Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 06:04

De 1817 à 1926 l'hôtel dit Alaman a abrité la prison de Châtellerault. Il y a encore des cartes postales anciennes qui montrent le bâtiment en cour carrée jusqu'à la place Sainte Catherine devant la rue Orilllard.

C'était un progrès par rapport à l'ancienne au niveau des halles Dupleix (la rue Alexandre Rivière s'appelait rue de l'ancienne prison).

Il y eut un projet avorté d'établissement moderne -mais des plans existent- au niveau de "Coudane" à hauteur de notre rue de l'usine à gaz (devenue Marcel Paul) et de la résidence Denise Miaille à peu près.

Le samedi 29 novembre prochain à 16 h au théâtre Blossac, Geneviève Millet, du CCHA, fera une conférence sur la prison Alaman (des graffitis ont normalement dus être conservés).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 05:33

Sainte Catherine d'Alexandrie, chrétienne, refusa d'épouser l'empereur romain Maxence et d'abjurer sa foi; mal lui en prit.

Elle est la sainte  patronne des célibataires femmes de 25 ans et plus.

A y regarder de près, fêter la Sainte Catherine dans les ateliers, les usines, les bureaux et les magasins, en affublant ces jeunes femmes de 25 ans, non mariées ou non en couple mixte, d'un couvre-chef aussi stupide qu'ouvragé relèverait aujourd'hui de l'injure et de la discrimination.

C'est, quand même, montrer aux gens "normaux" du groupe l'a-sexualité de la" catherinette", sa situation ir-régulière si l'on peut dire, une sorte d'obscénité à l'envers, une allusion pornographique en creux.

Il y a des rites anciens  étranges dans nos sociétés, mais la plupart signifient le passage progressif d'un état à un autre, généralement de l'ignorant à celui qui sait, du profane à l'initié, et non pas le statu quo, identifié ici quasiment à de la régression comportementale.

Vous n'y aviez pas pensé?!!!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 04:08

C'est ainsi que s'intitule le premier chapitre du livre fameux de Franz-Olivier Giesbert chez Fayard ("L'animal est une personne. Pour nos soeurs et frères les bêtes").

Perdican est le nom du bouc qui fut le sien dans son enfance à la campagne, l'un des jumeaux de Rosette la chèvre qui lui avait été offerte; tant que le chevreau fut chevreau il resta aimable, joueur, intelligent, complice, plaisant.

Puis la génétique le faisant devenir bouc, Perdican devint stupide, menaçant et dangereux au point qu'après délibération familiale il fut exécuté par le chef de famille et un assistant spécialisé.

Quand le jeune Franz, le lendemain au lever, ouvrit le réfrigérateur et découvrit les plats contenant la chair de défunt Perdican, ce fut pour lui effroyable.

L'affaire Perdican m'a rappelé mon "affaire Willy"; quand j'avais inauguré mon pré, vers 2002, un ami me fit apporter ensemble un jeune bêlier et une ânesse, dont le nom était Starlette; celle-ci était de taille modeste, adorable, aimante, intelligente; mais le bêlier, en grandissant, devint franchement "con", y comprit avec moi qui lui apportait pourtant sa nourriture; il "embêtait" Starlette, mais l'ânesse, svelte, lui envoyait quelques coups de sabots dans le museau qui le faisaient réfléchir et parfois saigner; jusqu'au jour où, en traître, le bêlier -dont je veux enfouir le nom- prit Starlette aux pattes arrière, la déséquilibra et lui pulvérisa les reins de charges successives; j'ai veillé Starlette une nuit d'été, au sol, lui donnant avec des baisers quelques feuilles d'acacias, les dernières; ses yeux ... ; au matin, le vétérinaire vint, et ce fut la fin.

Le bêlier, mis à part, comprit qu'une corrida se préparait quand trois hommes entrèrent en ordre dispersé dans le pré, et ce fut en effet une corrida, terminée pour ma part en rugby, plaquant le mouton mâle au sol, qui se démenait violemment; on l'attacha aux quatre pattes et son sort fut celui que vous devinez.

Pour ne pas faire deuil trop longtemps, on m'apporta une nouvelle ânesse, Ninon, baudet costaud, et une brebis pleine, Zoé, qui, un matin froid, mit au monde deux agneaux; je découvris l'un des deux, chétif, abandonné sur un tas de fumier, pendant que l'autre têtait aisément sa mère; nouveau placage de rugby pour forcer Zoé à laisser son faible rejeton la têter pour être immunisé; je pris Willy ("Il faut sauver Willy") dans un petit édredon, le réchauffant devant la cheminée, lui donnant un biberon de lait un peu sucré, le laissant se reposer dans l'ancien parc à bébé des enfants, avec de la paille; chaque jour, pendant une semaine, j'allais plaquer Zoé pour obtenir une têtée contrainte.

Willy grandit et se comportait avec moi comme un petit chien, enroulé à mes pieds le soir, sur le tapis, quand j'écrivais, se promenant tranquille dans le jardin, subtil accompagnateur; devenu gaillard il regagna l'étable avec sa mère et sa soeur, règnant sur le site avec une supériorité culturelle évidente; quand j'arrivais du travail, je sifflais, ou j'appelais "Willy" et le petit bêlier arrivait en fonçant avec affection.

A 18 mois, je ne voulus plus connaître par anticipation la même épreuve qu'avec Starlette; un paysan de Besse recherchait un bêlier, il vint à la maison avec sa 4L fourgonnette, j'aidai moi-même à installer Willy qui se laissa faire, et j'eus le coeur gros. Comme aujourd'hui.

Des bêtes à chagrin.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 03:49

Soroptimist International, groupe de Châtellerault, participe à la Journée Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes et propose une soirée au Loft ce mardi 25 novembre à 20 heures avec  la projection du film Philomena.

Une psychiatre et une avocate animeront le débat qui s'en suivra. Participation 9 euros.

Je n'y serai pas pour ne pas interférer, mais le coeur y sera!

Car ce sujet est malheureusement mon lot quotidien, soit à travers le contrôle de la psychiatrie sous contrainte où je vois l'arrivée de ces femmes battues et en dépression, soit à travers l'activité pénale (juge plaçant sous contrôle judiciaire les hommes battants jusqu'à l'audience,  juge correctionnel les condamnant, juge des libertés et de la détention dans des affaires de viols ou d'actes de torture et de barbarie sur des femmes); on ne sait si l'augmentation du nombre des affaires parvenant à la connaissance de la justice est liée à la meilleure information et à la meilleure prise en charge des victimes ou à une augmentation réelle des actes commis sur les femmes. Sans doute les deux, à mon sens, la société, violente, produisant des gens violents ou "favorisant" une violence pré-existante.

En effet, il y a  aussi à l'égard des femmes la violence professionnelle qui peut aller jusqu'au harcèlement,  la violence domestique, avec quatre journées en une (comment peut-on être à la fois mère, travailleuse, engagée ici ou là, épouse ou compagne séduisante, sans risque pour soi?), la violence publicitaire avec ses injonctions esthétiques, la violence sexuelle et notamment pornographique, la violence politique, la violence religieuse parfois.

Un vaste débat, essentiel.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 13:33

Dès qu'on avance un sentiment négatif sur tel ou tel aspect de la ville, le pouvoir en place ne manque pas de stigmatiser le "Châtellerault bashing".

Mais apprendre que la politique de la ville va désormais s'étendre notamment au centre ville n'est quand même pas objectivement une bonne nouvelle sur l'état de la cité; les critères avaient été changés pour n'être plus sociologiques (difficultés diverses, chômage, etc ...) mais désormais fiscaux par carrés de 200 mètres de côté; on feignait de craindre que Châteauneuf pût ainsi être mis à l'écart de la manne financière -car il y a quelques beaux patrimoines rive gauche-, alors que ce sont le Lac et le centre ville qui s' ajoutent à Ozon, les Renardières et Châteauneuf.

Le centre ville s'est en effet paupérisé, avec du locatif aidé qui attire des jeunes sans emploi et des mères dites célibataires, et, parfois, communautarisé par immeubles entiers; les commerces ferment et ceux qui ouvrent ne le font la plupart du temps qu'avec la bienveillance de diverses aides et exonérations avant de s'effondrer évidemment la troisième année, celle de l'autonomie. Tant pis pour les créanciers ...

Le bon côté, si l'on peut dire, c'est qu'il va falloir réfléchir (enfin) à cette réhabilitation du centre ancien qui me tient à coeur depuis 2008 avec quelques uns, en sachant toutefois que la restauration des murs et des rues, comme à Ozon, ne suffit pas à restaurer les personnes.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 13:23

Les détenus du centre de détention de Nantes, avec l'aide de l'association des visiteurs de prison, ont désormais accès à un jardin sur le mode des jardins partagés, avec une partie "privative"; certes le profil des détenus qui s'y intéressent est plutôt celui de seniors ou issus du terroir, mais le public s'élargit.

Le jardinage, c'est l'apprentissage des contraintes du temps, l'acceptation de la fortune ou de l'infortune, des aléas, la transmisison des savoirs, la lutte contre le gaspillage, la discipline: l'image de la vie.

Chacun y trouve son compte, bien sûr; l'association a par exemple fait une journée de vente auprès du personnel pénitentiaire de produits du jardin mais aussi de confitures. C'est dire la révolution relationnelle du jardinage!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 05:35

Pour ceux qui n'y pensent pas en se rasant le matin, Xavier Mauduit vient de publier aux éditions Les belles lettres un ouvrage intitulé "La barbe! La politique sur le fil du rasoir".

Il a écrit ce bouquin très drôle avec une culture historique évidente, plaçant la barbe et ses accessoires parfois, comme les favoris, dans la perspective politique depuis au moins l'empereur "à la barbe fleurie"  jusqu'aux grandes heures de la 3ème république et du lourd contingent de "profs" barbus de 1981.

Très intéressant.

Je signale au passage que Roland Gaillon, théologien, a écrit et communiqué en conférences -non barbantes- un excellent travail sur "la barbe dans la bible".

ll y a des passerelles entre les deux approches sur certains types d'hommes charismatiques.

La barbe, symbole de puissance, ou signe de dissimulation -parfois certes pour cacher une vilaine blessure ou des dégâts dermatologiques-?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 05:09

On pousse des cris indignés quant aux scandales de matchs truqués dans le football français qu'on feint de découvrir  (ligue 2 pour le moment).

Mais des matchs truqués, on en a tous connus depuis toujours, aux niveaux les plus humbles des championnats locaux, soit qu'on s'entende pour sauver l'un ou l'autre des protagonistes en lice,  ou les deux, par un nul opportun ou un score historiquement abondant (style 7-2), soit qu'on s'entende pour, à distance, sauver un club ami ou enfoncer un club ennemi en négociant entre soi son propre résultat; et ne parlons  pas des forfaits de fin de saison de la 2 pour sauver la 3, qui faussent la compétition.

Dans les équipes de jeunes, les dirigeants se connaissant, idem.

La plupart du temps, à ce niveau-là, il n'y pas d'argent à la clé, que de l'esprit mafieux de seconde zone, l'apprentissage de la corruption ordinaire.

Le score peut donc être faussé par connivence (étymologiquement: cligner de l'oeil) mais aussi par un investissement soudain démesuré de l'une des formations par rapport à son comportement habituel.

Ainsi je me souviens, en 87-88, quand le SOC était en seconde division, en fin de saison, de drôles de scores dans le midi et, simultanément, d'un acharnement étonnant de certaines équipes à la Montée rouge alors que, pour elles-mêmes, elles n'avaient rien à perdre ou à gagner, sinon que la défaite du SOC sur son terrain rendait service à d'autres, ailleurs ...

Comme à l'époque l'équipe sociste s'entre déchirait secrètement, la tâche était rendue aisée pour les visiteurs.

En politique, on sait aussi trouver des candidats de circonstance qui entrent dans le jeu juste pour pomper des voix à un adversaire X au profit de l'adversaire Y. Qui s'en offusque?

Humain, trop humain, aurait dit le philosophe allemand bien connu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 07:03

Ce jeune surveillant muté était annoncé depuis des semaines à la maison d'arrêt en manque de personnel; il est enfin annoncé pour aujourd'hui, et, en plus on le dit fort charmant. Le voici!

Le beau geôlier nouveau est arrivé!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 03:51

Votre serviteur publiera bientôt -dans quelques jours- aux éditions Narratif de Châtellerault "Le procès du loup, suite imaginaire et judiciaire du Petit chaperon rouge de Charles Perrault".

Ce texte, comme vous le savez, fait l'objet depuis octobre d'un projet pédagogique théâtral à l'établissement pour mineurs Moissons nouvelles de Pellevoisin, dans l'Indre, pour une représentation à Châteauroux, le 24 juin.

C'est l'acteur metteur en scène Yvan Gauzy qui en assure la charge, avec les personnels de l'établissement pour le  financement, l'apprentissage des textes, les décors, les costumes, la technique, les enfants étant acteurs.

Ils étaient 40 volontaires à participer au casting, pour 13 places dont seulement 2 pour les filles. Des gamins adorables malgré des parcours de vie difficiles. Choix douloureux. Mais tous, dans le dispositif final, seront conservés d'une manière ou d'une autre, sans doute par le visionnage inaugural des "rushs".

La belle aventure!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article