Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 21:50

Nous appellons nos sympatisants à participer à la manifestation contre la fermeture de l'Ecole de Gendarmerie Lundi 13 octobre à 18h00 devant la Mairie de Châtellerault

Cette présence est un signe fort pour tout ce que représente l'Ecole de Gendarmerie, sans pour autant  cautionner tout discours politique que ce soit
.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 21:35
Les services de l'Etat connaissent la situation de fragilité du bassin châtelleraudais.

   Ils savent que nous détenons le triste record des bénéficiaires des minima sociaux : revenu minimum d'insertion, allocation de parent isolé, allocation pour adulte handicapé à caractère social, fonds de solidarité.

   L'Etat doit être garant de l'équité par l'aménagement du territoire, dont un ministre, faut-il le rappeler, a la charge.


   Cependant, le gouvernement de la République, soutenu par Jean-Pierre ABELIN, a porté un coup au cœur de notre ville en décidant, sans coup férir et en moins de six mois, de supprimer le Conseil des Prud'hommes et l'Ecole de Gendarmerie.


   A supposer même, dans le cadre de la révision des politiques publiques, que ces décisions fussent incontournables, ce que je conteste, le gouvernement aurait dû les faire précéder, en concertation, de solutions alternatives ou compensatoires :

- à la place du Conseil de Prud'hommes, par le maintien au niveau du département de la totalité des conseillers prud'homaux, l'exercice à Châtellerault d'une chambre détachée du Conseil des Prud'hommes de Poitiers, plus les moyens de mise en place d'une Maison de la Justice et du Droit ;

- à la place de l'Ecole de Gendarmerie la délocalisation d'au moins une école nationale de formation à l'étroit dans ses locaux parisiens, outre le financement d'une véritable cité administrative et associative comme notre programme y incitait.


   En omettant ce préalable alternatif ou compensatoire, l'Etat a méprisé le mandat de plus en plus difficile des élus régionaux, départementaux et locaux ainsi que les craintes légitimes des populations et des commerçants.


   Ainsi je demande solennellement à Jean-Pierre ABELIN, au-delà de l'illusion électorale qu'il a entretenue avec ses « garanties », de remettre sa démission et celle de son Conseil entre les mains du représentant de l'Etat.


  Ou bien l'Etat prend la mesure des choses, s'inquiète, réagit et nous donne rapidement les moyens vitaux pour la ville dont je viens de parler, et ce sera la victoire des Châtelleraudais.


   Ou bien l'Etat ne fait rien, et nous mesurerons l'abandon dans lequel nous place la morgue d'un ultralibéralisme inhumain.

Et nous en tirerons les conséquences.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 19:40
   L'agent d'accueil de la Mairie possède enfin une clef avec l'indication annexée de "bureau Gilles MICHAUD", au deuxième étage, avant le Tribunal d'Instance.

Nos permanences vont désormais pouvoir se mettre en place, sur le rythme suivant:

- un jeudi matin sur deux de 10 h à midi avec Marie-Hélène DAYDET (secrétariat Mireille GOUDARD et Reine BELLANGER) et

- un samedi matin sur deux -l'autre semaine- de 10 h à midi avec Saul FERREIRA (secrétariat Carole LUCAS et Jacky LUC-FRIMVAL).


Je serai présent à la demande et je serai assisté de Fadila BOURAS.


Les dates jusqu'à la fin de l'année sont les suivantes:


Jeudis 16 et 30 octobre, 13 et 27 novembre, 11 décembre 2008;

Samedis 25 octobre, 8 et 22 novembre, 6 et 20 décembre 2008.

A vos agendas, une visite fait toujours plaisir !
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 21:04
   La question des aides que sollicite "La Châtelleraudaise", Harmonie de notre ville, victime de son succès, est une véritable question d'ordre culturel.

   Nous avons jugé nous-même de la qualité de sa prestation lors du concert de début d'année 2008 à l'Angelarde, chaque instrumentiste, quel que soit son niveau, étant intégré à l'orchestre, même s'il ne jouait que quelques notes; des jeunes bien sûr, mais des moins jeunes aussi, qui redécouvraient leur ancien instrument abandonné ou s'étaient enthousiasmés pour celui d'un père, d'un oncle ou d'un grand frère; il y avait du plaisir, du travail et de la reconnaissance lors de ce concert.


   Evidemment il y a le Conservatoire ou Ecole Nationale, qui mobilise des moyens et dont le déménagement sur le site de la Manu constitue un projet fort, dont on connaît l'immense qualité technique des enseignants et le très beau parcours de certains élèves; mais tout le monde qui entre au Conservatoire n'a ni les aptitudes ni la vocation pour avoir constamment le niveau d'un futur professeur de musique de Conservatoire, et combien d'enfants ont été laminés et découragés par un système académique et qualitatif exigeant, alors qu'ils auraient peut-être conservé durablement une pratique instrumentale ludique s'ils avaient été "pris" autrement, comme "La Châtelleraudaise" sait le faire.


Il y a aussi, sans doute, des passerelles à inventer, qui fonctionnent dans les deux sens.


  Aussi nous prions Madame LAVRARD de prendre le temps d'écouter les doléances de "La Châtelleraudaise" et de lui assurer les moyens d'une véritable éducation musicale populaire.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 10:32
Les informations sont pessimistes sur le maintien durable de l'Ecole de Gendarmerie, et il ne peut pas en être autrement.

1) Premièrement, à prochaine échéance la France devra s'aligner sur les prescriptions européennes et ne formera plus aucun gendarme pour les investigations judiciaires et les opérations de police administrative qui seront confiées aux seuls policiers dépendant d'un Ministère de l'Intérieur élargi; les gendarmes seront strictement des militaires; donc moins de recrutement.

2) Deuxièmement, les formations de tous les sous-officiers de quelque arme que ce soit seront bientôt regroupées à SAINT MAIXENT, sur le site de l'ENSOA; c'est le chef de corps qui le dit lui-même (il suffit de lire son entretien avec Daniel BIRON dans le Courrier Français du 12 septembre dernier).

3) Troisièmement, malgré la qualité des formateurs, tout le monde le sait et nous aurions dû à l'époque profiter de la construction du nouvel escadron à Antoigné, les locaux étroits de notre Ecole de Gendarmerie sont inadaptés aux nécessités d'un hébergement moderne et de la pédagogie militaire d'aujourd'hui, sans compter l'absence à l'intérieur de terrains de sports, de stands de tir performants, etc...

Tout cela, que je tenais depuis plusieurs mois de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale comme étant une décision technique sur laquelle le politique avait peu de prise, je l'avais dit pendant la campagne par souci d'intégrité et de vérité, en considérant qu'il ne fallait pas tromper les électeurs (voir les articles sur le blog); on me l'a assez reproché.

Outre le rejet de l'ancien maire, Jean-Pierre ABELIN a été élu sur l'image qu'il voulait donner de lui : un élu national ayant de l'entregent.

Après la disparition du Conseil des Pruh'hommes malgré une poignée de main avec Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, la fin programmée de l'Ecole de Gendarmerie malgré le compagnonnage d'Hervé MORIN, Ministre de la Défense !

Je constate que les électeurs ont été floués et j'espère qu'ils auront de la mémoire.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 19:49
   Conformément à son engagement de respecter la loi, le nouveau maire a affecté aux deux oppositions, et pour chacune, un local; il s'agit, au deuxième étage, sur le palier qui mène au Tribunal d'Instance, des deux anciens bureaux de la permanence parlementaire de Guy MONJALON de 1988 à 1993.

   Séparés par une porte dite de communication, ces bureaux sont un peu à l'image d'une cellule de Chartreux, austère, sauf qu'il s'agit d'un mobilier administratif un brin ringard.

   Hélas, la frustration est à son comble, puisque depuis plusieurs mois déjà, les clés d'accès sont introuvables et que la réfection envisagée des serrures n'est toujours pas faite...

   C'est vrai que 10 élus représentant près de 60% des électeurs dans ces deux bureaux minuscules, ça ne revêt pas un caractère d'urgence!!!

   Quand on songe que Philippe MAHOU, élu du MODEM à POITIERS avec 4 élus seulement et un pourcentage inférieur au nôtre, alors que le conseil municipal poitevin est plus conséquent, dispose d'un local très opérationnel (ordinateur, ligne téléphonique extérieure) et d'un secrétariat à plein temps (contractuel choisi par lui et payé par la Ville), on rêve...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 23:00
      A grand renfort d'argent public qui pourrait servir ailleurs, à coups de démolitions spectaculaires malgré le très bon état d'entretien de certains bâtiments véritables portes de la ville et témoignage d'une époque, Ozon se "relookerait", conformément à ces politiques urbaines qui traversent les alternances. Toujours l'image...


     C'est, sous l'égide de l'ANRU, un vrai "business" qui mobilise les mêmes financeurs, les mêmes bailleurs, les mêmes spécialistes de l'architecture urbaine et du lien dit social. Mais, derrière la restauration des murs, les habitants seront-ils vraiment tous "réhabilités" dans leur histoire collective, dans leur souci d'une dignité, d'un travail stable et d'une culture partagée? Dans quelles conditions et sous quels critères?


     Entre Blossac et la Vienne, le vieux Châtellerault se délite, se dégrade, perd ses commerces historiques et ses familles de souche et se repeuple de personnes en grande précarité ou appelées par les migrations Sud-Nord.
D'autres quartiers souffrent, Châteauneuf en premier; l'habitat indigne y prolifère en certains endroits.
Dans des secteurs jadis résidentiels, les veuves aux retraites insuffisantes ne parviennent pas à vendre leur maison des années 30 à 6O, qui n'est plus aux normes.
Plusieurs écoles ont fermé ou vont fermer en raison de la fuite des jeunes foyers vers les villages alentours, aux taxes et impôts moins élevés.


   Comme notre programme y incitait, notamment grâce au travail des co-listiers Didier PINEAU (premier adjoint, urbanisme et grand travaux), Thierry ROMAND (habitat et logement) et Micheline AUDOUIN (migrations), il y a urgence à mettre en place et à activer un Observatoire local de l'Habitat et des Populations qui proposera aux élus les moyens fonciers, fiscaux, démographiques, urbains, culturels et autres d'enrayer la mort programmée d'un coeur de ville exsangue, asséché par les galeries marchandes périphériques.
Sinon les monuments reblanchis chers à Maryse LAVRARD (et à nous-mêmes) ne garderont qu'une mémoire vide.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 10:14

   Aux alentours du 15 août, la ville de CHATELLERAULT, depuis des temps anciens, fête "la Saint Roch" et plus grand monde ne se souvient guère de ses origines, pour ne retenir que la venue saisonnière de quelques manèges, de moins en moins nombreux, encore que ces derniers temps la tendance semble s'inverser.

   Sur la fin du Moyen-Age et aux abords de la Renaissance, CHATELLERAULT souffrit à plusieurs reprises et durablement de la peste qui fit nombre de morts; on invoqua Saint Roch, toujours représenté avec son chien, pour obtenir des guérisons puis la fin du fléau.
Le quartier du Sanital tient son origine de là.

   Une statue de Saint Roch et de son fidèle animal est d'ailleurs installée dans l'église Saint Jacques.

   Ne pourrions-nous pas, pour faire revivre la Saint Roch, nous remémorer ces événements et faire articuler ensemble quelques manifestations susceptibles de drainer du monde: des rogations pour ceux qui ont la foi, des conférences et des actions sur certains fléaux sanitaires, une exposition canine?

   Il y a là, au coeur de l'été, matière à animer la ville et nous soumettons ce projet à nos partenaires du Conseil.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 11:00

   En février dernier, en plein coeur de la campagne des municipales, Denis DEVAUX, ancien joueur professionnel de football, ancien international et entraîneur du Stade Poitevin de la grande époque, était notre invité pour une soirée débat organisée au Verger autour du thème du sport dans la ville.  

Il y avait du monde ! Et des preneurs de notes...

   Denis DEVAUX, à plusieurs reprises, a insisté sur la nécessité d'avoir à CHATELLERAULT, vraie ville de football, un stade adapté à cette compétition qui requiert proximité et encerclement du public, encouragement des joueurs locaux et désarçonnement des adversaires.

   Non seulement le stade de la Montée Rouge avait perdu sa tribune en bois des irréductibles supporters côté est, mais la piste en cendrée, inutilisée, était restée, et l'ensemble se trouvait de fait désespérément déséquilibré et inadapté au football de compétition de bon niveau.

   Réjouissons-nous !

   La nouvelle équipe municipale s'est bien sûr inspirée de ces recommandations et les travaux correspondants n'ont pas tardé, avec notamment le rapprochement de la pelouse vers la tribune.

Tant mieux.

On en profitera pour rappeler notre projet d'une plaine des sports, à CHARLET, pour donner à l'athlétisme, mais pas seulement, des conditions optimales d'exercice.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 15:00

   Quatre de nos co-listières témoignaient par leur rang dans l'équipe de nos priorités pour la ville exercées par des femmes: Marie-Hélène DAYDET aux affaires sociales (2ème), Marie-Dominique RAGOT au commerce, à l'artisanat et à l'animation (4ème), Olga NAKHLE à la culture et à la jeunesse (6ème) et Catherine ALIX à l'éducation (8ème).

   Malheureusement, seul le suffrage retiendra Marie-Hélène DAYDET, dont on connaît les compétences professionnelles dans le domaine social, ayant récemment pris sa retraite de la Maison de la Solidarité Sud dont elle assurait la direction sous le contrôle du Président du Conseil Général.

   Or, et Jean-Pierre ABELIN le sait pour avoir été son "patron" au Département de la Vienne, Marie-Hélène DAYDET n'a pas son équivalent dans l'équipe gagnante, qui plus est, dépourvue d'adjoint aux affaires sociales...

   Une place nous étant permise au conseil d'administration du CCAS, le conseil municipal a bien voulu retenir la candidature de Marie-Hélène DAYDET que nous avions présentée pour son énergie, son savoir-faire et son réseau technique et humain.
Très rapidement elle fut sollicitée pour faire partie de la commission d'appels d'offres du CCAS, des commissions des crèches et des personnes âgées et du conseil d'administration d'AUDACIE, entreprise d'insertion.

   Ce démarchage a provoqué l'un des débats de notre groupe CHATELLERAULT UNI EN MARCHE qui se réunit au moins une fois par mois, certains estimant qu'après tout si les Châtelleraudais avaient voté pour une liste n'ayant pas une telle compétence ni le programme qui allait avec, ils devaient en quelque sorte l'assumer, d'autres considérant que notre élue devait profiter de ces opportunités, d'une part pour s'épanouir dans ce secteur qui lui convient parfaitement, d'autre part pour essayer de faire passer certains de nos projets en les identifiant comme tels et de se positionner efficacement pour l'alternance dans 6 ans en pouvant justifier alors de réalisations et d'un acquis.

   C'est ce positionnement qui a été adopté : Marie-Hélène DAYDET portera une vigilance, une technicité et une audace, dans l'intérêt général, sans être seulement un tâcheron de complaisance pour l'équipe gagnante mais en revendiquant d'être associée à des choix majeurs ; l'un des premiers sera de désigner la personne qui dirigera le CCAS avec une vraie philosophie des "ressources humaines" ; plus tard, il s'agira de contrôler qui on "aide" en période électorale...
 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article