Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 20:30


   Ce mercredi 30 juillet en soirée le Parc du Verger accueillait le chapiteau surchauffé et bondé de Figaro Si Figaro Là pour une splendide représentation de Carmen, de Georges BIZET, attendue avec impatience depuis la superbe prestation du Barbier de Séville de l'an passé.

   Merci et bravo aux organisateurs, pédagogues, musiciens, acteurs, chanteurs, grands et petits, bénévoles et soutiens.

   Il faut privilégier cette forme directe et simple d'accès à la culture la meilleure et pour tous.

   Même si manifestement les grands ados et jeunes adultes des cultures urbaines n'avaient pas été sollicités; c'est là qu'on mesure le travail politique à faire.

   Pour CHATELLERAULT UNI EN MARCHE, rappelons que ce lieu du Verger constituait et constitue une priorité culturelle en transformant le château en résidence d'artistes à l'année pour que justement tous les publics puissent avoir, à un moment ou à un autre, un lien avec d'autres mondes.

Mais il est vrai qu'un chapiteau à demeure estivale, ce ne serait pas mal non plus.

Comme dit Carmen à Don José: "Il est permis d'attendre, il est doux d'espérer"...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 11:00


    Un de ces matins de juillet sur le quai de la gare, j'ai pu deviser avec Danièle GILBERT qui rentrait sur PARIS ; nous avons parlé campagne, évidemment.

Et de la violence de la campagne, qui l'a marquée.

   Elle reste persuadée que Philippe RABIT aurait pu apporter quelque chose de positif à la Ville dans le domaine économique et déplore qu'on ne puisse pas, dans une sorte de conseil municipal idéal, rassembler toutes celles et ceux qui ont des idées et de l'influence.

Tiens, ne serait-ce pas justement le rôle du Conseil de Développement, actuellement en sommeil ?

En tous cas l'ancienne présentatrice n'a rien perdu de sa gentillesse et de sa simplicité, c'est réconfortant en ces temps belliqueux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 16:21

   Plus de deux hectares de serres chauffées et ultra modernes vouées au bouturage de géraniums et autres fleurs domestiques vont être abandonnés en bord de Vienne au profit d'installations aux Pays Bas alors qu'un groupe suisse venait en 2007 de mettre FISCHER dans son giron et d'investir localement.


   Quarante salariés, essentiellement des femmes, vont disparaître, et avec elles le deuxième salaire de la famille, celui qui permet de "faire passer les prêts", ouvrant ainsi la brèche au surendettement, aux mésententes, aux séparations, aux contentieux, à l'éclatement des familles.


   Bien sûr, tous les élus de droite, défenseurs pourtant de l'ultra-libéralisme qui conduit à ces outrances, se sont précipité avec compassion et démonstration auprès des personnels qu'ils ont assurés de leur soutien. C'est la moindre des choses et nous nous y prenons part.


   Mais on sait ce qu'il en est généralement: qui nous dira ce que sont devenues -en vrai, sans camouflage statistique et administratif- les "filles des champignons"?


   Il est temps, comme nous le proposions dans notre programme, d'installer une cellule de veille de prévention des difficultés des entreprises qui s'appuie sur un véritable service économique à la Communauté d'Agglomération qui guette journellement là où on sait les trouver les informations capitalistiques et structurelles qui peuvent avoir des conséquences sur nos emplois locaux; en ce sens, ce qui arrive à FISCHER CHATELLERAULT était prévisible et peut-être évitable en faisant des élus non plus des spectateurs -même avisés- de l'économie mais des interlocuteurs forcenés qui peuvent, en temps utile et en amont, engager des négociations et proposer d'autres intérêts à laisser les grandes sociétés, étrangères ou pas, oeuvrer chez nous.


   Faut-il rappeler que FISCHER s'était pourtant investi depuis longtemps sur le terrain social dans l'opération "balcons fleuris" de l'estimable association Action Ozon? Dommage...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 16:06

   Au début des années 1990, la Ville de CHATELLERAULT, comme beaucoup, perdait son Comptoir de la Banque de France; Edith CRESSON permit néanmoins la conversion du site en Agence de Recouvrement des Créances Judiciaires du Trésor.


    Dans la foulée, sans aucune protestation ni contre-argumentation, le Tribunal de Commerce était supprimé alors qu'il constituait un lieu privilégié d'informations, de prévention des difficultés des entreprises et de règlement des litiges commerciaux.


   Puis la Police locale n'a plus été dirigée par un Commissaire mais par un Commandant, comme à ISSOUDUN ou THOUARS, grandes métropoles s'il en est; la représentation institutionnelle en est changée.


   Le Tribunal d'Instance, la juridiction la plus proche des justiciables modestes, en difficultés ou protégés, vient d'être sauvé de justesse, et jusqu'à quand, contre l'avis de la hiérarchie judiciaire du Département, et notre implication y a été pour beaucoup.


   Maintenant, malgré une mobilisation sans précédent, c'est le Conseil des Prud'hommes qui est rayé de la carte alors que son rôle est nécessaire à l'équilibre juridique et social du monde du travail dans un bassin d'emploi qui souffre.

   Le nouveau maire n'est pas responsable de cette fermeture, évidemment, mais celle-ci montre au moins deux choses :


1- Le rouleau compresseur de l'ultra-libéralisme à la SARKOZY est en marche, il écrase les plus faibles qui ne pourront même pas faire défendre leurs droits jusqu'à POITIERS qui est "un autre monde",


2- Etre un élu national - présenté comme un argument massue des dernières élections - ne pèse rien quand le pouvoir en place, amené et soutenu par le même élu, a décidé d'effectuer des coupes sombres et injustes dans ce qu'on appelait jadis "l'aménagement du territoire".


  Sur l'avenir de l'Ecole de Gendarmerie, à laquelle nous sommes affectivement attachés, il ne faut pas se leurrer davantage; nous avons "loupé le coche" au début des années 1990 quand l'Escadron a été déplacé dans les bas d'Antoigné et qu'il y avait l'opportunité de faire à côté un ensemble de formation accessible, moderne et performant; la présence d'Hervé MORIN, proche de Jean-Pierre ABELIN, au Ministère de la Défense -jusqu'à quand ?-, modifie peut-être l'ordre technique de suppression des casernes inadaptées, dont la nôtre, mais on sait qu'à l'horizon 2010 la formation des futurs gendarmes sera regroupée nationalement à SAINT MAIXENT.

   Pourquoi faire semblant ? Gouverner, c'est prévoir, paraît-il...


   Il faut donc se confronter au principe de réalité, que ce soit pour le CPH ou pour l'EPG, faire preuve d'imagination et s'atteler ensemble à des projets de substitution mobilisateurs et audacieux comme notre programme le prévoyait.

Sinon, ce sera en effet le désert.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 15:26


   L'équipe au pouvoir a décidé seule de supprimer la Fête dite des Châtelleraudais, qui était en réalité la fête de l'ancien maire ou à l'ancien maire, à grands renforts de fonds publics, notamment en provenance de la Région, pour la remplacer par un moment festif en superposition avec la Fête de la Musique, que l'on connaît.


   Notre groupe avait beaucoup travaillé sur le sens de la fête à CHATELLERAULT, en puisant notamment dans les travaux de nos historiens locaux et dans la mémoire des anciens (fête de l'île Cognet, bigophoneux, guinguettes, etc...); nous avions également trouvé un intérêt à suivre les fêtes conséquentes de Pentecôte à PARTHENAY ou les chars fleuris sur l'eau à SAINTE MAXIRE, toujours en Deux-Sèvres, pour nous en inspirer.


   Notre ville mérite, si possible au moment solsticial de la Saint Jean d'été, une fête qui soit une véritable fête populaire et de qualité, qui célèbre les quartiers, les compétences locales, les générations, les communautés, articulée autour de la Vienne, notre colonne vertébrale, et qui ne se réduise pas à une fête de la musique confidentielle ou élitiste dans des lieux sans passage.


   Il s'agit, par la dimension culturelle du débat, d'un véritable enjeu politique au sens de l'animation de la Cité et de la connaissance des hommes et des femmes qui y vivent.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 14:00


    Une partie de mon programme est axée sur la fermeture de l’Ecole et sur la réorganisation du site, considérant le principe de cette fermeture comme acquis par le silence des pouvoirs publics en période d’élections ; mais nombre d’officiers ont déjà reçu leur mutation et il a été annoncé par un personnel qualifié que la collaboration de l’Ecole pour l’organisation du semi-marathon -à ce printemps 2008- était la dernière.

   A titre personnel, il va de soi que je regrette cette disparition qui va modifier l’âme de la ville bien au-delà du manque que nous ressentirons lors des cérémonies déjà désertées par la population.


    D’abord en tant que membre du Ministère de la Justice depuis 1982, j’entretiens avec la Gendarmerie des relations étroites de collaboration et de confiance.


    Ensuite parce que, au moment où Edith CRESSON était au sommet de sa gloire , en 1991-1992, l’Ecole avait l’opportunité d’accroître sa capacité d’accueil et que nous avons loupé le coche, comme pour le Commissariat de Police d’ailleurs dont les plans formalisés doivent dormir dans des cartons.


   Enfin parce que la volonté européenne de disparition des gendarmeries en tant que structures d’investigations judiciaires au profit des seules polices est une aberration : pour les magistrats, le choix et le changement éventuel d’un service en cours d’enquête était une garantie d’un regard différent et donc un plus pour le justiciable ; je suis intervenu à titre pédagogique à l’Ecole de Gendarmerie et je connais la qualité judiciaire de ses formateurs.


   Qu’on ne se méprenne pas sur mes intentions : ce n’est pas moi qui ai besoin d’exister, mais la ville.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 11:00
CONFERENCE / DEBAT PUBLIC
Organisé par l’association LES CHATELLERAUDAIS REUNIS
 
LE SPORT A CHATELLERAULT
UN ART DE VIE - UN SAVOIR FAIRE
 
Mardi 12 février 2008
20h00
Salle du Verger
 
Avec la participation de :

Modibo DIARRA
Champion du monde junior de Boxe Française 2007 - Elite 2008
Denis DEVAUX
Ex joueur / entraîneur professionnel de football
 
Ainsi que de nombreux membres d'associations sportives

Et l'intervention de :

Gilles MICHAUD
Candidat à l'élection municipale pour Châtellerault
 Martine PERROY - Michel LEROUX - Alain GASCHARD
Chargés du sport dans son équipe
 
Entrée libre
Repost 0
Published by Saul FERREIRA - dans Politique locale 2008
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 09:00

undefined


Jeudi 31 janvier dernier, Gilles MICHAUD a été invité par l'association les Châtelleraudais réunis pour débattre de l'économie locale et de l'industrie avec plus de 150 personnes.
Pour celles qui n'ont pas pu assister à la conférence débat, voici le contenu de son intervention :

CHATELLERAULT ET LA MONDIALISATION

MENACES ET OPPORTUNITES

 

Débat public du 31 janvier 2008 - salle Camille Pagé

 

Introduction à la soirée

 

Comme toujours dans cette campagne je déplore la quasi ignorance par la presse de l’annonce de cette soirée ; c’est pourquoi je vous remercie d’être venus si nombreux.

Dans mon discours du 9 janvier dernier, j’avais interpellé le public sur la nécessaire question des liens de notre ville avec TOURS, avec POITIERS, avec PARIS et même avec le monde ; nous y voici, au coeur même des préoccupations de nos concitoyens notamment en termes de sauvegarde de l’emploi.

 

Ces craintes ne sont pas nouvelles : les ont partagées près de chez nous les tisserands des troglodytes de SAINT REMY, les producteurs de chanvre de la vallée de l’Envigne, les plumeurs d’oies de chez MASSONNEAU, les mégissiers de la Boivre à LAVAUSSEAU,  les Manuchards,  les filles de chez BEAULU -confection-, les gens de chez GALLUS ; peuvent avoir peur les gens de chez VALEO dont beaucoup de sites sont supprimés en FRANCE.

 

Une entreprise, ici ou ailleurs, a nécessairement des liens avec le monde : par la composition éventuelle de son capital,  par le recours à des matières premières dérivées des bois tropicaux ou du pétrole par exemple, par l’utilisation de machines fabriquées ailleurs,  par ses exportations, par le recours à de la main d’oeuvre étrangère sur notre sol ou au-delà ; et de fait dès lors que tous les paramètres ne sont pas maîtrisés, le risque est grand, localement, de la perte d’emplois ; je prends rapidement quelques exemples :

 

1. le coût des matières premières peut devenir prohibitif au point de mettre l’entreprise en grande difficulté ; je me souviens d’une société du nord Deux-Sèvres, performante, spécialisée dans la confection de caissons légers en bois provenant d’Amérique du Sud, qui dut subir les effets de la reconstruction de la Louisiane dévastée qui absorbait pratiquement toute la production de bois,

 

2. les donneurs d’ordre les plus importants choisissent des pays où la main d’oeuvre est moins chère avec un travail qui commence à devenir de grande qualité ; toujours par rapport au nord Deux-Sèvres, je pense aux secteurs sinistrés de la confection de luxe ; l’entreprise locale, vidée de sa substance, disparaît car elle ne parvient pas à se reconvertir sur d’autres produits,

 

3. les dirigeants et actionnaires choisissent délibérément la délocalisation totale ou partielle du site dans un des pays émergents où le coût de la main d’oeuvre est moins cher et où les aides à l’installation peuvent être attractives ; à l’étranger l’exemple du Finlandais Nokia est le plus récent et le plus caricatural : le site de BOCHUM en Allemagne, conquis par des fonds structurels européens, va disparaître au profit d’un site roumain, lequel bénéficie de fonds européens destinés à favoriser son industrialisation, sans que Monsieur Manuel BARROSO ne s’en offusque.

 

4. des secteurs entiers de notre histoire industrielle, et de notre histoire tout court, disparaissent parce que nous n’avons pas su anticiper, au-delà des coûts, d’autres modes possibles de production : c’est le cas de nos champignonnières en caves, qui fermeront toutes, au profit pour les coûts de la Pologne (des gens modestes produisent les champignons dits de PARIS dans leur propre cave de maison et la conserverie vient ramasser au bout de trois semaines) et pour les coûts et l’innovation au profit de la CHINE, qui fait sa production sous serres.

 

J’en viens ainsi à notre engagement politique : comment une collectivité publique, comment des collectivités publiques peuvent-elles agir sur ces difficultés ?

 

Pour nous il est important de ne pas subir, et donc il est primordial d’anticiper :

 

1. anticiper sur les infrastructures par une ville et une agglomération qui soient en mesure de conserver les entreprises présentes, de permettre leur agrandissement et d’en accueillir de nouvelles : cela veut dire d’une part des terrains viabilisés, accessibles et d’autre part une ville agréable, où notamment les cadres trouveront pour leurs familles ce qu’on est en droit de revendiquer en matière d’urbanisme, de culture, de commerce, de loisirs, d’études, de sports : rendre la cité attractive, et notre programme est au coeur de cela,

 

2. anticiper sur la politique de soutien aux entreprises par la création d’un poste de vice-président de l’agglomération en charge des jumelages économiques et sociaux avec les pays émergents en la personne de Laurent TROUVE sous les réserves d’usage du vote au sein de l’Agglo ; il faut sortir de la jérémiade châtellero-châtelleraudaise, se secouer, prendre son bâton de pèlerin, créer un service spécifique à l’Agglo et se mettre en contact avec nos deux villes proches, TOURS et POITIERS, qui, comme le Conseil Général de la Vienne, ont des liens très forts avec la Chine, avec LOUDUN, qui sans publicité travaille bien avec le MAROC ; la richesse de notre équipe est de compter par exemple Michel LEROUX, directeur technique national des arts martiaux chinois, qui se rend régulièrement en CHINE et a déjà pris des contacts de rapprochement avec une agglomération de 250 000 habitants, qui connaît bien notre ami André GARNIER, PDG de la SIT,  lequel travaille déjà sur le nucléaire avec la CHINE et accompagnait le Président SARKOZY en INDE, par exemple encore Saïd EL BADRI qui entretient des liens privilégiés avec le MAROC où des contacts sont noués à côté de RABAT ; mais il faut travailler aussi avec la ROUMANIE que beaucoup de Châtelleraudais connaissent, où le français est une langue pratiquée, où l’entreprise GIRON est également installée, avec les pays Africains quand d’excellents étudiants maliens, par exemple, trustent les meilleures notes de l’IUT Mesures Physiques.

Nous devons échanger nos étudiants, nos ouvriers, nos agents de maîtrise, nos ingénieurs, nos décideurs, nous ne pouvons plus rester dans notre forteresse délabrée de CHATELLERAULT mais nous ouvrir au monde : c’est politiquement incontournable et humainement, culturellement, économiquement recommandé.


 

3. anticiper en étant vigilant sur le niveau de formation dispensé dans notre ville : le site de GANDRANGE en MOSELLE, appartenant à ARCELOR-MITTAL va licencier plusieurs centaines de personnels et l’une des explications objectivement reconnue consiste dans la mauvaise formation des jeunes recrutés à la place d’anciens partis en retraite : il a fallu refaire de nombreuses pièces coûteuses de métallurgie ; je m’inquiète de la réforme du bac pro qui va supprimer les BEP ; cette réforme va éliminer les élèves les plus en difficultés, ceux qui choisissaient par défaut, mais qui parvenaient à faire leur place dans l’entreprise au sein de la quelle ils pouvaient progresser ; la plupart ne tiendront pas le niveau exigé pour un bac pro désormais en 3 ans au lieu d’un schéma qui pouvait être pour beaucoup 2 ans de BEP plus 2 ans de Bac Pro ; à terme notre Lycée du Verger est menacé et je parle sous le contrôle de Catherine ALIX, CPE dans cet établissement et colistière ; ses sections vont passer l’an prochain de 24 élèves à 15, c’est-à-dire que l’émulation va baisser ; tout cela n’est pas bon pour notre ville ; il va donc falloir déjà chercher des filières de compensation et le recours massif à l’apprentissage -très prisé par les chefs d’entreprise qui en sont les veilleurs- ne va pas résoudre tout.

 

4. anticiper sur la fin de l’ère industrielle pour CHATELLERAULT puisque beaucoup se joue sur le coût de la main d’œuvre, au profit de la production de biens immatériels (communication, bureau d’études, etc…) ; les licences professionnelles mises en place à Tech. de Co. et à Réseaux et Télécommunications vont en ce sens ; CHATELLERAULT a vocation à développer la matière grise, avec un élu de choc, Fabrice AZOULAY…

 

5. anticiper sur les problèmes de transports ; il ne faut pas se leurrer sur les raccrochages au LGV, mais déjà nous devons nous battre pour bientôt compter sur une sorte de TER – Métro TOURS – CHATELLERAULT – FUTUROSCOPE – POITIERS, surtout si l’on continue à travailler dans l’équipe autour d’un centre d’affaires dans le quartier de la gare -côté Est-.

 

Je vais essayer de terminer par une note optimiste : le 7 février, s’ouvre le nouvel an chinois et l’année du rat -le rat qui est un animal opiniâtre (“patience et longueur de temps font plus que force ni que rage”...), qui récupère tout, survit à tout ; le rat est un exemple à suivre.

 

Je vous remercie.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 08:00
CONFERENCE / DEBAT PUBLIC
Organisé par l’association LES CHATELLERAUDAIS REUNIS
 
CHATELLERAULT ET LA MONDIALISATION
MENACES ET OPPORTUNITES
 
Jeudi 31 janvier 2008
20h00
Salle Camille Pagé
 
Avec la participation de :

Olivier BOUBA-OLGA
Maître de conférences à la Faculté de Sciences Economiques de Poitiers
Chargé d’enseignement à Sciences Pô Paris
 
Gilles MICHAUD
Vice-Président du Tribunal de Grande Instance de Tours
Candidat à l’élection municipale pour Châtellerault
 
Ainsi que de nombreux chefs d’entreprises et responsables syndicaux locaux
 
Entrée libre
Repost 0
Published by Saul FERREIRA - dans Politique locale 2008
commenter cet article
26 décembre 2007 3 26 /12 /décembre /2007 00:00

Les responsables de maisons de quartier sont  inquiets de l'avenir de leurs structures, et ils peuvent l'être en effet si le maire actuel était reconduit.
Je suis fermement opposé, comme mes co-listiers, à la municipalisation des centres sociaux et à la caporalisation de leurs dirigeants qui ne seraient que des relais d'opinion du pouvoir en place comme on tente de le faire actuellement.
Ces centres ou maisons ont une histoire singulière qui tient aux quartiers et au charisme de telles ou telles personnes, bénévoles, cadres ou animateurs ; c'est leur richesse, mais aussi parfois leur faiblesse dans l'isolement.
C'est pourquoi je suis favorable à la liberté associative de ces lieux ET à la contractualisation avec la municipalité d'un certain nombre d'éléments et notamment : l' harmonisation des statuts des intervenants, la clarification des financements,  la mise en oeuvre d'une charte d'objectifs afin d'assurer des actions communes, équitables et cohérentes sur la ville, le souci de la formation permanente des personnels, le lien avec les conseils de quartier et d'autres structures,  l'évaluation des actions entreprises, les états généraux des maisons de quartier.
Beaucoup de professionnels m'ont vu à l'oeuvre dans certaines de ces maisons en tant que substitut du Procureur chargé des Mineurs et connaissent mes préoccupations : soutien aux parents, politique familiale et de santé, accès à la culture, innovation dans l'action, lutte contre les toxicomanies et les discriminations, etc... Mon travail politique sera dans cette continuité partenariale, sans séduction ni compromission.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article