Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 04:53

La Vienne n'est pas la Loire, certes, mais on pourrait s'inspirer chez nous, à Châtellerault, des lectures au bord du fleuve, en fin de journée, qui ont eu lieu à Tours ces jours-ci grâce à l'association Boutavant (boutavant@voila.fr) .

J'ai déjà rédigé pour ce blog un article sur la Loire, en février, autour de Maurice Genevoix. La lectrice tourangelle avait choisi Balzac, Stendhal, Madame de Sévigné (qui descendit la Loire dans son carrosse sur bateau!), La Fontaine, et bien sûr le régional actuel de l'étape, Jean-Marie Laclavetine (découvrez-le si vous ne le connaissez pas, cela fait du bien!).

Vous imaginez l'île Cognet, en soir d'été, avec des textes lus sur l'eau, les îles...ah!....

Tourner des pages sans y aller avec le dos de l'écuyère, le bonheur.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 05:15

Entre la mi-juillet et début août, beaucoup de lieux de travail, dont les tribunaux, sont l'objet de départs professionnels liés aux mutations; parfois le hasard des congés fait qu'on ne pourra pas saluer le ou la collègue en partance.

C'est un moment qui me touche beaucoup. Avoir partagé des dossiers parfois difficiles, avoir débattu y compris avec désaccord sur telle ou telle situation, avoir souri ou ri parfois malgré le drame étudié, avoir déjeuné ensemble, conversé, échangé tel ou tel livre, refait le monde autour d'un café, récapitulé de vieux souvenirs professionnels, tout cela crée des liens.

On s'était promis de garder le contact. Et puis le rythme du travail prend le dessus, l'éloignement fait le reste, et ces gens qui ont partagé une partie de notre vie, qui nous ont modifiés, on ne les verra plus, on les oubliera, sauf flash ponctuel lors d'un "pot" de départ de tel ou tel qui fera écho à l'évocation d'un prédécesseur. Eux-mêmes nous oublieront et nos noms couleront dans le fleuve Léthé. C'est ainsi, c'est la loi humaine. Parfois, dans un dossier, un nom ancien ressurgira, une signature appréciée refleurira, une petite lumière jaillira. Souvenir.

Un ancien procureur général poitevin d'il y a vingt ans avait commencé son discours de départ -sans note- dans la salle des pas perdus par un bruyant "Vous m'oublierez!", il avait longuement listé les causes certaines de l'oubli à venir, puis avec émotion il avait néanmoins terminé son laïus par un vibrant "Ne m'oubliez pas!".

Je n'ai pas oublié.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 02:07

En cette belle soirée d'été, Châtellerault s'était massé en bords de Vienne et sur le Pont neuf  pour admirer le feu d'artifice du 14 juillet, en se demandant si c'était bien le dernier de l'ère Abelin, le bouquet final en quelque sorte.

Les gens ont toujours ce goût du rêve sonore et lumineux, et la Vienne est un formidable miroir de la fête.

C'est un peu masochiste aussi puisque ce sont nos impôts qui partent en fusées.

Il reste que ce feu était superbe, très travaillé, varié, contorsionné, musical et que le Pont Henri IV se prêtait à merveille au génie des artificiers.

Bref une poudre de perlimpinpin qui, pour 20 minutes, emportait dans les explosions fracassantes soucis, tracas, douleurs et illusions.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 00:01
"Il n'y a pas de petit sujet; celui qui me préoccupe depuis de nombreux mois pour ne pas dire des années concerne les urinoirs -pour hommes forcément- du cimetière d'Antoigné, qui font face, au bord de la route, à l'arrivée du public;

cette vision n'est pas des plus appropriées au recueillement et à la dignité qui sied à celui-ci qui vient honorer les siens.

J'ai demandé à l'élu le plus proche du site s'il n'était pas possible d'installer un dispositif de type porte "saloon" qui cacherait cette faïence et cette robinetterie un tantinet déplacées; il ne m'a rien promis en me disant qu'il fallait voir si le budget, etc...

Rien n'a été fait.

Alors, c'est vrai, on me répondra qu'il y a bien déjà, devant le cimetière, les bennes à papiers et à verre, la dernière laissant choir avec fracas sonores et répétés auprès des morts qui aspirent au repos des litanies de bouteilles qui n'ont pas servi au vin de messe.

Ce n'est pas une raison, et je parie que pour la journée du Souvenir français le 1er novembre prochain, quand le cortège des officiels viendra, la porte "saloon" sera installée."

 

Ajout du 16 juillet 2013: Eh non, je m'étais trompé! Rien n'a été fait pour masquer cette céramique hygiénique à usage uniquement masculin; quant aux bennes devant le cimetière, elles sont désormais accompagnées de monceaux de détritus que les gens déposent dans l'indiscipline générale depuis la suppression d'un passage sur deux de leur camion habituel (ce ne sont pas les impôts qui augmentent mais la prestation qui est divisée par deux...). A moins qu'il n'y ait débat préjudiciel sur la compétence? Qui doit intervenir pour les cimetières? La voirie? L'urbanisme? Les espaces verts? Les services généraux? La santé? La culture peut-être? La tranquillité publique? L'état civil? Et puis après, sous-débat: cet aménagement relève-t-il du service après-vente de la plomberie, de la menuiserie, ou de la culture encore -pour l'aspect porte de saloon-? Ce n'est donc pas pour demain, à moins qu'une commission d'enquête...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 06:58

Hocine Ben Saïd était un joueur du SOC du mileu des années 70 (avec alors les maillots Macc du président Susset), l'un des plus talentueux que j'aie pu connaître.

Je me souviens d'un épisode assez fantastique où, coincé par deux défenseurs adverses contre un piquet de corner (celui du sud est du stade, vers l'ancienne tribune en bois), il entreprit de jongler durablement contre ce piquet au point de les humilier et de les déconcerter, avant de délivrer une passe magique.

Il avait un sens aigü de la dignité et ne supportait pas les insultes racistes, fréquentes à l'époque, y compris de la part de joueurs; Ben Saïd quitta ainsi une de ses chaussures et en mit l'empreinte des crampons sur le visage d'un triste et bête concurrent .

Ce créateur adorable, fantasque mais travailleur quitta Châtellerault pour Tours, ce qui lui permit de garder chez nous beaucoup d'attaches et d'amitiés, avant de rejoindre le Mulhouse de la première division à l'époque où il fit encore parler son talent.

Je lis dans le journal, incroyable, qu'à 61 ans Ben Saïd vient entraîner non pas le SOC, où il aurait apporté son charisme indiscutable et sa notoriété, mais ... les ambigariens de Saint Genest d'Ambière, modeste club de division départementale. A moins qu'Hocine Ben Saïd ne nous fasse le coup d'un Guy Roux et n'emmène Saint Genest au paradis du foot!

Pour nous tous, c'est une bonne nouvelle de le savoir dans les parages un an avant les festivités du centenaire du club châtelleraudais.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 05:12

C'est le 14 juillet, fête nationale.

Oh, il en reste encore des Bastilles à prendre.

Oh, il y en aurait des cahiers de doléances à remplir.

Oh, il y en a des seigneurs de la politique, des bourgeois de la finance et des serfs de la misère (il n'y a que le -petit- clergé qui se porte mal).

14 juillet bien sûr, puis la Terreur, les têtes coupées (c'est toujours d'actualité puisqu'un de mes patients de cette semaine fut arrêté avec un sabre japonais dans la rue en hurlant "des têtes vont tomber, des têtes vont tomber!").

14 juillet 1789 avec encore ce jour-là, et même après, un respect pour ce bon roi Louis XVI.

Je songe à lui en dégustant un plat non de saison un 14 juillet mais qui fut fatal au monarque, les pieds de cochon.

Lors de sa fameuse fuite à Varennes, malgré l'insistance de ses gens qui le suppliaient de laisser là son couvert, à Sainte Menehould, Louis XVI voulut finir de divins pieds de cochon. Funeste idée gourmande et retard fatal qui précipitèrent son arrestation. Puis un jour sa mort, symboliquement fondatrice de la République.

La République tenant à des pieds de cochon, étrange regard historique en ces temps de laïcité...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 14:29

Non, non, il ne s'agit pas de Vivianne, mon ancienne suppléante des cantonales à Naintré! Mais de l'ourse qui s'était échappée d'un zoo ou d'un parc animalier il y a peu et dont on dit qu'elle était très douce et qu'il ne fallait pas en avoir peur. C'est qu'un ours véritable, debout, est quand même plus impressionnant qu'un bon nounours en peluche sur un édredon.

L'essentiel, c'est qu'on l'ait retrouvée, sans dégâts ni terreur populaire.

Je profite de cet article de prétexte humoristique pour dire qu'à Naintré aussi, après une certaine disparition politique, on avait retrouvé Vivianne -la mienne-  au conseil municipal et que c'était plutôt une bonne nouvelle avant les joutes prochaines!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 13:14

Tant d'attente pour dix secondes!

Le Tour de France partait de Tours à 13 heures sous un soleil de plomb; départ fictif place Anatole France près du pont Wilson, remontée de la Loire sur la rive gauche puis retour sur le centre ville, le boulevard Heurteloup, le boulevard Béranger, direction la vallée du Cher pour remonter vers la route de Loches en départ réel.

Et donc passage obligé place Jean Jaurès devant le Palais de Justice.

Ce matin, les justiciables furent entendus sur fond de caravane publicitaire, c'était un peu surréaliste.

Et là, à 13 heures et quelques, après le flot de motos et de voitures, le peloton. Même en départ fictif, quelle vitesse!

Je ne guette que Chavanel, son maillot bleu ciel Omega et son vélo orange; du coup je ne vois qu'un mélange onirique de couleurs avant de le repérer, en queue, en train de discuter. Je lui crie "Allez Sylvain, allez Châtellerault!", mais dans le fracas des moteurs et des klaxons, dans ce bruit divers de la foule, il ne m'entend pas, mon encouragement se terminant alors qu'il est déjà à dix, vingt mètres et s'enfuit.

Cette étape serait bien faite pour lui, chaude et vallonnée à souhait, avec du vent. Allez Froome, gentleman.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 04:18

On a beaucoup glosé sur le baccalauréat  en tant qu'épreuve initiatique de la jeunesse.

Ce serait une erreur de le croire, à au moins deux titres:

1- l'initiation entendue comme entrée choisie dans et par un groupe particulier: or ici le caractère massif du nombre de prétendants et du nombre de reçus par les examinateurs qui doivent accepter le maximum d'élus ne remplit pas ce critère normalement élitiste;

2- l'initiation destinée à faire passer d'un état à un autre; or le bachelier, pour bonne part, restera avec un statut d'étudiant, parfois durablement, hors de la vie active, tandis que le hochet du bac ne jouera plus son rôle de sésame pour l'accès à l'emploi. Pire, le bac en poche donnera à son détenteur l'illusion des fausses pistes universitaires, des inscriptions successives différentes (médecine, puis psy, puis histoire, etc...) avec le risque de finir par un emploi dit d'avenir.

Non, décidément, le bac n'est pas, et surtout pas, une épreuve initiatique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 09:00

La musique est éternelle, c'est la consolation des musiciens mortels.

Il fallait bien que cela arrivât un jour: André Verchuren est mort, hier, à 92 ans, d'une crise cardiaque.

Il a fait danser des millions de gens, créé des tubes (Perles de cristal, Le petit chapeau tyrolien, Le chouchou de mes rêves, Retour de Liège, etc...).

Je l'ai vu jouer à 86 ans, toute une soirée, avec un orchestre au top. Avec un grand moment d'émotion, quand dans une faible lueur il interpréta seul "Tristesse" de Chopin, en mémoire de ses compagnons morts en déportation, car il fut lui-même déporté.

C'est une légende qui part, une partie du peuple de France, celle des gens heureux et des nuits de bals.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article