Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 18:55
   Notre article sur le malaise de la ludothèque a fait réagir nombre d'employés municipaux et communautaires qui ont révélé qu'en réalité ce qui se passait à la ludothèque n'était que l'épiphénomène d'une situation beaucoup plus générale de la souffrance au travail à la Ville et à l'Agglo.



   Alors que nous avions été les seuls dans notre programme (expressément, relisez-le!) et dans sa préparation à travailler pour une autre organisation logistique et humaine des services, et que les personnels le savaient, la plupart de ceux qui étaient électeurs à CHATELLERAULT ont voté Jean-Pierre ABELIN pour être plus sûrs du changement final qu'avec nous.


Le changement, ils l'ont. Mais sur les étiquettes des portes seulement.


   Le groupe gagnant (certains d'entre eux parmi les plus puissants en tous cas) n'a pas compris que la suspicion politique n'avait pas sa place au sein d'une collectivité publique d'abord au service des usagers et que l'étalage du prétendu triomphe sur une gauche vécue comme quasi collectiviste était vraiment indélicat.


Certains se considèrent encore sous le découpage électoral de Pierre ABELIN !


   On peut faire faire tous les audits organisationnels qu'on veut, l'humanité n'a pas besoin de bureaux d'études pour être diffusée.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 21:08
   Il y a un an, le 12 décembre 2007, nous étions trois co-listiers, avec Serge DE BENEDETTI et Médéric GOURBEAU, chez un agriculteur de l'est châtelleraudais, qui nous avait chaleureusement accueillis avec quelques autres de ses collègues pour évoquer, avec nous, la mise en place, quand nous aurions gagné, d'une commission agricole.


   Nous avions parlé du partenariat ville-campagne, notamment en termes de chauffage, de déchets, de prise en charge de jeunes en difficulté, des chemins, des haies, des passages, d'un plan de circulation cycliste et pédestre, de la fiscalité, etc...


Seul notre programme à la rubrique "Cadre de vie" prévoyait l'installation de cette commission agricole.


   Aujourd'hui, l'équipe ABELIN, sans concertation, s'approprie l'appellation et débauche une partie des participants à notre réunion de l'an passé, sans respecter évidemment les droits d'auteur...


   On peut copier toutes les partitions que l'on veut, si l'on n'a pas l'âme qui peut les mettre en oeuvre, ça sonnera faux.


   Déjà la présidence de cette commission est confiée par le maire à l'adjoint certes estimable en charge de la voirie. Rien compris à l'enjeu !


Il reste, dans notre programme écrit, 101 propositions à prendre.


   Le mandat abeliniste sera bien court pour nous les "piquer" toutes nos idées et surtout les faire vivre dans l'esprit de leur découverte !

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 20:23

   Il y a quelques jours les sénateurs Alain FOUCHE et Jean-Pierre RAFFARIN ont "invité" sous les ors du Sénat les 420 maires de la Vienne à partager leur cantine de luxe.


Et de poser la mine réjouie.


   Ce genre de manifestation n'est plus tolérable, s'il le fut, en des temps où beaucoup de familles à CHATELLERAULT mangent plus souvent qu'à leur tour des pâtes, puis des nouilles puis des coquillettes et enfin des spaghettis.


   Il y a désormais un telle coupure, indécente, entre des élus -sur les cieux de l'Olympe- et une population qui s'appauvrit, souffre et qui, dans les privations, sait néanmoins se montrer généreuse, par exemple en donnant ce qu'elle peut à la banque alimentaire.


Avec cette soirée sénatoriale à 420 couverts, combien de repas pour la "cantine à COLUCHE" aurait-on pu confectionner ?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 22:02
Communiqué de Gilles MICHAUD, conseiller municipal

À l'attention de la Nouvelle République


    Beaucoup de Châtelleraudais, à la lecture de la NR du 5 décembre, ont cru que je n'étais pas présent à la réunion du conseil municipal du 4 décembre 2008.


   Or je suis intervenu, en présence de la presse, en étant pratiquement le seul à ne pas vouloir venir sur le terrain de l'invective personnelle et des envolées nationales stériles, pour demander dans le prochain budget une vraie politique fiscale qui puisse lutter contre le vieillissement et l'appauvrissement de notre ville ( 345 maisons sont à vendre en ce moment ! ).


   J'ai fait des propositions concrètes pour faire revenir de jeunes foyers, avec des enfants, en agissant sur les critères d'allégement de la taxe foncière concernant le bâti et de la taxe d'habitation, et en réduisant le coût dissuasif de la taxe d'équipement et de la taxe de raccordement à l'égout. Même non "spectaculaire", cela ne me paraît pas indigne d'intérêt.


   Après le départ des journalistes, je suis intervenu au sujet du city stade de la Plaine d'Ozon dont je souhaite qu'il soit inscrit dans une vraie politique de sport et de citoyenneté inter-quartiers, et au sujet de l'IUT dont l'avenir peut être compromis par la loi PECRESSE qui rend désormais les IUT directement tributaires des Universités, elles-mêmes de plus en plus autonomes et concurrentes entre elles.


Je vous remercie de bien vouloir intégrer au moins ce à quoi la presse a assisté.


Avec mes remerciements.



Bonne journée à vous.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 22:47


Le blog est lu ! ! ! ! ! ! !


   L'un des principaux adjoints du maire, a été choqué de ce que son nom ait été mal orthographié dans un article du blog.


   Il est vrai que cette erreur strictement matérielle n'aurait pas du perdurer. Elle a affecté l'élu qui y a vu, à tort, malice. Son sentiment doit être pris en compte. L'erreur est rectifiée depuis de nombreux jours en faisant amende honorable.


   Contrairement à ce qui est ressenti, il n'y a pas davantage, sur le fond politique cette fois, d'attaque de la personne, au demeurant parfaitement estimable, droite, compétente et courtoise, mais simplement le constat que, malgré tous les élus en charge officielle de ce qui a trait à la sécurité urbaine, le non remplacement de François MORAN dans les services pose vraiment un problème.


    Nous aurions pu évoquer une réunion, pas si lointaine, prévue par la municipalité (nous ne nommerons pas l'élu) sur la sécurité routière, qui avait omis de convoquer notamment le commissariat de police, une association de prévention routière et un organisme de récupération de points, excusez du peu ! François MORAN n'aurait pas commis de tels manquements.


   On imagine que c'est le genre d'accident administratif qui aura fait bondir notre élu quand il l'aura appris...


Une dernière fois donc, amende honorable.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 22:32
Les trois employés municipaux de la ludothèque sont en arrêt-maladie ou mutés d'office ailleurs et la ludothèque a été fermée pendant longtemps.... C'est pas drôle pour les gamins !

C'est la municipalité qui avait installé la ludothèque d'abord à la Maison pour Tous, il y a déjà un bon moment.

C'est un bon système, profitable aux enfants et aux familles, éducatif, sociable, égalitaire dans l'apprentissage et la découverte.

Nous serons particulièrement attentifs, vigilants et à l'écoute des agents ainsi que des syndicats sur les circonstances qui entourent cet étrange transfert de personnel.

  Ces personnes peuvent d'ailleurs venir nous rencontrer à la Mairie s'ils le souhaitent.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 19:05
1968 a sonné la mort lente de la Manufacture d'Armes, sous Pierre ABELIN.

Une première dispersion d'ouvriers et de camarades sur le territoire national.

Une grande blessure pour le Parti Communiste Français qui y comptait nombre de militants.

   En ces périodes de plein emploi, le Maire, d'envergure nationale, avait, lui, un vrai carnet d'adresses et vinrent quasi concomitamment la SFENA (ancêtre de SEXTANT-THALES) et la SOCHATA (ancêtre de SNECMA-SAFRAN) qui, avec beaucoup de sous-traitants, profitèrent du savoir-faire des Manuchards non exilés.

   Longtemps à l'abandon, après des générations de projets sans toujours un lien entre eux (Musée Auto-Moto-Vélo, Archives de la Défense, AFPA, Ecole du Cirque, Ecole dite de la Deuxième Chance, Maison de l'Economie de l'Emploi et de la Formation), le site de la Manu affiche complet 40 ans plus tard. Enfin!

2008 a sonné le glas de l'Ecole de Gendarmerie, sous Jean-Pierre ABELIN.

    Alors que depuis 8 ans le site de l'ancien hôpital n'est toujours pas réhabilité, au grand dam de ceux des commerçants qui restent encore alentour, voilà que l'Etat, magnanime, va nous offrir les presque 4 hectares de l'Ecole de Gendarmerie et ses bâtiments; il fallait soi-disant être un élu national pour la sauver (comme le Conseil de Prud'hommes! ), il faudra surtout des idées (notre programme montre que nous en avions avant les autres et qu'on perd toujours du temps), il faudra de l'argent.  Et là....

   Que vont devenir NEW FABRIS, VALEO, MAGNETI-MARELLI, entreprises châtelleraudaises qui contribuent tant aux finances de l'Agglo, sans compter FENWICK à CENON? Et les Fonderies à INGRANDES?

Qui voudra s'installer dans une ville où s'arrêteront moins de TGV, puis aucun ?

   L'Express du 27 novembre au 3 décembre est consacré à POITIERS dans 10 ans, il y a peu c'était TOURS: on reste ébahi du présent et du devenir de ces villes en termes d'inventions, d'urbanisme, d'écologie, de projets (ainsi, comme nous l'envisagions dans notre programme pour une partie de notre ancien hôpital, POITIERS va transformer une barre HLM de Saint Cyprien en résidence intergénérationnelle...Bravo!).

Et nous, entre TOURS et POITIERS, rien.

   Comme s'il fallait se résigner, être fataliste, comme si cette double histoire ouvrière et paysanne de CHATELLERAULT avait induit dans les mentalités une sorte de soumission à "nos bons maîtres"que sont aujourd'hui nombre d'élus en place depuis si longtemps.

Alors, 2009 comme ... 1789 !

   Il y a sans doute une révolution locale à faire dans nos têtes, car ce qui garantit la liberté et la fraternité, c'est d'abord l'égalité. Egalité des droits, des chances et du traitement des situations.

Que cette nouvelle année, pour vous tous et vos familles, tende vers cet idéal !
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 09:19
    FABRIS a été fondé à partir de rien par les frères d'origine italienne Eugène et Quentin FABRIS. Il faut s'en rappeler et rendre hommage à la capacité d'invention et de travail de ces créateurs hors du commun.

    Une deuxième génération, avec déjà un changement d'état d'esprit et de compétence, et il n'y aura pas de troisième, conformément à un vieil adage commercial qu'il serait déplacé d'évoquer.

Accompagnant mes étudiants de l'IUT "Tech de Co", j'ai visité FABRIS en 1993-1994.

    C'était déjà le "début de la fin d'une époque", avec le départ forcé des meilleurs ouvriers et petits cadres pour pouvoir alléger la masse salariale et commencer à vendre dans des conditions optimales. Un gâchis professionnel, un irrespect du travail manuel intelligent, un déni de l'"amour de sa boîte" par le salarié, certains ne sont s'en pas remis, pour rester soft.

     La fin s'accélère avec d'une part la quasi disparition des capitaux familiaux au profit du capitalisme trans-national chercheur de profit à court terme et d'autre part celle d'un vrai savoir-faire industriel: un authentique tourneur-fraiseur à l'ancienne est une denrée rare identifiée et pas trop mal payée, quelqu'un qui appuie sur le bouton d'une machine à commande numérique est anonyme et a son clone moins cher en Tchéquie ou ailleurs.

    Tout le monde s'est emparé de "Châtellerault premier bassin industriel du Poitou-Charentes" mais personne en situation de responsabilité politique n'a anticipé les risques liés à ces deux écueils : le changement du capital social des entreprises, entraînant généralement la désignation d'un autre Tribunal de Commerce que celui de POITIERS, et l'évolution du travail en usine vers un moins disant technique entraînant fermetures et délocalisations.

    On peut échafauder tous les remèdes intermédiaires possibles du type de ceux envisagés par le Préfet, ces deux fléaux (capital trans-national, moins disant technique) sont des cancers pour notre bassin d'emploi. Mais l'ultra-libéralisme, pourrait-on dire le nécro-libéralisme, se repaît de ces faillites, avec leur cortège de misères et de souffrances qu'il n'entend pas.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 21:48

Gilles MICHAUD

Président départemental du Parti Radical de Gauche (PRG)


Communiqué



"Le 27 novembre les Radicaux de Gauche de la Vienne m'ont fait l'honneur de me désigner président départemental du PRG.


   Les Châtelleraudais sont bien représentés avec Marie-Hélène DAYDET secrétaire, Mireille GOUDARD secrétaire-adjoint, Jean-Michel BOUILLEAU vice-président en charge de l'économie et des entreprises, Jacky LUC-FRIMVAL délégué aux travaux des ateliers, Jacques BELLANGER délégué aux affaires européennes et Déborah MARCHAND déléguée aux droits des femmes.


   Je tiens d'abord à remercier mon prédécesseur Christian LAJON qui pendant cinq ans a su être un interlocuteur reconnu par les responsables des forces de progrès, et qui demeure au bureau départemental, en qualité de vice-président chargé des relations extérieures. Son expérience est précieuse.


   Le trésorier est Bernard RAMAT, conseiller municipal à Poitiers dans l'équipe d'Alain CLAEYS.


   Au plan national, le PRG, partenaire historique de l'union de la gauche puis membre à part entière de la gauche plurielle, avec ses parlementaires et ses élus locaux, par sa liberté de ton et sa philosophie issue de 1789, offre un espace politique résolument actuel, entre les socialistes et les centristes, dont la France a et aura besoin en 2012.


   Au plan régional, le PRG, avec deux élus, participe au formidable laboratoire économique, social, culturel et humain que Ségolène ROYAL a impulsé, et compte s'y impliquer davantage.


   Au plan local, il est évident que le nord-Vienne et Châtellerault "font tache" par rapport au reste du département, à gauche pour trois députés sur quatre et pour Poitiers Ville, et qu'il appartiendra au PRG de prendre toute sa place dans les échéances à venir pour qu'une gauche humaine, ouverte et généreuse y combatte avec succès les effets politiques et économiques dévastateurs de l'ultra-libéralisme et du sarkozysme.


   Je m'engagerai résolument auprès de nos militants, actifs sur l'ensemble du département, et auprès de nos partenaires de gauche pour qu'il en soit ainsi.


   Le PRG étant un parti "charnière", cette responsabilité nouvelle ne retire rien à ce qui faisait pour moi l'originalité de rassemblement de l'équipe "Châtellerault Uni en Marche", dont la majorité des membres se rencontrent au moins une fois par mois, toutes tendances confondues.


   Dès le début tous les co-listiers connaissaient mon sentiment à gauche mais je comprendrais tout à fait que cette "labellisation" officielle change la donne pour certains, sans renier notre amitié et la passion de ce qui a été entrepris."


Gilles MICHAUD, 28 novembre 2008
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 09:13
...... pour des Etat Généraux du travail et de l'emploi

   Il y a un mois dans la presse et sur ce blog nous avions soumis au Sous-Préfet, "représentant de l'Etat en tant que puissance publique protectrice des populations en temps de crise", une requête pour qu'il convoque, à l'IUT disions-nous, et sur plusieurs week-ends, des Etats Généraux du travail et de l'emploi du bassin châtelleraudais, mobilisant tous les acteurs concernés, services de l'Etat, patrons, syndicats, formateurs, enseignants, élus, partis, etc...

   Nous avons d'ailleurs repris ce thème pour le Magazine des Châtelleraudais de décembre, en contenu plus allégé, du fait du silence en retour.

De réponse il n'y eut point en effet, mais ce n'est pas l'essentiel.

   Le Préfet Bernard TOMASINI a réuni à CHATELLERAULT le 25 novembre  2008 les élus de la Région, du Conseil Général et le Député- Maire, les représentants des chambres consulaires, de la Banque de France et des services de l'Etat. Avec la volonté louable de faire bénéficier notre bassin du Contrat de Transition Professionnelle. Avec le rappel par ailleurs que le sous-préfet était le garant de l'impartialité et de la confidentialité. Cela est bien.

   Certes ce n'est pas tout à fait nos Etats Généraux: noblesse et clergé du pouvoir sont bien là, mais pas le Tiers-Etat !

   L'ampleur de la crise justifierait pourtant que les représentants des salariés, le monde associatif et militant, les élus d'opposition, et d'autres, sortant des clichés classiques de marginalisation ou d'affrontement, soient aussi reconnus, informés et engagés dans ce type d'installation de dispositif qui nous concerne tous.

Nous avions dit "Mobilisation", et la mobilisation, c'est tout le monde.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article