Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 06:51

L'article "Angle mort" sur la fin du commerce Crugeon-Souris a beaucoup fait réagir:

- sur la place du commerce traditionnel de qualité en centre ville en général et à Châtellerault en particulier alors que le pouvoir d'achat global baisse et que les zones périphériques, appelées de leurs voeux par les élus, les" travautiers" publics et les SCI spécialisées dans les galeries marchandes, viennent faire mourir les centres anciens,

- sur l'évolution des moeurs (la fin des mariages de début de vie commune, le consumérisme acquis des jeunes ménages d'aujourd'hui, la disparition des "listes" de mariage puisque les mariés, qui ont déjà tout en ménagerie, préfèrent la cagnotte pour partir en vacances),

- sur la difficulté désormais à exister commercialement en indépendant, hors des franchises,

- sur la politique économique de la ville et de l'agglomération, sur l'urbanisme, la mixité sociale, l'attrait de classes aisées ou moyennes + à venir vivre à Châtellerault.

On peut tout à fait concevoir, grâce à la loi Dutreuil, que la ville s'implique pour garder cet espace stratégique. En faire un angle vivant.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 09:45

Le chantier de la LGV, pour aller à Saint Gervais les Trois clochers depuis Châtellerault, oblige à changer d'itinéraire; nous avons trouvé celui qui traverse la campagne après la côte de Thuré et qui nous conduit en serpentant jusqu'à l'entrée du bourg côté gendarmerie. Les talus ferroviaires sont faits de cette pierre de tuffe blanche, arrachée aux entrailles de cette excellente terre agricole qui a nourri des générations d'hommes et d'animaux.

Un paysage bouleversé, que traverseront quasiment sans le regarder, dans quelques années, des voyageurs pressés de gagner une heure (et encore) entre Paris et Bordeaux. Certes j'imagine que ceux des années 1840, quand ils ont vu arriver les chemins de fer d'Orléans dans leurs campagnes, ont du l'avoir gros et que quand on a percé l'avenue Treuille jusqu'à la nouvelle gare les jardiniers d'alors ont pesté contre le progrès dont nous jouissons aujourd'hui, gaillards de rallier Montparnasse en1 h 30. C'est ainsi.

Il n'empêche; habitué des expropriations, et notamment pour la LGV en Indre et Loire, je mesure tout l'affectif de la disparition d'une maison qui a connu des naissances, des décès, du travail, du labeur, de l'intelligence, ou de l'enlèvement d'un bois qui a connu des amours enfantines dans des cabanes de fortune et des amants enlacés dans des lits de fougères; on n'y fait pas assez attention, mais il me semble qu'on pourrait, à l'instar des quartiers de ZUP démolis et des tours renversées, faire mémoire et souvenirs par des documents, une soirée, etc... Pourquoi la campagne, finalement, ne pèserait-elle rien? Peut-être parce que le sentiment du collectif en a disparu. A voir.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 04:29

La nouvelle traduction de la Bible est l'occasion de se pencher sur des textes emblématiques, et notamment les Béatitudes (Luc, 6, 20-26).

On est habitué aux premières strophes "Heureux, X, Y, etc...".

On oublie hélas la seconde série "Malheureux vous qui, etc...".

Et notamment parmi les paragraphes, celui-ci, à méditer en période de flatterie électorale:

"Malheureux êtes-vous quand tous les hommes disent du bien de vous: c'est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes."

Oups...

Du danger de l'enflure des chevilles.

Cela vaut aussi, bien sûr, pour les chevilles ouvrières...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 04:13

Mes métiers et mes engagements m'ont amené et m'amènent toujours à vivre au contact de personnes en situation de handicap physique et/ou mental. J'en retire une certaine sensibilité au monde.

Je voyais ces-jours-ci les mini-bus d'Esat ou autres structures adaptées transportant des personnes handicapées jeunes pour la plupart, et je frémissais. Je les imaginais "embarquées" vers de funestes destinations.

Je frémissais à l'idée du nazisme et de Vichy qui, dans leur folie eugénique programmée (programme Aktion 4 d'Hitler), ont conduit à la mort des milliers de personnes handicapées, stérilisé tant d'autres en masse, dont certaines en mourront affreusement, abandonné à la faim et au manque de soins 50 000 malades mentaux dans nos hôpitaux psychiatriques.

Hélas, personne n'a relayé leur parole, quand ils en avaient une, comme les Gitans, les Juifs, voire les homosexuels, ont pu le faire.

Un professeur de l'Université Lumière-Lyon, Jean-Marc Maillet-Contoz, a lancé une pétition nationale pour que soit érigé un mémorial aux victimes handicapées du nazisme et de Vichy. C'est une initiative remarquable, à encourager.

https://www.change.org/pétitions/pour-un-mémorial-en-hommage-aux-personnes-handicapées-victimes-du-régime-nazi-et-de-Vichy

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 03:55

Dans le cadre de la Biennale d'art contemporain de Lyon, plus de 70 appartements et maisons reçoivent une oeuvre de chacun des artistes de l'expo internationale, à charge pour le maître des lieux d'organiser des rencontres autour d'elles.

Très bien pour l'art plastique, mais je sais, à Châtellerault même, qu'on travaille à cette idée  de l'art indoor autour de la parole ou de la musique, préparant chez l'habitant des rencontres inhabituelles avec la culture, puisque peuvent être conviés des voisins qui n'avaient jamais écouté un poème depuis l'école, entendu du violoncelle ou vu un tableau (sauf le canevas de la biche au lac ou la crôute du naufrage maritime au-dessus du buffet de la salle à manger).

Si tu ne vas pas à l'art-gardère, l'art-gardère ira à toi!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:19

Les voilà, ils arrivent doucement, aux quatre coins de la ville!!!

Insidieusement, de plus en plus nombreux.

Ce midi, c'était à la Fauvette, cachés derrière le rond-point quand je me suis présenté. J'ai cru que ma fin était arrivée.

Trois envahisseurs, en tenues vertes et jaunes fluo, avec chacun une sorte de casque sur la tête, un respirateur (?) sonore dans le dos à la capitaine Haddock sur la lune, projetant sur le devant une arme soufflante qui en voulait à nos feuilles d'arbres qui résistaient, en vain. Si ma voiture y passait de même?!!!

Je suis rentré dès que j'ai pu chez un proche, haletant, apeuré. Ancien de la Ville, il m'a rassuré -qu'à demi-, en me disant que ces trois envahisseurs étaient de nouveaux collègues affectés aux espaces verts, sécurisant leurs ouïes, et équipés de propulseurs à air anti-feuilles qui fonctionnent à l'essence. Ecologiques, j'imagine. Plus que les balais de brande, sans doute. Ah! Pauvre Dominique, quand tu partiras...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 10:45

Ce matin, l'ânesse Sultane a eu ses soins de "manucure", autrement dit la visite et le travail du maréchal avant l'hiver.

Comme d'habitude, je l'avais préparée "psychologiquement", dans le calme, le réconfort, quelques biscottes.

Mais, comme d'habitude encore, l'arrivée du professionnel en tablier de sapeur légionnaire, avec à la main ses ustensiles de torture à la Urbain Grandier, a provoqué son petit effet: Sultane part au galop et revisite les angles du pré, suivie par son inséparable compagne la brebis Dolly, qui s'époumonne. Commence alors une petite corrida sympa dont les chiffons rouges ne sont que mes éternelles biscottes et une cordelette inoffensive. C'est grand, un pré à l'herbe grasse, même à deux.

Puis, comme toujours, les négociations, les claquements de langue  gentillets et les palabres s'achèvent correctement vers son abri, sa dignité a été reconnue, elle a fait son numéro, elle se rend avec les honneurs, on n'en parlera à personne, tout est parfait.

La suite ne sera qu'une séance quasiment de salon, Sultane pliant ses membres avec amabilité et complaisance; bien sûr,  je serre son encolure, je lui parle à l'oreille, je lui dis des choses personnelles incompréhensibles pour le monde, je sonde son oeil biblique,  elle qui fut de la fuite en Egypte, je tapote ses flancs, ses naseaux, je la brosse et je lui concède, en récompense, ce qui me reste de biscottes.

Le chien se précipite goulument sur les séquelles de sabots au sol, qui sont un régal pour lui, Sultane nous montre avec vivacité comme elle est belle,  poitrail en avant; le soleil se met à éclabousser le matin froid. Un aperçu de bonheur simple et rustique. Mon Dieu, que dire? Qu'il me manque un boeuf, oui, peut-être.

Mais ne me faites pas le coup de la crèche.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 01:36

Rappel d'un  article du 26 décembre 2012, à l'occasion d'un déplacement ces temps-ci entre amis à Loudun pour une journée; nous avons coutume, au moment de passer à table, de faire un topo sur la ou les personnalités du lieu; à Chinon ce fut Rabelais, à Saché ce fut Balzac; à Loudun, on m'a chargé d'Urbain Grandier et de Marie Besnard...

J'insiste sur mon idée que je verse dans le pot commun, le nouveau viillage de vacances pouvant être une occasion de passer à l'acte.

 

 

La NR de ce jour, évoquant le souvenir de Marie Besnard via le faux procès du 21 décembre dernier à Tours à l'issue duquel elle fut acquittée virtuellement, a réalisé un radio-trottoir d'où il ressort que, gobalement, les gens en ont assez d'entendre parler de cette histoire.

Pourtant, quelle mine, quelle richesse!

C'est une proposition que je fais: Loudun aurait tout intérêt à tirer profit de "ses" deux affaires, Urbain Grandier et Marie Besnard. Comment?

Les deux ont pour point commun la rumeur, Grandier ce fut la torture, Besnard ce furent les balbutiements  contestés de la police technique et scientifique; ce n'est pas rien en termes d'investigations pour la manifestation de la vérité. Encore aujourd'hui on en débat dans les prétoires.

Pourquoi pas l'initiative d'un musée de la justice -Fontevraud, l'ancienne centrale, et Roiffé, l'ancienne maison de correction, ne sont pas loin-? Il y a des choses éparses à rassembler, j'en suis sûr. Des objets, des photos, des témoignages. A deux pas du Center Parc.

Bref, une sorte de Themiscope, en loudunais!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 11:45

D'aucuns, proches ou non d'ailleurs, qui ne sont pas au courant des négociations actuelles,  ou qui contestent ad nominem le leadership qui se met en place à gauche, viennent me toucher l'épaule pour m'engager à reprendre le combat à la tête de la troisième voie.

D'autres encore, directement ou par "envoyés de Marie", me pressent de les rejoindre puisque je n'aurais plus l'ambition d'"y aller seul" et qu'ils s'engageraient à "tirer la liste" à ma place, mais avec moi près d'eux.

Ce sont chimères et folie.

Le contexte châtelleraudais n'est pas le même qu'en 2007-2008, absolument pas, rien n'est transposable.

Les médias veulent un duel Abelin-Guérin, c'est fixé depuis longtemps, il reste à modeler de part et d'autre les alliances, les dosages, les ralliements. Point. Si, pèse encore l'hypothèque FN, qui peut faire un score à deux chiffres et créer la triangulaire. Et le désintérêt, les abstentions.

Le reste, Lutte ouvrière, peut-être, comme à chaque fois, mais l'union de la gauche affaiblira LO.

Pour ma part, en rejoignant  dès 2008 le Parti Radical de Gauche et ses valeurs de laïcité, de fédéralisme, d'accompagnement social, de pragmatisme économique et d'avancées environnementales, aujourd'hui dans la majorité gouvernementale et parlementaire, je me suis placé dans cette optique d'union dès le premier tour; ce que je veux c'est valoriser le" plus" de l'esprit troisième voie que j'ai conservé par de nombreux amis et réseaux fidélisés; c'est au demeurant l'approche radicale du vivre ensemble, de la négociation, du partage, du respect. C'est une valeur ajoutée, qui fera pencher la balance du bon côté.

Je ne mets pas de mouchoir sur mes convictions et sur l'amour de ma ville, j'essaye d'être le plus utile possible là où je peux être le mieux placé pour le faire. Servir.

Bien sûr il faudra apprendre à côtoyer et à travailler sans avoir choisi ses partenaires nommément, c'est l'humilité même, et le monde est fait de ces découvertes de gens qu'on croyait connaître ou carrément inconnus. Il faut se souvenir aussi des regrets laissés par certains que vous pensiez connaître par coeur, et qui ne furent qu'illusions. En six ans, avant-arrière, il s'en passe des choses, humainement!

La troisième voie strictu sensu, seule, demain c'est 3,26 %. Et l'inutilité, à demeure. Et l'immense déception des gens qui ont cru en vous, mais ne vous "suivent" plus, dans tous les sens du terme, c'est-à-dire qui ne comprennent plus où on les mène et quel est le sens de tout cela. Plus qu'une impasse, un cul-de-sac.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 11:20

Je lisais une chronique datant de quelques semaines dans la Croix, écrite par Etienne de Durand, directeur du Centre des études de sécurité à l'Institut français des relations internationales, intitulée "Le désarmement de l'Europe est-il inéluctable?".

Pour lui  la réponse est oui, à budgets constants ou déclinants, sauf si une prise de conscience des Européens changeait la donne.

Prise de conscience?

C'est dans la plus grande indifférence que la veille de la Toussaint le gouvernement français a discrètement annoncé la dissolution l'an prochain du 110ème régiment d'infanterie de Donaueschigen, régiment français stationné en Allemagne dans le cadre de la Brigade franco-allemande, communément appelée BFA (créée en 1989, 5 000 hommes).

Un discours xylolinguiste évidemment: information préalable de nos amis allemands, choix, contraintes budgétaires, foi en la BFA bien sûr, on cherchera un nouveau régiment, etc...

Il n'empêche: c'est une mauvaise décision et un signal négatif envoyé à Angela Merkel, car la BFA, par son principe symétrique d'affectation des deux armées de l'un ou de l'autre côté du Rhin, est le coeur de l'idée de défense européenne.

Si la Chancelière décide de faire de même, il n'y aura plus d'idée de défense européenne.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article