Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 15:22

Pour des raisons qui ne sont évidemment que des raisons de sécurité (...), la municipalité a judicieusement décidé d'enlever l'oeuvre de Jean-Pierre Pincemin (décédé) qui servait de rond-point au carrefour de l'ancien hôpital.

Erigée pour le 400 ème anniversaire de la naissance du philosophe, elle n'a jamais fait l'unanimité, prise souvent pour le socle d'un ancien kiosque à musique, avec en sus ses mystérieuses coupelles votives d'une religion asiatique ou d'un culte vestalien antique.

L'oeuvre ira mourir comme gigantesque table de pique-nique dans le jardin de la maison Descartes dont l'accessibilité au public va mettre ... un certain temps (Einstein chez Descartes avant l'heure, génial, non?).

Je rappelle, comme la France est le pays le plus pourvu au monde en ronds-points, et que Châtellerault en détient un certain nombre, que la ville de Bressuire a décoré les siens des oeuvres sculpturales réalisées chaque début juillet par des artistes hébergés une semaine dans le cadre du "verger des sculpteurs", dans les fossés du château. Une idée très originale et peu coûteuse de Claude Boutet, l'ancien maire de Bressuire, philosophe, artiste et poète bien connu, que nous pourrions reprendre.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 14:37

  Oh Italie! Pays redevenu ingouvernable, qui fait propulser plus de 50% des voix en faveur de ses deux clowns que sont Silvio Berlusconi -un clown blanc?- et Beppe Grillo -un Auguste?-. Je sais, c'est un peu faire offense aux vrais clowns des chapiteaux que de nommer ainsi cet ancien et ce nouveau politiques.

  Mario Monti, le père la rigueur, est passé sous la barre des 10%. Les italiens ne veulent plus de la politique européenne d'austérité du couple Merkel-Cameron, la Madame et le Monsieur Loyal-Loyaux du vieux continent, avec la bénédiction du FMI. Et ils le font savoir en votant pour des clowns.

  Ce qui affecte l'Italie va inquiéter les marchés financiers (qui lui avaient accordé de nouveau des taux très bas), et risque d'avoir des effets transalpins, d'une manière ou d'une autre. Car nous aussi, nous avons des clowns qui,un jour, peuvent être élus.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 02:58

C'est la querelle agro-alimentaire autour du boeuf devenu cheval qui me fait terminer ce cycle Genevoix. Je me souvenais d'une lecture où Genevoix décrivait comment, enfant à la jambe cassée, on lui avait fait prendre un bain de sang chaud d'un boeuf tout juste abattu à côté de lui d'un coup de masse sur le front. Où? Cogitations. Retrouvé! C'est dans "Au cadran de mon clocher", écrit en 1960.

Ce traitement thérapeutique particulier a traumatisé le petit Maurice, qui en parle encore dans "Tendre bestiaire" qui figure dans ma "bibiothèque de campagne" que j'ai au tribunal; il se souvient à vie du bruit de retrait de sa jambe du seau empli d'un sang coagulé, figé et devenu froid.

"Quatorze ou seize ans plus tard, en 1914, en 1915, c'était des hommes que je voyais saigner et mourir" ("Tendre bestiaire").

Je termine sur une scène de cheval; mon beau-père était boucher à Dangé Saint Romain et il avait du rechercher quelque chose à l'abattoir de Châtellerault, c'était un dimanche, en 1979-80; je l 'avais accompagné ; il y avait là, tout seul, un cheval blanc dans une carrée en ciment, qui attendait la mort du lundi; il le savait; c'était des hurlements humains, des larmes, des cris. Je n'ai plus jamais mangé de viande de cheval alors que ma mère m'en offrait pratiquement un steack par semaine (de chez Leblanc, boucher chevalin rue ... Noire).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 11:58

Chaque jour a son lot d'anniversaires événementiels intéressants.

Le 25 février, il y en a plein.

Citons-en trois, qui ont leur importance, dans notre histoire,à divers titres:

- le 25 février 1116 meurt Robert d'Arbrissel... breton qui avait hérité en son temps de la cure de son père, prêtre marié; malgré les recommandations du Pape Grégoire VII pour mettre un peu d'ordre dans tout cela, Robert d'Arbrissel fonda un groupe religieux très avant-gardiste, dirait-on aujourd'hui, puisqu'il était nomade, mixte sexuellement et socialement; c'est Urbain II qui recadre enfin Robert d'Arbrissel, lequel vient fixer sa troupe à Fontevraud, alors lieu inculte et difficile, qui deviendra ce que l'on sait; mais -c'est plus fort que lui- l'intéressé nomme à la tête de son monastère une abbesse qui a autorité à la fois sur les moniales et sur les moines. Sacré personnage.

- le 25 février 1429, Jeanne d'Arc, tout droit venue de Vaucouleurs, arrive à Chinon, illettrée, pour rencontrer le roi Charles VII; bien que celui-ci se dissimulât dans la foule des courtisans, elle le reconnut. Elle avait fait halte à Tours, dans une maison qui existe toujours, rue Colbert, vers le haut de la rue Nationale.

- le 25 février 1830, première de "Hernani", la pièce de Victor Hugo; l'auteur rompt avec la règle dite des trois unités (temps, lieu, action) sanctifiée par Boileau; c'est quasiment la scène des fauteuils cassés du Golf Drouot avec Jonnhy Halliday et Gilbert Bécaud!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 02:58

Ne pas comparer, les informations et les milieux n'ont rien à voir entre eux, mais quand même.

1- Dans le "Courrier français" de cette semaine, on apprend, dans la rubrique Charroux-Sud Vienne, que deux courses cyclistes de renom, le Tour du canton de Charroux (100 participants en 2012) et la recherchée classique Civray Saint Romain, sont annulées en 2013, la faute au coût trop important de l'assistance obligatoire désormais d'un médecin et d'une ambulance pendant la course. Le fameux principe de précaution. Déjà qu'il y a de moins en moins de sponsors et de volontaires pour les prix et les primes aux coureurs, qu'on a du mal à pourvoir tous les postes de signaleurs, si en plus il faut payer un médecin et une ambulance, les petits clubs en campagne sont en sursis précaire, avec le risque de voir disparaître les écoles de cyclisme qui ont un rôle éducatif important auprès de la jeunesse rurale; c'est la fin d'un cycle, sans jeu de mots, le désert sportif qui se prépare.

2- A Saint Jean l'Evangéliste de Châteauneuf, à Châtellerault, secteur urbain s'il en est, en ce dimanche de Carême, il n'y a pas de prêtre et il s'agira donc d'une ADAP (assemblée dominicale en l'absence de prêtre) car il faut aider le secteur Targé-Senillé-Saint Sauveur qui n'a plus de prêtre depuis le départ en septembre du Père Régis David et le père Serge Duguet était donc parti célébrer l'eucharistie pour ces chrétiens sans curé; certes "dès que deux ou trois d'entre vous sont réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux", mais, mais, c'est quand même, aussi, la fin d'un cycle; l'évêque laisse annoncer déjà, à travers la réflexion des territoires, qu'il n'y aura plus qu'une paroisse à Châtellerault. Le désert spirituel qui se prépare, y compris en zones urbaines.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 04:58

Notre repaire quiet, oscilleux,

quêtons nos soifs (Ancre (1), t'y fier),

Teuton règne, Harry,

quêtons vos longs thés (soifette!),

sur-lattée commotion. 

Dos, Nanou, oh, joue, redis 

nos trépas (deux séjours),

pars, donne-nous nos zoos, fonce!

Côme, nous? Pardo? Non, oh si!

A skis, nos os ont foncé.

Eh, Nanou, sous mes pas Allah tente à Sion,

Médée, livre-nous du mâle.

 

(1) Marque de bière. 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 01:58

Je prends un peu de temps, parfois, entre midi et deux, pour rejoindre, seul, les rives de la Loire, aux abords du pont Wilson, près de la guinguette (ah!...) de Tours.

Je songe à mon beau-père qui entreprit en 1944 de s'engouffrer dans les égouts du pont Wilson pour favoriser l'entrée des Américains dans la ville.

C'est le bruit de la Loire  et de ses chutes d'eau qui me berce et qui me fait oublier, un peu, mes dossiers douloureux et les tracas du monde. J'ai emporté Genevoix avec moi, "Rémi des Rauches". Cette journée-là, le 19 février, le soleil est chaud, la Loire m'appartient.

Genevoix a écrit "Rémi des rauches" en 1922, au retour de la guerre. L'un des deux personnages principaux, le père Jude, est amoureux de la Loire, et il en parle à Rémi comme d'une femme -je lis à voix haute, il n'y a personne-:

"C'est que je l'aime, murmura-t-il, je l'aime pour la beauté dont elle comble mes yeux, pour les courbes molles de ses rives, pour les grèves ardentes que le soleil fait trembler (...) Maintes fois, maintes fois j'ai cru voir, à l'image d'un clair visage de femme, sourire le visage de la Loire. J'ai rêvé, dans un bloc de marbre blond, de hanches souples et de seins aux belles courbes (...)", etc, etc...

Ah! Une ville traversée par l'eau ne connaît pas son bonheur. Car l'eau vive fait le bonheur des hommes qui peuvent divaguer en suivant ses flots, en rêves... Une poétique de l'eau à la Gaston Bachelard. Et nous, à Châtellerault, que ferons-nous de notre Vienne, une petite Loire selon Bedel, pour que les hommes y rêvent au bruit de clapotis berceurs?...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 13:11

Contrôlant les hospitalisations psychiatriques sous contrainte, il m'arrive, en attendant l'arrivée du prochain patient-justiciable, de feuilleter des ouvrages dans les bibiothèques fournies des personnels où on me fait attendre. Pardonnez mon obsession de la guerre et de la destruction de l'humanité. Mais je tombe sur un ouvrage intitulé "Interné d'office...du camp d'internement de Beaune-la-Rolande ... à l'hôpital psychiatrique de Fleury les Aubrais - les cahiers d'Abraham Zoltobroda - traduits du yiddish."

Pendant des mois (ce qu'il relate sur des petits cahiers d'écolier), alors qu'il est interné au camp de Beaune-la-Rolande, Abraham Zoltobroda, juif polonais réfugié en France, avec 15 autres comme lui, va tout faire pour rester dans "la maison des fous", à Fleury les Aubrais. Considéré en effet comme fou (comme on pouvait l'exprimer spectaculairement à l'époque) et avec la complicité de quelques infirmiers, il échappera au sort des plus de 15 000 juifs internés dans les camps du Loiret (Beaune LR, Jargeau, Pithiviers) qui finiront déportés et exterminés à Auschwitz-Birkenau (3% de survivants, aucun enfant parmi eux).

La folie pour être libre.

Il n'y a pas de points communs, du moins je ne le crois pas, mais l'homme qui comparaît devant moi, avec son pyjama bleu d'isolement, me fera descendre au plus profond de moi; il porte, sans le savoir, le visage d'un juif polonais.  Comme chacun, je l'appelle par son nom et je le tiens par l'épaule. Mais il est, hélas, dans un autre monde. La folie pour être libre?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 03:58

Le magazine abeliniste des châtelleraudais fait jaser (Jas'ellerault?).

A grands renforts de "com" aux frais du contribuable, le maire, qui pulvérise son record de binettes (21) fait sa pub et sa campagne. Oh, il ne vous dira pas qu'il sera candidat pour mars 2014.

Comme la dernière fois, il sera interrogé par FR3 ... le 2 novembre 2013 (c'est précis); il confiera qu'il aspire désormais à la retraite (en fait il se battra familialement pour devenir sénateur) et qu"'il faut laisser la place après un travail de fond de 6 ans comme il n'avait jamais été entrepris jusque- là "(sic); puis en quelques coups de fil, il se fabriquera une nouvelle équipe issue des entourages du Rotary et de la Croix Rouge et le 4 février 2014 (c'est  encore précis), un pianiste triste et une chanteuse fatiguée accompagneront au Nouveau théâtre la présentation de sa liste composée pour moitié de gens d'un certain âge (c'est une denrée qui se renouvelle assez bien) et pour moitié de jeunes qui se demandent ce qu'il font là (appelés par leurs parents eux-mêmes contactés récemment).

On fait diversion dans la stratégie cynique (au sens étymologique) en jetant des os à l'opinion, du style Maryse Lavrard ou Véronique Abelin, sachant que le scénario idéal (?), c'est une liste tirée par JPA qui gagne, avec VA en adjointe, puis, au bout de deux ans une démission (cumul sénateur-maire?) pour faire élire VA en vote interne en catimini.

Si la gauche se coupait encore d'ici 2014, ce serait le nirvana.

J'ai appris à connaître les moeurs politiques, je fais des progrès et je pense ne pas être loin de la vérité.

Jas'ellerault?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 12:58

Dans la NR d'hier, Guy Paillier, fondateur et président de l'Université familiale de Châtellerault, prêche pour la création d'un poste d'adjoint à la famille.

Je suis plus que circonspect; la famille  -qui n'appartient à personne- ne peut pas être en soi un objectif municipal isolé et nommé comme tel mais doit se trouver nécessairement  à la croisée de compétences diverses sous l'autorité de l'adjoint en charge des affaires sociales (poste qui n'existe pas sous l'ère Abelin, incroyable!), je songe notamment à des conseillers délégués en charge de la parité, de la jeunesse, des personnes âgées, du handicap. 

Mais d'autres élus contribuent à la valeur famille: ceux en charge de l'éducation, de la politique de la ville (accès au droit, médiation familiale, point-rencontre innovant, etc...), de la culture (à quand une nouvelle diffusion  théâtrale jeune public?), de la voirie et des espaces verts (sécurité des abords  des écoles, et ... donnez-nous des balançoires, des mini-manèges et des bacs à sable en ville!),  des sports, des transports, même l'adjoint aux finances à travers une politique fiscale plus dédiée aux familles. Bref, quasiment tous les élus concourent à servir la famille.

C'est pourquoi un poste spécifique ne me paraîtrait que surnuméraire; en revanche l'idée d'un conseil de la famille, sollicité, consulté par les élus, est excellente. Faut-il inclure ce conseil dans le conseil d'environnement  (à l'état mort aujourd'hui) ou le laisser autonome, question subsidiaire.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article