Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 06:00

De manière imminente, avant le 31 décembre, doit être enfin signé le décret d'application de l'article 58 de la loi du 2 août 2005 dite loi DUTREIL en faveur des petites et moyennes entreprises ; le Conseil d'Etat a donné son feu vert le 18 décembre dernier ; ainsi, pour mettre un frein à la liberté parfois démentielle et uniforme (dans tous les sens du terme !) du commerce, les maires pourront délimiter un périmètre de sauvegarde, permettant aux municipalités de préempter les fonds artisanaux, les fonds de commerce et les baux commerciaux qui présentent un intérêt vital et significatif pour le coeur des villes.
Il est vrai qu'un boulevard qui a perdu notamment, sans possibilité valable de réagir, son épicerie fine des Antilles, sa Brasserie du Commerce, son magasin de cycles Motobécane, sa librairie WEINLAND, sa miroiterie BRAGUIER, son Café de la Paix LEVI, sa coutellerie GUYONNEAU, son Grand Hôtel Moderne, son restaurant la Charmille, son chauffagiste PICAT, sa pâtisserie GAUTIER, son fleuriste FURGER, son photographe MONGREDIEN meilleur ouvrier de France à l'angle de la rue de l'Aqueduc, etc.. n'a plus le même charme quand il est peuplé d'agences bancaires, téléphoniques et de franchisés, sans parler de la rue Bourbon.
Certes ce décret, qui vient après des décennies de libéralisme désordonné, ne règle pas tous les problèmes: comment le juge de l'expropriation (Nota : j'exerce cette fonction à TOURS) pourrait-il empêcher valablement un commerçant de faire une bonne affaire quand on sait que le ré-emploi du prix de son fonds servira en grande partie à préserver sa retraite ou que le prix du loyer commercial va lui assurer des revenus réguliers ? Jusqu'où peuvent aller les prérogatives d'une mairie en matière d'impact commercial ? Que peut un budget municipal face -peut-être- à des fonds communs de placement ? Comment provisionner en clarté ces possibilités financières en temps utiles ? etc...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 06:19

Je les appelle les Lundix, ces gaulois qui ouvrent leur ordinateur en arrivant au boulot le lundi matin et qui vont cliquer sur le blog Gilles Michaud en prenant le premier café.

Ah, le lundi, c'est un pic après le calme plat du week-end, resté aux seuls abonnés ou à peu près.

Beaucoup sont pudiques et réservés qui ne se manifestent pas par ordinateur pour dire qu'ils aiment tel ou tel article mais me le font savoir autrement, parfois de vive voix;  j'ai remarqué que des textes relatifs à des recettes de cuisine (les harengs, le vin chaud) ont fait un tabac bien supérieur à d'autres plus sérieux ou politiciens. Ah public! Que tu es difficile à comprendre!

Allez les Lundix, bonne semaine à vous, que vous me lisiez par passion, par affection, par vigilance politique adverse ou encourageante, ou par simple curiosité d'information, pour le job!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 05:33

J'ai repris depuis lundi dernier mes déplacements en qualité de juge de l'expropriation en Indre et Loire.

La LGV me laisse un peu souffler; il s'agit pour l'heure de programmes immobiliers, à Montlouis et à Veigné.

Dans les deux cas, la problématique est la même, la ville avance sur la campagne, les jardins, les vergers.

Beaucoup de ces espaces sont abandonnés, perdus depuis longtemps chez des familles qui pour certaines sont dispersées ou disparues.

Quelques propriétaires font de la résistance, ont des attaches sur ces sols, et ne veulent pas d'un vil prix, ou ressenti comme tel. En marchant en cohorte, juge, greffier, avocats, particuliers, techniciens, on laisse les souvenirs s'exprimer, le chagrin, la rancoeur. Je tiens à accompagner chacun, à ne pas laisser s'instiller le sentiment, même furtif, que le juge est du côté du pot de fer, comme ils disent.

Elu ailleurs, je songe aussi à ces opérations, à leur nécessité (ou à leur non-nécessité!), à leur préparation, bonne ou mauvaise, auprès des gens. Oui, décidemment, par d'urbanisme sans urbanité.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 17:54

Eh bien, finalement, ce fut Saint Jean Baptiste et le concert des dimanches de l'Avent de l'association Chanoine de Villeneuve. Merci à André Chêne et à ses amis.

Quel orgue, quel violoncelle, quel alto!

Les deux premiers avec les professeurs du conservatoire, excellents.

L'attente de l'Avent à travers des pièces musicales de haute tenue, de Bach (la "Toccata" et cette attente angoissée) à Messiaen ("Dieu parmi nous" et cette folie de l'incarnation) en passant notamment par la paix de Rachmaninov au violoncelle.

Nous découvrions l'interprétation de Messiaen. Avec un jeu de pieds difficile. Fabuleux, exceptionnel.

Cela m'a rappelé l'un de mes poèmes publiés il y a plus de trente ans, après un concert d'orgue à la cathédrale Saint Pierre de Poitiers:

 

La cathédrale hurlait d'accords d'apocalypse

tes paumes transpiraient just a kiss on your lips

engloutis mon poitrail musique anthropophage

dans la baleine ouverte appareil de chauffage (1)

 

Le cristal suspendu grosses boucles d'oreilles

tombera bien un jour sur les femmes pareilles

encensoirs décorés d'aériens candélabres

en chute éclaboussant la leçon de palabres (2)

 

(1) les tuyaux de l'orgue.

(2) car, hélas, il y en avait des dames,  qui parlaient pendant l'exécution de ces chefs d'oeuvre...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 15:15

Un certain nombre d'associations philosophiques et militantes organisent cette semaine deux événements au soutien de la laïcité:

- le 11 décembre à la Maison pour Tous à partir de 20 heures, deux interventions sur "la permanence de la laïcité de Jaurès à nos jours", avec Pierrette Dupoyet, comédienne et auteur, qui dira des textes de Jaurès, et Eric Lafon, directeur scientifique du musée de l'Histoire vivante, qui parlera de "Jaurès et la laïcité";

- le 14 décembre à 10 h 30 le long du canal de la Manu pour l'inauguration de l'allée de la Laïcité.

Je rappelle que j'ai demandé en conseil que la passerelle entre les deux rives soit nommée passerelle de la Laïcité.

Qu'on se le dise,  ce qui se passe cette semaine, c'est important!

D'autant que comme chaque année (depuis ... deux ans seulement!), il est plus que probable que le vin chaud soit affectueusement préparé par l'ami Bruno et contribue à réparer le froid ressenti par les pieds à cette époque.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 22:37

   Rappel du 9 novembre 2010, quand nos deux clubs sont dernier et  avant-dernier...

   En période de vaches maigres budgétaires, la réflexion s'impose encore plus... Non?

 

"Lors du dernier derby à la Montée rouge face à POITIERS, le SOC a perdu, certes contre le cours du jeu (1-0), ce qui n’arrange pas ses affaires.

 

Il y a longtemps, j’avais mis sur le papier cette idée d’un club départemental qui aurait plus de moyens, du type ARLES-AVIGNON, et jadis LOUHANS-CUISEAUX. Ce qui m’a fait y repenser,

 

c’est la présence dans l’équipe de POITIERS d’un bon tiers de joueurs ayant été formés ou étant passés à CHATELLERAULT (CHAUVEAU, BARRITAULT, AMAN -le fils de son père dans les buts-, CABALE, plus le buteur du jour, EL BRAHMI, passé fugitivement au club, et sans compter FILLAUD, blessé, joueur qui en a usé des terrains de la Vienne, à tous les postes.

 

Il y en a pas mal non plus des anciens châtelleraudais à l’US CHAUVIGNY, aux Portugais de CHATELLERAULT. à l ’ES BUXEROLLES qui sont des clubs dont le niveau aujourd’hui n’est pas très éloigné finalement de notre CFA2 en avant dernière position...

 

C’est un vrai questionnement que cette hémorragie de joueurs que l’on n’a pas su garder...Il y aurait de quoi faire une sacrée équipe!

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 15:26

Voilà un exemple (le mot est malheureux) de ce qu'il faudra éviter à partir de l'an prochain:

L'association Chanoine de Villeneuve, comme chaque année pour les dimanches de l'Avent, organise demain un concert, notamment d'orgue et de trombone, à Saint Jean-Baptiste, boulevard Blossac, à 16 heures, pendant que les Ateliers de la Châtelleraudaise avec les élèves de Saint Sauveur font à la même heure leur concert de Noël à Saint Jean l'Evangéliste, à Châteauneuf.

On a envie d'aller aux deux, évidemment! On a des amis des deux côtés!

Moi, si c'est comme ça, pour ne froisser personne, je dirai que j'avais réservé depuis avril pour l'Angelarde avec Franck Michaël, le chanteur des seniors, puisque j'en suis. A l'état civil, uniquement.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 14:20

La France, déjà présente au Mali, et qui ne veut pas être le gendarme de l'Afrique, était pied au plancher à Bangui dans l'attente de la désignation de ses troupes par l'ONU.

L'Europe, qui montre sa vaillance et sa solidarité, a fait savoir qu'elle apportait sa contribution; de source exclusive du quai d'Orsay où nous connaissons un employé qui s'occupe de la photocopieuse, l'Europe enverrait en urgence:

- pour l'Allemagne deux caisses de bière bavaroise,

- pour le Royaume Uni un carton de whisky tourbé et une trentaine de pulls irlandais (c'est décembre, même en Afrique),

- pour l'Espagne, un taureau (à débiter),

- pour l'Italie trois jambons de Parme et deux fioles de Chianti,

- pour la Belgique, des frites congelées,

- pour la Pologne, les Nocturnes de Chopin pour aider à s'endormir.

Nous n'avons pas eu accès aux autres pages photocopiées, mais ce n'est déjà pas mal.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 05:23

Ami Roger d'Alsace, il faudra attendre encore un an pour que Saint Nicolas pose sa carriole et son copain le Père Fouettard à Châtellerault!

J'imagine, dans les rues de notre ville, à partir de 18 heures, une mobilisation, un peu comme pour la fête de voisins, où devant les maisons, en bas des immeubles, on partagerait vin et/ou chocolat chaud, pain d'épices, tartes, chocolats, bonbons, histoires.

En attendant la visite de Saint Nicolas qui diffuserait son affection, ses petits cadeaux aux enfants et repartirait dans un concert de sabots et de clochettes.

Ce n'est pas compliqué...

Ah! Saint Nicolas!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 04:00

Passionné de Maurice Bedel, décédé en 1954, qui habita Thuré dans le château de son épouse et fut prix Goncourt 1927, je me suis précipité pour acheter son "Journal de guerre", inédit jusqu'à présent, récemment publié chez Taillandier avec une préface de Philippe Claudel, une introduction de Jean-Pierre Rioux et des annotations précieuses de Chantal Verdon et de Franck Beaupérin.

650 pages...

Je n'en suis qu'à la 286 ème (12 mai 1915, Bedel est hospitalisé à l'hôpital de Contrexéville après sa ... 3ème blessure, cette fois à la tête, après une jambe et un bras), mais la lecture est épouvantable.

Bedel, médecin psychiatre de métier, fait la guerre sur le front comme médecin-lieutenant, Badonviller,Courmelles, Courtieux, La Veuve, la tranchée de Calonne, les Eparges, tout, ... il connaît d'abord la poussière, puis la boue des tranchées, la neige, les amoncellements de cadavres sur lesquels on marche pour avoir moins de boue aux chevilles,  qui servent de créneaux, les corps explosés à côté de soi, les hurlements, la folie, les Algériens, Marocains, Zouaves et hexagonaux qui s'automutilent, les fusillés pour l'exemple (pages 263 et s, émouvantes, tout est décrit de la procédure et des 6 000 hommes assistant à la "cérémonie" d'exécution de 4 d'entre eux et défilant un à un devant les cadavres, arme à l'épaule).

L'auteur décrit ces scènes avec une précision de scalpel. Le style et le stylet, même étymologie, comme disait Jean-François Deniau.

Je le redis: épouvantable. Aux Eparges, Bedel attend la mort, plusieurs fois.

Fidèle à son amour de la nature, il ne peut s'empêcher de décrire, quand il le peut, avec excellence, les arbres, les plantes, les fleurs, les animaux, soit dans la paix momentanée, soit dans l'atrocité.

Que nos jeunes générations lisent cela. Il y a tout.

Je rêve d'enseignants transversaux qui feraient à partir de ce livre, sur une année de première ou de terminale, de la littérature, de la politique, de l'histoire, de la géographie, de l'anatomie, de la physique, des sciences naturelles, de la logistique, etc...

Offrez-le à Noël. 29, 90 euros.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article