Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 21:08
L'équipe municipale en place avait voté "oui" à l'extension des capacités de production de la Centrale de CIVAUX malgré toutes les incertitudes sanitaires. (Pour rappel, nous, nous avons voté non)

La lecture du Canard Enchaîné daté du 26 novembre 2008 nous apprend que l'ASN, l'Autorité de Sûreté Nucléaire, parmi les 19 Centrales françaises, considère le site de CIVAUX, avec ceux de GOLFECH, BLAYAIS et CRUAS-MEYSSE, comme concerné par les risques d'explosion nucléaire, et déclenche dès le 13 novembre ( 6 jours avant le conseil municipal qui l'ignorait) un plan national d'état des lieux de la gestion des risques d'explosion.

Un risque d'explosion à CIVAUX avant même l'extension ?

Rassurant, en effet...
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 23:21
Les mauvaises langues disent qu'à CHATELLERAULT il ne se passe rien.

Rien n'est plus faux!

Regardez ce mardi 25 novembre 2008, et j'en oublie peut-être, il faut un don d'ubiquité pour être à la fois et en entier si possible:

- à la réunion sur le projet de fête des associations, au Verger,
- au concert d'Automne musical à l'église Saint Jean Baptiste,
- à l'Angelarde pour la conférence organisée par la CAF avec Jacques SALOME sur la parentalité,
- au Nouveau Théâtre avec la troupe de Philippe GENTY (Boliloc),
sans parler d'un très bon film avec Nathalie BAYE aux 400 Coups.

Et vendredi soir il y aura notamment concurrence entre la Maison pour Tous qui fête ses associations et le Centre Social d'Ozon qui célèbre à la Gornière, grâce à l'inusable ami Pierre MORINEAU, Jean GIONO, avec un repas en clôture...
Etc, etc...

On va forcément faire des déçus.

Le programme de CHATELLERAULT Uni en Marche abordait précisément ce genre de difficultés de cumuls d'activités intéressant des publics proches ou croisés, avec la volonté d'un vrai service Ville-Agglo qui fédère et harmonise un peu tout cela...




Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 23:21
   On sait l'attachement légitime de Gérard BARC, premier vice-président de l'Agglo, pour la rivière la Vienne, et son obstination à penser que des foules entières viendront de France et de l'étranger pour s'engouffrer dans un bateau-mouche restaurant entre le barrage EDF et Chitré.


   Des frais littéralement considérables sont engagés par la Communauté d'Agglomération.
Ce projet n'a rien à voir avec le mien, remontant à 1997, d'un coût dix fois moindre, consistant en une réplique en matériaux modernes de l'ancien Bateau des Bains installé quai Napoléon, et comprenant à son bord une crêperie et un restaurant d'application afin de permettre à tous les budgets d'y accéder.


   Le Bateau des Bains, outre qu'il dynamisait les quais, avait une vocation sociale par l'inscription d'une clause d'embauche d'un public en insertion par les entreprises partenaires de sa construction et par l'emploi à bord de jeunes des différents pays européens placés par des Juges des Enfants.


   Sa rentabilité ne posait pas problème en raison du versement par le Ministère de la Justice d'un prix de journée pour chaque enfant, les recettes étant du bonus.


   J'allais dire "Redescendons sur terre", et en ces temps de difficultés pour beaucoup de familles, cessons les projets grandioses du type "La croisière s'amuse", avant que le projet ne soit un fiasco du style "Titanic"financier...


Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 20:47
REQUETE A MONSIEUR LE SOUS-PREFET ET A MONSIEUR LE MAIRE DE CHATELLERAULT


    Après celles de la fermeture du Conseil des Prud'hommes et de l'Ecole de Gendarmerie, nous ne pouvons attendre les mauvaises annonces qui vont frapper l'économie châtelleraudaise sans nous ressembler dans un souci de responsabilité et d'efficacité.


Le coût de l'inaction est toujours plus élevé que le coût de l'action.
Ne pas subir.

Nous ne doutons pas, sincèrement, que vous pensiez, chacun dans votre rôle, faire le maximum.


Cependant :

 


MONSIEUR LE SOUS-PREFET :

 


   Nous avons l'honneur de vous prier de bien vouloir envisager de convoquer rapidement des ETATS GENERAUX DU TRAVAIL ET DE L'EMPLOI du bassin châtelleraudais, en rassemblant tous les partenaires politiques, associatifs, institutionnels et professionnels directement concernés.


   Il nous faut être audacieux, innover, anticiper et mettre en pratique le concept de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), qui ne doit pas rester qu'incantatoire et réservé aux grands groupes industriels quand tout va bien.



MONSIEUR LE MAIRE :


   Nous avons l'honneur de vous prier de bien vouloir envisager de mettre en place rapidement LES CONDITIONS D'UNE VERITABLE DEMOCRATIE DE PROXIMITE PAR QUARTIERS, comme notre programme de campagne le prévoyait; seul cet outil intermédiaire, en temps de crise, permet d'organiser des régies de quartier, de repérer la misère, la précarité, la mise en danger de certaines familles, de faire remonter les doléances, de canaliser la violence verbale ou physique et de tisser la fraternité entre les générations et les cultures.


   Les étrangers et les jeunes devront en effet tenir leur place dans cette démocratie de quartier véritablement étayée car vous n'ignorez pas qu'ils sont dans notre ville les premiers touchés par la perte de plusieurs centaines de postes de travailleurs intérimaires (Fonderies, Fabris en particulier) et que certains jeunes de nos quartiers ont déjà les "nerfs à vif" (véhicules incendiés, etc...).


   Nous vous présentons cette double requête avec respect, humilité mais fermeté, en vous demandant d'user de vos prérogatives de représentants d'une puissance publique protectrice de la population en ces temps de guerre économique. Et de mobiliser.


Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 20:54
Intervention de Gilles MICHAUD le 12 novembre 2008 à la Gornière à l'invitation du Parti Communiste Français


CAUSES DE LA CRISE, PROPOSITIONS


CAUSES DE LA CRISE


I- LA MONDIALISATION DES ECHANGES :

 

L'émergence des nouvelles puissances économiques (Chine, Inde, Brésil, Indonésie,...):

1- détournement des matières premières (en Chine on construit tous les deux mois une ville de l'équivalent de PARIS, on stocke du pétrole pour un an), ce qui les rend pour nous plus rares et plus coûteuses

2- absence d'un véritable gouvernement démocratique et économique de notre planète (ultra-libéralisme, déréglementation, cf pour nous l'envolée du coût des bois tropicaux sud américains quand il faut reconstruire la Louisiane, prioritaire...)


II- LA FIN DU CAPITALISME CLASSIQUE :

 

1- en tant qu'association du capital et du travail (évolution de la notion de travail)

2- en tant que capitalisme des "grandes familles" (vers des fonds de placement, volatiles et éphémères)

3- vers une hyper-financiarisation internationale (paradis fiscaux, sociétés off-shore, etc...)


III- LE PASSAGE DU REEL AU VIRTUEL :


1- dates clés: 1986-1987 avec la disparition de la compagnie des agents de changes et de la fameuse "corbeille" de la Bourse; les échanges d'achats et de ventes d'actions ne sont plus publics voire spectaculaires, il n'y a plus de publicité, le délit d'initiés est favorisé (cf PECHINEY et Roger-Patrice PELAT dès cette époque)

2- dématérialisation des titres: le passage au numérique développe les risques de rapidité, d'absence de contrôle et d'opacité des échanges (de l'ordre de 4 à 5 milliards d'euros par jour à la Bourse de PARIS), l'investissement dans une société, à long terme, et la connaissance économique qu'on en avait jadis, cèdent le pas au jeu et à la recherche de gain rapide, dans l'ignorance quasi complète du secteur d'activité; depuis 86-87 les banques se sont mises à boursicoter de manière ludique et risquée alors que ce n'était pas leur métier


IV- DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES : L'INDIVIDUALISME :


1- Le recul des corps intermédiaires (partis politiques, syndicats, sentiment d'appartenance mutualiste, assemblées générales désertées, etc...)

2- Le souci personnel de "sauver sa peau" en temps de crise

3- La fin de la notion d'engagement dans la durée, la pratique du zapping, en toutes choses

4- La perte de confiance dans le recours au tiers spécialiste (moins de credo, moins de crédit), alors que certaines banques aujourd'hui, ici, continuent de prêter

5- Le sentiment de peur provenant de l'effet dominos et de pré-précarité (chacun est, partout, remis en cause)


PROPOSITIONS


I- AU NIVEAU INTERNATIONAL: LA MISE EN PLACE D'UN VERITABLE POUVOIR POLITIQUE ET ECONOMIQUE :


1- Revoir la composition du Conseil de Sécurité de l'ONU (CSO) en y intégrant de nouveaux pays qui "pèsent" dans la guerre économique

2- Repositionner G8, G20 et Conseil de Sécurité

3- Rattacher au CSO la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI)

4- Repenser le rôle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et lui donner des moyens de contrôle et de sanction

5- S'attaquer enfin aux paradis fiscaux


II- AU NIVEAU EUROPEEN: "LES PIEDS DANS LE PLAT" :

 


1- La place de certains pays dans l'Europe (quid de la Grande Bretagne, du Luxembourg et de la Suisse? Quid de la Turquie?)

2- Le rôle de la Banque Centrale Européenne (sortie de la toute puissance de Monsieur TRICHET et de l'autisme de cet organisme)

3- Tendre sur cette période vers le protectionnisme (privilégier les échanges intra-communautaires), d'autant que notre monnaie est probablement sur-évaluée par rapport au dollar et nous pénalise à l'exportation

4- Revendiquer un SMIC européen (vieille demande de ma part), moyen de lutter contre l'excès de délocalisations et de revaloriser la considération de la main d'oeuvre des anciens pays de l'Est


5- Favoriser un véritable co-développement responsable et solidaire avec l'Afrique (or le Chef de l'Etat vient de réduire considérablement ce poste budgétaire)


III- AU NIVEAU FRANCAIS: PROMOUVOIR LA FRATERNITE ET LA SOLIDARITE :


1- Renforcer le rôle régulateur de l'Etat et certainement retourner à des formes de nationalisations, même partielles, de certaines activités indispensables à l'intérêt général de la Nation

2- Revenir au Plan, aux grands travaux, aux emprunts nationaux

3- Repenser notre système énergétique et le rendre plus juste et moins dépendant de l'extérieur

4- Revenir à un véritable aménagement du territoire dans un souci d'équité républicaine (hélas: carte judiciaire, carte hospitalière, fusion hospitalière public-privé annonciatrice d'"OPA", abandon du train, etc...)

5- Installer la démocratie de proximité, réponse au délitement du lien social

6- Lutter contre le cumul des mandats dans le temps et dans l'espace (éviter la constitution et l'encroûtement d'une "classe politique" déconnectée de la réalité des gens, combattre l'installation de rentes et de baronnies, favoriser en politique l'entrée de la jeunesse et des néo-seniors, s'enrichir de la mutualisation des expériences, rechercher l'innovation, " casser le moule" à fabrique de prétendues élites)

6- Développer réellement l'apprentissage des langues européennes et l'enseignement de l'histoire européenne pour une véritable appartenance politique



Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 21:01

    Les élections municipales étaient lancées à trois depuis un moment : d'abord notre équipe "Châtellerault Uni en Marche" pour reprendre "La France Unie en Marche" de MITTERRAND en 1988 (deux tiers à gauche, un tiers centre, centre-droit et société civile), l'équipe TONDUSSON après que Michel GUERIN soit rentré dans le rang et Philippe RABIT, candidat officiel de l'UMP locale avant d'être torpillé par l'UMP nationale, en réalité par Jean-Pierre RAFFARIN et on verra comment.


   Les sondages "au feeling"étaient bons pour nous, nous labourions énormément le terrain, nous produisions un vrai programme au plus près des gens, notre équipe aux écharpes vertes était reconnue, nous avions beaucoup d'estime dans l'opinion et les "abelinistes", qui avaient des comptes anciens à régler avec Philippe RABIT, s'apprêtaient à voter pour nous; pour une gauche authentique, ouverte et généreuse, nous étions la seule alternative au" ras-le-bol" des Epoux TONDUSSON.


   Edith CRESSON, qui nous voue une haine farouche ("Ce que je pense de Gilles MICHAUD n'est pas imprimable" dit-elle à la NR), sent le danger pour son poulain. Peu importe l'intérêt de la Ville pour elle.


   Comme toujours, à l'école mitterrandienne, deux fers au feu: sur la gauche avec la candidature de Lutte Ouvrière alors que notre programme est le seul qui prenne en compte le souci des gens au travail (notre colistier Jacky LUC-FRIMVAL et Patrice VILLERET se connaissent bien aux Fonderies) et sur la droite en provoquant par voie de presse Jean-Pierre ABELIN comme on provoque avec un chiffon rouge un taureau endormi pour qu'il y ait, avec sa candidature, un "vrai débat gauche-droite, programme contre programme"(sic).


   Le but est de nous éliminer, en nous marginalisant, car Edith CRESSON, probablement, à ce moment-là, ne croit pas un seul instant aux chances de Jean-Pierre ABELIN à la Mairie, et elle nous gratifie allégrement de 5% des suffrages (rappel, on a fait 20%). Erreur, double erreur, funeste.


   Pour cela, on a recours aux services de Jean-Pierre RAFFARIN, avec qui on fait semblant de s'affronter mais qu'on côtoie depuis longtemps, du temps discret où on le faisait appeler "Monsieur FERNAND" sur les emplois du temps officiels des années 90 quand il présidait la Région.


   On commence par "fusiller" Philippe RABIT, en ne lui faisant pas donner l'investiture nationale UMP, qui est attribuée à Jean-Pierre ABELIN, lequel n'est pas candidat! Extraordinaire ! Inouï !


   Mais Philippe RABIT " se rebiffe" et "y va" avec ses propres moyens (qui sont conséquents, autres que les nôtres!).


  Tout cela est super pour notre ancien Premier ministre ! Ca baigne!


   Edith CRESSON pousse Jean-Pierre ABELIN et Jean-Pierre RAFFARIN le tire -quel écartèlement !- car le candidat- malgré lui "ne veut pas y aller"; d'ailleurs il l'a annoncé à la télévision en novembre 2008 et il en est soulagé." Les conditions ne sont pas réunies", dit-il.


Ouf...


   Erreur, funeste erreur, car le Maire de CHAUVIGNY, le Docteur Gérard HERBERT, ancien premier adjoint d'Alain FOUCHE, ne veut pas au bout de 5 ans laisser sa place à son ancien maître qui souhaite se retirer du Conseil Général et en laisser la présidence à son beau-frère Jean-Pierre ABELIN.


    Du coup, par l'effet dominos, le Maire de CHAUVIGNY vient peser sur la campagne châtelleraudaise: "RAFF" a des sondages privilégiés, le Département peut basculer à gauche (donc Jean-Pierre ABELIN perdrait déjà sa vice-présidence avec tous les avantages notamment d'infrastructures qui vont avec, la permanence Avenue Treuille, le personnel, les facilités de représentation), on sait que Joël TONDUSSON est perdu, "Allez


Jean-Pierre, tu dois y aller!".


Jean-Pierre y va, et il gagne.


Ce n'est pas grâce à nous.


   Heureusement, beaucoup l'ont compris, comme ils ont compris que sans notre candidature, c'était près de 6O% pour ABELIN, sans doute dès le premier tour, comme CLAEYS à POITIERS, et, là, c'était "cuit" pour un moment.

 


Finalement, qui a installé ABELIN ?

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 14:26
Gilles Michaud participera au débat organisé par le PCF sur la situation économique actuelle


le mercredi 12 novembre à la salle de la Gornière à partir de 18h00
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 20:36
La responsabilité politique implique la cohérence.

   Or au niveau national, directement ou par procuration, Jean-Pierre ABELIN soutient une politique qui aura des retombées épouvantables sur notre bassin d'emploi châtelleraudais, en particulier en affectant le bâtiment.


    1- Ainsi le budget du logement a-t-il diminué de 6, 9% pour l'année 2009; l'Etat ne versera plus un seul centime pour la rénovation urbaine des quartiers en difficulté, tout sera payé (et pour combien de temps?!) par les fonds du 1% logement, c'est-à-dire ce qui permettait aux familles de boucler le coût de leurs travaux immobiliers moyens (salle de bains, cuisine, etc...) en faisant appel aux artisans locaux. Bonjour l'emploi...

 

    2- Ainsi encore la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale vient- elle de supprimer l'aide aux transports (pourtant voulue par le Gouvernement), créant une inégalité en France entre les Provinciaux et les Franciliens, lesquels bénéficient d'une prise en charge obligatoire de 50% des titres de transport collectif, et écartant pour tous la faculté de prise en charge par l'employeur des frais d'utilisation d'un véhicule personnel dans la limite de 200 euros par an.


   Il faut savoir qu'aujourd'hui les organismes de crédit immobilier et les pavillonneurs intègrent dans les dossiers de faisabilité le coût du transport et éliminent des candidats dont le budget "ne passe plus" à cause de l'essence; ce seront encore les artisans locaux du bâtiment qui vont en pâtir. Bonjour l'emploi...

 

   On ne peut pas, à CHATELLERAULT, lors de la "manif" pour l'Ecole de Gendarmerie, déambuler en criant "Emploi! Emploi!" et demander "du fric" (sic) au représentant de l'Etat, et, à PARIS, donner un blanc-seing pour faire mourir l'emploi local.



Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 20:31

    Depuis plusieurs années, Francis GUYOT, ancien médecin à TARGE devenu sculpteur, s'active au projet de "sa" MAIN JAUNE, une oeuvre monumentale représentant en effet une main jaune tendue vers le ciel et portant en dégringolade à l'intérieur quelques véhicules automobiles témoins d'une bienheureuse époque récente; il l'a toujours imaginée sur la place ROY, entre le musée de l'automobile et l'école KREBS, signalée la nuit jusqu'à fort loin à tous les peuples passant sur l'autoroute par ce qui pourrait être une sorte de système laser.


   L'artiste, passionné, qui a su fédérer des mécènes et des participants actifs, dont l'AFPA Carrosserie, a toujours dit qu'il faisait don de son oeuvre à la Ville et se moquait comme de sa première chemise des fluctuations politiques éventuelles.


   De fait, le projet n'a jamais été inscrit dans une démarche académique et politique auprès de qui que ce soit.


   Aujourd'hui, quand l'oeuvre arrive à son terme sur un parking de la MACC au Sanital, avant sa transplantation, l'équipe municipale nouvellement installée et Maryse LAVRARD en particulier, ne veut pas entendre parler de l'installation de la Main jaune là où l'artiste le souhaiterait, renvoyant même le monument sur l'un des ronds points de la nouvelle zone de Valette, autant dire le déshonneur.


   Nous avions rencontré Francis GUYOT pendant la campagne électorale et son projet nous allait droit au coeur puisque que nous avions un projet de pôle automobile autour du musée de l'automobile, depuis la prévention routière avec une piste pour les scolaires jusqu'à l'accidentologie en impliquant les assureurs, le département d'IUT Mesures physiques, le CRITT et les équipementiers automobiles.


   Son projet, porteur de sens (manu= main) et audacieux, nous avait séduit, et nous le soutenons.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 20:30

   Depuis le non renouvellement de son contrat par l'équipe ABELIN, François MORAND, coordinateur du Service "Prévention-Sécurité urbaine" à la Ville, a été contraint de s'expatrier professionnellement à ANGOULEME, et, car nous ne sommes pas informés directement, il n'a pas été remplacé.


   L'homme connaissait bien CHATELLERAULT, ses quartiers, sa population, et savait travailler intelligemment et efficacement avec les partenaires concernés par la sécurité, sous la houlette diligente de Catherine BARRAULT.


   Son poste n'était pas de complaisance.


   A l'heure où la situation se dégrade, en particulier à Ozon (projectiles divers sur les véhicules qui y passent, même en plein jour, lancés par des gamins, automobiles servant au rodéo avant de finir en flammes), on s'interroge sur ce pouvoir en place qui a nombre d'élus concernés par le sujet au vu des intitulés de leurs missions (Messieurs BENZARGA, MIS, BEN DJILLALI,, Mesdames BRAUD, MOUTON, MONTASSIER) mais ne prend pas la mesure des choses (il faut dire qu'il n'avait rien préparé, ce qui n'était pas notre cas avec Marie-Hélène DAYDET, Yves NAULET, Alain FLAHAUT, Micheline AUDOUIN, Pascale PICARD et Mohamed BOURAS, pour ne parler que d'eux).


   Evidemment, quand on voit les conditions de rémunération du nouveau directeur des services, il faut "rogner" ailleurs... au prix de la prévention et de la sécurité urbaine.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article