Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 09:09

Naintré est encore le lieu d'une distribution de tracts anonymes mettant en cause le maire actuel Christian Michaud.

Le procédé fait tellement partie du folklore politique local et d'une tradition quasi ininterrompue que chacun a depuis longtemps sa petite idée, et que l'anonymat serait quasiment signé, au "feeling", si je puis dire.

A qui profite le crime, dit-on? Ou à qui voudrait-on, par ricochets et billard à six bandes, qu'il profite?

Ce n'est pas si simple, car outre que l'anonymat renvoie à une époque détestable de notre histoire, le procédé instille du fiel:

- on peut imaginer, de manière perfide, que la victime du tract ou son entourage initie, cautionne, se tait ou participe au procédé pour se faire plaindre, générer des articles, ...

- on peut imaginer, de manière tordue, qu'un tiers véritablement inconnu ou insoupçonnable soit à l'origine de la confection et de la diffusion du document pour faire accuser celui ou ceux dont on suppute qu'ils auraient quelque motif de l'avoir rédigé...

Etc, etc...Avec tout ce que j'ai eu entre les mains depuis 30 ans, j'en connais des pistes! C'est un poison.

La technique est donc détestable et vicie tout le processus démocratique, même s'il est vrai que celui-ci n'est souvent qu'illusion, phénomène d'optique, séduction et communication grossière.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:16
   Un récent rapport propose de ramener à trois le nombre de nos commémorations: 8 mai, 14 juillet et 11 novembre. GISCARD s'y était risqué...

 


   N'en déplaise à beaucoup, moi qui suis de pratiquement tous les défilés depuis vingt ans à CHATELLERAULT, je suis a priori favorable à cette perspective, si elle est accompagnée de pédagogie.


   Je n'ignore pas, loin de là, les souffrances liées notamment à l'esclavage, à la guerre d'Algérie, de tous côtés, à la Résistance mais, pour que la commémoration ait un sens encore faut-il qu'il y ait des témoins ou des acteurs de mémoire, et de la participation, et non seulement des autorités civiles, politiques et militaires pour qui c'est le "métier" et le devoir d'y assister, mais encore de la population, familles, scolaires.


   Dans notre ville, c'est essentiellement la "génération FNACA" qui permet aux commémorations d'avoir une certaine tenue; quand cette génération ne sera plus en état de se mobiliser, puis ne sera plus là, hélas, il ne faut pas se leurrer, à la mesure de ce que nous voyons aujourd'hui, il n'y aura personne pour prendre la relève.


   Saluons d'ailleurs l'extraordinaire travail de Jacky JOSEPH et de son équipe à la tête du Souvenir Français pour tout l'effort de pédagogie déployé auprès des enseignants et des classes. Mais c'est toujours la "génération FNACA".


   Saluons les témoins Paul JAMAIN, Roland GAILLON, Madame MOREAU, infatigables travailleurs de la mémoire et de la transmission. Mais après eux ?


   Alors on peut protester à l'idée d'une "compression" des célébrations mais je crois qu'il n'y a pas d'autre issue: d'une part en rattachant aux trois dates en questions d'autres événements (les références algériennes au 8 mai, la référence à l'esclavage au 14 juillet, etc...), et je pourrais développer pourquoi, et d'autre part en "musclant" sur trois temps forts de l'année l'effort de pédagogie et de participation populaire.


   A contrario pourquoi "oublier" POITIERS 732, CRECY et AZINCOURT, MARIGNAN, VALMY, MARENGO, 1870, etc..., victoires et défaites confondues. Ces morts-là avaient-ils moins d'importance ?!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 11:46

Le CRAC, le club de rugby de Châtellerault, prépare son séjour de cet été (deuxième quinzaine d'août) en Afrique du sud, à Stellenbosch; la première avait eu lieu en 1995. La NR l'immortalise avec une belle photo Sépia d'Hervé Tartarin dont il faut rappeler qu'il fut jadis sélectionné en équipe de France universitaire de rugby. Oui, Monsieur. Chapeau. Et le bonhomme, qui tient du Julien Clerc, peut encore donner des conseils judicieux!

Bien sûr les pensées vont vers Jean-Philippe Bois, passé dans l'en- but éternel l'an passé, artisan de ce premier séjour de 1995. Mais, financièrement et structurellement, ce séjour d'alors n'aurait pas pu se concevoir d'abord sans l'apport d'André Garnier, le charismatique patron de la SIT. Ne pas l'oublier. Le coeur est ovale. Et Jean-Phi l'aimait tant, André.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 08:13

Dimanche de promenade vers Angles sur Anglin, La Puye, Cenan, l'abbaye de l'Etoile et retour par Chénevelles, Leigné les Bois, Saint Sauveur. Les anciennes routes de mon bonheur cycliste, jadis...

On traverse Vicq sur Gartempe, superbe bourg avec des maisons début 20ème un peu rocccccoco, la rivière froide en contre-bas.  Des bâtisses à vendre...

Mais tristesse, les deux cafés de la place, avec leurs vitrines à tourner la trilogie de Pagnol sans changement de décors, sont eux aussi à vendre. On sent que là, pendant des générations, des verres se sont entre-choqués,  qu'on a bien mangé le long de tables à remplir à la suite, qu'on s'est marié, qu'on a banqueté, qu'on a chanté après les matchs de foot (d'ailleurs Vicq a encore une belle et vaillante équipe, la meilleure à la ronde); il y a bien un magasin moderne d'épicerie-tabac-presse en arrière, mais ce n'est pas pareil qu'un emplacement "majestueux" sur la place, dans de vrais murs.

Vicq est "coincé" entre deux locomotives du tourisme, La Roche Posay et Angles, et en pâtit manifestement. On ne s'y arrête pas.

Mais c'est un beau village, il faut qu'à Vicq tu ailles.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 05:36

Ah! Frère Stéphane Marie!...

Qui est-ce?

Les anciens dangéens s'en souviennent sans doute: la famille Barbelion -le vétérinaire, prédécesseur du Dr Lancner, et Madame-, famille pieuse, avait deux fils, Antoine et Stéphane.

Stéphane, à l'école, était un joyeux drille, qui avait même créé, dans les années 70, un orchestre de rock, les Anges de l'Enfer. Vous allez voir la suite...

Après le bac, Antoine entreprendra des études de kiné et, un jour, de son côté, Stéphane vint confier à ses parents une information: "J'ai quelque chose d'important à vous dire...".

Les parents Barbelion craignirent que leur fils eût mis enceinte une fille du bourg... Non, il leur déclara: "Je veux devenir moine". Les géniteurs poussèrent un "Ouf" de soulagement!

Et Stéphane devint Frère Stéphane-Marie, chez les cisterciens, en Suisse, fut un spécialiste d'Aristote et de la famille, publia des ouvrages à ce sujet. Nous en avons trois.

Nous revîmes Stéphane-Marie trois fois en trente ans: pour le mariage d'amis communs à Montlouis, avec une homélie exceptionnelle, pour l'anniversaire de je ne sais plus quelle décennie du collège Saint Pierre de Dangé et pour les obsèques de son père, avec alors des mots d'une justesse incroyable.

Frère Stéphane-Marie vient d'écrire "Le mariage "pour tous", ce qui n'est pas dit", c.s.j.éditeur. A.E.F., 28 pages, 5 euros.

Je pense que  s'y trouve l'essentiel d'une pensée hors du commun.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 05:51

André Houisse s'est battu avec sa détermination militaire, et il vient de décéder à l'âge de 90 ans.

Il s'était engagé dans la gendarmerie pendant la guerre, dans le Jura, pour mieux contribuer à la résistance armée contre l'Occupant.

Chef d'Escadron apprécié, engagé dans la société civile, dans les arts et le sport, il est titulaire de nombreuses décorations civiles et militaires.

Je l'ai connu il y a vingt ans, à l'époque où j'étais juge à Châtellerault; je lui confiais ce qu'on appelle des enquêtes sociales. C'était de l'orfèvrerie. Il n'y avait plus "qu'à se mettre les pieds à la suite". Tout y était, je pouvais travailler en confiance sur un dossier, notamment en tutelle ou en matière de contribution aux charges du mariage, avec les gens concernés par son enquête.

Nous nous voyions régulièrement lors des cérémonies patriotiques, échangeant quelques mots.

Je savais ce qui le peinait, comme la fermeture et l'absence d'entretien de l'Ecole de Gendarmerie qu'il affectionnait tant.

J'ai une pensée émue pour cet homme juste et vrai, et je prends part à la peine des siens et de ceux qui l'ont aimé.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 04:21

     Le dernier dimanche d'avril en principe, se tient à Beaumont depuis 500 ans la traditionnelle foire aux biquions, ces petits chevreaux de quelques semaines, tellement mignons et séducteurs des enfants.

     Dans notre région le "biquion aux cives" est un mets printanier prisé, surtout à la campagne, lieu de maintien privilégié des traditions.

     La cuisson du biquion (ayant très peu de chair faite) nécessite du temps -idéalement dans un four à bois- pour un goût de noisette et de caramel et on n'a pas trouvé mieux que l'accompagnement des cives -dérivées de la ciboulette mais plus proches de l'oignon-. Mon père y ajoute de la chapelure qui donne à la fin une sensation craquelante.

     Dans ma famille c'est vraiment une tradition: mon grand-père paternel, prisonnier depuis 1939,  est rentré d'Allemagne -à pied- le 19 mai 1945; depuis, chaque dimanche le plus proche du 19 mai, y compris après son décès en 1977, nous faisons honneur au biquion aux cives, en souvenir de sa libération, qui était signe de printemps familial.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 09:10

Un vieux rêve enfin réalisé: conduire en poussette notre petit-fils au parc du Verger.

Il ne faisait guère bon mais les buis sentaient comme jamais, la verdure revivait, les jeunes feuilles des tilleuls étaient si tendres et frêles sous le vent.

Les chevrettes et le mouton, vraies têtes de cochons, avaient décidé de rester dans leur loge et refusaient de jouer les vedettes enfantines; le cygne, lui, en faisait trop, et n'était même pas fin du tout, pour parler clair.

On dit que là, La Fontaine écrivit sa fable le Pêcheur et le petit poisson ('"Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras"); le château, depuis des décennies, reste mystérieusement fermé alors que depuis toujours j'y rêve un lieu de culture, notre villa Médicis de Châtellerault, hébergeant à l'année des artistes.

A moins d'en faire dans le futur  une maison de retraite des anciens adjoints à la culture (euh, non, ça risquerait alors en peu de temps de devenir la maison du crime!).

Mais il est évident que le lieu, y compris ses extérieurs,  n'est pas assez exploité culturellement.

Notre petit-fils s'y est trouvé bien, découvrant cordages et toboggan, se frottant le nez aux feuilles nouvelles en riant aux éclats; nous y sommes revenus, nous y reviendrons, et il est fort probable qu'avec une mission de surveillance, j'y trouve  néanmoins l'inspiration.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 05:07

Vous connaissez l'attachement que j'ai pour mon chien Vito, merveilleux compagnon.

Ces jours-ci j'ai feuilleté deux bouquins qui parlent des animaux en toute humanité.

Oui, pourquoi crèvent-ils alors que nous mourons, pourquoi mettent-ils bas alors que nous accouchons, pourquoi ont-ils des gueules alors que nous avons des visages, etc...?

Dans le code civil, il s'agit de "choses" que l'on a sous sa garde juridique.

Il y a d'abord "Mélodie, chronique d'une passion" d'Akira Mizubayashi, chez Gallimard, puis "Le parti pris des animaux" de Jean-Christophe Bailly chez Bourgois.

Mélodie est une chienne dont le corps mort obligea son maître, pour la première fois, à prier comme il ne l'avait jamais fait.

Pour Bailly, l'animal porte une mémoire (du temps, de l'espace) qui est notre oubli même; il évoque l'aisance d'une jeune femme handicapée mentale au milieu d'orangs-outangs, à Amsterdam, pour montrer qu'entre ces deux univers il y  matière à se frayer un passage commun.

Je crois vraiment que le rapport aux animaux nous rapproche des hommes: moi qui suis, x fois par jour, l'huissier de mes trois chats et du chien, je sais désormais que je suis apte à porter chaînon d'argent et queue de pie pour ouvrir avec dévotion aux grands de ce monde.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 11:34

Comme un ancien ministre sur la sellette, j'ai deux tableaux. Enfin, des reproductions!

Ils sont dans mon bureau tourangeau de juge en charge de la psychiatrie et, bien que d'auteurs différents, ils prennent sens ensemble; il faut les voir dans l'ordre.

A gauche, Honoré Daumier (1808-1879), Don Quichotte et Sancho Pancha, la folie et la raison, et le chevalier fou tient sa lance inclinée vers la gauche (Picasso reproduira cette oeuvre à sa manière, en faisant de cette lance un axe central et droit qui partage son tableau entre la lune-bouclier et le soleil).

A droite, Ferdinand Hodler, peintre suisse (1853-1918), Le bûcheron, homme en pleine action de swing de golf (sauf qu'il tient une cognée), s'apprêtant à abattre l'arbre à gauche du tableau, déjà sectionné à la base, et qui penche  dans la même configuration que la lance de Don Quichotte sur le tableau précédent. Parallélisme des formes à des années de distance sans lien apparent entre les peintres.

En quelque sorte ces deux tableaux improbablement voisins représentent pour moi la maladie mentale à l'oeuvre...inéxorablement parfois, hélas.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article