Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 04:29

Le conseil municipal d'hier soir a été l'occasion, une dernière fois, d'octroyer des noms à des rues qui n'en portaient pas ou nouvellement créées.

J'aimerais tant avoir cette compétence d'instruction à partir d'avril! C'est passionnant, et non anecdotique.

Ainsi le poète Gérard de Nerval a-t-il élu domicile sur un itinéraire targéen, entre la "Maison perdue" (cela convient bien à ce pauvre Gérard de Nerval, tant de fois interné en psychiatrie avant de se pendre) (1)  et la "Maillardière", mon coin d'enfance.

Un Gérard de Nerval fasciné par l'Orient qu'il visita, ayant une rue à l'orient de Châtellerault, c'est classe.

 

(1) Il y a moult cadavres et défunts dans les textes de Gérard de Nerval; dans ma jeunesse, la "Maison perdue" abritait un lieu d'équarissage et nous y allions à bicyclette chercher des asticots pour la pêche à la ligne; c'était simple: nous entrions dans un espace glauque entre des carcasses en décomposition en nous bouchant le nez comme des nageurs sous-l'eau débutants et nous faisions rapidos nos emplettes... On n'en meurt pas!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 04:17

Lors de la soirée-débat de Naintré a été abordée la question de la suppression de la caserne des pompiers volontaires.

Cela  nous a renvoyés, Vivianne Debiais et moi, à notre programme des cantonales de 2011 qui, en effet, était le plus construit et le plus près des habitants -il paraît que cela ne suffit pas et qu'il vaut mieux dire "mon ami, mon ami"-.

Devant le piteux état de la "caserne" des pompiers -sorte de baraquement à côté de l'église-, dont la mission dépend du SDIS et du Conseil général dont le maire actuel était et est toujours membre, il fallait prendre les devants et annoncer soit la création d'une caserne neuve, soit la réhabilitation d'un local industriel inexploité.

Nous n'avons pas gagné.

Résultat, à Naintré, plus de CPI, centre de première intervention. Et plus de pompiers volontaires, certains ayant rallié Châtellerault, d'autres ayant abandonné à regret leur mission.

Dernièrement, pour des inondations à Naintré, ce sont les pompiers de ... Monthoiron (bravo Monthoiron, qui a un local neuf) qui sont intervenus.

Sossay, Saint Genest, qui sont loin de compter 6 000 habitants, ont gardé leur CPI, et tout ce qui va avec: la citoyenneté, la solidarité, le dévouement, et, pour les jeunes pompiers ados, l'apprentissage de ces valeurs. Irremplaçable.

Voilà un "créneau" de mobilisation de la jeunesse, que les sapeurs-pompiers professionnels de Châtellerault- face au collège George Sand- pourraient porter en axe de formation communautaire -j'en ai déjà parlé ici il y a longtemps-.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 09:45

Samedi 15 février à 15 heures le Musée du compagnonnage de Tours organise son deuxième après-midi destiné aux enfants.

Après la découverte du métier de la boulangerie, il s'agira cette fois de fabriquer sa propre canne de compagnon.

Traditionnellement la canne du compagnon est ouvragée, chargée de symboles corporatifs et de moyens d'identification géographiques ou autres de son titulaire.

Quelle belle initiative.

Le lendemain, dimanche 16 à 15 heures, conférence sur les "rixes entre compagnons" -ou du mauvais usage de la canne?-.

Tiens, cela me fait penser aux campagnes politiques antérieures, y compris récentes, où quelques objets normalement destinés à un  sport américain  s'invitaient dans le coffre des colleurs d'affiches importunés et invectivés par ceux de l'adversaire (... "J'encolle tes murs!").

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 06:32

Hier, excellent déjeuner de travail politique.

Excellent au sens de la production intellectuelle.

Excellent au sens culinaire puisque nous dégustions, sur un vin rouge léger, une potée de morue.

Avec bien sûr un soupçon de culpabilité: après des générations d'exploitation gourmande des fonds marins entre Terre Neuve et l'Islande par nos amis portugais friands de morue comme on sait, il faudrait cent ans -sans pêche- pour reconstituer la faune génétique de la morue et assurer la survie de l'espèce...

Ma culpabilité dura toute la journée, jusqu'au très bon débat de Naintré, entre l'ail accompagnateur fidèle et le sel incrustant quasiment la peau: morue tuerie te salutant!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 05:37

Boîtage et tractage sont les deux mamelles du militantisme en action.

J'avoue que j'aime le premier,  que je le préfère même, pour plusieurs raisons:

- la marche d'abord, exercice particulièrement sain pour le corps et pour l'esprit; vous avez le temps de penser, au rythme de vos pas,

- la connaissance quasi cadastrale de la ville, de ses rues, ruelles, impasses, cours intérieures et "racoins", fort nombreux à Châtellerault -mais que de maisons fermées,  d'endroits sinistres, d'immeubles en ruine, que d'opportunités aussi (...)-,

- la curiosité botanique (en ce moment le pommier du Japon en fleurs) et architecturale (des maisons sublimes, baroques ou très début 20ème, aux dessous-de-toit ouvragés, adorables),

- la découverte d'adresses ("Tiens, X ou Y  habite là"),

- la visibilité ("Tiens, Michaud tracte").

Le boîtage, c'est l'exercice d'humilité par excellence, le service de base, douloureux parfois (oh, ces orifices menus et étroits qui vous écorchent les dessus de doigts, oh, ces liasses de pubs mouillées dégorgeant des boitiers saturés...).

J'aime le faire seul, c'est mon modeste pèlerinage politique, mon chemin de croix militant aux nombreuses stations.

Une belle manière d'aimer sa ville...

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 18:42

C'est avec plaisir que votre serviteur interviendra demain mercredi 12 février à 20 heures à Naintré, salle du Rivau, au soutien de la liste conduite par Christine Piaulet, rassemblant dans son sillage PS, EELV, le PRG et le PC.

J'y retrouverai avec bonheur Vivianne Debiais, la moitié de mon binôme des cantonales; elle est en charge de la vie associative -quel bonheur!- dans cette équipe motivée.

Il m'a été demandé de parler de citoyenneté et de sécurité; j'aurai ainsi l'occasion d'aborder directement une partie du programme du Team Guérin dans les thématiques qui me sont chères. La sécurité -ou la sûreté comme on disait en 1789- est le bien commun qui garantit l'exercice de la vie en collectivité et, partant, la citoyenneté; on n'est citoyen que si on est libre, et on est libre que si la sûreté nous est allouée; les deux notions sont donc liées, et liées par la raison.

On comprend ainsi mieux comment le Front national prospère: l'insécurité engendre l'irrationnalité, je n'oserais pas dire la déraison, par respect pour ceux qui expriment une souffrance, une incompréhension, une inquiétude; la sécurité est donc un enjeu citoyen majeur. Au coeur de la politique, dans sa noblesse même.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 04:07

Il y a quelque temps, au Palais, dans mon travail de juge chargé du contrôle de la psychiatrie sous contrainte, il m'a été donné de rencontrer une personne annoncée comme présentant "une agitation psychomotrice, une logorrhée et un délire mythomaniaque à dominante thématique politique". Mais le "candidat" ne fonctionnait pas sur pile Duracel et je l'ai trouvé fatigué alors que je m'attendais à quelqu'un d'enthousiaste.

En effet, son discours était annonciateur d'une fin du monde apocalyptique, qui m'a semblé déjà à l'oeuvre. Lui demandant d'où il tenait ces informations prophétiques privilégiées, bien que n'étant manifestement pas le Petit Prince, il m'a répondu qu' "il venait d'une autre planète". Très attentif et concentré, le plus sérieusement du monde, je lui ai demandé si cette planète appartenait à notre système solaire. La répartie me fut donnée confidentiellement, à l'oreille: "Oui, c'est la Terre-bis...". Il venait de la Terre-bis "où tous les immeubles s'écroulaient", pour nous donner une sorte d'avertissement salvateur afin que "nous nous ressaisissions". Il n'avait pas tort, sur le fond.

Dans ma tête passa l'air d'Edith Piaf dans "Mon manège à moi": "Pour qui elle se prend la Terre?  Ma parole, y a qu'elle sur Terre!".

Je l'ai laissé dans la plus grande expectative concernant ma décision sur la continuité éventuelle des soins, qui demandait évidemment une délibération longue et profonde en moi-même, en méditant sur les dégâts de la politique.

Oui, décidément, il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 06:47

L'ADAP, c'est l'assemblée dominicale en l'absence de prêtre. Ainsi en est-il désormais dans beaucoup de paroisses de France marquées par la désertification pastorale; ainsi en est-il à Châtellerault-Châteauneuf dont le prêtre, une fois par mois, s'en va s'occuper des ouailles de la communauté de Saint Sauveur Targé Senillé -alternativement-.

Hier, à Châteauneuf, à 10 h 30, il n'y avait donc que les irréductibles chrétiens décidés à porter eux-mêmes la Parole, sans eucharistie célébrée; beaucoup avaient préféré se rendre, qui à Saint Jacques à 9 h 30, qui à 11 h à Ozon, pour "avoir" un prêtre.

Alors que l'Evangile de Matthieu (5, 13-16) disait que nous étions "le sel de la terre"et "la lumière du monde", nous constations hélas la rareté de la denrée.

Il manquait évidemment la verticalité de la messe, c'était un peu un retour aux catacombes courageuses des premiers chrétiens. ADAP...

En sortant dans les rues tristes et froides de Châteauneuf, je me suis mis alors à comparer le monde de la foi et celui de la politique. Imaginer une AMAM, une ... assemblée municipale sans maire, et là on s'apercevrait qu'il nous manquerait la dimension de l'horizontalité; si le prêtre "fait Corps", le maire "fait sens", il est celui qui oriente une action municipale, garantit la circulation de la parole militante,fixe des objectifs, notamment économiques, sociaux et culturels, sans toutefois oublier -et c'est là que le débat théo-politique est intéressant-, la dimension de la charité, qui renvoie à la chair...

Dès 1972, les évêques de France ne disaient-ils pas que "la politique est la forme la plus élevée de la charité"? 

Le maire, acteur essentiel de la vie démocratique. On attend beaucoup de lui. Inconcevable AMAM!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 07:59

En 2008 Jean-Pierre Abelin fut candidat involontaire, à l'insu de son plein gré, et vainqueur par défaut; intra muros sur Châtellerault aux législatives de 2012, face à Véronique Massonneau qui ne fut pourtant soutenue par toute la gauche qu'entre les deux tours, il perd à 55/45% des voix; 10 points à remonter en deux ans? Difficilement réalisable. Il n'est plus conseiller général et cette mairie de Châtellerault fut vraiment pour lui un cadeau empoisonné. Il "tuait le père", mais à quel prix...

En 2014, du coup, ce n'est plus la même chanson; forcé et contraint, pendant six ans il a probablement bossé, et légitimement il ne voudrait pas que ce fût pour rien, d'autant qu'il a pu introduire sa fille dans le système politique, directrice de cabinet, puis conseillère régionale par la bénédiction du scrutin de liste, ni vue ni connue.

Si Jean-Pierre Abelin perd le 30 mars (le 23 c'est peut-être un peu juste, à 4 listes!), c'est toute une génération politique implantée à Châtellerault qui perd l'ancrage et l'influence directe ou indirecte sur la ville -grand-père, grand-mère, père, fille- car le conseil régional reste encore assez éloigné de nos habitants et Véronique Abelin siège pour l'heure dans la minorité d'opposition.

Le pouvoir, c'est bien sûr la représentation, dans les deux sens du terme (le mandat, le paraître), mais c'est également l'influence supposée, une manière de vivre, un agenda, des rubans à couper, des mains à serrer, des accolades. Vous imaginez, pour Jean-Pierre Abelin, malgré l'âge de la retraite (ou à cause de lui!),  si tout s'arrêtait d'un seul coup, après une vie politique ininterrompue depuis 1977?

Alors on le sent, la campagne va être dure, âpre, et les moyens intellectuels utilisés par le camp abeliniste, pour ne parler que de ceux-là, vont en estomaquer plus d'un par leur culot. C'est en effet quitte ou double!

Nous, nous ne viendrons pas sur ce terrain-là, nous avons un projet d'intérêt général, qui n'est pas pour nous-mêmes au sens existentiel ni pour notre paraître; j'en suis, modestement, la parfaite illustration.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 00:00

Encore quoi, deux trois numéros du magazine des Châtelleraudais sous cette formule abeliniste qui, deux fois par mois, a élevé le niveau de la démocratie et de la réflexion politique avec ses recettes de cuisine, son horoscope lapidaire et son sudoku. Aux frais du contribuable. Quel intérêt autre que celui de "meubler" l'indigence générale du bulletin seulement conçu à la gloire du groupe municipal et de ses réalisations. De la couleur, du "flashy", de la photo. 

Ces derniers temps, la rubrique de la majorité en place devenait agressive, hargneuse, voire grossière. Il est vrai que les journaux nationaux (notamment L'Opinion et ce jour Le Monde) mettent Châtellerault dans les villes de droite fortement susceptibles de basculer à gauche, cela sent le sapin... 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article