Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 04:39

JPR (pas Williams, l'arrière gallois mythique), et les médias avec, estime que l'affaire est dans le sac et que le scrutin sénatorial du 28 septembre est déjà acquis pour qu'il prétende avant la course à la présidence du Sénat.

La peau de l'ours ...

Le lièvre et la tortue ...

Larcher n'a pas encore sorti ses flèches et le vétérinaire chasseur a plus d'une corde à son arc.

Localement les choses ne sont pas faites, encore plus pour son alter ego chauvinois qu'il semble "tutéler" et protéger. Faiblesse au point que Dupond sorte toujours avec Dupont de six ans son aîné?

Ce serait faire offense aux grands électeurs pour beaucoup nouveaux et pour moitié (et pour la première fois) femmes que de les priver d'emblée de leur liberté d'esprit, de leur indépendance, du discernement dont ils sont capables pour acter leur choix, qui est simple et respectable:

- ou continuer la relation zureraine des sénateurs en place, notables touristiques, coupeurs de rubans, inaugurateurs de rocades, distribuant dans l'opacité secrète leur réserve parlementaire,

- ou bien changer la donne en effet pour une relation égalitaire entre des sénateurs de la nouvelle génération et des élus qui seront désormais les "conseillers économiques, sociaux et environnementaux" de ces parlementaires issus de leur rang, engagés dans un seul mandat prenant.

Comment un Sénat pourrait-il être "rebelle" quand celui qui prétend avant l'heure vouloir le gouverner incarne le caractère le plus conservateur, le plus "onctueux"",  et même le plus "oint" qui soit des liens entre élus sénateurs et élus locaux. Médaille par çi, médaille par là. Sans vouloir polémiquer, "rebelle", c'est à se tordre de rire ?!

J'aime cette campagne, on touche au coeur de notre département, les élus sont gens sensés, courageux, bosseurs, ils attendent désormais autre chose.

Passons avec eux, enfin, du 19 ème au ... 21 ème siècle dans la manière de fonctionner dans l'intérêt des territoires. Le salut politique viendra du local.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 15:56

En 1984, alors à la Maison centrale de Saint Maur, un groupe de détenus monte "Réclusion" et joue le soir après le boulot et avant la fermeture des cellules individuelles.

L'un d'eux, Michel Chaloyard, alias Mick Delion, en est le chanteur, l'animateur, l'âme.

"QSR", "Ce soir moi j'attends une lettre de toi ..." sont les deux tubes de la formation.

Le Ministère autorise la fabrication d'un disque en prison, une première.

Le passage de Maxime Le Forestier à l'établissement sera le signe du destin; la star est séduite par le climat des chansons.

Je me bats avec mon directeur, Jean-Pierre Ricard et mon collègue, l'aîné, Horace Manenti dit Fanfan, qui avait connu Mick Delion à Bourgoin-Jallieu, pour que le juge d'application des peines -un châtelleraudais comme moi, avec quinze ans de plus, mais ça va jouer affectivement- "lâche" le principe d'une permission de sortir pour chanter au Printemps de Bourges, à la Grange aux Dîmes, à condition que ... nous prenions l'engagement solennel d'accompagner Mick Delion et son acolyte guitariste -dit Nounours Blues- et d'assurer la garantie du retour ...

Nous voilà partis avec nos blousons de cuir.

En descendant de l'estrade, avec une grande émotion, Mick Delion avait franchement envie de se jeter dans nos bras, mais la retenue "administrative" de l'époque, nos statuts d'alors, nous empêchèrent stupidement d'en venir à cette démonstration.

Je n'ai pas été élu à Châtellerault du "bon côté du manche" et je ne peux donc mettre en oeuvre un projet qui m'aurait tenu à coeur avec Mick Delion, sur la prison, mais trente ans après, je suis heureux d'échanger avec lui et d'apprendre qu'il vient d'enregistrer un morceau que j'aime beaucoup, "les tapis volants" (sur You Tube, Mick Delion); nous avons certainement une dette l'un envers l'autre, une dette mutuelle, que nous règlerons joyeusement un de ces jours.

Que ceux qui me lisent et qui ont des entrées dans le show business et la production n'hésitent pas à l'aider: il le mérite.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 05:27

L'autre jour, arrivant au Palais de bonne heure, le péristyle et les marches sont envahis par une foule qui attend l'ouverture. Pourtant ce n'est pas la session d'Assises et ce public n'a pas davantage l'air de compter de mines patibulaires citées à comparaître!

En réalité il s'agissait de "supporters" de la cause des chats, l'une des affaires amenant à juger un individu s'étant livré à des actes de cruauté envers deux chatons adoptés.

Certes, c'est laid, insupportable.

Et des défenseurs de "la veuve et de leurs félins" de demander légitimement réparation.

Mais, dans les semaines précédentes, les travées étaient quasiment vides pour une affaire de violences volontaires commises sur un malheureux bébé secoué.

Etrange société tout de même, mobilisée pour la cause animale davantage que pour la cause humaine. L'homme n'est-il pas un animal?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 09:21

Un profond remerciement aux responsables musulmans de la Grande Mosquée de Paris qui ont lancé cet appel dit de Paris il y a quelques jours appelant au respect de leurs frères chrétiens persécutés, pour la plupart arabes, qu'on appelle les chrétiens d'Orient.

Le texte est riche et condamne fermement l'utilisation de la violence pour asseoir l'Islam.

Peu de médias, surtout audiovisuels, en ont parlé, hélas.

Le mot "civilisation" revient plusieurs fois, sur cette terre partagée depuis des millénaires désormais.

Je pense qu'à Châtellerault, nous pourrions avoir un temps commun de prière: dire non à ces comportements inqualifiables comme peindre un N rouge (pour Nazareth) sur la porte des chrétiens. Nos frères d'Orient attendent notre mobilisation.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 18:44

Clémenceau, un radical, disait qu'"en politique, il n'y a qu'une faute: désespérer".

Pendant cette campagne humainement passionnnante des sénatoriales, j'y songe en étant dans mon jardin: un vieux lilas mauve, plus vieux que moi, que nous avons dû en partie émonder cet hiver, vient de donner en son sommet, en septembre, une superbe fleur, cinq mois après la période normale de floraison. Incroyable. Donc, tout est possible. Ne pas désespérer. David contre Goliath bis. Vous serez surpris!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 02:07

Voici ce que j'écrivais le 30 juin 2013:

"L'homélie de Jean-Pierre Jammet à Lésigny samedi soir fut encore plus tonique que d'habitude, c'est peu dire, et j'en ai tiré des enseignements comparatifs avec la politique.

1- La crise du "militantisme" frappe religion et politique de même manière; je me souviens, quand j'ai adhéré au PS en 1981 au contact de Robert Badinter, que tout le département de la Vienne, canton par canton, était alors recouvert de sections; Micheline Lièvchin était venue à Dangé constater que le puzzle était alors complet; aujourd'hui.... De même les églises, rurales en particulier, n'ont-elles plus que quelques têtes grisonnantes dans les travées et les enfants ont-ils déserté le caté.

 A l'instar des communautés paroissiales qui vont se mutualiser (exemples: une seule paroisse pour tout Châtellerault au lieu d'un côté St Jacques, S Jean Baptiste, Antoigné et ailleurs séparément Ozon et Châteauneuf, 17 communes autour de l'unique paroisse nouvelle de La Roche Posay au lieu de seulement Lésigny, Mairé, Barrou et Chambon autour aujourd'hui), les communautés de communes new look  et les nouveaux cantons doubles ou quadruples vont éloigner paroissiens d'un côté, citoyens de l'autre, de ce qui est le coeur de leurs engagements respectifs; c'est le sens de l'histoire dit-on, en se projetant seulement vers l'avenir, sans nostalgie comparative, puisque "celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu." (Saint Luc, 9, 51-62).

2- Ceux qui, pour combler ces vides, sont appelés en religion ou sollicités en politique ont souvent des alibis, des excuses, des jokers pour refuser les responsabilités paroissiales ou politiques qu'on leur propose: "ma femme travaille à la mairie", "je suis déjà engagé avec les parents d'élèves", "mon boulot est prenant" (cela aujourd'hui), "Laisse-moi embrasser mon père et ma mère" (Premier livre des Rois, 19, 16b, 19-21), "Permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père", "Laisse-moi d'abord faire mes adieux au gens de ma maison" (Luc, 9, 51-62).

Ne pas regarder en arrière, mais éternel recommencement?".

Nous avions cette discussion le 4 septembre en mairie après les cérémonies  de la Libération de la ville, avec Philippe Mis, ancien militaire officier supérieur, et le nouveau prêtre de la nouvelle paroisse centrale Saint Roch, le Père Jean-Luc, pour constater que pratique laïque et pratique religieuse, c'était, hélas, pareil ...

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 04:09

C'est un billet d'humeur, de mauvaise humeur.

J'en discute avec certains, notaires, huissiers, commissaires priseurs, qui étaient certes dans le viseur du disparu ministre Montebourg -"pour donner plus de pouvoir d'achat aux français"- mais restent dans celui de l'Europe et, plus loin, du libéralisme mondialisé.

Ils craignent qu'à l'avenir ce soit Vinci et autres qui fassent leur travail, à prix réduit en apparence, armés de juristes bardés de diplômes et de compétences statutaires mais payés au lance-pierre; ils le craignent sérieusement.

Je leur raconte ce que je disais il y a au moins vingt ans à mes jeunes collègues: "Un jour, vous verrez, la justice sera une délégation de service public confiée au privé, nos toges ne seront plus noires avec un jabot blanc mais jaunes, vertes, mauves, bardées de publicité comme les pilotes de Formule 1; à l'audience, il y aura, comme en boxe, des jeunes femmes dénudées qui annonceront les numéros des affaires à venir, montreront la publicité de la marque qui aura acheté l'espace de l'audience, etc ...". Mes camarades juvéniles riaient.

Ce n'était en effet qu'un trait d'humour mais, mais ... les auxiliaires de justice sont dans le collimateur, pourquoi pas, un jour, la justice elle-même? ...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 03:56

Je remets l'ouvrage sur le métier en parlant de la Musardine, cette maison de retraite dite de l'hôpital, en bord de Vienne, entre la Taupanne et l'ancienne clinique Saint Romain.

Ses occupants vont être relégués sur le plateau des Gâts où toute la gériatrie est centralisée. La décision est prise dans l'indifférence depuis longtemps. Le site sera sans doute vendu.

Depuis 2008, je plaide pour qu'il y ait là une résidence inter-générationnelle, avec une crèche, un jardin, un foyer de jeunes travailleurs (absent à Châtellerault), des jeunes couples, tous s'engageant à un art de vivre partagé avec les aînés.

L'école d'arts plastiques est mitoyenne, comme la maion du théâtre (une autre de mes idées 2008!), idem les écoles -publique et privée-, que de choses à faire ensemble!

Les aînés valides avaient l'habitude d'aller à pied au marché, à Monoprix, au bistrot; on me dit qu'il y aura des navettes, je sais ce que cela veut dire progressivement pour ces gens déracinés et regroupés loin de la ville; ils s'étioleront doucement.

Tout cela est à contre-courant de la littérature scientifique sur la bien-traitance et la bienveillance à l'égard des anciens.

Nous avions une occasion exceptionnelle de bien nous faire remarquer. Loupé.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2009
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 03:45

Toujours dans le rangement, je suis contraint de jeter d'antiques guignes à l'eau de vie absolument immangeables.

Cela me rappelle un souvenir d'enfance, à la ferme de mes grands parents à la Petite vaux, route de Pleumartin.

Ma grand mère avait fait de même avec des bocaux surannés en en jetant le contenu sur le tas de fumier. Oh mon Dieu, quelle idée!

Les poules friandes se précipitèrent sur les cerises guignes avec enthousiasme et appétit de folie; oui, mais ... peu de temps après les emplumées titubaient, tombaient, zig-zaguaient, ivres d'alcool. Un spectacle hallucinant.

Je veille donc à la meilleure évacuation possible.

Quand je pense qu'il y a des marins qui s'amusent, whisky à la main,à voir voler les mouettes sur le dos!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 06:58

4 septembre, anniversaire de la Libération de Châtellerault du joug nazi.

Presque chaque année il fait un temps très beau, comme jeudi soir; la Vienne, puisqu'il s'agit d'abord du sauvetage du Pont Henri IV, est admirable, la croix des mariniers émouvante.

En dehors des officiels, des élus, de quelques proches, d'anciens: personne, le public, les habitants sont absents. Cette année, aucun enfant ou adolescent pour lire un texte.

Jusqu'à l'année dernière, depuis le Pont, nous allions à pied au monument des Martyrs de la Résistance puis au jardin public devant les stèles; l'autre soir, l'âge des porte-drapeaux, leur fatigue ont nécessité que le car fît le périple, ajoutant ainsi à la confidentialté des hommages rendus. Un car avec des places libres.

Pour ne pas sombrer, le devoir de mémoire doit être aujourd'hui un devoir d'invention, le commémoriel, comme on dit aujourd'hui, ne suffit plus; le Pont ayant été sauvé le 30-31 août 1944,  je propose que les fêtes autour de la Vienne en fin d'été intègrent désormais les cérémonies de sauvetage du Pont et, partant, de la Libération de Châtellerault.

Avec, pourquoi pas, une reconstitution, par exemple, de l'enlèvement des barrils de poudre par de jeunes nageurs (une pensée pour le défunt mari de Colette Lacroix qui, à 16 ans en 1944, y participa contre tous les dangers et sans en retirer aucune gloire; Colette vient chaque année sur le Pont).

Sinon, quand nos anciens ne seront plus là ou disponibles, le dépôt de gerbes (ah cette eau froide qui dégouline dans les manches du porteur non préparé!) et la sonnerie aux morts avec la Marseillaise pré-enregistrées (quelle tristesse dans une ville musicienne comme la nôtre) ne serviront à rien. On a déjà vu jeudi que l'absence de Jacky Joseph, habituel et expérimenté maître des cérémonies, avait perturbé le déroulement de la célébration.

Et puis que l'on donne enfin le nom d'une rue au commissaire de police Bichat, résistant de l'ombre, et qui pour sauver les Ponts (Neuf et Henri IV) prépara et fit réussir l'intervention en allemand du sous-préfet Wiltzer dont seul le nom a été retenu par l'histoire officielle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article