Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 09:00

Jean-Marie BOCKEL souhaite développer les prisons ouvertes : encore une de nos idées !

 

Dans notre programme électoral, nous avions travaillé cette piste d’un « hôtel pénitentiaire » qui aurait hébergé des personnes condamnées à de petites peines, sans miradors ni concertina (ce barbelé coupant en rouleaux), privilégiant comme pour certains établissements pour mineurs (centre éducatif renforcé, centre éducatif fermé) un travail éducatif et préventif (santé, respect, formation, psychologie). Nous aurions été innovants !

 

Il est vrai que 9 détenus sur 10 ne posent aucun problème de sécurité et qu’on vit dans une vision carcérale aujourd’hui dépassée et budgétairement coûteuse.

 

C’est ce projet que reprend le secrétaire d’État à la justice, parlant de quelques établissements sans barreaux à créer ; c’est une satisfaction pour notre équipe que de voir une telle idée reprise en haut lieu. Tiens, pourquoi la Ville de CHÂTELLERAULT ne se porterait-elle pas candidate ? Nous sommes prêts à apporter notre pierre… à cette prison sans murs !

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 09:00

Dans les dîners en ville, on ne parle plus que de cela : Michel GUÉRIN sera candidat aux cantonales de mars 2011 sur le canton ouest encore occupé officiellement par Joël TONDUSSON. Dans ce canton réputé à gauche, ce ne serait pas un boulevard mais carrément une avenue pour le dit candidat. Bien qu’en 1992 Philippe RABIT faillît battre Édith CRESSON alors Premier Ministre...

 

Une telle annonce instillée malicieusement entre le fromage et le dessert laisse perplexe, puisque, paraît-il, il faut que les partenaires de gauche s’entendent et se concertent pour espérer gagner la mairie en 2014. C’est une évidence.

 

Mais ce genre de rumeur savamment conçue et répandue n’en est hélas pas la démonstration, puisqu’on imagine que la boulimie de réussite, comme dans une partie d’échecs, est le préalable à un autre “coup” et amorce d’autres faims.

 

C’est vrai que pour certains l’obtention de “la queue du Mickey politique” semble plus facile que pour d’autres : ainsi Michel GUÉRIN, qui avait fait ses preuves, et que la section locale du PS imposait comme candidat aux municipales, n’a pas eu le courage de faire appliquer cette décision contre le couple CRESSON-TONDUSSON et n’a pas davantage usé de sa courtoisie légendaire pour “faire le lien” avec nous ; qui plus est, il a démissionné d’entrée de son mandat d’élu devenu minoritaire au conseil, et non rémunéré désormais, laissant les autres se démener avec leurs moyens face au groupe ABELIN alors que les informations dont il disposait par sa connaissance de la “maison” auraient été profitables pour contrecarrer le nouveau pouvoir. Cela fait beaucoup pour mériter sans débat ni dialogue une pool position !

 

Il n’est pas dit non plus que le conseiller général en titre considère d’un bon oeil cette gourmandise précoce d’un ancien premier adjoint qui n’avait guère fait campagne à ses côtés en mars 2008, alors qu’il dit vouloir peser de tout son poids sur la désignation du candidat.

 

Et nous, il faudrait que nous regardions en touristes muets ces petites manoeuvres de Monopoly politique, jusqu’à l’officialisation du choix de Nelly MÉRAND, maire de DANGÉ SAINT ROMAIN et nouvelle conseillère régionale ségoliniste, comme candidate aux législatives face à Jean-Pierre ABELIN (à moins qu’il ne fût sénateur dès 2011)...

 

Là, ce n’est plus une avenue, c’est une impasse.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 14:30

En catimini pour la fin du conseil municipal du 25 mars dernier et dans le brouhaha et l’impatience de potaches voulant partir qui caractérisent la fin d’une longue réunion budgétaire, Madame LAVRARD nous a présenté une délibération relative au classement Monument historique de la Cloche Russe de l’église Saint Jean l’Evangéliste de Châteauneuf.

 

Si le dispositif de la délibération est intéressant (le fameux classement qui peut protéger cette création), son préambule est inquiétant puisqu’on y lit que “soucieuse de lui redonner une place au sein du patrimoine châtelleraudais et du parcours architectural de la Ville, la collectivité envisage de la valoriser en la présentant au public”. Formule pernicieuse. Et c’est là que le bât blesse.


1- Juridiquement, la cloche de Châteauneuf, en application de l’article 524 dernier alinéa du code civil, est un immeuble par destination comme “attaché au fonds à perpétuelle demeure”; le Ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire l’a confirmé dans une réponse ministérielle au journal officiel du 2 mai 2006. On ne peut donc pas “en faire ce qu’on veut”, pour reprendre la formule de Madame LAVRARD.


2- Juridiquement et moralement, si la loi de séparation des églises et de l’Etat de 1905 a fait entrer cette cloche dans la propriété de la commune, elle reste néanmoins affectée au culte, c’est-à-dire que la paroisse et le diocèse en ont l’usufruit et qu’elle ne peut être transférée sans l’accord du prêtre desservant l’église.


3- Dans sa frénésie personnelle d’emprise sur ce qu’elle pense seule être la culture pour tous, l’élue n’a engagé aucune concertation et a pris sa décision selon son bon plaisir, comme en d’autres secteurs d’ailleurs, en nous extorquant une délibération dont beaucoup ne mesuraient pas l’enjeu, ni technique, ni économique, ni culturel, ni cultuel, ni social.


4- Il faut rappeler que ce fut à l’origine la cloche russe qui fut montée la première et le clocher construit autour d’elle; descendre la cloche pour la faire circuler à terre comme King Kong en cage et donc détruire le clocher représenterait une dépense en travaux se situant entre 60 000 et 100 000 euros soit bien plus que ce qui a été attribué le 25 mars au CCAS pour faire face à la crise économique et sociale qui va frapper les châtelleraudais licenciés, en fin de droits!

 

Et dans un quartier en grande souffrance!

 

Et pourtant la consultation financière serait partie.


5- On nous fait croire que la cloche ne sonne pas, c’est faux: les manuchards l’avaient dotée d’un système de marteau moins fragilisant que l’utilisation du battant intérieur.


6- On nous fait croire qu’elle est inaccessible: c’est faux. Que l’on songe déjà à nettoyer l’intérieur du clocher et à le débarrasser des mètres cubes de fientes qui l’envahissent! Et puis aujourd’hui il existe des dispositifs de filmographie ou d’images exposées particulièrement vivants et expressifs qui peuvent restituer tout l’intérêt de cette cloche à des spectateurs qui ne pourraient pas grimper en haut du clocher.


7- Que l’on demande aussi le classement Monument historique de l’ensemble de l’église puisque certains vitraux remarquables, témoignage de notre histoire industrielle, sont en triste état.

 

Ces événements, en dehors de toute considération non laïque, sont révélateurs du déni de démocratie et pour tout dire d’humanité qu’on nous inflige. Châteauneuf ne se laissera pas faire, et tout CHATELLERAULT avec! Nous y apporterons, avec notre équipe, toute notre ardeur.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 09:00

Il ne faut pas se voiler la face. Les résultats sont terriblement inquiétants : 57, 36 % d’abstentionnistes à CHÂTELLERAULT, et, parmi ceux qui sont allés voter, plus d’un sur dix a fait le choix du Front National !

Personne ne peut tirer gloire d’une telle situation. La coupure se creuse entre la population et les professionnels de la politique, de gauche ou de droite. Les gens de gauche, les écologistes et les modérés ont intérêt à débattre ensemble de ce qu’ils veulent pour l’avenir de la démocratie à CHÂTELLERAULT, sinon le classique mouvement de balancier à la prochaine échéance sera douloureux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 09:00

Très curieusement le gouvernement ABELIN ne compta pas d’adjoint aux affaires sociales, ce qui, par les temps que nous vivons dans notre ville, en étonna plus d’un.

Certes, Dominique LEVEQUE, maire-délégué de TARGE, était-il vice-président du CCAS, le maire en étant naturellement le président.

Certes Dominique LEVEQUE occupa-t-il un bureau tout neuf dans l’ancienne école Ferdinand Buisson (rappel : deux écoles côte à côte fermées, une par la gauche, l’autre par la droite, Buisson et Krebs...).

“Bon sang mais c’est bien sûr”, c’était “prévu d’avance”, c’est Véronique ABELIN qui est ce responsable des affaires sociales, comme de beaucoup de choses dans cette mairie, à grands coups de tutoiements et d’embrassades, et qui court-circuite tout le monde.

Par le social on tient tout, c’est bon pour les élections. Une petite aide par ci, une petite aide par là.

On est loin d’une véritable politique d’action publique concertée et désintéressée !

Le prochain directeur du CCAS ne sera que la voix de son maître (ou de sa maîtresse !), s’il a le droit de parler.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 09:00

POITIERS, TOURS, villes moyennes comme d’autres sur lesquelles la compagnie aérienne low cost RAYNAIR a jeté son dévolu et son monopole car ces collectivités locales, directement ou indirectement via les Chambres de Commerce et d’Industrie gestionnaires, assurent avantageusement une part du coût de fonctionnement des lignes locales et permettent à RAYNAIR une garantie d’équilibre financier que cette compagnie est l’une des rares à obtenir...

A partir de ces villes moyennes qui payent pour elle, RAYNAIR profitent de ces clientèles captives pour les orienter juteusement vers d’autres cieux plus lointains.

Autre problème, au-delà du monopole, et le journal l’Humanité en a parlé, ce sont les conditions de travail et de rémunération faites aux personnels de RAYNAIR, précaires, et assez pitoyables.

Les responsables politiques le savent, mais face à cet avionneur qui pratique le dumping social, nos élus restent sans... réaction.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 09:00

J’ai toujours été attaché d’une part à l’autonomie associative de chaque structure et d’autre part à leur non-municipalisation, le tout cependant sur la base d’un contrat global d’action publique avec les financeurs et les pouvoirs publics ; mais leur non-municipalisation ne peut s’éviter que si leur autonomie associative s’appuie sur un renouvellement progressif des bénévoles et une adéquation contemporaine aux exigences de prévision budgétaire et de projets affinés. A Ozon, nous sommes sans doute parvenus à la fin d’un cycle mais l’irruption d’un nouveau ne doit pas se faire au détriment des hommes et des femmes qui ont beaucoup donné humainement. Nous y veillerons.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 12:00

Ce 23 février à la commission municipale dite Vivre Ensemble -dont j’étais le seul représentant présent des oppositions- Madame LAVRARD, à l’issue de la présentation d’actions (et notamment celles du service médiation-prévention) a demandé s’il y avait des pistes de travail qui pouvaient être proposées.

Silence des élus en place (pas beaucoup).

J’ai donc fait deux propositions dont nous avions déjà débattu depuis longtemps dans notre équipe : comment agir contre les violences faites aux femmes (ayant quelques idées en tant que correspondant Justice en Indre-et-Loire sur le sujet, que j’ai développées), comment agir sur les conditions du retour des détenus d’origine châtelleraudaise à l’issue de leur séjour au centre pénitentiaire de VIVONNE (et de mon laïus coutumier sur une force de visiteurs de prison châtelleraudais -seniors notamment- qui assureraient un lien constructif).

C’est dommage qu’il n’y ait pas la presse dans ces moments qui sont des moments de travail courtois. C’est peut-être pour cela d’ailleurs qu’ils sont ainsi et non pas d’une outrance caricaturale...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 16:27

Personne ne semble entendre nos appels aux dangers du communautarisme à la Plaine, dans des endroits qui aujourd’hui confinent à l’insalubre et à l’insécuritaire.


La Croix du 11 février 2010 consacre une page à la réhabilitation du quartier de la Duchère à LYON, un quartier qui fut difficile ô combien mais qui aujourd’hui grâce à une opération urbanistique et sociale revit par la mixité sociale et certaines formes d’accession à la propriété.


Qu’elle est loin la belle mixité sociologique et culturelle des débuts d’Ozon, qu’elle est loin....

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 19:40

Aucun des trois élus de CHATELLERAULT UNI EN MARCHE ne sera présent dans la campagne des Régionales.


Plusieurs raisons à cela:


1- Les listes principales sont sujettes à des foires d’empoigne pour en être membre en bonne position, et c’est assez lamentable;


2- Les critères d’intronisation par les leaders ne sont pas toujours liés -loin s’en faut- à la compétence, à la valeur des gens et à leur représentativité objective mais à des “cuisines” de territoires, à des concessions, à des compensations, à des “renvois d’ascenseur”, à des dosages et à des “coups” spectaculaires ou supposés tels, et c’est toujours aussi lamentable;


3- Des profils de carrière sont proposés à des candidat(e)s pour leur permettre, à partir de ces Régionales qui leur importent peu dans le contenu, d’accéder un jour peut-être à des mandats encore plus stratégiques et rentables, et c’est profondément navrant.


Bien qu’on nous ait sollicités, ici ou là, nous ne participerons donc pas à ces mascarades et à ces jeux de scène qui sont à mille lieues des difficultés réelles des populations et des enjeux véritables pour nos territoires et notre démocratie, et nous resterons concentrés sur CHATELLERAULT et le bassin châtelleraudais qui méritent bien autre chose que ce spectacle souvent pitoyable.


Les électeurs qui nous ont désignés en mars 2008 l’ont fait pour notre crédibilité et pour l’espérance que nous portions, et que nous continuons à porter de plus fort; pour beaucoup qui nous l’ont dit, nous voir “embarqués” dans ce cirque électoral pour prétendre à un poste ou à un autre nous aurait enlevé cette intégrité, cette liberté et cette indépendance qui sont notre force.


Ainsi, ayant toujours favorisé la responsabilité adulte des votants, nous laisserons chacun, en son âme et conscience, faire ce qui lui semblera le plus juste et le plus opérationnel pour que cette Région soit forte économiquement, audacieuse politiquement, fraternellement solidaire, respectueuse de ses traditions et de ses terroirs mais aussi innovante, à travers un Conseil le plus solide et le plus valeureux possible.


Car les dossiers forts de CHATELLERAULT dépendront beaucoup des aptitudes de ses membres...

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article