Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 01:04

    Les événements d'Afrique de l'Ouest, avec ces coups de force des touaregs islamistes, me peinent profondément.

   J'avais des cousins enseignants de Saint Léonard de Noblat auxquels je dois énormémement qui, dans mon enfance, m'apportaient des caisses de livres.

    Il y en avait un, auquel je tiens passionnément, qui s'appelait "L'Afrique en jeep", avec des images du fleuve Niger.

    J'ai rêvé d'arriver en jeep, un jour, à l'issue d'une traversée du désert (le vrai!) dans cette ville de Tombouctou!

    Cette guerre du Mali du nord est un des dommages collatéraux à venir de la guerre que nous sommes allés faire chez Kadafi; nous avions mis les moyens alors!

     Là, en dehors d'une avertissement de l'ONU et de notre réprobation morale, rien!

     Nous avons des devoirs sur ces territoires dont nous avons tant profité, sans parler des tirailleurs! Ces malheureux vont devoir attendre la formation d'une armée inter-pays de l'Afrique de l'Ouest, avec quels moyens, quel armement, quelle stratégie, quelle formation, quel encadrement?Quand?

        Mon père m'en parle, lui qui fit son service militaire en 52-53 à Bamako et connaît bien ces populations.

     Non, nous, c'est la campagne électorale franco-française qui nous occupe, entre gens qui sont dans la politique, et qui en vivent, depuis 30 ans et plus.

     Gao, Tombouctou... c'est si loin.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 11:21

A la suite de l'intervention de 38 policiers et d'un escadron de gendarmerie (!), plus des chiens, le 27 mars au matin au camp de Kaya, camp dit des gens du voyage, et de la découverte d'une multitude d'armes à feu non déclarées brandies comme des trophées, Jean-Pierre ABELIN a déclaré qu'il n'y avait pas de zone de non-droit à CHATELLERAULT.

Comme élu de base, je suis plus dubitatif. Malgré un cadre procédural précis lié à des actes antérieurs de dégradations sur des véhicules, c'est surtout la force, bien plus que le droit, qui est entrée dans le camp.  PASCAL écrit bien à ce sujet. En effet, les armes sont confisquées, mais il y en aura d'autres qui pousseront avec le printemps, il y a eu une prise de garde à vue le temps de vérifier un emploi du temps et puis après... les procédures pour détention d'armes iront à POITIERS, une réponse pénale sera sans doute apportée en son temps, quand le soufflet sera retombé. Sous quelle forme? Avec quelle exécution?

Et maintenant, après ce déploiement de force spectaculaire, qu'est-ce qu'on fait?

Qu'est-ce qui va faire que les enfants seront normalement scolarisés (c'est le droit, cela aussi!)?

Qu'est-ce qui va permettre d'avoir des interlocuteurs fiables et respectés de part et d'autre dans cette communauté (il va de soi que pour moi le camp doit être représenté dans un conseil de quartier de CHATELLERAULT nord-est)?

Qu'est-ce qui va permettre une insertion professionnelle régulière parmi ceux qui savent travailler?

Qu'est-ce qui va permettre une fin d'abus de certains droits sociaux ou sanitaires?

Qu'est-ce qui va permettre un meilleur vivre ensemble respectueux entre les "manouches" et les "gadjés" (je souhaite un élu en charge de la mixité culturelle)?

Personnellement, je ne peux me résoudre à ce grand  écart entre l'hyper tolérance (les enfants "manouches" peuvent être libres contre un tableau de bord de fourgon sans être attachés, les "gadjés" perdent un point, au moins, s'ils n'ont pas leur ceinture) et le coup de force avec un escadron de gendarmerie à 6 heures du matin.

Il y a encore du chemin à faire entre plus du tout de non-droit et du droit, justement. Un vrai sujet politique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 01:11

On ne gouverne pas avec la peur.

Hier à PARIS, Jean-Michel BAYLET, patron des Radicaux de gauche, était encore furax après François HOLLANDE qu'il venait de rencontrer et qu'il tutoie de longue date: tournant le dos à ses engagements répétés devant BAYLET et sur l'accord il y a peu des sénateurs socialistes en ce sens, François HOLLANDE a refusé de revenir sur les huit grandes régions informes mises en place jadis par le gouvernement RAFFARIN pour les élections européennes, prévues en juin 2014.

Certes les européennes sont souvent l'occasion d'un vote- sanction contre le pouvoir en place, sans lien avec le sujet de la consultation, hélas...

Ce 28 mars, l'Assemblée examinait la proposition de loi des Radicaux pour des listes nationales. Sans illusion, bien que certains au PS ne sachent plus trop quelles sont les consignes à ce sujet (Madame LEPETIT, par exemple, indiquant "nous voterons certainement le texte", avant d'être "recadrée"...). Harlem DESIR s'est emporté, selon JMB qui, il y a encore dix ans, aurait quitté la réunion... Ambiance!

L'argument du style "on ne change pas les règles un an avant les élections" est purement "pipeau".

En fait, le Président a peur des votes MELENCHON et LE PEN qui seraient nécessairement têtes de listes nationales et il ne veut pas remettre BEYROU dans le circuit de la notoriété politique sur un vote comme celui-ci.

Pourtant, s'il est un sujet qui mérite débat national, c'est bien celui de l'Europe. Et la gauche a tout intérêt à avoir un centre fort et indépendant à part  de l'UDI qui, elle, penche vers l'UMP. Les villes, en mars 2014, juste avant, pour la gauche, se gagneront ou se conserveront grâce au centre, et la promotion des listes nationales pouvait être un signe fort de confiance...

UMP et PS, partis opposés mais hégémoniques dans leur camp, s'entendent  sur la stratégie et ne veulent pas, sur ce scrutin, que les "petits partis" (UDI, PRG, Modem, Ecologistes indépendants) fassent des voix. Hier, André SAINJON, ancien et reconnu syndicaliste, membre éminant du PRG, rappelait le travail passionnant que nos élus européens avaient effectué au temps d'Energie radicale, liste conduite alors par Bernard TAPIE; s'il y a des gens qui sont habilités à parler d'Europe, et de fédéralisme, qui ont en eux des gènes fondateurs de l'Europe, ce sont bien les Radicaux de gauche. Un scrutin régional éparpillé (et coûteux, plus qu'avec les listes nationales) ne fera pas leur affaire.

Non seulement on ne gouverne pas avec la peur, mais on doit le respect à ses alliés les plus loyaux aujourd'hui, et depuis longtemps, en ne cherchant pas à les mettre à l'écart des grandes causes.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 15:35

L'Ordre du Bitard (loué soit-il), sis à Poitiers, enfant de Rabelais, allant pique-niquer (surtout le deuxième verbe) sur la fameuse "pierre levée" du faubourg du pont neuf, est vieux de 100 ans à peu près. Les juristes avaient de leurs côtés l'Ordre de la Bazoche, mais qui a disparu ce me semble.

J'ai toujours connu l'Ordre du Bitard, dominé par les scientifiques, non pas misogyne, mais ô combien porté sur la chair féminine à grands cris de chansons carabines et carabinées assez dégradantes tout de même pour l'intégrité de ces Dames, poursuivies par des meutes mâles défigurées par la luxure, engins à l'air. Certaines résidences universitaires ont retenti d'échos charnels actifs et avinés. J'en ai été témoin. Seulement témoin.

Révolution à Bitard-ville: pour la première fois, une femme a été élue grand maître (ou grande maîtresse?) de l'Ordre. Une certaine Alexandra, chimiste, bilingue (il faut au moins ça pour plaire aux membres virils de l'obédience), qui met en avant non pas sa position de femme, mais celle de déjà dignitaire qui veillera au respect des traditions. Foutre diantre!

L'Ordre du Bitard cède ainsi aux mouvements sociétaux d'ensemble vers la parité, qui touchent aussi d'autres groupements dits initiatiques jadis réputés pour leur masculinité exclusive.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 05:05

C'est un peu d'irréel qui vient dans ma vie simple, un séjour délicat entre les boulevards et les monuments gris aux lueurs un beu beiges quand le soleil du soir allonge leurs décors. Mes pas cérémonieux sont accordés à l'âme, je n'ose pas Paris, comme une femme inaccessible, d'un autre monde que le mien. Le paysan de Paris, écrit Aragon. La Seine est un égout aux reflets détestables mais son flot est immense, onirique, et m'emmène vers les ports qui eux-mêmes me mèneront si loin. J'entends les sénateurs et je vois les ministres avec un humble étonnement quand je pense à mon père qui ne connut que l'établi. Mais je suis resté proche de lui, même si mes mains trop douces sont celles d'un gratte-papier. Oh les livres sur les quais, ma boulimie, avant de mourir, de lire tous les livres du monde, de vivre toutes les vies du monde! Paris des écrivains, Paris des peintres, Paris des poètes, Paris des sculpteurs, mon Dieu! Les rosaces de Notre Dame me foudroient en plein coeur et mon âme est épurée par un fil à plomb céleste (en or éblouissant!). Partir, rentrer, il faut rentrer. Le manège aux chevaux de bois du Luxembourg, les fillettes qui jouent à la marelle. Ciel!

C'est un peu d'irréel qui vient dans ma vie simple, un séjour délicat entre les boulevards et les monuments gris aux lueurs un peu beiges quand le soleil du soir allonge leurs décors.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 04:23

Les Fous Volants fêtent les Carnavaleux le samedi 30 mars prochain, à partir de 15 h 30, place Emile Zola (prémonitoire à La curée?).

A 16 h 15 le cortège s'ébranlera pour Châteauneuf pour la sanction (directe!), le bûcher, place Henri Roy (Musée de l'Auto), vers 17 h 30. Encore une fois, je rêve pour notre ville qui serait connue pour cela d'un procès du bonhomme Carnaval, avec des acteurs judiciaires qui auraient des robes colorées (le procureur en rouge évidemment, le juge en violet ou en orange, entouré d'un jury d'enfants et de grands parents,  et l'avocat de l'accusé en vert (l'espérance), avec l'avocat des enfants victimes (en rose et bleu ciel!). Avec des bavettes colorées aussi! (le noir tacheté d'un blanc infime finit par me lasser!).

Des écoles participent à cette heureuse animation, des clubs loisirs, et des cafés (le Buckingham, le Before, le Millésime, le Patio, le Bounty bien sûr, ... pour l'after-carnaval).

Renseignez-vous au 05 49 20 00 13 ou au 06 69 22 31 80!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 09:57

L'autre soir sur FR3 Poitou-Charentes était diffusé un reportage ayant trait à des cours de rire(s) donnés sérieusement par une enseignante en rire à des étudiants d'IUT d'ANGOULEME, département "Organisation des événements", il me semble; on les voyait sur ordre se forcer à avoir des fous rires, à se tordre d'hilarité, à se tenir le ventre d'éclats de hoquets et à se traîner au sol sur injonction en pleurant de joyeuses larmes histériques.

Mon fils, qui passait à ce moment-là, de dire sans retenue: "Si on a besoin d'un professeur pour rire, autant se suicider tout de suite!". C'est pas faux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 04:08

Comme d'habitude, le duo ABELIN-LAVRARD répond à ses détracteurs par l'ironie cynique (au sens étymologique: chien, en grec): "Les chiens aboient, la caravane passe".

Là, il s'agit du fameux EPIC à la place d'Accord. "Circulez, nous, on ne fait pas de politique politicienne, on agit pour la culture, il n'y a rien à voir, les chiens aboient, la caravane passe, etc....".

"La politique n'est pas l'art de résoudre les problèmes mais de faire taire ceux qui les posent", disait Henri QUEUILLE, ancien président du conseil sous la 4ème. C'est bien vrai.

La décision va être prise incessamment (juridiquement, car politiquement elle l'est déjà) par le bureau des vice-présidents de l'Agglo. C'est donc majoritairement plié, beaucoup des externes étant assez éloignés de nos débats locaux sur le sujet. Et le 8 avril prochain, en assemblée CAPC, à quoi voudrez-vous que servent les vaines protestations éventuelles de Dominique CHAINE, pour THURE, ou de moi-même? Ah! Le grand débat culturel et démocratique que voilà!

Eh bien moi, je suis fier de n'être qu'un chien; je préfère être un chien qui aboie  (et qui lit) qu'une caravane qui va disparaître dans un mirage à l'horizon l'an prochain. "Cave canem", comme on disait à Pompei!

 

(1) Voilà une belle enseigne de café à la Procope! 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 00:16

Le cabinet médical de Targé, près de la Grange, n'est plus aux normes, il était nécessaire de trouver un autre lieu.

Ce cabinet compte dans l'histoire locale du bourg et dans la vie même de Targé; les premières recherches de terrain ont donc concerné Targé-centre et ses abords; il paraît que rien n'était disponible, utilement classé  en urbanisme et que, quand ça l'était, les gens ne voulaient pas vendre. Le maire-président de la CAPC s'est impliqué alors qu'il s'agit, à mon sens, d'une activité libérale qui engage d'abord les médecins, en SCI ou en société de moyens. Enfin, passons.

Et puis, miracle, on trouve un lieu: sur le parking de Super U, tiens-donc, à côté de la pharmacie, du producteur au consommateur. Coop Atlantique (enseigne Super U) vend les parcelles en question dans d'excellentes conditions

Et là, le projet prend une autre tournure, c'est en ce sens que je suis intervenu au conseil municipal sans qu'on s'en fasse l'écho: il ne s'agit plus d'une délocalisation intra muros ou presque du cabinet actuel, il s'agit d'un changement de nature du projet; on surfe à coups de subventions sur la vague des Maisons dites de santé, comme à Châteauneuf bientôt, comme à Scorbé, etc... au prétexte du désert médical, tantôt rural, tantot urbain.

Du coup, cette maison médicale de Châtellerault-Est devient une usine (14 professionnels divers de santé) construite par la SEM Habitat à qui ces professionnels paieront un loyer; mais le coût serait de 950 000 euros et la SEM prétend avoir des difficultés de trésorerie, la Ville est alors sollicitée pour lui faire une avance en compte courant d'associés de ... 277 000 euros,  sur deux ans, alors qu'on ne demande rien à la Caisse des Dépôts, très aisée, autre partenaire de la SEM...

Là-dessus, je ne me suis pas opposé à la délibération (ni d'ailleurs personne d'autre), je me suis abstenu, en ajoutant que je songeais aussi aux dommages financiers collatéraux qu'allaient subir des praticiens installés par exemple avenue Pierre Abelin, cela me paraît inévitable, des médecins qui s'étaient installés à l'époque en achetant une clientèle et qui repartiront sans rien.

Il me semblait nécessaire de vous informer de mon intervention.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 10:05

Remerciements à Roger l'Alsacien dont je parlais l'autre jour, et à sa chère et tendre, évidemment.

Roger nous a gratifiés samedi soir d'un repas de rêve, subtil, jubilatoire, au coeur de l'association idéale des mets et des vins. L'homme est un saucier, mais pas un apprenti saucier! Gare aux morilles!

Nos palais étaient en harmonie avec nos coeurs, et nos paroles, dans l'appréciation gustative intime, devenaient de fait , avec la nuit qui avançait, d'une intelligence paradisiaque.

La table, grâce à Madame, était dressée telle qu'un autel à la dévotion gastronomique (un vrai ça sert d'os). Le grand prêtre du goût officiait avec à la fois l'onctuosité d'un prélat et l'agilité d'un ermite: le grand écart! Et ses fidèles en redemandaient.

Bref, la substantifique moelle de l'amitié, l'art des mets.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article