Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 05:31

Faisant du rangement cet été, j'ai nettoyé quelques pièces fabriquées par mes ancêtres pendant la première guerre mondiale, dans l'inactivité des tranchées:  douilles transformées, devenues vases, ou corbeille à papier pour la plus imposante, cannes ouvragées dont une avec un serpent en torsade autour de l'axe, etc ...

Beaucoup d'émotion.

J'en profite pour signaler que le Musée de la Résistance de Limoges présente des objets de ce type jusqu'au 31 décembre (L'art des tranchées).

Descendant dans mon petit musée avec des enfants visiteurs, je leur montre aussi le casque de 14 de mon grand père, son sabre: là, je sens bien que pour toutes ces petites têtes, la guerre n'est plus un jeu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 05:41

C'est le titre d'un rapport qui m'est tombé sous la main pendant les vacances, rédigé en 2008-2009 par les sénateurs Claude Belot, deux-sévrien, Yves Krattinger et Jacqueline Gourault dans le cadre de la mission temporaire sur l'organisation et l'évolution des collectivités territoriales.

Les pouvoirs publics d'aujourd'hui feraient bien de le (re)lire: on y voit comme axes majeurs à développer:

- le renforcement de l'intercommunalité (notamment le fléchage -c'est fait) et de la démocratie locale,

- le rapprochement institutionnel entre conseils généraux et conseils régionaux,

- la clarification de la répartition des compétences,

- les relations financières entre l'Etat et les collectivités locales,

- les métropoles,

avec un chapitre important sur le département comme niveau essentiel des solidarités sociales et territoriales.

Je savais que le Sénat pouvait offrir d'excellents rapports, mais dans celui-ci, il y a tout pour une réforme institutionnelle d'envergure et intelligente.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 00:08

C'est le thème de l'un des débats prévus le troisième week-end d'octobre par le Parti radical de gauche à Paris lors du forum républicain consacré à "une république moderne", en présence de Christiane Taubira.

La question n'est au demeurant pas nouvelle chez les radicaux puisque j'ai trouvé dans le programme de 1881 accepté par Camille Pelletan une rubrique "réforme de la magistrature" comprenant l'élection des magistrats, une révision égalitaire des codes et une justice gratuite.

Il y avait également la suppression du sénat et celle de la présidence de la république, excusez du peu! C'était ... radical.

Alors élire des juges? Sont déjà élus les juges consulaires, les conseillers prud'homaux, les assesseurs du TASS et du Tribunal paritaire des baux ruraux, ça fonctionne.

Mais les magistrats de l'ordre judiciaire élus, je n'y crois guère, il y a quand même aujourd'hui un recrutement exigeant, une formation idem, longue, une compétence, des garanties pour le justiciable. Et puis je ne me vois guère partir en campagne sur le thème "Michaud juge plus blanc, 0 délinquance, etc...". En plus, je serais capable d'être ... battu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 19:51

Votre serviteur est de nouveau en campagne électorale, et, fidèle à ses convictions et à sa mentalité, n'a pas choisi la facilité.

J'avais connu la parité du binôme avec Vivianne Debiais en 2011 pour les cantonales de Châtellerault-Sud en la choisissant comme remplaçante, je la redécouvre avec Sophie Mellier en étant son suppléant pour les sénatoriales dans la Vienne.

C'est un honneur pour moi car il s'agit cette fois d'un niveau de compétence espérée qui touche au coeur du système institutionnel et de ce qui fait ma curiosité professionnelle depuis toujours.

Affronter des "demi-dieux", des hommes politiques installés qui touchent le peuple et ses petits maires comme les rois le faisaient avec les écrouelles, tout cela convient au fils d'ouvrier que je suis et qui ne doit sa situation qu'à l'école républicaine.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 19:25

Samedi soir 30 août, le Père Jammet "jouait" avec émotion à Lésigny la dernière messe de sa période rochelaise, affirmant se retirer à Jaunay Clan où, de temps à autre, il serait susceptible de donner un coup de main.

Dans le journal du mardi 2 septembre, qui voit-on en photo? Le Père Jammet qui venait de célébrer la messe ... du dimanche 31 août à Saint Georges les Baillargeaux (rattaché à Jaunay Clan)!

Trop fort le mercatho!

Heureusement, le Père Jammet "jouait" sous les mêmes "couleurs" que la veille, en l'occurrence le vert ... des dimanches ordinaires.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 06:32

Lamentable, pas d'autre mot pour dire mon ressenti à la consultation des rubriques politiques du Magazine des Châtelleraudais, hors la nôtre évidemment, en date du 1er septembre:

- le Front national qui a attiré 1 796 électeurs dans notre ville -littéralement incroyable quand on y songe!- a été incapable de fournir un -court- texte d'intérêt local (eh oui, sa pub électorale n'avait en effet rien de local et venait du national); difficultés d'écriture, de conceptualisation?

- l'équipe Abelin, dans un style désormais habituel fait de hargne, de morgue, d'humour déplacé, de suffisance des vainqueurs, se moque de l'opposition de gauche et de son chef de groupe Michel Guérin de manière humiliante et dégradante. Le rédacteur du texte pourrait être une rédactrice, déjà  intervenue sur ce ton dans l'ancienne mandature.

Quand on pense au travail que nous avons fait, aux contacts que nous avions pour le site de l'Ecole de Gendarmerie, au rassemblement historique de la gauche, on ne peut que trouver pitoyable ce genre de présentation de l'adversaire et de ses positions. Personnellement -j'ai l'habitude-, cela me donne du tonus!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 13:21

Les habitués du blog s'étonnaient de ne pas avoir d'article ce matin "dès l'aube à l'heure où blanchit la campagne".

Le sujets n'auraient pas manqué pour cette rentrée des classes: les rythmes scolaires, le collège unique, etc ...

J'ai choisi de faire l'école buissonnière!

Par volonté de retenir ce temps superbe du moment qui m'inciterait à rester à l'extérieur (étant allé ce matin à la clinique psychiatrique de Saint Cyr rencontrer des patients, j'ai pu heureusement voir la Loire, ses bancs de sable blond, ses embarcations, ses oiseaux, son ciel), par désespérance aussi de cette jeunesse dont une bonne partie après tant d'années d'école ne saura ni lire ni écrire ni compter aisément. L'abandon de l'écriture cursive, pour la première fois depuis l'invention de l'écrit, achèvera bien les cerveaux.

Les enfants de jadis, avec leurs sabots, réquisitionnés par els parents pour sarcler les betteraves, ramasser les pommes de terre ou vendanger, faisaient  des kilomètres pour aller à l'école, greffant ici un poirier, dénichant là un merle, ouvrant leurs cartables pour réapprendre la leçon, par tous les temps; ils mettront un point d'honneur toute leur vie à essayer d'écrire correctement.

Pour ma part, je n'ai pratiqué l'école buissonnière qu'à la Faculté, quand un cours de droit commercial soporifique allait plomber l'après-midi: nous partions "pétanquer" à Blossac ou taper dans le ballon sur le défunt terrain de foot de l'aéroport de Biard; j'y ai beaucoup appris et surtout j'en ai gardé l'amitié jusqu'à aujourd'hui.

Ah ... l'école buissonnière!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 04:56

Saint Gilles, le saint patron des estropiés, est fêté ce 1er septembre.

On ne sait trop à quel siècle il vécut véritablement dans les abords de ce qui est aujourd'hui Saint Gilles, dans le Gard, pas très loin de la sortie du Rhône, mais son culte était célébré et son pèlerinage, sur ses restes attribués, considéré comme le troisième de la chrétienté médiévale.

La légende rapporte qu'il fut blessé à la cuisse par la flèche du roi Wemba pourchassant une biche et tirant sans visibilité dans un fourré, par dépit d'avoir perdu la bête de vue; or cette biche nourrissait le saint ermite de son lait.

Pris de pitié et de vénération, le roi Wemba fit amende honorable et donna suffisamment de terres à Saint Gilles pour qu'il s'établisse mieux.

Parmi les églises vouées à Saint Gilles, celle de l'Ile Bouchard, en Indre et Loire proche, mais sur la Vienne qui ressemble alors déjà en effet à la Loire, qui possède un beau vitrail de la scène dont s'agit.

L'Evangile invite justement à recevoir à sa table les pauvres, les exclus, les boiteux, les estropiés -justement- qui seront incapables de vous rendre l'invitation, plutôt que vos amis habituels, courtois et civilisés qui vous la rendront dans l'année (Luc, 14, 1a 7-14).

Vive Saint Gilles!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 18:58

Une fois de plus, comme quand Jean-Pierre Abelin organise quelque chose, les "Châtelleraudais réunis" ont bénéficié du beau temps pour leur journée citoyenne, la marche en forêt le matin, le pique-nique républicain à la suite avec partage du panier et des idées.

Une soixantaine d'acharnés n'avaient pas voulu manquer ce rendez-vous incontournable de fraternité, portant un toast (1) à ceux et à celles qui se trouvaient encore en vacances à cette époque de l'année et qui l'avaient fait courtoisement savoir; ils seront là au bal du 4 octobre!

Des anciens bien sûr, des fidèles, mais aussi des nouveaux, intéressés par ce mouvement d'éducation populaire qui fait de la politique naturellement et gratuitement.

Le temps n'est rien, on ne travaille pas pour soi, cent fois sur le métier (etc...); il faut donc être optimiste, ce labour citoyen, ces semailles citoyennes porteront leurs fruits.


(1) Un des éminents participants regrettant toutefois de ne pas disposer d'un kit français de pique-nique (son couteau suisse en fait autrichien n'étant pas pourvu de tire-bouchon mais seulement d'un décapsuleur).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 08:08

Le Général de Gaulle, qui savait qu'il y avait là un contre-pouvoir, voulut supprimer le Sénat; mal lui en prit et le référendum sur la question -outre celle des régions- le bouta hors de l'Elysée.

Le bicamérisme est plus que jamais important pour l'équilibre institutionnel et politique de notre pays: les députés sont élus directement par le peuple pour cinq ans en une seule fois, dans la foulée de l'élection présidentielle que les législatives valident massivement pour donc -lapalissade- la même durée que celle du quinquennat dont l'échéance constitue dès le départ l'obsession de tous les présidentiables dont certains avec leurs seconds couteaux sont dans l'hémicycle; sous le spectre de la dissolution, les députés sont également en permanence sous le feu des caméras, des médias et de la surenchère de bas niveau dans l'invective et la mauvaise foi.

Au contraire, les sénateurs sont élus pour six ans, par les grands électeurs, et renouvelés par moitié dans un timing qui n'est donc pas celui des élections présidentielle et législatives; certes la parole reste en dernier à l'assemblée nationale, mais le travail législatif du Sénat est de qualité, les orateurs se respectent et des majorités d'idées peuvent se trouver en dehors des clichés partiaux des états majors.

Les territoires y sont défendus vaillamment et les radicaux de gauche, majoritaires au sein du RDSE (Rassemblement Démocratique Social et Européens), sous la houlette de Jean-Michel Baylet et de Jacques Mézard, leur président de groupe, sénateur du Cantal, y prennent leur part.

Vive le Sénat!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article