Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 18:28

Eh bien si, j'ai relu Andromaque, publié en 1667 par Jean Racine .. Mais j'ai souffert de ce style ampoulé aux rimes parfois surfaites, entre les seconds couteaux et Pyrrhus, Hermione, Oreste, Andromaque et son fils Astyanax que l'on ne voit jamais (mais qui, lui, restera vivant!).

Attendre le 1638 ème vers sur 1648 pour lire: "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes?" ...

Heureusement j'avais comme aide l'excellent complément pédagogique de Marguerite Vaudel, agrégée des lettres, qui fut ma collègue à l'IUT Tech de Co, chargée de l'enseignement lié à la communication.

Nous la taquinions en l'appelant Andromac'Donald, qui collait mieux à la génération enseignée.

Son complément est fait pour les lycéens d'aujourd'hui, qui méconnaissent la mythologie, l'histoire, les grandes vertus à l'oeuvre et ont du mal à lire; ambition: leur faire intégrer que la tragédie est l'ancêtre du cinéma.

S'il faut en passer par là.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 04:56

Le 15 août (est-ce survivance mariale, fuite en Egypte et Rameaux?) de nombreux villages -ici Availles, Sauzeau dans le nord Vienne vers Ouzilly Vignolles, Savonnières en Indre et Loire, etc ...- organisent des courses aux ânes ...

Pauvres bêtes (je parle des animaux), qui pour la plupart n'ont jamais couru, se font houspiller, maltraiter par des jockeys qui n'en ont ni la taille ni la sobriété, partent dans un sens, se cabrent, en "reprennent une" sous les vivas et les quolibets. Quelle tristesse...

Moi, comme Francis Jammes, J'aime l'âne si doux, mon animal biblique aux yeux tendres et aux oreilles éveillées.

Merci aux organisateurs du 15 août à Availles d'avoir renoncé aux courses d'ânes, cette corrida du pauvre rustique; déjà que le "baptême" des ânons avec un faux curé, c'était moyen-moyen ...

Animal, être doué de sensibilité, oh que oui.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 06:23

J'aime, dans les ports de pêche, regarder le nom des chalutiers; le patron y met sans doute toute sa conviction, sa foi et son originalité. Noms de villes, de filles, de pays, de vertus, de chansons, etc ...

L'un m'a bien plu: "L'hérétique". En quoi, diable, un marin-pêcheur peut-il revendiquer pour son bâtiment une telle opiniâtreté "à contre-courant" des modes, des habitudes ou des réglementations?

S'embarquer sur "L'hérétique" ...

Une pensée particulière pour le sieur Boutet, jadis professeur de lettres et ancien maire consensuel de Bressuire, poète, sculpteur (1), qui embarqua sur un cargo il y a quelques années et en tira un bel ouvrage.

(1) Notamment sa bibliothèque de la mer, conçue en meuble-étagères portant des livres en bois provenant des marées. Génial. Il est aussi l'inventeur du jardin des sculpteurs qui réunit en juillet pendant une semaine dans les fossés du château de Bressuire des artistes de la pierre, du bois et du fer, qui vivent ensemble et s'engagent à laisser leurs oeuvres dans la ville. Bressuire en est parsemé (e) dans les ronds points et les cours d'écoles.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 09:12

Pendant ces vacances, nous avons eu la chance d'assister au spectacle d'un petit cirque bien qu'il s'enorgueillît de porter le nom d'un cher disparu célèbre du monde de la piste.

Comme souvent en ces cas-là, les mêmes artistes sont-ils appelés à jouer plusieurs rôles: le dompteur des lionnes fut à la fois clown, homme de piste et dresseur de chevaux, et le jongleur porteur d'acrobate, l'indienne vendait des pop-corns.

Les rues du village étaient chaque jour sillonnées par la voiture publicitaire animée par notre dresseur-clown, etc ...

Par comparaison, notre monde politique, je parle des gouvernements, des villes, des collectivités publiques, par souci d'économie et gage de polyvalence, ne pourrait-il pas ainsi être plus "ramassé" et faire travailler des élus et des responsables sur plusieurs thématiques? Quand on peut dresser des lionnes et faire le clown, plus le "porte-parole", on doit bien pouvoir imaginer qu'on puisse traiter à la fois de l'agriculture, de la culture et de la communication, non?!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 02:45

  Voici ce que j'écrivais le 26 août 2009: 

"J'ai déjà eu l'occasion d'écrire sur la SAINT ROCH, cette fête châtelleraudaise des temps jadis en mémoire du saint imploré pour sortir d'une peste terrible au moyen âge, mais, là, cette année, avec si peu de manèges sur les Promenades, je reprends la plume: qui osera secouer cette ville pour qu'elle vive?" ... en passant hier sur les Promenades, c'était d'une tristesse...Je sais qu'en cure de laïcité (que je partage), ce que j'énonçais ne plaît pas à tout le monde, et pourtant l'idée peut faire venir du public et attirer l'attention médiatique:

 "Qui fera de la SAINT ROCH nouvelle une très belle fête? Une belle messe en plein air avec la statue de SAINT ROCH et de son chien acheminée en procession depuis l'église SAINT JACQUES (rajout de ce jour: d'autant que désormais Châtellerault ne compte plus qu'une paroisse unique, appelée Saint Roch) , un grand concours canin autour des chiens de secours  (ou d'aveugles, ajouté-je aujourd'hui) par exemple, un débat sur une maladie "moderne" (tiens, la fameuse grippe dont on nous rabat les oreilles), une mobilisation de type apprentissage des secours avec les pompiers, les hospitaliers et la Croix Rouge par exemple, etc... "

 "Car voir CHATELLERAULT désespérément vide ce 15 août (ce 29 juillet désormais) avec trois manèges qui se battent en duel et cependant nos éternels berlingots (là, je ne les ai point vus!), c'était à vous filer la dépression... "

 

Aujourd'hui, de manèges, il n'y en a plus que deux, les berlingots ont disparu, seul Michel La Frite assure le spectacle et on ose nous présenter la Saint Roch comme une réussite  dans une ville où les touristes étrangers se battent pour y séjourner ......

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 00:17

La Croix consacre sa dernière page aux chansons de la guerre 14-18.

Il y a peu, c'était au tour de "Quand Madelon" de Louis Bousquet et Camille Robert, conçue en 1914.

J'ai entendu souvent cette chanson dans les repas de famille et les banquets de ma jeunesse, puis, par miracle, elle était la chanson de mon régiment, le 405 ème régiment d'artillerie à Hyères, dans le Var.

Nous défilions régulièrement en l'entonnant au pas; je la préférais de loin à "Contre les Viets, contre l'ennemi", évidemment.

Quand nous étions "punis" par les gradés, nous étions condamnés à faire devant eux des tours de caserne en chantant "Quand Madelon"; en tête de ma section, les poumons et la nostalgie déployés, j'adorais hurler "pour le repos, le plaisir du militaire, il est là-bas à deux pas de la forêt ...", etc ... certains des bidasses substituaient à "comme son vin son oeil pétille" autre chose que son oeil, mais ça passait dans le flot ...

Le colonel, qui en avait eu son saôul, vociférait après moi pour que je m'arrête et je faisais comme si je n'avais pas entendu ; encore un peu de "Nous avons tous au pays une payse que l'on attend et que l'on épousera ...".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 00:09

Le président de la République, dit-on, n'aime pas les vacances. C'est dommage.

D'autant qu'il impose cette conception aux autres!

Car le temps des vacances nous met aussi face à nous-même; on imagine que la fonction ne permet pas la distraction totale, certes, mais être habillé plus souplement, ne pas avoir de pression d'urgence, se trouver dans un lieu différent et, surtout, se plonger dans des livres, en parler autrement avec les tiers de l'entourage, marcher sans but, avec un bâton à la main, connaître d'autres horizons, cela fait descendre en soi et c'est salutaire: vacances, vacance, vide.

On va à l'essentiel.

Le pouvoir aurait-il peur d'être confronté à lui-même?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 09:54

En Argentine, la présidente des Grands-Mères de la place de Mai a retrouvé son petit-fils après trente-six ans; celui-ci est pianiste.

Cela m'a rappelé un souvenir du temps de la Centrale de Saint Maur, c'était en 1985; comme je l'ai déjà écrit ici, des artistes avaient coutume d'y venir. Cétait au tour du pianiste argentin Miguel-Angel Estrella de monter sur scène, seul avec son instrument.

On s'en souvient, Miguel-Angel Estrella, qui fut torturé, aime se soulever, interrompre son morceau, parler debout de ce que lui inspire le passage qu'il joue; il fit de même à Saint Maur, évoquant à un moment sa pampa natale.

D'un seul coup, un détenu caractériel se lève et interpelle vertement le musicien qui, à l'époque, était une sommité dans son art: "Hé, ho, toi, on n'est pas venu ici pour entendre des discours, alors tu retournes sur ton siège, tu te tais et tu joues!".

Miguel-Angel Estrella s'est en effet reposé sur son tabouret et il a presque fallu lui demander solennellement, très tard, de s'arrêter de jouer.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 02:34

L'été, les vacances, période propice aux engagements ... lectoraux.

On se promet qu'on va relire Andromaque, le Rouge et le Noir, l'Education sentimentale, le Génie du Christianisme, le tout matiné de poésie, Eluard, Aragon, Desnos, Mallarmé, Louise de Vilmorin, ah oui, tiens, Patrice de La Tour du Pin.

On boucle les valises, on bourre le coffre, tout est prêt. Mais les livres, les livres! Parmi les centaines, les milliers même, pas un ne se détache. Jean Duvignaud, Christian Bobin, et puis des livres de sport. Ne pas oublier le bloc-note pour les projets d'articles, de conférences. Chercher l'inspiration face à l'océan ou aux gouffres montagnards.

"Que reste-t-il donc qui ne soit pas neuf, ou plutôt nul, ni percevable ni conçu, quelque chose que personne nulle part ni jamais n'a su?", écrivais-je il y a longtemps dans un de mes premiers textes publiés. Tout l'enjeu de l'écriture!

Un clin d'oeil à Catherine Braud et aux Editions des Prouvaires.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 01:12

Jean-Pierre Jammet célébrait samedi soir 2 août son avant-dernière messe à Lésigny. La multiplication des pains dans Matthieu. Homélie simple et élevée, comme toujours.

Notre prêtre, comme chaque année à ce moment, part quelques jours à Lourdes pour aider à la prise en charge des malades; il a déploré ne pas avoir trouvé de remplaçant pour le week-end prochain, citant tout de même des messes possibles à Descartes, Preuilly, la Bussière.

Manque de prêtres, non, de paroissiens!

Lors de l'envoi, Jean-Pierre Jammet a rappelé que le pape François, avant d'être pape, avait suggéré d'ordonner des hommes mariés -et non d'ordonner des prêtres qui se marieront-; l'idée emplit de doute notre curé local ...

Dernière messe à Lésigny avec lui le 30 août: ne pas lésiner sur Lésigny!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article