Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 06:48

Au conseil municipal de jeudi soir, deux moments assez rigolos:

- sur question de Marie-Hélène DAYDET à Madame BOURAT, en charge de l'éducation, relativement à l'obligation souhaitée au secret professionnel du futur recruté enfance-famille qui participerait à des réunions au sujet d'enfants en difficultés, c'est Madame DELAVAL, fonctionnaire territoriale, qui a répondu à la place de l'élue,

- sur question de Cyril CIBERT à Mr BENZERGA relativement à Visa Vacances, c'est, comme au théâtre, cachée derrière une porte pour que le questionneur ne la vît pas, ... Véronique ABELIN, revenue en bénévole, qui soufflait l'historique à l'élu qui n'en avait cure (et il avait bien raison). On en profita pour entrevoir, en effet, dans l'embrasure de la porte, un ancien marin.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 01:36

Ainsi les Verts ont-ils choisi de s'installer Grand rue Châteauneuf, dans le local qui abrita ma permanence électorale d'octobre 2007 à mars 2008.

C'est idéal pour le passage des gens le samedi matin lors du marché que s'empressent de parcourir élus et éligibles avides d'acheter un poireau dans leur pannier d'osier à fond plat.

Mais, mais, outre que l'emplacement ne porte pas chance politiquement, la rotation de ses occupants, entre période de vide, n'est jamais bien bonne annonciatrice; j'y ai connu depuis 2008 au moins un dépot-vente de vêtements (à moins de se prendre une veste, de choisir une doublure ou de commettre un "imper") et une agence immobilière (certains de mes amis ne disaient-ils pas avec humour que sur le local Abelin il y avait marqué 'vendu" et que sur le mien il y avait marqué "à louer"?...).

Qui vivra verra.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 04:40

Du grand art.

Pendant que le père s'escrime à paraître 7 fois en photo (dont 6 bras croisés!) dans le magazine Talents de la CAPC, la fille, en toute discrétion, a quitté le cabinet du maire pour intégrer un service du Conseil général où le dit père a toujours ses entrées. Un service qui accorde des subventions, le must électoral.

C'est le signe, pour ne pas dire la preuve, que la fille sera sur la liste de droite des municipales de Châtellerault, puisque, selon la jurisprudence Godin, on ne peut, es qualités de directeur de cabinet, figurer sur ce genre de liste. Il est probable qu'un ancien marin montera d'un cran pour co-

contrôler la campagne.

En quelle position la jeune femme?

Je pencherais, aujourd'hui, pour la "pool position". En effet, gagnante c'est tout bénéf évidemment, mais perdante, c'est aussi l'assurance, vu son âge, de prendre rang, de prendre date, et surtout de mener une vie impossible à Michel Guérin, s'il est l'heureux élu. Bref, un Cyril Cibert féminin qui connaîtrait les dossiers de l'intérieur: l'enfer!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 01:45

Décidemment, Delphine Batho n'a pas de chance.

Elle fut une éphémère ministre déléguée à la justice avant de remplacer Nicole Bricq, éphémère ministre de l'écologie.

Un an plus tard, exit Delphine Batho du ministère de l'écologie: une indiscipline gouvernementale sanctionnée par une ferme autorité, c'est ce qu'on dit. Annoncée par un tweet matignonnien, ô progrès de la délicatesse!

L'autorité, c'est d'abord faire en sorte que l'indiscipline ne se produise pas.

L'autorité, c'est aussi l'équité et sanctionner, quand il faut sanctionner, tous ceux qui manquent à la discipline, gouvernementale ou autre. Certains doivent se tordre de rire dans le microcosme, qui se permettent bien d'autres choses mettant la France en difficulté européenne. "Il vaut mieux une injustice qu'un grand désordre." (Goethe).

Delphine Batho,  qui est une femme (oserait-on dire: qu'une femme?), qui n'a pas de réseaux et d'écurie politique, sert de bouc émissaire (au sens de René Girard dans" la Violence et le Sacré"), et d'exemple "post-préventif"; c'était un fusible pas compliqué à supprimer. Une peine facile du pilori à prononcer. "Regardez, braves gens au pouvoir, ce qui vous arrivera si vous faites pareil."

Les cris de protestation effarouchés se replient alors dans l'absence de courage et les mondanités.

 "Les vertus se perdent dans l'intérêt comme les fleuves dans la mer", disait notre moraliste.

La passe va être difficile pour Delphine Batho, on n'en sort pas indemne. L'apport d'humanité sera important autour d'elle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 07:15

Fait divers dramatique en centre ville de Châtellerault; un homme en tue un autre avec un couteau de cuisine parce qu'il faisait trop de bruit malgré les messages électroniques avertisseurs; la victime dormait le jour et faisait le cirque la nuit.

Ce serait trop réducteur et caricatural d'illustrer la dérive d'hébergement de notre centre ville ancien, mais enfin beaucoup disent que "cela devait finir par arriver".

Aujourd'hui, avec l'oisiveté et la diffusion massive de videos violentes, la mort d'un homme est à la fois virtuelle et malheureusement réelle. Game over. C'est un problème de civilisation.

Le mixage de la population intra muros sera un enjeu majeur de la nouvelle mandature, en réduisant autant que possible ces poches de convivialité impossible et en s'attelant à une forme d'accompagnement des cas les plus difficiles.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 21:04

   "Dans les milieux politiques, le système des héritiers est particulièrement visible. Derrière beaucoup de carrières politiques, il y a des appuis de différentes natures. Chez les femmes, c'est encore plus évident. Il est rare qu'une femme politique ne soit pas fille de, femme de, soeur de, maîtresse de, ou sortie des grandes écoles. Des dynasties familiales se créent de plus en plus ou perdurent par un accaparement du territoire sur lequel quiconque n'est pas autorisé à s'installer. Il y a des territoires qui portent si fortement la marque d'une famille que, d'élection en élection, personne n'ose venir concurrencer le "fils de" ou la "fille de". Les héritiers sont préparés très en amont pour diriger les autres, prendre et gérer des fiefs, et surtout marquer la distance avec ceux qui gravitent autour de leur pouvoir pour les dissuader de toute ambition concurrente. (...).

    La démocratie, dans notre pays, est malade de consanguinité."

    Toute ressemblance avec..., etc...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 02:58

Jean-Pierre Jammet organise régulièrement à La Roche Posay des conférences intéressantes.

Cette semaine, mercredi 3 juillet à 16 heures à l'Hôtel du Clos Paillé, François Vezin, professeur de philosophie, intervient sur "Descartes: rationalisme et religion". Passionnant.

Car Descartes, qui entendait démontrer l'existence de Dieu par la raison, ne se fit pas que des amis à la Sorbonne et ailleurs, pour lesquels de telles questions, articulées autour du doute positif, spéculatif et scientifique, confinaient à douter de l'existence de Dieu, au sens du doute négatif; il suivait d'ailleurs le sort de Galilée avec vigilance, et on lui fit beaucoup de procès, y compris en Hollande  dite tolérante où il résidait majoritairement.

Certains prétendent que Descartes mourut non pas d'une angine de poitrine à force de traverser dans le froid glacial et matinal la cour de la reine de Suède pour des leçons de philosophie (...), mais d'un empoisonnement, méthode courante à l'époque.

Voilà une conférence qui mérite qu'on l'honore de sa présence, autant que possible.

 

Nota: le lendemain 4 juillet, à 15 heures sur place, (ou rdv à l'église de La Roche Posay à 14 heures 30), visite de l'église et de l'abbatiale de Preuilly sur Claise, dont la chaire, les stalles et les boiseries sont l'oeuvre de l'arrière grand père paternel de mon épouse, un ébéniste compagnon du tour de France, venu d'Avignon, et qui rencontra durablement une belle tourangelle du sud.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 04:45

Il y a quelques années étaient décédés concomitamment Emile Zatopek et Théodore Monod, le premier surnommé la locomotive, puissant coureur à pied, le second sage parmi les sages, célébrant la lenteur du temps.

Cette semaine, les deux "partants" pour l'Eternel retenus par moi sont tous les deux des sportifs, Alain Mimoun, notre vainqueur français du marathon de Melbourne en 1956, et Jack Cantoni, célèbre numéro 11 ou 15 de l'AS Béziers de la grande époque, dans les années 70, international aussi.

Mimoun, c'était l'effort sur la durée, durée de la compétition et durée de sa vie aussi, tant il courut jusqu'à plus d'âge; Cantoni, c'était l'effort sur quelques dizaines de mètres consécutifs, par des coups de rein, des sprints, des écarts imprévisibles, de la folie créatrice, de la prise de risque, au temps où le rugby, pour les arrières surtout, était encore un sport d'évitement.

Ces deux-là, aux engagements sportifs différents, laissent une trace dans nos mémoires, mémoires qui oscillent entre la durée de l'effort et sa brièveté, vénérables toutes les deux. A chacun, dans sa vie, de s'inspirer de l'une ou de l'autre. Tant il est difficile d'être à la fois lièvre et tortue.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 19:44

"Ainsi le pouvoir en place fait-il le choix d’une école publique sur une partie de l’ancien hôpital. Dont acte.

 

Mais alors ne manquons pas un rendez-vous majeur pour l’urbanisme et l’histoire partagée de notre ville sur un site privilégié.

 

Si école il doit y avoir, qu’elle soit au coeur d’un dispositif architectural écologique et intergénérationnel innovant comme nous l’envisagions dans notre programme et qu’elle s’intègre dans un ensemble résidentiel où le partage entre les âges soit magnifié: certains repas et jours de fête ensemble, jardins collectifs et pédagogiques, ateliers dans lesquels se vivrait l’activité “visa-vacances métiers manuels”, avec nos aînés comme tuteurs, laboratoire de langues en commun, participation à la vie de l’école d’arts plastiques et de la future maison du théâtre rue de la Taupanne, accès écologique à la Vienne et à l’île Sainte Catherine, passerelle saisonnière style Pont des Arts pour rejoindre la rive de Châteauneuf, etc...

 

Nous avons déjà le nouveau théâtre, l’Angelarde et nous pouvons relooker le Chillou, nous disposons d’ un hébergement périphérique important dans la zone nord, alors, plutôt qu’un hôtel des congrès qui mettrait à mal notre hôtellerie intérieure (Ibis, l’Univers, le Lac, etc...), inventons à l’ancien hôpital ce conservatoire vivant des métiers du Châtelleraudais avant qu’ils ne disparaissent avec leurs ouvriers, et ce lieu de recherches, avec nos historiens locaux, au-dessus de l’hôtel Alaman, qui concentrerait tout ce que nous savons sur notre identité intellectuelle: la bataille dite de 732, la préparation de l’Edit de NANTES, la coutellerie, l’horlogerie et la manufacture, René DESCARTES, le siècle des Lumières au château des ORMES, Rodolphe SALIS, Maurice BEDEL l’européen., etc...

 

CHATELLERAULT, terre d’équilibre et de partage, terre de transmission."

Ajout du 30 juin 2013: le pouvoir en place, sans avoir consulté la population, nous laisse durablement une nouvelle verrue moderne, avec cette école inqualifiable et ces cinémas à ossature bois et bardage laid; quand on pense que les Bâtiments de France embêtent des gens pour une paire de volets plastique à 500 mètres du centre ville, on est sidéré de tant d'aveuglement. Pauvre Hôtel Alaman.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 05:36

Pour la première fois, notre petit-fils est allé rendre visite aux singes de Romagne.

Il fallait mettre en pratique et concrétiser les illustrations des livres d'enfants qui montrent avec force bruits imités les animaux, de la basse cour à la jungle.

A Romagne l'endroit n'est vraiment pas un zoo et on a l'impression de vivre au milieu de nos cousins, jusqu'à bousculer un peu leur intimité.

Ainsi un groupe de petits singes protégeait-il comme en éventail une femelle qui allaitait sa récente progéniture. La pudeur n'est-elle donc pas qu'une vertu humaine?

Je songeai à cette phrase de Nietzche: "les singes sont trop bienveillants pour que l'homme puisse descendre de leur race".

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article