Je rêve d'une primauté donnée massivement aux candidates et aux candidats qui cesseront de considérer les électeurs uniquement comme des mains à serrer tous les six ans, les élus comme des torses à décorer entre janvier et mars et ce mandat départemental comme un trophée de plus à leur tableau de chasse politique et monétaire.

Dans le dernier numéro du journal le Un du 7 janvier, Yves Michaud, fondateur de l'Université de tous les savoirs, dit: "Je souhaite que nous soyons délivrés de notre classe politique. Elle est pléthorique, incestueuse et indéboulonnable. Les chevaux de retour y restent indéfiniment en place. Elle cumule mandats et rémunérations et s'aménage des régimes spéciaux à sa convenance . (...)". Etc ....

J'y souscris; je vois et je subis tout cela depuis la fin des années 70.

Changer d'époque, changer de méthodes les 22 et 29 mars prochain.

Enfin.

On peut rêver.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 16:12

2015.

J'aime assez dans le dernier numéro de Marianne l'article de Guy Konopnicki sur le 15 de sinistre présage, hormis (- par - qui donne + ?...), ... Marignan 1515!

1415 Azincourt, 1615 la guerre civile, 1715 la mort de Louis XIV et l'état du royaume, 1815 Waterloo, 1915 en pleine guerre.

Alors le 15, le numéro du Samu, toujours sinistre?

Non, non, car le 15, c'est aussi le numéro du maillot de l'arrière en rugby, celui du gallois JPR Williams, de Pierre Villepreux, de Serge Blanco et de tant d'autres qui, coincés dans leur en-but, par un slalom impossible, improbable, dans la gadoue, ont sorti des ballons pourris et renversé une situation compromise jusqu'à, parfois, provoquer une contre-attaque miraculeuse et gagnante.

2015 va sortir de l'en-but!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 01:53

L.E.F. comme liberté, égalité, fraternité.

Des trois, c'est l'égalité la plus importante; sans elle les deux autres n'existent pas.

L'égalité entre les hommes fonde la liberté des uns vis-à-vis des autres et elle rend naturelle, évidente dès lors,  la fraternité.

Mais cet ensemble cessera d'être seulement juridique si la liberté est aussi la foi (même uniquement en l'homme), si l'égalité devient l'espérance et si la fraternité s'accomplit en la charité (prendre chair en l'autre et réciproquement); et ce sera comme chez Péguy, la petite soeur espérance (l'égalité donc) qui conduira les deux autres par la main.

Oui, L.E.F. - toi et marche!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 03:20

Le nombre et les circonstances des morts de cette semaine passée ne doivent pas nous faire dérailler.

Il y a certes en Syrie, au Yemen et ailleurs des camps dédiés à la préparation de la guerre contre l'Occident juif et chrétien, lesquels camps recrutent des jeunes perdus de nos cités perdues pour les envoyer en "mission"; si la communauté internationale voulait s'emparer du sujet, dans la semaine ces camps seraient rayés de la carte.

A défaut, c'est donc chez nous, pour que cela ne se reproduise pas, qu'il faut aller travailler l'origine de ces tragiques événements, à travers le parcours de quatre énergumènes dont une jeune femme en fuite; les enquêteurs remonteront ces informations depuis l'école maternelle assez aisément. Le primaire, le collège, le lycée au besoin, les activités, les stups, le rap, le slam, etc ... Quels ingrédients du terreau ont fermenté ces maudits parcours? C'est là-dessus que nous devons ensemble réfléchir.

Notre politique de la ville à fonds perdus, nos choix éducatifs, notre mise à l'écart de l'enseignement de l'histoire et des lettres classiques, notre collège unique/inique, notre obstination à maintenir des illettrés jusqu'à 16 ans dans le système scolaire, notre laxisme associatif aveugle, notre abandon à des capitaux arabes jusque dans ces cités (cécité?), notre leurre entretenu en permanence sur les qualités artistiques de x ou y et les moyens à lui donner pour sortir son CD, notre laïcité à géométrie variable, etc ...

Le diable est parfois dans l'angélisme ...

L'union proclamée, c'est d'abord au travail partenarial sans concession que nous devons nous atteler. Et rendre des comptes à ce sujet par de véritables états généraux.

Le reste, l'espionnage, la police, les interventions de force, le cadre juridique adapté, l'Europe, nous sommes bons; non, c'est la poutre dans notre oeil français qu'il faut voir avant la paille dans l'iris arabe.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 19:45

C'est le titre d'un ouvrage de Glen Bowersock, sous-titré Les guerres de la Mer rouge à la veille de l'islam, traduit de l'anglais (US) par Pierre-Emmanuel Dauzat, qui paraît chez Albin Michel.

Adoulis est un port d'Erythrée qui au VIème siècle possédait un monument en forme de trône sur lequel étaient portées des inscriptions en grec révélatrices du contenu historique de l'époque.

Les régions allant de la Palestine et de l'Egypte jusqu'à la péninsule arabique furent les premières à être christianisées et pourtant elles devinrent le berceau du monde musulman; les juifs d'Arabie ne voulurent pas se laisser absorber par le christianisme (il y avait alors évidemment entre Byzance et la Perse tant de façons de concevoir et de pratiquer le christianisme!), les Ethiopiens chrétiens s'en mêlèrent et c'est de ces affrontements que naîtra la religion nouvelle de l'islam avec le succès que l'on sait.

L'ouvrage est passionnant et sa lecture permet aussi de chercher à comprendre en partie, en évitant le piège de l'anachronisme et du barbarisme, le pourquoi de la "guerre" religieuse dont on nous parle aujourd'hui. Le pire ennemi, en ce moment, c'est l'ignorance.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 03:32

Aujourd'hui à 14 h30, rendez-vous devant le kiosque, "sur le plan", comme on disait jadis à Châtellerault.

Le kiosque, même si depuis belle lurette on n'y vend plus de journaux, c'est le symbole de la presse, de la liberté de la presse.

On ne sait pas qui en a eu le premier l'idée, mairie, Ligue des Droits de l'Homme, partis politiques, associations diverses, peu importe.

Comme à Poitiers hier- je n'ai jamais vu la place Leclerc aussi noire de monde-, la foule se masse de manière spontanée. Les places devant les mairies sont les lieux les plus explicites du sentiment d'être citoyens du monde, on y converge naturellement.

Dans ces moments, n'importe quel voisin pressé contre vous par les mouvements de houle devient un ami, un frère.

Faut-il donc des drames, des deuils immenses, du sang de nos aimés sur les murs pour qu'enfin nous prenions conscience de notre humanité commune? Applaudir à tout rompre vers le ciel, oui, oui. Mais demain, la semaine prochaine, quand l'ordinaire de nos vies reprendra ses droits?

Retenir la belle fraternité qui nous unit depuis mercredi. S'il vous plait.

Au kiosque, citoyens!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 02:25

J'aimerais en parler avec l'Imam de la Mosquée de Bordeaux qui par deux fois au Chillou devant les Musulmans de Châtellerault fut mon complice en théologie comparative; homme de grande culture, d'intelligence fine et d'humanité pleine.

Deux sujets me tiennent à coeur qui sont à l'origine des drames de ces derniers jours:

- l'absence de "clergé" en Islam, de hiérarchie organisée jusqu'à un "pape" qui donnerait le cap aux fidèles et rappellerait les fondamentaux, absence préjudiciable dans ces pays où des illuminés s'intitulent "prophètes",

- l'interdiction de la représentation des images du Prophète, débat que l'Eglise primitive a réglé favorablement s'agissant des images du Christ, dans la douleur, mais définitivement, au second concile de Nicée en 787, peu de temps finalement après les débuts de l'Islam.

Ce sont de belles questions, des vraies pour hommes -et femmes évidemment!- de bonne volonté.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 00:02

J'entends bien ces appels à l'union nationale, ces manifestations collectives avec la multitude des pancartes "je suis Charlie" et les sanglots de ceux qui ont perdu les illustrateurs de leur jeunesse. Et donc leur jeunesse.

Je pense en particulier à Georges Wolinski, la finesse même, une immense culture, un art de vivre, une douce jubilation, qui, petit, a perdu son père assassiné et qui meurt aujourd'hui, assassiné à son tour; une de ses phrases peut lui être "re-sortie": "le premier homme qui est mort, cela a du lui faire drôle". Et le dernier homme qui est mort, Georges, toi, cela a du te faire drôle ...

Nous pleurons tous parce que nous avons tous été -un peu- assassinés par, on l'imagine, deux jeunes, deux frères,  issus de nos écoles, de nos collèges, de nos quartiers, de nos studios d'enregistrement, des enfants que nous avons faits; dès le début je n'ai jamais cru à des professionnels, oh non, mais à des "néo-professionnels".

Ce que je voudrais, c'est que cette union nationale ne soit pas que de façade, momentanée, pour les besoins de la cause, mais que nous puissions vivre ensemble ainsi, longtemps, longtemps, longtemps, que le chagrin nous soude; au fond, véritablement, dans l'animation de nos villes et de nos villages, dans la gestion de nos deniers publics, dans la recherche de solutions économiques ou d'habitat, quand les élus sont honnêtes, qu'est-ce qui nous différencie au point de nous étriper, de nous invectiver à ce point?

Déjà, là-haut, Cavanna, Choron, Cabu et Wolinski s'étreignent. Et nous?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article