Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 14:05

Ce week-en dans le péristyle de l'hôtel de ville de Tours se tient le salon du livre gastronomique.

Tours, l'une des capitales du goût, peut se le permettre.

Des débats (sur le vin, sur les mots de la faim -avec Jean Bardet-, sur le cru et le cuit, la table des rois et des campagnes, etc ...), des démonstrations gustatives (saké, couscous, riz, la cuisine des ports, le chocolat, le foie gras, le fromage, la Saint Jacques, l'Italie etc ...). Ah, Roger, si tu me lis, tes babines et tes yeux s'en réjouissent!

Déjà que les petits chalets de Noël, juste en face, répandent leurs bonnes odeurs de vin chaud aux épices et de marrons grillés ...

Même quand il fait froid et humide, Tours a un charme particulier; aujourd'hui, ses bouquinistes rue de Bordeaux y ajoutent l'amour du livre.

Chez Ronsard, Balzac et Courteline, le bonheur!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 08:47

Les programmes que j'ai préparés ou soutenus ont toujours promu la démocratie dite de proximité, conseils de quartier effectifs et jurys citoyens pour évaluer les politiques publiques.

Je soutiens d'autant plus cette idée de jurys citoyens que ma pratique des jurys de cours d'assises montre combien des personnes "ordinaires", qui, a priori, n'avaient rien à faire entre elles, d'horizons épars et d'origines diverses, savent, dans un intérêt commun ô combien délicat, écouter silencieusement, prendre des notes, comprendre, débattre ensemble et parvenir à une décision partagée qui convienne à tous.

Certes il y a la lourdeur procédurale, le cérémonial, la prestation de serment, la présence de magistrats professionnels qui peuvent être des facteurs de cadrage mais il reste que ce sont des hommes et des femmes non spécialistes qui par leur nombre font ou défont une majorité de votes.

Au nom du peuple français.

Je précise que c'est sous Alain Peyrefitte, avant 1981, que les jurys d'assises ont été démocratisés par tirage au sort préalable sur les listes électorales; antérieurement, le tirage au sort se faisait à partir des listes d'impositions foncières; nous avions donc des jurys massivement masculins, formés de propriétaires.

Aujourd'hui, la représentation est véritablement plurielle et vaste.

Finalement, il n'y a que dans les villes, sauf exception ici ou là, que la démocratie, exprimée par des jurys citoyens, reste entre parenthèses pendant 6 ans.

Etrange, non?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 06:09

Ils étaient déjà actifs le long des rives de la Vienne et sur l'île Sainte Catherine, tronçonnnant gaiement quelques beaux arbres -dont les peupliers à la chair douce et tendre-.

Les voici dans l'île Cognet où ils cassent la graine; leur refuge se trouve pratiquement près de la passerelle dans un tronc creux transformé en HLM.

Voilà un motif de promenade en famille.

Que fait le maire? Que fait la conseillère déléguée à l'environnement? Que fait l'employé délégué aux nuisibles?

J'espère qu'on ne nous fera pas barrage ... à l'information.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 09:28

C'est ce matin que le député Dominique Raimbourg présente son rapport à Madame la Garde des Sceaux sur l'encellulement individuel.

Pour les initiés, Dominique Raimbourg est le fils de notre regretté comédien Bourvil.

Bourvil qui, sur le texte de Marcel Aymé, fut au cinéma un merveilleux passe-muraille: un remède à l'encellulement individuel?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 02:54

Le loup fait la une des journaux ces jours-ci.

Des éleveurs d'Auvergne notamment sont venus manifester au Champ de Mars à Paris avec des troupeaux d'ovins pour protester contre la réintroduction du loup qui ferait des ravages dans les cheptels.

"Les loups sont entrés dans Paris!".

Deux observations, à charge et à décharge.

Contre les éleveurs: le fait qu'il n'y ait presque plus de bergers et de chiens de bergers dont le "professionnalisme" éloigne les loups.

Contre les pouvoirs publics réintroduisant des loups: le faire dans des zones facilement accessibles alors que la réintroduction en Lozère et en particulier dans le Gévaudan ne pose pas ou pratiquement pas de problèmes du fait du caractère escarpé du paysage qui ne convient pas à la déambulation collective et groupée des troupeaux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 01:06

J'ai sous la main le vieux bouquin d'André Harris et Alain de Sédouy "Qui n'est pas de droite?" publié chez Seuil en 1978; y figure un article intitulé "Cuisine et politique" dans lequel le célèbre Henri Gault (de Gault et Millau) se confie sur le mélange de ces deux sujets.

Henri Gault fixe alors la ligne de partage entre la droite et la gauche: "à droite on mange, à gauche on s'alimente".

Ce n'est peut-être pas si simple mais il y a du vrai, hélas; et ce sera encore plus vrai à compter du 13 décembre.

Les morceaux de viande (boeuf, veau et ovin) vendus conditionnés en libre-service seront à partir de cette date classés de 1 à 3 étoiles en fonction du potentiel de qualité du morceau. Il sera aussi permis de regrouper certains morceaux sous un nom générique (steack, rôti, poitrine, ...) à la place du nom précis peu connu du public (araignée, collier, noix, etc ...).

C'est le genre de décision qui passe inaperçu(e) mais qui démontre le pouvoir immense des professionnels de l'agro-alimentaire et des grandes surfaces, qui profitent de l'ignorance des gens modestes (plutôt classés à gauche bien que le FN les séduise) et de leur portefeuille.

On assiste, sous un gouvernement de gauche, à la rupture de l'égalité républicaine devant l'assiette; tout le monde  dans notre pays a le droit normalement de manger ce qui est bon. Avait droit.

Il faudrait écrire "Liberté, égalité, fraternité" au fronton des boucheries-charcuteries traditionnelles, derniers espaces -jusqu'à quand?-du respect de la qualité des bêtes abattues d'une manière convenable et derniers lieux de la courtoisie avec le client dans l'information de ce qui lui est vendu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 15:48

Rien à voir évidemment avec "Feu la mère de Madame" de Feydeau, joué en alternance à la salle fétiche de la Taupanne.

Jean-Pierre Duffourc-Bazin et sa troupe n'ont pas choisi la facilité avec "Chacun sa vérité" de Luigi Pirandello.

La pièce, créée en 1907, a sans doute vieilli par son côté intellectualisme et théâtre gigogne, l'auteur, par le biais d'un personnage dehors-dedans, entre scène et public et de l'un à l'autre, Lamberto Laudisi, ne se privant pas d'intervenir à volonté sur le déroulement de la pièce et sur son dénouement organisé.

La pièce apparaît en effet "désincarnée", manque de chair, au profit du discours et du jeu incessant entre hypothèses opposées.

Pirandello, qui avait une épouse atteinte de folie, est obsédé par le problème de l'identité à travers le regard contradictoire des tiers. S'il est trop tôt pour dire avec Sartre que "l'enfer, c'est les autres", cela y ressemble étrangement.

Au-delà du plaisir de l'excellent jeu des acteurs dans un style costumé et maniéré contemporain, j'ai profité d'un double intérêt professionnel: l'intérêt psychiatrique puisque la folie est l'axe majeur de la pièce et qu'elle n'est pas toujours là où l'on croit, l'intérêt juridique puisqu'on a bien vu que l'identité juridiquement mise en forme (les actes de naissance et autres témoignages de  seconde main) ne correspond pas nécessairement à la vérité. 

Celle-ci n'est toujours que plurielle, comme la gauche jadis. Et l'erreur est singulière!

Passionnant, jusqu'au-delà de la fin, les acteurs venant en habits de ville débattre avec le public.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 00:45

Premier dimanche de l'Avent!

Engagement d'espérance et de dépouillement pour les chrétiens jusqu'à Noël, difficile à tenir dans le contexte consumériste actuel (les marchés dits de Noël fonctionnent depuis 15 jours!) ...

Les médias en parlent si peu. C'est moins tendance.

J'ai en ce moment en livre de chevet "Jésus, lumière de vie", un recueil de Michael Lonsdale évoquant les évangiles à travers les chefs d'oeuvre de la peinture, Fra Angelico, Fragonard, Rembrandt, de la Tour (la nativité, justement), Le Caravage, Poussin, Le Greco, etc ...

Les tableaux sont connus, ou moins, et les textes de Michael Lonsdale sont remarquablement écrits, avec sa simplicité rigoureuse.

Un très, très beau cadeau de Noël (Editions Philippe Rey).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 03:55

Le Mercure de France publie l'excellente collection "Le goût de ....", le goût de telle ou telle ville, le goût du théâtre, etc ...

Je suis dans la lecture du petit bouquin "Le goût du bleu", rassemblement de très beaux textes, poétiques, scientifiques, religieux, historiques, etc ... relatifs à cette couleur très particulière.

On y découvre notamment l'ordonnance prise par Colbert en 1667 pour les "marchands maistres teinturiers"; alors que le commerce avec l'Inde et l'Afrique permettait d'utiliser plus aisément l'indigo pour la  teinture bleue, Colbert prit des dispositions règlementaires et douanières pour protéger la qualité de la guède et du pastel produits en France ainsi  que le commerce des toiles en résultant.

En cette même année 1667, Colbert crée la Manufacture royale des Gobelins en y regroupant tous les ateliers de teinture et de tapisserie. La nationalisation, en somme.

Le "made in France" avant l'heure!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 05:36

Il était une fois une jeune femme indienne, mariée à un homme qui bien qu'hindou n'était pas un tendre.

Elle trouva refuge dans les bras d'une jeune apiculteur qui ne chercha pas, lui, à l'enfumer. Au contraire il en piquait pour elle et elle, de son côté, lui donnait tout son crédit (on ne prête qu'aux ruches).

Mais le mari fit dare-dare son enquête et trouva les deux amants lascivement étendus dans un bois de robiniers ("J'ai cru voir un robinier").

Surprise à brûle-pourpoint, l'épouse renversa son petit pot en criant: "Miel! Mon sari!"

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article