Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 04:58

L'Evangile de ce quatrième dimanche de Carême (Luc, 15, 1-3. 11-32) était celui dit du retour du fils prodigue. Celui qui voulait sa part d'héritage du vivant de son père et qui la dépensa tout en ayant une mauvaise vie de turpitudes et de débauche, finissant, pour être nourri, par garder des cochons dont il enviait le traitement. Puis de revenir chez son père, qui court au devant de lui, recueille sa faute, lui donne son pardon (ô tableau de Rembrandt, -superbe livre de Henri Joseph Machiel Nouwen sur ce tableau-, très beau commentaire aussi de Bernard Brô dans "La beauté sauvera le monde" , tableau  à comparer du peintre contemporain Arcabas à Saint Hugues de Chartreuse); le père fait tuer le veau gras et donne fête et musiques, le frère du fils prodigue, au travail dans les champs, en entend les bruits et arrive survolté: "Comment, moi, je n'ai rien demandé, j'ai toujours travaillé pour toi, je t'ai toujours respecté, et c'est à lui que, etc...".

Comme dans Luc 10, 38-42, l'Evangile dit de Marthe et Marie: Marthe est au four et au moulin pour accueillir Jésus et sa troupe, faire manger correctement tout le monde, etc..., tandis que Marie se prélasse aux pieds de Jésus dont elle boit les paroles, sans rien faire. A l'instar du  frère précédent, Marthe essaie de faire comprendre  (discrètement) que ce sort  différent est inéquitable entre les deux soeurs. Mais, Lui répond: "Marthe, tu t'actives, tu t'actives, ... mais c'est elle qui a la meilleure part".

Etrange quand même.

Ne sommes-nous pas, nous, souvent, ces tâcherons persuadés d'être honnêtes et intègres, qui ne demandent rien -et qui, en fait, n'auront rien!- alors que d'autres, plus "relax", moins bosseurs, au comportement que parfois nous réprouvons, nous doublent par la droite et obtiennent  sans forcer la place que nous convoitions depuis si longtemps et qui "aurait du légitimement nous revenir" (des avancements professionnels, des scrutins de liste,  des bonheurs domestiques, que sais-je?)?

Finalement, des trois protagonistes, c'est ce frère sans doute aîné qui est le plus oublié des commentateurs, alors que c'est celui qui nous ressemble le plus.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 11:41

Hier après-midi, à l'invitation de la section châtelleraudaise du Parti socialiste au Verger, avec quelques proches, j'ai été heureux de retrouver un certain nombre d'amis militants ou élus anciens, d'autres plus récents et même quelques ex de mon équipe 2008 avec lesquels les liens d'amitié n'ont d'ailleurs jamais été rompus.

Dans son intervention inaugurale, le tonique Cyril Cibert a déclaré que nous ne voulions plus d'un maire "aux 100 000 excuses" mais d'un maire aux "100 000  volts"; peu après, succédant à un Jean-François Macaire toujours soucieux du rassemblement à gauche, Michel Guérin, mal positionné par rapport à un micro dont le maniement statique l'insupportait un peu, s'est défini, au niveau du mouvement scénique et politique comme un "Gilbert Bécaud". Le fameux "Monsieur 100 000 volts"!...

Il est évident qu'il faudra se placer pour mars 2014 sous la protection de ce saint Gilbert Bécaud et aller, à la fin d'un mois espéré victorieux, faire pélèrinage à La Bussière, son village aimé.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 04:58

Lors du dernier comité directeur du PRG à PARIS, Jean-Michel BAYLET, qui venait de rencontrer le Président de la république, nous avait donné l'accord de ce dernier pour un retour au scrutin de listes nationales pour les Européennes, abandonnant ainsi les fameuses circonscriptions multi-régionales géantes sans âme ni signification politique et sociologique.

Pour les Radicaux de Guache, c'était une  satisfaction car nous pourrions conduire un débat de fond avec une tête de pont ayant de l'allure (certains avaient toujours le rêve TAUBIRA); rappelons qu'en 1994, la liste conduite alors par Bernard TAPIE, Energie radicale, faisait quasiment jeu égal avec celle conduite par Michel ROCARD.

Las..., comme souvent, le Président a encore changé d'avis, son entourage lui ayant signalé le risque, avec une forte abstention connue pour ce scrutin, de gros pourcentages MELENCHON et LE PEN s'il n'y avait que des listes nationales.

Du coup, il faudra encore aller à la pêche, non pas aux crabes, mais aux strapontins qui voudront bien être concédés, ce qui n'est plus la même  chose.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 03:58

Erik Orsenna, académicien et grammairien, était récemment à Tours pour une causerie; il y reviendra le 27 mai en soirée à la librairie "La boite à livres", en haut de la rue Nationale, près de la Loire.

Il a mis ses pas dans ceux du gouvernement, qui veut faire de la lutte contre l'illettrisme une cause républicaine.

Je suis d'accord, mais, au fond, le pouvoir en veut-il à la fois la fin et les moyens? Je ne le crois guère.

Vous le savez, je suis persuadé que la société, réellement, veut des incultes, et, sur ce plan-là, elle réussit.

L'écriture et la lecture, au départ structurantes de la charpente intellectuelle de la personne, par  le respect de leurs règles, subiront le même coup de grâce que la famille et la différence foncière des sexes aujourd'hui, où on ne veut plus de règles, contrairement à ce que laisserait penser l'extension du "pour tous". Je le dis avec amitié pour certains de mes interlocuteurs sur le sujet. A bas les contraintes, je fais ce que je veux. Et la grammaire est nécessairement bourgeoise, conservatrice, liberticide! Sans parler du masculin qui l'emporte sur le féminin, règle dont on se demande encore comment elle n'a pas sauté!

Rien à voir avec  le mouvement Dada (Tzara), les surréalistes (Breton) et les fanas de l'OULIPO, l'Ouvroir de la Littérature Potentielle, Queneau et autres, qui jouaient avec les règles et les mots avec exubérance et gratuité.

La lecture et l'écriture sont les  premiers (et les derniers?)  socles de l'apprentissage de base de l'échange social, de la vie en société: à juste titre l'école maternelle et le CP magnifient la découverte des lettres et des mots, enjolivent le charme de la voix par le conte, la comptine et la poésie auprès de ces âmes innocentes que sont les petits enfants. Puis après...

Parfois, je l'ai vu, des maîtres font des fautes, des grosses. Comment transmettre la justesse? Baucoup sont venus à l'enseignement par défaut (pas comme mes camarades de 3ème ou de terminale de l'époque qui entraient alors à l'Ecole normale), pour éviter le chômage, après 5 ans d'espagnol, de socio ou de sports. Là-dessus une couche de video, une autre de télé, une autre de son, une autre d'image, une autre de parents seuls ou défaillants. Des maisons sans livres. Des enseignants qui font discuter sur des articles de presse et non plus sur des classiques ... Génération Andromac'Do... (déposée!).

En faculté aujourd'hui -eh oui, il faut le dire- la masse des copies est illisible, inconsistante. On leurre, et on n' a fait que leurrer depuis le début. Un temps, j'ai présidé des jurys de bac. ..les recommandations étaient telles que celui qui ne venait pas avait vraiment des chances de ne pas l'avoir...

Tant que l'on ne se posera pas POLITIQUEMENT la question du leurre "notatif" permanent, tout débat sur la lutte contre l'illettrisme sera vicié d'avance. D'autant que, in fine, au moment de la quête de l'emploi, quand l'ex-étudiant sera renvoyé dans ses buts et au chômage, il ne comprendra rien. Et là, je crois que la responsabilité de sa situation est POLITIQUE.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 14:02

On ne pense pas à tout!

Des lecteurs assidus m'ont fait cette remarque: on pouvait mal interpréter la succession immédiate des articles "Vive le boudin!" et "A toutes les femmes". Ah! Non! Triple non!

Cette collision éditrice n'est que le résultat du hasard de la quasi juxtaposition de la journée internationale de la femme (une seule journée..., m'ont bien précisé les avocats ce matin à l'audience pour laisser passer d'abord leurs consoeurs) et de la célèbre fête charcutière de Naintré (pas encore internationale, sauf si elle entre au patrimoine culturel de l'Unesco...).

Retirez vite les mauvaises associations d'idées!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 12:24

   En plein débat sur la viande halal, voici qu'à NAINTRE on s'en fiche complètement et qu' on fête la quarantième édition de la foire aux boudins.

   Le chapelet de boudins c'est pour nous le signe de la liberté autant que la cartouchière en bandoulière des cow-boys mexicains!

   Tuer le cochon! Ah! Tuer le cochon, quel rituel mes seigneurs!

   Ah! Georges et Louisette, que de souvenirs!

   L'un des plus beaux textes à ce sujet est "la fête du cochon" dans un livre de Joseph de PESQUIDOUX ("Chez nous, Travaux et Jeux rustiques", chez Plon, 1921): "Ce soir-là, le porc gras de la métairie de Lastapis songeait tristement. Une inquiétude, venue de son état, l'envahissait petit à petit. Depuis quelques jours il se sentait épaissir outre mesure. (...)", etc...Superbement écrit (1).

     Mais il y a boudin et boudin. Certains, pour les citadins, n'ont pas de gras (quelle honte!), d'autres, dans le sud ouest, ont de la châtaigne à la place du gras, d'autres encore ont trop d'oignons et même du sucre qui dénature leur goût.

     Celui que je préfère, c'est celui de chez Franckie, il me rappelle celui que faisait mon beau-père, boucher-charcutier à DANGE ST ROMAIN, jusqu'à 1981-82.

     Le boudin, c'est ma madeleine de PROUST, ma liberté partagée, mes amis, mon intemporalité: vive le boudin!

 

     (1) J'aime ausi son "Autour de l'alambic", dans le même livre ... exceptionnel. L'eau de vie de poire à la bouche vient en lisant.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 05:08

Ce jeudi 7 mars à 20 h 30 salle Colbert Lebeau rue des Loges, Roland Gaillon planche sur "le pardon dans la Bible".

Sujet exigeant quand, au terme de ce Carême, Jésus sur la croix dira "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font."

Rapport avec la faute, avec la reconnaissance de la faute  par son auteur et du mal consécutif, acceptation de cette reconnaissance par la victime -ou par Dieu, directement ou indirectement-, pardon exprès, démonstratif ou discret, gratuité, renversement des valeurs en tous cas, etc...

Bien sûr le conférencier aura passé au tamis des textes qu'il a lus et relus pour nous en donner les révélations aurifères, mais il nous dira aussi toute l'historicité postérieure du pardon, et, peut-être, toute son actualité.

Ce serait une faute impardonnable que de ne pas aller à cette conférence!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:04

Chaque année depuis des lustres désormais, le comité des fêtes de Beauregard Charlet organise à la Gornière son dîner dansant avec le traiteur Pellot de Port de Piles et l'inestimable orchestre Jacky Roger dont le fondateur habite Beauregard Charlet. Il y aura de l'ambiance!

C'est le quartier de mon enfance, mon père y réside toujours, et j'aime ses maisons des années 20 à 60 (je milite toujours pour un observatoire de l'habitat qui conserverait les clichés de ces maisons remarquables et témoignages d'une époque), en contre-bas de l'étang de Charlet, inutilisé alors qu'il est , avec sa fontaine et ses marronniers, un lieu magique. Ah! Notre projet d'une plaine des sports ici, mes amis!

Les nouvelles constructions, hélas, ne sont pas toujours d'un goût heureux...

Le comité avait escompté jadis qu'en sus d'un terrain où se préparait une traditionnelle fête d'été, le pouvoir en place lui concèderait un bâtiment...

Allez, ça viendra, quand il faudra réfléchir à partir de 2014 aux modalités de "découpage" de la ville en quartiers fédérateurs dans le cadre de notre politique de démocratie locale.

Bonne réussite à Beauregard Charlet!

 

-Il y a concurrence avec la soirée de la Ligue contre le cancer, comme quoi, à Châtellerault, il ne se passe pas toujours rien...-

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 05:58

Ce n'est pas à moi de lui dire, mais Abelin se trompe ou son staff le conseille mal.

Michel Guérin, pratiquement à chaque article du groupe (?) abeliniste dans le magazine des châtelleraudais, a droit à son petit coup de pub gratos, sans rien faire. C'est le bonheur! Car même critiqué dans l'article (avec Cyril Cibert qui en prend régulièrement et injustement pour son grade), l'évocation de Michel Guérin sert évidemment l'ancien premier adjoint, par sa répétition euphonique dans l'opinion.

De même est-il vain de ressasser les années 2001-2008 qui ne sont pas comparables, ni en démographie, ni en fiscalité, ni en exercices budgétaires, ni en contrôle de l'Etat, ni en modes de travail municipal.

Que le maire et son entourage continuent ainsi, ils se tirent une balle dans le pied et auront du mal à finir la course sur une patte.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 03:37

Nouvelle diffusion après celle du 19 janvier, puisque le texte est débattu à l'Assemblée aujourd'hui:

 

L'accord s'intitule "pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels de salariés"; l'ont signé la CFDT, la CFTC et la CGC.

François HOLLANDE et le gouvernement disent vouloir le transcrire "fidèlement" dans la loi. Holà!

En effet, que de régression des droits des salariés en écartant ou en restreignant énormément le contrôle du juge, vieille obsession de tous les pouvoirs qui caressent le MEDEF dans le sens du poil:

- le préjudice d'un salarié dans la rupture de son contrat ne sera plus individualisé par le juge mais fixé par un barème forfaitaire,

- les délais de prescription, déjà réduits par rapport au droit commun, sont encore amputés: 2 ans pour saisir le juge (ramené à 1 an en cas de licenciement économique collectif) et  3 ans (au lieu de 5)   pour les rappels de salaires et des heures supplémentaires,

- imposition par l'employeur de la réduction du temps de travail ou de la diminution du salaire dans le cadre d'accords de maintien dans l'emploi sans que le refus par le salarié qui entraînera son licenciement ne puisse être contrôlé par le juge,

- enlèvement au juge du contrôle du contenu du plan de sauvegarde de l'emploi et du respect de la procédure d'information et de consultation, au profit, selon les cas, des seuls représentants du personnel et de l'administration du travail en un temps record.

Le Syndicat de la magistrature, dont je suis membre, dénonce cette stratégie organisée d'évitement du juge, défenseur des libertés individuelles et des droits, y compris dans le monde du travail. Promouvoir un tel accord, au nom de la "rationalisation" judiciaire, pour les salariés, c'est en effet se tirer une balle dans le pied. Déjà que le nombre de Conseils de Prud'hommes a été amputé par Rachida DATI sans qu'on ait envie aujourd'hui de rétablir les CPH supprimés, ce qui a dissuadé beaucoup de gens d'aller se défendre loin...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article