Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 08:05

La presse évoque ces jours-ci le cas des enfants rackettés à l'école, et notamment au collège -compétence Conseil général-.

Quand j'étais substitut des mineurs entre 1996 et 2002 dans la Vienne, au-delà de la convention de lutte contre l'absentéisme scolaire que j'avais initiée, j'avais également mis en place celle relative à la lutte contre les infractions commises dans et aux abords des établissements.

Dans ce cadre, lors des réunions de travail avec les enseignants et les équipes pluri-disciplinaires, y compris les agents d'entretien dont la qualité d'observation est pertinente, nous avions abordé le cas des enfants rackettés.

J'avais demandé de sortir de nos clichés en ne braquant pas seulement notre attention sur les profils de pré-délinquants mais peut-être en priorité sur ceux qui pouvaient avoir une allure de "victime" désignée (le "petit gros", le fils de riche, le premier de la classe, etc ...), bref celui qu'on a intérêt à coincer toujours à plusieurs dans des endroits discrets, soit pour l'humilier, soit pour lui soustraire argent ou objet, ou les deux. Cette approche un peu "renversante" avait porté ses fruits.

J'ajoutais que le racketteur ou l'agresseur en chef, souvent mal à l'aise dans sa grande carcasse, compensait à sa manière, dans un  phénomène de cour, les problèmes personnels ou familiaux qu'il subissait, dont la violence.

Derrière, au Parquet, nous faisions du sur-mesure, avec des délégués du procureur exceptionnels, pour que tout cela soit compris, des deux côtés, et ne se renouvelle pas.

Toujours l'exigence républicaine, et au coeur l'égalité, qui est le respect de l'autre.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 07:23

Une fois le bruit de la sonnette entendu (des fois il n'y a rien pour se manifester), on attend:

- il n'y a personne en vrai; on laisse un mot;

- il n'y a faussement personne (le chien a aboyé, une lumière s'est éteinte, on a "boulité" à la fenêtre des WC); on sonne encore un peu, puis on laisse un mot;

- ça ouvre, on est couvert d'insultes (je me souviens en 2004 avec Gilbert Guérineau: "Vous n'êtes que des m..., retournez sur le trottoir où est votre place". Oups....);  ou bien "Vous êtes les mêmes, tous pourris, y'a que l'argent qui vous intéresse"; ce n'est pas dans ma nature mais comme je me fâche une fois par an, ça peut tomber à ce moment-là;

- ça ouvre; refus sec, majoritairement féminin: "je ne fais pas de politique, cela ne m'intéresse pas";

- ça ouvre; refus plus aimable, uniquement féminin (pour l'instant...): "Mon mari n'est pas rentré"; on donne notre prospectus et on part;

- ça ouvre, on se présente,  mais la personne répond qu'elle vote à droite, que nous sommes bien gentils, que ça ne changera rien à ses opinions, etc... on ne discute pas,  mais on laisse le prospectus par politesse;

- ça ouvre et on accepte de nous faire entrer: première variante, assez courte, on reste debout dans l'entrée -pas bon-; deuxième variante, -meilleure- on peut être assis, c'est mieux pour parler, souvent de tout et de rien et peu de politique; troisième variante -on progresse-, il faut visiter le jardin et la plante très rare qui se trouve dans la serre; quatrième variante -on tient le morceau!-  "vous allez bien boire quelque chose?!": acceptez! L'élection passe par là, y compris par l'absorption de breuvages dignes des Tontons flingueurs ("on dirait qu'il y a de la pomme" (...) "y'en a"). Le refus serait mal vu, comme de dire "j'ai connu une polonaise qui en prenait au petit déjeuner"... Non, non, c'était excellent.

Je confesse que mon métier de magistrat m'a beaucoup fait entrer dans des logements, parfois contre le gré des gens, et que l'intrusion dans une intimité  est toujours pour moi un événement à part (on voit de tout, et on voit tout de la vie des habitants du lieu; objets perso, photos, souvenirs, décoration, ...); ce n'est jamais un moment anodin.

Le mystère incarné de l'élection.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 17:41

Nous étions en train de travailler samedi dernier ensemble sur l'un de nos projets d'action, à savoir la lutte contre le logement insalubre, qui touche en priorité comme victimes les plus démunis.

En effet, qui dit logement insalubre, mal ou pas isolé, dit consommation d'énergie excessive, dépenses exorbitantes au sein de familles déjà en diffficulté.

Et repli sur soi, car on a honte, d'où le titre de la chronique.

La presse locale a sorti en semaine un article consacré au travail du Secours catholique de Chauvigny, confronté à l'augmentation importante des personnes sollicitant des aides et parmi elles de celles demandeuses de ... couvertures; c'est aujourd'hui hallucinant.

Les procureurs de la république ont pour mission de lutter contre le logement indigne, ils disposent de moyens d'investigation; avec la direction départementale de la cohésion sociale, ils doivent être sollicités, au premier chef par les élus locaux qui connaissent très bien sur leur territoire les marchands de sommeil et les abuseurs; certes il existe des propriétaires guère plus gâtés que leurs locataires et qui tirent le diable par la queue. Raison de plus pour monter des dossiers, se battre sur les aides, les procédures, l'hébergement d'urgence, les échanges avec la Caf, les associations militantes ou les bailleurs sociaux, etc ...

Bref un véritable travail d'élu disponible, en réseau, partenarial, transversal, presque technicien.

La lutte contre le logement insalubre est au coeur de l'exigence républicaine et en particulier de la revendication fraternelle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 06:04

Comme par le Christ dans Marc 6, 7-13,  nous sommes envoyés en mission deux par deux pour le porte-à-porte.

Deux.

Théologiquement, l'envoi par deux est conçu pour porter témoignage en cas de survivance d'un seul ... témoin, en grec, signifie martyr...

Politiquement, il est toujours mieux d'être deux quand on toque à une porte pour engager la discussion et la promotion du ou des candidats, non pas par crainte de l'agression ou autre déconvenue, mais par stratégie simple de conversation; il est plus facile de "relancer", l'autre a un "truc" à placer quand le premier au contraire a un "trou", on se complète, on fait écho, on surenchérit au besoin, l'un raconte une anecdote pendant que l'autre fouille ... son argumentaire ou prend des notes sur son calepin au sujet de la plaque d'égout qui fait du bruit au passage des bus ou du nid de poule "où ma femme a crevé en vélo" (sic).

D'où l'importance du binôme,  complémentaire, avec un élément plus "fort" que le second, presque sur le thème maître-valet (mais des fois le valet est plus malin, plus subtil voire plus efficace que le maître), renvoyant à toute la littérature de Cervantes, de Molière, de Brecht, de Diderot notamment, et même à une certaine filmographie (Laurel et Hardy, et tous les "couples" de policiers) ou au cirque (mais que le clown blanc n'humilie pas trop l'Auguste!).

 Duo mixte ou unisexe, aujourd'hui tout est possible!

Le porte-à-porte "rapporte" mais sans excès: je l'ai vérifié en 2008 entre les deux tours malgré la baisse de mon score final; là où nous étions passés (Sainte Catherine, Minimes en particulier), nous avions grapillé des voix; les athlètes (que d'escaliers!) qui m'accompagnaient, et sont toujours là, s'en souviennent.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 19:44

L'Assemblée nationale a fait des efforts de "transparence" en matière d'utilisation de la réserve parlementaire, mais le Sénat traîne les pieds, avec seulement l'engagement de Gérard Larcher de mettre en place une "charte éthique". Ouais ...

Il est vrai que les sénateurs étant élus -souvent pour longtemps, 12 ans et plus généralement- par les grands électeurs, le secret sur la répartition de la manne parlementaire est évidemment bien entretenu.

On ne va pas dire que certains sont "achetés" mais la récompense crée la dépendance, ne serait-ce qu'inconsciemment.

La corruption trouve là son étymologie: cumrumpere, rompre l'équilibre, rompre l'équité entre les personnes, les collectivités et les associations. Selon que vous êtes ou non "du bon côté du manche".

Nous sommes ainsi dans un système féodal de rapports suzerains, protectionniste, paternaliste, avec prébendes, privilèges et hochets, système féodal ripoliné en démocratie constitutionnelle moderne, dans l'ignorance des manants.

L'opacité n'est décemment plus soutenable.

Personnellement, je suis carrément opposé au principe même de la réserve parlementaire: que le montant correspondant en soit versé à la Préfecture, sous son contrôle, et que les parlementaires, avec les autres élus -départementaux et régionaux-  remplissent en effet leur rôle -public- d'instruction et de soutien de tel ou tel projet -public aussi-; là, la démocratie vivrait. Car la suspicion disparaîtrait.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 04:39

Michèle Delaunay, qui fut sous Jean-Marc Ayrault ministre des personnes âgées et de l'autonomie, à l'invitation de nos camarades de route Nadia Bigre et Léopold Brugerolle, est venue mercredi soir à notre rencontre à Dissay, dont le maire a pu présenter son projet de village seniors, freiné par le conseiller général en titre qui a préféré promouvoir sur sa -riche- commune une résidence seniors privée de standing. Deux conceptions de la société!

Michèle Delaunay, qui a vaincu aux législatives un Alain Juppé sur des terres bordelaises taillées pour lui, nous a donné une admirable leçon de ténacité, d'innovation, de solidarité pour que les âgés, comme elle dit, prennent toute leur place dans la société.

Anticipation, adaptation, accompagnement sont ses maîtres mots, aussi bien pour les métiers autour du vieillissement, que pour le logement, les aides diverses, les consultations démocratiques, l'inter-générationnel, l'aide aux aidants (dont elle a assuré la première  la valorisation dans le cadre de "sa" loi sur le vieilissement),  les activités diverses, les transports ...

Pour Isabelle Van Brabandt et pour votre serviteur, ce fut une riche soirée ... parce qu'elle nous a donné raison sur le contenu de notre engagement pour les aînés dans notre programme; nous étions en harmonie avec la  ministre.

Bien sûr notre adversaire principal est un senior et à ce titre nous lui devons le respect, mais nous lui disons aimablement que ce qui est apprécié, aussi, chez les seniors, c'est leur souci de la ... transmission.

Il y a en effet un temps pour tout, et un temps pour chacun.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 04:44

Le combat politique n'obéit pas aux règles des combats sportifs.

Ainsi la Nouvelle république, souvent la seule source d'information de nombre de seniors, indique-t-elle dans son édition d'hier le listing des subventions accordées par le Conseil général (c'est un pseudonyme évidemment) au canton de Chauvigny; hasard du calendrier, certainement.

Ce qui n'est le plus souvent que le fruit du travail normal des services se transforme en manne céleste obtenue -difficilement, cela va de soi- par l'homme politique local.

Nous, évidemment, nous n'avons rien à offrir de la sorte.

Pendant ce temps-là, on apprend que les documents de campagne officiels ne doivent pas mentionner, par exemple, canton de Chauvigny-Vouneuil mais seulement canton de Chauvigny; une telle annonce destinée à expliquer aux gens perdus où ils se trouvent désormais pour voter , c'est vrai que ça déséquilibrerait l'éthique et la loyauté de la campagne ... Pas comme les subventions!

Que la campagne est belle!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 14:04

La France est "divisée" sur la réforme territoriale.

Il y a peu, pour me changer les idées, je reprenais un de mes nombreux Alphonse Allais: "Le Captain Cap, ses aventures, ses idées, ses breuvages". Les idées du Capitaine Cap, candidat improbable à des élections parisiennes d'alors, sont en fait son programme politique d'envergure nationale, au moins.

Au chapitre IX, voici en effet le "projet de nouvelle division pour la France".

C'est assez simple: douze tranches latitudinales comme autant de fuseaux horaires portant  chacune le nom d'une heure de l'horloge, de 1 h à 12 h chacune, à son tour divisée en 60 "minutes". Ceci aurait l'avantage, selon cet excellent Captain Cap, de pouvoir toujours dire, avec l'accent: "je suis du Midi".

Et dans le sens des longitudes, sept zones portant le nom d'un jour de la semaine, de lundi au Finistère au dimanche à Belfort ... Ainsi Paris deviendrait: jeudi, 5 h 20.

Ceci éviterait les contestations, comme ces gens d'Availles-Limouzine qui se sentent confolentais, charentais du nord, plus que poitevins et encore plus que montmorillonnais, ou ces gens du Loudunais qui se croient de l'Anjou parce qu'ils ont l'appellation Saumur.

Non, non, c'est un Captain Cap qu'il nous faut, carré, direct, objetcif, neutre.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 06:12

J'ai été très heureux que la ruralité, enfin, fît l'objet d'un ministère.

C'est Sylvia Pinel, Radicale de Gauche, qui, avec le logement et l'égalité des territoires, en a la charge.

Elle a fait de la lutte contre la fracture territoriale une priorité de 2015: développement du numérique (aucune zone inaccessible pour la téléphonie, accélération du haut débit) , revitalisation des centres bourgs (54 communes tests), 200 millions d'euros d'augmentation de la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR) pour les communes engagées dans une démarche de revitalisation, 6 000 communes bénéficiaires du prêt à taux zéro pour travaux de rénovation, démultiplication des réseaux de services et maintien d' une présence physique dans les territoires, maisons pluridisciplinaires de santé, nouvelle génération de contrats de plan Etat-Région 2015-2020 dotée d'une enveloppe de 12,5 milliards d'euros.

C'est à nous, ensuite, sur le terrain, de ne pas seulement gémir, mais d'espérer, en montant ensemble de bons projets transversaux, en les défendant bien, en regroupant les élus promotteurs (le non cumul des mandats devenant une richesse, un souffle!) et en rendant compte de manière transparente du montage des dossiers et de leur suivi.

La ruralité ne peut pas seulement être nostalgique, réduite à des fêtes des battages et à des Saint Blaise (Dieu sait cependant si j'aime ces ambiances intemporelles), elle doit être moderne, entreprenante et entrepreneuse, active, tonique, démocratique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 08:27

C'est parti pour l'installation de la video-surveillance (pardon: protection) à Châtellerault.

Je ne nie pas qu'elle soit quelquefois intéressante en termes criminologiques: j'ai jugé la semaine passée à Tours un bon dossier en ce sens, mais c'était un épiphénomène.

Pendant un mandat, le maire a résisté tranquillement aux arguments politiques et techniques de l'opposition soutenue par un regroupement d'associations et de partis militants dont le PRG.

Maintenant, financement aidant et climat "terroriste" généralisé (la police ...  municipale va être dotée de gilets pare-balles!), il passe à la phase active; c'est d'autant plus aisé que le premier mandat a été consacré à plaire, à séduire l'opinion dans le confort d'aménagements superbes (ancien théâtre, hôtel Alaman) et de spectacles grandioses (berges de la Vienne, fééries de Noël); la méfiance, si méfiance il y avait par rapport à un procédé qui touche aux libertés individuelles, la méfiance est désormais relâchée.

Le public endormi consentira à tout et, c'est bien connu, si la video surveillance ne fait pas peur aux délinquants encapuchonnés, elle rassure les honnêtes gens. C'est bonus!

Du grand art de psychologie politique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article