Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 23:27

                            REQUETE A MONSIEUR LE SOUS-PREFET ET

                             A MONSIEUR LE MAIRE DE CHATELLERAULT


   Après celles de la fermeture du Conseil des Prud'hommes et de l'Ecole de Gendarmerie, nous ne pouvons attendre les mauvaises annonces qui vont frapper l'économie châtelleraudaise sans nous ressembler dans un souci de responsabilité et d'efficacité.

Le coût de l'inaction est toujours plus élevé que le coût de l'action.

Ne pas subir.

Je ne doute pas, sincèrement, que vous pensiez, chacun dans votre rôle, faire le maximum.

Cependant:


     MONSIEUR LE SOUS-PREFET :


   J'ai l'honneur de vous prier de bien vouloir envisager de convoquer rapidement des ETATS GENERAUX DU TRAVAIL ET DE L'EMPLOI du bassin châtelleraudais, qui pourraient se tenir plusieurs week-ends d'affilée à l'IUT de CHATELLERAULT, pratique pour ses possibilités de travail en groupe et d'accueil.


   Y seraient notamment conviés, outre les services de l'Etat directement concernés sous votre autorité, les élus du grand pays châtelleraudais et les responsables politiques et associatifs, les chefs d'entreprises, les syndicats et groupements de salariés et d'employeurs, les représentants de la CCI et de la Chambre des Métiers, du Tribunal de Commerce et des Conseils de Prud'hommes, l'Université et les Lycées d'enseignement professionnel, les formateurs publics et privés, les agences de travail temporaire, les représentants de l'ANPE-ASSEDIC, de la MEEF, de l'AFPA, de l'économie sociale et solidaire, de la SNCF, des banques, de la Santé au travail et de la CPAM. J'en oublie probablement.


   Les travaux consisteraient, en respectant bien sûr un certain degré de confidentialité quand il le faudra, à établir un état des lieux de nos entreprises, à dresser des perspectives, à rechercher des solutions partagées transitoires ou alternatives, à recenser les sociétés locales qui travaillent déjà avec des pays étrangers en imaginant de nouvelles collaborations non destructrices d'emplois ici, en organisant une aide professionnelle et sociale au retour au pays pour ceux qui le souhaiteraient, en sollicitant de la part d'employeurs qui ont du mal à recruter des propositions d'offres durables ou temporaires, en cherchant à adapter nos formations aux besoins de notre bassin, en voyant ce qu'il est possible de retirer en termes d'emplois du Grenelle de l'Environnement (quoi qu'on puisse en penser sur le fond), etc...


   Il faut mettre en pratique le concept de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), qui ne doit pas rester qu'incantatoire et réservé aux grands groupes industriels.


   Les moyens d'information spécialisés (Challenge, l'Usine Nouvelle, Alternatives Economiques, ...) devront être sollicités afin de donner une publicité profitable et de braquer, au niveau national, les projecteurs sur CHATELLERAULT.


MONSIEUR LE MAIRE :


   J'ai l'honneur de vous prier de bien vouloir envisager de mettre en place rapidement les conditions d'une véritable démocratie de proximité par quartiers, comme mon programme de campagne le prévoyait; seul cet outil intermédiaire permet d'organiser des régies de quartier, de repérer la misère, la précarité, le danger de certaines familles, de faire remonter les doléances, de canaliser la violence verbale ou physique et de tisser la fraternité entre les générations et les cultures.


   Les étrangers et les jeunes devront en effet tenir leur place dans cette démocratie de quartier véritablement étayée car vous n'ignorez pas qu'ils sont dans notre ville les premiers touchés par la perte de plusieurs centaines de postes de travailleurs intérimaires (Fonderies, Fabris en particulier) et que certains jeunes de nos quartiers ont déjà les "nerfs à vif" (véhicules incendiés, etc...).


   On m'a assez reproché d'avoir évoqué lors des derniers jours de campagne électorale le risque d'une "libanisation" des rapports humains à CHATELLERAULT; je crains malheureusement, que si rien n'est fait et que si l'on reste dans une politique entretenue de quémande d'assistanat dans certains secteurs de notre ville, vous n'ayez à gérer des situations impossibles.


   Je vous présente cette double requête avec respect, humilité mais fermeté, en vous demandant d'user de vos prérogatives de représentants d'une puissance publique protectrice de la population en ces temps de guerre économique.

Et de mobiliser.

 

                   Gilles MICHAUD, conseiller municipal, le 27 octobre 2008,

avec Marie-Hélène DAYDET et Saül FERREIRA, élus de CHATELLERAULT UNI EN MARCHE

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:37
    Etant le seul à avoir eu l'honnêteté d'annoncer que l'Ecole de Gendarmerie allait fermer, j'avais eu, avec les colistiers, l'audace d'imaginer comment ce site pouvait ne pas cesser de vivre.

Il suffit de vous reporter au programme : on y imaginait


- des services de l'agglomération CAPC,

- un véritable hôtel de police garantissant l'accueil des victimes dans d'excellentes conditions,

- une brigade de gendarmerie

- une brigade des recherches bien plus à l'aise que dans les locaux vieillots du Boulevard Aristide Briand,

- la maison des libertés (syndicats, CIDF associations de défense des droits de l'homme, etc...),

- un restaurant administratif et associatif pour conserver l'infrastructure mess,

- une maison de l'enfant et de l'adolescent,

- un hébergement pour les équipes sportives ou artistiques de passage, etc...


et la fameuse cité judiciaire.


   Alors on se moque bien sûr de moi en disant "mais il n'y a plus le Conseil de Prud'hommes et la Justice ferme ses tribunaux !".

Certes.Mais nous avons sauvé le tribunal d'instance et ce n'est pas rien. I

   Il faut donc dès aujourd'hui tout mettre en oeuvre pour que ce maintien du tribunal d'instance ne soit pas que transitoire, cela passe par un projet global et politique fort.


   Et la justice n'est pas, loin s'en faut, que l'empilage de jugements. Elle veille au lien social.


Ajoutons dans la caserne de LAAGE, dans le but d' une cité judiciaire, des locaux agréables et fonctionnels pour :



1- les conciliateurs qui dépendent du tribunal d'instance,

2- les délégués du Procureur qui font les rappels à la loi

3- l'accueil des victimes et les médiations de l'AJUDEVI,

4- les médiations familiales de l'ADIMEJ (PRISM) dont le siège est à MIGNALOUX-BEAUVOIR,

5- le suivi des contrôles judiciaires par cette même AJUDEVI,

6- la rencontre des familles et des jeunes suivis par la Protection Judiciaire de la Jeunesse,

7- le suivi des probationnaires (sursis avec mise à l'épreuve) et des sortants de prison (libération conditionnelle) par le Service d'Insertion et de Probation,

8- les permanences de l'UDAF,

9- les permanences des services d'investigation du Juge des Enfants,

10- un véritable lieu de point-rencontre des enfants par leurs parents séparés (avec accueil pluridisciplinaire), où l'on puisse partager un repas, un film, le voisinage d'un petit parc animalier, des jeux d'enfants, plutôt que de se voir dans le cadre éternel d'une salle de classe désaffectée,

11- les permanences des avocats et notamment de l'association Avoc'Enfants.



Et j'en oublie. N'est-ce pas un superbe projet pour notre ville?


Travaillons là-dessus, d'urgence!


Une telle vie publique, associative, institutionnelle à cet endroit générerait forcément de l'activité tout autour, l'équipe en est persuadée.


Surtout si, comme si j'y ai invité le maire, on "décroche" une école nationale, avec des formateurs, des étudiants, etc...

 


Mais nous avons déjà perdu 9 mois !!!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 18:58
500...  et 100...

Cela ne vous rappelle rien ?

   Des colistiers m'ont rappelé qu'en nous illusionnant par l'impossible conservation de 5OO élèves gendarmes à l'année et de 100 personnels permanents (500+100= 600), Jean-Pierre ABELIN avait imité Joël TONDUSSON qui, en plein coeur de la campagne des cantonales sur le canton ouest, avait promis pour Châteauneuf et ses abords 600 emplois (à Bac plus 6 ou 7!) avec l'arrivée d'AVESTOR, qu'on n'a jamais vu venir.

   On se souvient que tout ce beau monde, Edith CRESSON, Joël TONDUSSON, Jean-Pierre ABELIN, etc... (à quels frais?) n'avait pas hésité à traverser l'Atlantique pour se rendre ébahi au Québec et nous ramener des chansons.

Quelle tristesse...
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 20:58
   Notre ville, ville industrielle, est touchée de plein fouet par la crise financière et économique. De nombreux contrats de personnel intérimaire ne sont pas renouvelés (plus de 600) mettant en péril les compétences professionnelles acquises, la vie familiale, la vie sociale de ces salariés.


   Quelle question devons nous poser face à cette situation ? Le Châtelleraudais était déjà marqué par un grand taux de précarité. Comment la solidarité locale va-t-elle s'exercer ? La mise en place du RSA (Revenu Social d'Activité) en 2009 est une excellente proposition. Mais sera-t-elle maintenue ?


   Demeure la question du maintien des compétences, de l'insertion dans le monde social, et dans le cadre de l'entreprise.


   Notre programme, lors des municipales, développait des propositions mettant en synergie les différents acteurs économiques, sociaux :
- promotion de la Maison de l'Economie, de l'Emploi et de la Formation,
- jumelages économiques,
- mise en place d'une cellule de veille et de prévention des difficultés des entreprises pour éviter toute déperdition de temps, d'information et d'argent


   Dans le même temps, soutenir efficacement les associations d'insertion telles que AUDACIE, CHANTIERS, PACEREL.... Pour permettre à la personne de retrouver dignité et confiance dans l'avenir.


   De l'agriculture à l'industrie en passant par les petits commerces, l'artisanat, l'entreprise, nous souhaitons une ville attractive, accessible et innovante.

 

Repost 0
Published by Marie Hélène Daydet Conseillère Municipale - dans Politique locale 2008
commenter cet article
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 18:34
   Contrairement à notre intention, il ne sera pas possible de tenir la permanence en mairie le samedi matin, l'hôtel de ville n'étant pas ouvert au public.

C'est bien dommage, nous aviserons.

   Mais il faut que la règle de non-réception de personnes autres que des élus le samedi matin tienne pour tout le monde.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 18:00
   Lors du dernier Conseil municipal de CHATELLERAULT du 2 octobre 2008, j'avais expliqué que la modification du statut de la Gendarmerie qui frappait déjà notre Ecole allait probablement toucher aussi des brigades de campagne et que nous pouvions redouter la perte du maillage de notre territoire.


Cela n'a pas tardé. Et ces projets sont une erreur.



   En retenant justement que les gendarmes sont d'abord des militaires, on ne doit pas affaiblir les zones" frontalières"de notre département (MONCONTOUR et le Nord Deux Sèvres, LES TROIS MOUTIERS et le Maine et Loire, CHARROUX, AVAILLES LIMOUZINE et la Charente), car deux types de personnes connaissent ce découpage géographique (Parquets et Groupements voire Légions de Gendarmerie différents): les truands et les terroristes, qui se mettent "au vert".


La meilleure sécurité pour nos concitoyens, c'est l'information, et donc la proximité.


Sortons de la tyrannie statistique et budgétaire !

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 18:06
   Lors du dernier Conseil municipal du 2 octobre, Jean-Pierre ABELIN, sur l'invitation de Cyril CIBERT, s'était engagé publiquement à ce qu'une délégation des élus toutes tendances confondues se rende chez la Ministre ALLIOT-MARIE.

    C'était avant l'officialisation de la fermeture de l'Ecole le 10 octobre 2008.


    Sans aucune concertation, seul comme toujours, Jean-Pierre ABELIN, qui représente seulement 4O et quelques pour 100 des votants, annonce qu'il sera à PARIS ce jeudi 16 octobre pour rencontrer la Ministre et obtenir des engagements compensatoires.


    Nous déplorons un tel comportement, qui ne sert pas la Ville.


   Jean-Pierre ABELIN, après la triste mascarade de la "manif" du 13 octobre 2008, a manqué une belle occasion de démontrer qu'il pouvait travailler collectivement, en même temps qu'il conforte lamentablement les accusations d'opacité et de faiblesse de son action.


Le 16 octobre 2008, avec mes remerciements

Gilles MICHAUD

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 20:00
    J'ai pris acte du retrait du Conseil municipal de Michel GUERIN, avec lequel j'aurais pourtant apprécié de défendre les Châtelleraudais et de préparer l'avenir.

Qui sait ?


   Lorsque le journaliste de la NR qui préparait un article sur l'état de la gauche à la rentrée me demanda le dimanche 14 septembre avec qui j'envisageais de préparer l'avenir, je lui ai répondu, sans qu'il en répercute l'échange dans la presse, au PS Michel GUERIN, au PC Pierre BARAUDON, au MRC de CHEVENEMENT Patrick JUIN et chez les Verts Nacer BOURAHOUA.


    Sans vouloir me donner l'information concernant le retrait de Michel GUERIN, il m'indiqua seulement avec discrétion qu'il y aurait, dans son article, une information importante qui concernait ce sur quoi nous venions d'échanger.   Et de me dire intérieurement: c'est l'annonce de la démission de Joël TONDUSSON. Et d'attendre le journal du mardi 16 septembre avec impatience. Que nenni !!!


   A moins de spéculer sur un retrait stratégique pour mieux préparer un retour style recours, ce que je ne crois pas, le départ de Michel GUERIN du conseil municipal ne fait pas les affaires de la gauche, ni au conseil où il avait une compétence, ni dans la vie politique en général puisqu'il se prive d'une tribune.


   Le départ de Joël TONDUSSON aurait été plus compréhensible: certes l'intéressé n'est pas connu pour "se mettre la tête sous l'aile" (expression qu'il employe parfois). Il suffit de lire Centre Presse de ce 3 octobre...   Mais légitimement fatigué, ayant pris la mesure de son impopularité et admis enfin les causes personnelles qui expliquent son échec plutôt que de désigner des responsables extérieurs, il aurait jugé raisonnablement que l'avenir municipal et communautaire doive se préparer sans lui et il en aurait tiré les conséquences, comme il annoncerait qu'il ne solliciterait pas un nouveau mandat de conseiller général, fonction que sans doute pris par son activité de médecin (pour reprendre les termes de Ségolène ROYAL au soir du 16 mars dernier) il n'a d'ailleurs pratiquement jamais exercée tout en en percevant les émoluments.


   Ce n'est pas faire offense à l'homme de concevoir qu'il aurait du penser ainsi. Un maire battu, dans une ville d'une telle importance, ne revient jamais. Ses interventions au Conseil du 2 octobre étaient maladroites, presque toutes tournées vers le passé et truffées d'approximations ( notamment le projet de piste de glisse pour le kayak le long de l'île Cognet, le parc d'activités de Valette), provoquant la risée d'élus majoritaires qui se gaussent évidemment.


   On ne peut pas être et avoir été. Et c'est compréhensible. La maison de la gauche châtelleraudaise se serait offert une bonne bouffée d'air pur, avec sans doute des dommages collatéraux, mais elle aurait préparé l'avenir de manière constructive. Jean-Pierre ABELIN se serait retrouvé avec une opposition unie face à lui, représentant près de 60% des voix, et cela aurait tout changé.


   J'appelle chacun solennellement à réfléchir : ma proposition se fera bientôt dans un cadre politique, et on ne pourra plus me reprocher d'être un "électron libre", mais elle sera celle-ci :


   J'ai obtenu, au premier tour, et malgré cinq candidats, sans être connu dit-on, avec peu de moyens en dehors du soutien du MODEM conduit par Saul FERREIRA et du MEI (Mouvement Ecologiste Indépendant d'Antoine Waechter), plus de 20% des voix ; au second tour je ne me suis pas effondré, avec plus de 17% des suffrages; en réalité, je représente davantage puisque des gens de la gauche dite légitimiste, en appréciant notre programme et sans aimer spécialement Joël TONDUSSON, ont préféré voter pour la gauche officielle, et que d'autres, modérés longtemps sensibilisés à notre action, ont fait finalement le choix naturel de Jean-Pierre ABELIN, tout en sachant qu'il était candidat tardif et à contre-coeur, et que le Nouveau Centre, rallié à SARKOZY, n'était pas, loin s'en faut, l'ancienne UDF.


    J'ai un vrai programme pour CHATELLERAULT, toujours accessible, sur papier ou sur le blog, travaillé pendant 18 mois au plus près de la population, avec une équipe sérieuse et compétente, dont des pans entiers resteront longtemps d'actualité : il constitue la base des négociations futures et sera amendé par la richesse de nos partages.


   Je n'ai pas fait le choix d'un parti politique qui m'enfermerait dans un dogme ou qui me priverait par exemple de la liberté et de l'honneur d'être candidat dans une circonscription dite "réservée à une femme", on comprend hélas pourquoi et pour qui, mais qui me permettra, en vertu des accords nationaux anciens et d'une culture politique partagée à l'Assemblée comme au Sénat, et à la Région, de pouvoir de nouveau, et avec d'autres moyens, conduire la lutte en équipe, dans le souci du bien commun.


Avec Michel GUERIN, et bien d'autres.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 10:07

   Les malheurs qui s'abattent sur notre ville ( pour commencer les fermetures du Conseil de Prud'hommes et de l'Ecole de Gendarmerie) révèlent malheureusement l'état de déliquescence de l'action politique :

 


1- UNE ABSENCE DE CULTURE INSTITUTIONNELLE :


   A la fin des années 1980, la disparition des anciennes "écuries JUCQUOIS", qui donnaient sur l'avenue Treuille et sur l'avenue Clémenceau, avait provoqué une esquisse de réflexion partenariale sur un possible regroupement des institutions de l'Etat (Police, Justice, Santé, etc...) et des collectivités publiques (CCAS, Hygiène, etc...);


    il n'en est absolument rien resté et on a vu partir le comptoir de la Banque de France, le Tribunal de Commerce, le poste de Commissaire de Police et le Conseil de Prud'hommes alors qu'une volonté politique forte aurait dû fédérer un vrai projet inter- institutionnel connu et valorisant pour notre ville.


2- UNE ABSENCE D'ANTICIPATION :


     Le pouvoir précédent s'est désintéressé de l'Ecole de Gendarmerie et n'a pas pris la mesure de son impact historique, humain et économique dans la ville; pourtant des projets ont été présentés par des Officiers de l'Ecole et l'alerte a été donnée depuis longtemps; les langues se délient désormais.

   Jean-Pierre ABELIN lui-même, député depuis au moins 1993 sans interruption, a eu la possibilité de consulter en temps utile tous les travaux et rapports sur l'évolution de la Gendarmerie et son absorption partielle par le Ministère de l'Intérieur, qui affecterait immanquablement notre Ecole, aux locaux enserrés dans la ville, exigus, obsolètes.

Il pouvait intervenir en faisant son travail normal d'élu, bien avant.


Il feint d'être sidéré aujourd'hui alors que nous, modestes candidats, nous connaissions l'information depuis neuf mois !


3- UNE CONCEPTION PERIMEE DU POUVOIR :


   Le nouveau maire, trompé sans doute par un trop long exercice de mandat de conseiller général "distributeur" de fonds et de bonnes nouvelles, a pensé que l'intervention politique "à l'ancienne" auprès des amis ministres allait suffire à maintenir le Conseil des Prud'hommes et l'Ecole de Gendarmerie dans son état actuel jusqu'à l'Apocalypse; il en a fait un argument de campagne éculé qui a endormi les ignorants et rassuré les électeurs âgés, nostalgiques.


   Quand on voit que les Ecoles du MANS (trois fois plus grande que la nôtre, moderne et équipée), chez le Premier Ministre, et de LIBOURNE, dans le Sud-Ouest de Michelle ALLIOT-MARIE, ont été supprimées, dans un schéma général de resserrement des moyens qui peut se concevoir, il était sûr que le sauvetage de notre malheureuse école par un député de base était une opération impossible.


   C'était bien avant qu'il fallait s'agiter, dès l'installation de l'Escadron à ANTOIGNE pour inciter les ministres de l'époque à y installer une Ecole neuve, fonctionnelle, indéboulonnable, et à délocaliser rue Louis BRAILLE une des nombreuses écoles nationales basées à PARIS (pour prendre des exemples: l'Ecole Nationale d'Administration Pénitentiaire est "exilée" à AGEN et celle de la Protection de la Jeunesse à ROUBAIX, tout récemment).


   Et cela, le nouveau maire, avec les mandats nationaux qui étaient les siens et dont il s'est prévalu pour prendre la ville, avait largement les moyens de l'impulser.





Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 23:07
Voici quelques réactions entendues sur le marché de Chateau-Neuf ce week-end après l'annonce de la fermeture de l'Ecole de Gendarmerie

- il y a longtemps que c'était décidé
- personne n'a voulu y croire qu'elle fermerait
- On nous a menti pendant la campagne municipale
- Merci, Monsieur Michaud, pour votre franchise, vous êtes le seul à avoir dit la vérité
- Tondusson n'a rien fait pendant 10 ans et voilà le résultat
- Abelin nous a trompé : il a dit qu'il sauverait l'Ecole de Gendarmerie s'il était élu et là, 6 mois après à peine et tout est fini
- Les jeunes femmes chatelleraudaises sont tristes de les voir partir, ces élèves gendarmes ; ils vont être regrettés.
- j'ai connu mon mari grâce à l'Ecole de Gendarmerie, maintenant, ce sera plus triste sans tous ces jeunes

Ce blog est à votre disposition

  Continuez de nous faire parvenir vos réactions à gillesmichaud2008@yahoo.fr
votre anonymat sera respecté


La liste Châtellerault Uni En Marche

La seule liste pendant les élections municipales à avoir dit la vérité,

la seule liste à ne pas avoir caché la réalité aux chatelleraudais sur les projets du gouvernement Sarkozy de suppression, depuis longtemps programmée, de l'Ecole de Gendarmerie de Châtellerault



Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article