Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 09:10

Je n'avais rien contre l'équipe d'Evian-Thonon-Gaillard dont l'identité footballistique historique demeure néanmoins incertaine et récente, mais j'aurais préféré que le FC Sochaux-Montbéliard, l'un de plus vieux clubs professionnels français, ancré dans notre paysage sportif, dans le succès de son centre de formation bien connu et dans l'entreprise Peugeot, conservât sa place parmi l'élite.

Mais une saison de galère, dès le départ, a plombé Sochaux malgré la démission courageuse d'Eric Hély dès novembre pour permettre à son successeur Hervé Renard d'oeuvrer plus facilement. 

 Sochaux est un club en effet formateur, régulièrement privé des talents qu'il a fait éclore et que l'odeur de l'argent attire ailleurs quand ils deviennent adultes et excellents; et quand une équipe est en difficulté, face aux géants qu'elle affronte, on obtient moins facilement un pénalty ou un but valable de sa part est plus aisément refusé: ce n'est pas sur le dernier match couperet contre Evian Thonon Gaillard que Sochaux a perdu sa saison en ligue 1 mais quand on lui a fait sentir, ici ou là, qu'il n'était qu'un petit et qu'il revenait injustement sans point au stade Bonnal.

Sochaux a déjà connu cela; je me souviens de la seule saison de division 2 du SOC en 1987-1988 où Paille, Sauzé et autres sont venus donner une leçon de football à nos châtelleraudais avant de remonter.

Sochaux, une fois encore, renaîtra.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 04:32

Saint Yves est décédé en 1303.

Après des études de droit, Yves est conseiller juridique au diocèse de Rennes puis juge ecclésiastique à Tréguier -où se trouvent ses reliques-. Ordonné prêtre, il "cumule" les fonctions de curé et de juge à Tredez puis à Louannec, insistant dans la protection des pauvres qu'il conviait à sa table.

Yves est le patron de la Bretagne et de tous ceux qui exercent une profession juridique. J'ai toujours, dans mon bureau de juge, la carte postale encadrée du jubé de La Roche Saint Maurice en Bretagne, qui représente Saint Yves entre le riche et le pauvre.

La plupart des barreaux respectent la tradition de la messe dite de Saint Yves. A Poitiers, longtemps, le Père Rouet y faisait des homélies sans note d'une vérité et d'une beauté impressionnantes qui nous ramenaient à l'essentiel de notre oeuvre.

Bonne fête aux Yves que nous aimons!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 11:17

Une immense figure de la psychiatrie française vient de disparaître à 90 ans.

Fondateur de la clinique de la Borde en Loir et Cher Jean Oury avait "cassé" la manière de travailler en établissement de soins, faisant de l'endroit un lieu communautaire où soignants et soignés formaient une communauté.

Il a écrit de multiples ouvrages, organisé tant de colloques; je ne l'avais rencontré que sur la fin, en 2012 à Blois où nous intervenions ensemble sur la réforme de la psychiatrie contrainte. J'avais compris que j'étais à côté d'un homme immense, un sage et un "fou" mêlé(s), un audacieux hors du commun.

J'ai retenu quelque chose qui m'avait marqué. Je le cite, de mémoire: "Quand je recrute quelqu'un, je lui demande toujours quelle est sa passion, son hobby. Un candidat cuisinier m'avait répondu que la pêche à la ligne était sa passion; un jour je lui ai dit que pour le lendemain, la cuisine serait assurée par son commis car j'aurais besoin de lui. "Tu prendras en charge tel groupe et tu les emméneras pêcher". L'expérience fut formidable".

Comme l'amiral Lajous l'autre jour, ce sont des rencontres essentielles dans nos vies, qui nous "tirent par le haut".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 09:03

"Ma vie", célèbre et belle chanson d'Alain Barrière.

Pour la dernière fois hier, aux Salons du Marais, Claude Gargot l'a entonnée avec talent, limpidité et conviction. Beaucoup d'émotion: "qu'il est long le chemin"...

Le chanteur, trompettiste, saxophoniste et joueur de bandonéon de l'orchestre Jacky Roger avait décidé de fêter l'arrêt de ce loisir pas comme les autres en invitant sa famille et ses amis pour un bal de légende.

Deux cents personnes quasiment, beaucoup d'amitié et de tendresse; finalement, il n'y avait pas de tristesse, chacun admettant que cette décision d'arrêter les bals était sage, prévoyante et superbement partagée par les siens.

Merci Claude pour ces belles années que tu as données aux amoureux depuis les années soixante, toutes celles et ceux qui se sont connus et aimés sur tes mélodies, puis aux quinquas, sexas et autres qui en avaient gardé la nostalgie. Chapeau l'artiste!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 07:43

Inauguration hier soir de Jazzellerault dans une clarté vespérale quasi estivale.

Le genre d'événement "où il faut y être"; discours, congratulations, remerciements, hymne à la culture et aux salariés devant un parterre bourgeois. Bref.

Dans un discours dont on a l'habitude, Jean-Pierre Abelin, principal bailleur de fonds via la CAPC, a regretté devant Madame Rognoni qu'il n'avait pas été fait, localement, un effort suffisant envers la danse.

Un petit malin, dans le public, de faire écho en disant "oui, mais pas pour la contredanse!".

Car en effet, à Châtellerault, il a été beaucoup fait pour la récompense pare-brisale.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 08:47

Le journal d'hier annonce la disparition du magasin dit des Vêtements Bernard, une institution plus que séculière. Une disparition de plus liée aux installations périphériques, aux franchisés, à la moindre qualité vestimentaire et à la mort programmée du centre-ville commercial.

J'ai toujours aimé ce magasin où j'avais mes habitudes de ci, de là.

Mais pour moi, les vêtements Bernard, jusqu'aux années 1980, c'était le prix Bernard, course cycliste du printemps, l'une des plus belles sinon la plus belle des courses "amateurs" dans le département.

 Départ et arrivée à la Fauvette, autre institution disparue, avant l'invention généreuse des ronds points.

Direction Oyré par la côte du Moulin à vent, la forêt du Rond, Leugny, la vallée de la Creuse jusqu'à La Roche Posay, Pleumartin, Chénevelles, Bonneuil-Matours, Vouneuil, Monthoiron, Saint Sauveur et sa redoutable côte (1), véritable juge de paix, avant de regagner Châtellerault par la Boussée et le Grenadier, puis le sprint, royal souvent, sur l'avenue Foch.

Merci à la maison Bernard et à son successeur Dorian, infiniment dévoué, commerçant et connaisseur du vêtement de qualité.

 

(1) Passait là aussi le final du défunt circuit de la Vienne où même des professionnels aguerris mettaient pied à terre; en effet ceux qui n'entraient pas en tête dans ce goulot d'étranglement étaient bloqués sur place devant l'église; pour voir les "cracks" en difficulté, les cafés, chez Jeanine et chez Blanche étaient bondés; quelle époque!

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 01:56

Avec quelques personnes, professionnels diversifiés, dans le cadre d'une session sur l'éthique dans les services publics, j'ai eu récemment la chance de pouvoir échanger avec l'amiral Olivier Lajous, marin depuis l'âge de 17 ans, en retraite depuis peu, élu DRH de l'année 2012 alors qu'il oeuvrait encore comme DRH de la Marine, son corps d'Etat.

Quel bonhomme! Un franc parler, un conviction chevillée au corps et au coeur (1), l'expérience des opérations extérieures (Liban, Iran, Irak, Yemen, etc...), secrets et raison d'Etat, la vie, la mort , notamment aux croisements matinaux en Mer de Chine des jonques des boat-people fuyant les Khmers rouges, surchargées de corps, vivants et morts mélangés (les anciens étouffés au fond, les derniers nés dessus)...

Des "bouées" pour travailler: le courage, la discipline, la confiance, la loyauté.

Une leçon formidable: "Vous êtes en vie, c'est génial!".

A l'abordage!

 

(1) Pour ceux qui me connaissent, Olivier Lajous a aussi été marqué par le Père Lebret... ça classe le bonhomme.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 05:01

Je vois ces 24 panneaux pour les élections européennes, qui accueilleront des candidatures surabondantes et parfois scandaleuses; comme quoi la démocratie peut mourir à la fois de vide et de trop- plein.

Oui, quand les branches de l'Europe sont si enchevêtrées, sans lumière,  au point qu'elle semble moribonde, où sont ses racines?

Je ne parle pas du tronc qui, pour moi, commencera à s'ériger au début du 19ème siècle, sur la lancée de la Révolution française qui va bouleverser en Europe les mouvements migratoires de la richesse et de la pensée.

C'est ma réflexion personnelle, elle peut souffrir de manques, d'incomplétude, notamment en références philosophiques (Hobbes,  sans doute), mais j'y tiens et je m'y nourris:

J'en vois de plusieurs sources, comme on dirait en droit:

- la Grèce, d'où vient la déesse Europe, pour la phisosophie et l'invention démocratique,

- Rome pour le droit, le juridisme et l'organisation foncière et administrative,

- paradoxalement les invasions (Hannibal et ses troupes africaines, les Huns, les Wisigoths, les Vikings, les Maures, etc... qui ont façonné des visages et des types de cheveux jusqu'à nos jours, de l'Aquitaine à Odessa -pour les Vikings au moins!-),

- la chrétienté pour la prise en compte de la dignité humaine, la liturgie, les moeurs, les rituels, l'architecture, une autre organisation, avec une mention particulière pour Charlemagne et Aix la Chapelle, Aachen en allemand, avec le latin comme langue universelle pendant longtemps,

- le judaïsme pour le commerce, la banque (le prêt à usure étant interdit par l'Eglise), et toute la culture juive autour du commentaire du texte qui a fondé dès l'enfance une intelligence collective, des rituels bien sûr,

- "1492", la découverte de l'Amérique et, en réalité, tous les liens de colonisation et de commerce avec les autres continents et civilisations, qui vont identifier l'Europe, au besoin par répulsion,

- Descartes, guerrier et philosophe européen, et surtout Spinoza, philosophe hollandais de culture juive et portugaise, qui, le premier, osera déstabiliser le Dieu transcendant pour annoncer Voltaire, autre européen grand voyageur, le déisme et, finalement, la séparation de la sphère publique et de la sphère privée, autrement dit la laïcité,

- l'apport, à la marge, de la culture musulmane (algèbre, spiritualité, chimie, ...).

Accepter et reconnaître la multiplicité de cette nourriture spirituelle européenne, c'est déjà, me semble-t-il, se réconcilier avec la politique, en comprendre la richesse de fond et la nécessité actuelle, y trouver du charme, pour tout dire.

Par pitié, offrez-nous des débats...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 00:06

Nous sommes partis pour réformer le "millefeuille" administratif et politique français. A voir...

Mais comment? Les provinces, les départements et les régions protestent, les populations sont oubliées.

Une chose m'a étonné en lisant ces jours-ci: la permanence du carré.

A la Révolution, pour détruire les anciennes provinces, un projet avait découpé la France en carrés de 18 lieues de côté, soit 70 kilomètres; c'était littéralement impossible, car fort inéquitable démographiquement, sans compter les "carrés incomplets" qui étaient rognés par du littoral ou du frontalier.

Dernièrement le Ministre de la Ville du gouvernement Ayrault avait découpé nos anciens quartiers éligibles à la politique de la Ville en carrés de 200 mètres de côté (Châteauneuf, fiscalement, sur ce critère géométrique, n'était plus éligible...); pourquoi 200 mètres? ... Mystère... Il semble que sa successeuse aille dans le même sens.

Etrange approche.

Mais cela n'est pas nouveau; en présidant la commission de remembrement de Prinçay, dans le nord Vienne, il y a vingt ans, j'avais constaté que le cadastre d'alors (et donc tout ce qu'il traduisait en  carrefours, chemins, angles, découpages de propriétés) était incroyablement superposable au cadastre romain qui avait découpé la Gaule, et d'autres provinces sans doute, en grands carrés uniquement pour des raisons foncières et fiscales; je n'ai plus la dimension exacte de ces carrés, peut-être 700-800 mètres.

Peut-on, aujourd'hui, penser ainsi, au carré, même de 200 mètres, au-delà des populations, des coutumes, des moeurs, des rues?...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 03:32

L'Evangile de Jean de ce dimanche était consacré à un thème familier, celui du bon pasteur et de ses brebis. 

Toujours par souci de transposition politique, je me demandai si notre président de la république avait eu la tentation, parfois, de se comparer au bon pasteur...

Il y a une de nos légendes poitevines anciennes qui pourrait s'appliquer à François Hollande, celle dite du "mouton lourd". Je cite Mineau et Racinoux, dans le "Légendaire de la Vienne", page 162, en y incrustant mes suggestions:

"Un paysan (F.H.?) qui, tard dans la nuit, regagne son logis (l'Elysée), trouve sur son chemin une brebis bêlante et épuisée (la France?). L'homme, compatissant, la charge sur ses épaules, mais, en cours de route, la bête devient de plus en plus pesante (le déficit budgétaire, Bruxelles, le chômage...), au point que le porteur exténué se trouve contraint de déposer son fardeau à terre (il reconnaît son échec). La galipote (la France au plus bas, méconnaissable) prend alors la fuite en interpellant par son nom l'homme qui demeure saisi de frayeur ("le changement, F.H., c'est maintenant"). Sous sa forme d'emprunt, le réprouvé (la France défigurée) est exposé à de graves dangers, car ceux qui le surprennent, au cours de sa randonnée nocturne (les ténèbres économiques et sociales), le traitent souvent comme un gibier ou une bête nuisible (attention au résultat des Européennes).

En ce cas, on le retrouve mort ou mutilé soit sur place, soit dans son logis."

 

Dans le Poitou, comprenant la Vendée évidemment, la galipote (sans doute du latin galopedium, sabot de bois), est une sorte de monstre, de dragon, de grand'goule, mais plus souvent une sorte de "réincarnation" d'un pécheur décédé, ou de transfiguration d'un pécheur vivant, selon, qui subit sa punition en apparaissant ainsi nocturnement et en effrayant la contrée, retournant, s'il est vivant, le matin à sa maison, épuisé, ou, s'il est mort, à son tombeau...

 

N'est-ce pas, vraiment,un quinquennat de galipote?....

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article