Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 10:06

Muriel Pénicaud à Châtellerault! Non, ce n'est pas une annonce pour l'avenir, encore que, sait-on jamais.

Mais elle est bien venue à Châtellerault, chez moi et sur ce coin de verdure et d'eau à Saint Sauveur que j'affectionne tant; à l'époque elle était titulaire d'une licence d'histoire et d'une maîtrise en sciences de l'éducation et préparait un DEA de psychologie clinique à Strasbourg. La date est précise: le 10 juin 1979 puisque c'était le jour des premières élections au Parlement européen et que cela ne s'oublie pas. Muriel Pénicaud, venue avec des amis proches dont mon "copain de régiment" (expression qui va bientôt disparaître), nous était apparue comme une personne vraiment cultivée, charmante, joyeuse, communicative et pour tout dire passionnante.

Elle a fait par la suite, à un haut niveau, un parcours plus tourné vers l'économie et les relations humaines mais je ne doute pas que les fondations intellectuelles et amicales qui étaient les siennes l'ont très bien préparée au destin ministériel qui est le sien aujourd'hui.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 06:58

Le mot "moralisation" dans l'expression "moralisation de la vie publique" est un mot qui me choque. ll est mal employé, n'est pas à sa place.

La morale est affaire privée, personnelle, elle a partie liée à l'éducation de chacun, notamment religieuse, familiale, intellectuelle. Elle est fluctuante, changeante avec l'évolution des mœurs et la différence des cultures entre les hommes.

J'aurais préféré "éthique", "pratique professionnelle", "déontologie" qui renvoient à des règles juridiques, transversales, communément partagées et hors du débat moralisant et pour tout dire hypocrite.

Il faudrait avoir également l'humilité de reconnaître que jamais la loi et le règlement, aussi pointilleux, vertueux et prospecteurs soient-ils, ne réussiront à accaparer tous les cas imaginables de comportements "condamnables"; il y aura toujours des situations inédites, des actes originaux, des trouvailles déconcertantes dans la malhonnêteté et dans le vice qui réapparaîtront longtemps après leur commission comme une résurgence surprenante. C'est aussi, là, notre humanité, et, d'une certaine manière, heureusement.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 13:40

Allez SOC! C'était jadis, aux heures de gloire, l'encouragement des supporters à la Montée rouge. On allait au stade militaire de la Montée rouge, alors, comme on allait au temple, car c'était en réalité pour les amateurs de vrai football une communion avec l'équipe à laquelle on s'identifiait. On s'y identifiait car les joueurs étaient pour la plupart du cru. De temps à autre un ex-pro, comme on disait, venait comme une cerise sur le gâteau: je pense à Sérafin, à Prigent, à Walker, à Desmenez, à Justier, etc ... Le match était aussi pour le public la récompense d'une semaine de travail, pour beaucoup en usine dans la tradition manucharde de la ville. La Montée rouge était synonyme de fête, populaire et liturgique pour le football bien "léché".

Aujourd'hui, mais depuis longtemps déjà, les saisons sont tristes et se terminent mal, on ne connaît pas les joueurs, pour beaucoup des mercenaires de passage, il n'y a plus qu'une équipe réserve, elle aussi au plus bas, les équipes de jeunes ne sont pas bien classées et aucune n'évolue au niveau national comme autrefois; le public est clairsemé et le club est sous perfusion chronique en survivant par 80% de subventions publiques. Ce qui n'est pas le cas de Montmorillon ou de Chauvigny où on a de surcroît l'amour du maillot.

Une nouvelle équipe arrive aux commandes, dirigée par Christian Delcel, qui fut joueur et qui possède une culture de service public, deux garanties; mais que va-t-il découvrir, au-delà des comptes certifiés par un commissaire aux comptes qui aura fait son travail avec ce qu'on lui aura trouvé et présenté? Il y a sans doute des "mines anti-personnels" qui vont exploser ici ou là, bientôt ou dans quelques mois. Il faudra gérer autrement, peut-être revoir les statuts, rechercher des sponsors (dont certains sont sans doute encore des créanciers), pour un sponsoring direct (des fonds, des moyens en maillots, équipements, transports) ou indirects (embaucher un ou des joueurs, comme à Neuville, à Chauvigny par exemple),  pourquoi pas se "jumeler" avec un club de ligue 1 (Angers et Stéphane Moulin?), remotiver élus, parents, éducateurs et associations (la nouvelle agglo du Grand Châtellerault est probablement un vivier des très bons jeunes joueurs, il y a là des échanges à travailler sans piller les petits clubs, avec, par exemple, une aide aux entraînements). Pourquoi pas une commission extra-municipale?

Les footballeurs ont aujourd'hui des prétentions salariales et annexes ("travailler" en collectivité publique ...) qui sont, en temps de crise, exorbitantes et indécentes; certes, d'aucuns ont sacrifié beaucoup de leur jeunesse en rêvant à une carrière de prestige en vivant loin de leur famille très tôt dans des centres de formation puis le rêve est devenu cauchemar, en ayant oublié toute autre formation professionnelle alternative au football; c'est vrai; il y a donc, dans un club comme le nôtre, encombrement de prétendants qui veulent obtenir du temps de jeu sur un ou deux ans avant de repartir ailleurs, plus haut, en continuant de rêver. ll faut revoir tout cela et privilégier le travail local et durable, en réduisant considérablement les fonds publics, en recherchant un abonnement de "socios", en se recréant une identité. D'abord.  Peut-être en changeant la configuration du stade pour que le public soit plus proche d'une part et pas seulement d'un côté d'autre part (je n'ai toujours pas fait le deuil de cette tribune en bois côté Est!). Sauver la cloche russe, c'est bien; sauver le club de football local, l'un des plus anciens de France, un patrimoine humain d'exception, ce ne serait pas mal. Allez SOC!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 05:40

Nicolas Turquois lors du lancement de la campagne des législatives ce 26 mai a expliqué le pourquoi de cette inversion surprenante dans l'ordre du binôme qu'il forme avec Véronique Lecordier sur la quatrième circonscription de la Vienne: Emmanuel Macron, sur ce territoire, voulait qu'enfin la ruralité, qui y est très forte, y soit défendue pour le National.

La venue d'Emmanuel Macron à Châtellerault pendant la campagne électorale a été consacrée à ce thème; il avait avec lui Jacques Mézard, sénateur PRG du Cantal et futur ministre de l'Agriculture; tout cela était donc en germe!

ll est vrai que depuis 1959 au moins les députés de cette circonscription ont tous été des citadins voire même des "parisiens", à l'exception peut-être entre 1988 et 1993 du suppléant d'Edith Cresson Guy Monjalon, natif de Lésigny, élevé à la ferme et maire des Ormes, à la campagne; mais il ne représentait pas la ruralité, y compris quand, sur la fin, il faisait enlever la rose socialiste de ses affiches qu'il avait choisies en couleurs verte et marron plus rustiques, "apolitiques" et rassurantes.

Mais la ruralité Macron-Turquois n'est pas une ruralité de nostalgie: Nicolas Turquois, agriculteur, en est l'illustration puisqu'il est de formation ingénieur agronome et fabrique sur son exploitation des semences diverses (16 espèces de légumes et de fleurs); c'est une ruralité certes amoureuse de son territoire, de ses mœurs, de ses coutumes et de ses traditions mais active, entrepreneuriale, audacieuse, fraternelle, combattante et pour tout dire moderne. Voilà qui me plaît et plaît à mon entourage!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 15:08

Je recommande quelques lectures anciennes aux candidats aux élections législatives pour prendre un peu de hauteur avec humour, denrée nécessaire en ces temps troublés.

"Moi, candidat", publié dans la petite collection des Editions du Sonneur, regroupe des écrits de Mark Twain, datant de 1862 et 1884; c'est proprement hilarant, en particulier dans les passages où le secrétaire parlementaire de l'élu est sérieusement convoqué pour reprendre certains courriers désopilants, absolument contraires aux directives données par le député qui a du évidemment subir les foudres de leurs destinataires en ayant compromis sa réélection. Choisissez bien votre assistant parlementaire!

"L'art de devenir député et même ministre par un oisif qui n'est ni l'un ni l'autre", publié chez Librio -Philosophie- 3 euros!- est un ouvrage de François de Groiseilliez, aristocrate picard et royaliste forcené, datant de 1846; tout y passe avec drôlerie: stratégie électorale, luttes électorales, bulletins, jusqu'à "la femme, le chien et le chat de l'électeur"; François de Groiseilliez, qui donne des conseils éclairés sur les différentes modalités d'expression, combat notamment le "charlatanisme de paroles". Toujours actuel. A lire sans modération.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 06:53

La Nouvelle République de ce week-end rend hommage à Claude Perrotin, 78 ans, nouveau président des anciens coureurs cyclistes Charentes-Poitou; à cet âge, l'"ancien" est toujours capable de rouler 30 à 50 kilomètres par jour. Chapeau!

Ancienne gloire cycliste des années 60-70, Claude Perrotin a marqué l'histoire du cyclisme amateur; j'ai plusieurs souvenirs de ses courses mais le plus beau, c'est le grand prix de Leugny 1966 il me semble; en effet, mon repère est constitué par la participation à cette épreuve de Jacques Botherel qui portait son maillot de champion du monde amateur qu'il conquit en 1965.

Parmi les stars en bord de route, le boxeur Marty, champion de France, qui trônait avec une blonde "monroée" sur le rebord d'une petite décapotable rouge.

Claude Perrotin avait fait fort car parmi les concurrents se trouvaient les frères Bernard et Claude Guyot; Bernard avait gagné la course de la Paix et Claude portait le maillot de champion de France amateur; il les a tous battus, roulant seul en tête plusieurs tours avec cette redoutable côte, interminable avant l'entrée dans la forêt dite du Rond. Tiercé: Perrotin, Fresseix (de la Souterraine) et Claude Guyot. Bien peu terminèrent la course.

Claude Perrotin aurait pu faire une carrière de coureur professionnel, c'est évident. Mais enfin, sa vie est bien remplie; il est aussi investi dans la FNACA. Encore chapeau!

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 04:48

La Croix de ce week-end consacre deux pages à Danielle Rapoport, psychologue pour enfants ayant dénoncé dans les années 60 les dépôts sordides dans lesquels se trouvaient abandonnés des enfants de l'Assistance publique, auteur en 2006 de l'ouvrage "La bien-traitance envers l'enfant" publié chez Belin où elle est désormais directrice de collection.

Parmi ses coups de cœur Danielle Rapoport évoque un disque du pianiste Miguel Angel Estrella, "La musique en prison"; on sait que, poursuivi par la junte argentine, détenu en Uruguay, Miguel Angel Estrella continuait à jouer en cellule sur un piano dessiné dans la poussière de sa cellule.

J'ai rencontré Miguel Angel Estrella justement en prison, en 1985, à la Maison centrale de Châteauroux Saint Maur où je travaillais, alors qu'on l'avait sollicité pour donner un concert aux détenus; au début, Miguel Angel Estrella, en se redressant, interrompait ses passages musicaux pour les commenter en disant par exemple "cela me rappelle ma pampa natale"; au bout d'un certain temps, un détenu, dont je me souviens du nom et du prénom, se leva en vociférant à l'adresse du musicien: "Eh, nous, on est venu(s) écouter un  concert de piano, alors tu te remets sur ton siège, tu t'arrêtes de parler et tu joues!". Miguel Angel Estrella s'est assis de nouveau, et durablement, pour jouer sans aucune interruption ...

Dans le quasi noir de la salle de spectacle, je suis allé "recadrer" doucement notre trublion, tout à fait fier de son intervention qui avait réussi à malmener notre pianiste qui, pourtant, en avait vu d'autres.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:54

Un jour, il y a longtemps, un député du coin, pour les récompenser et sans doute les flatter, emmena en autocar à l'Assemblée nationale des habitants de son village, un jour où il n'y avait pas de séance.

Un huissier particulièrement compétent, les faisant descendre dans les travées pour essayer le moelleux des sièges -moins qu'au Sénat, certes-, leur raconta des anecdotes parlementaires et leur déclina des articles de la Constitution et du règlement intérieur. Puis il lança: "Maintenant je suis prêt à répondre à vos questions!".

Un silence rustique s'installa durablement; "Allez, c'est la première question la plus difficile!".

Alors un villageois prit son courage à deux mains: "Combien faut-il d'aspirateurs pour nettoyer tout ça?".

Depuis, dans ce bourg, on vote Front national; les français aiment la politique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 06:53

Ce samedi 27 mai, la finale de la coupe de France de football oppose le Paris Saint Germain au SCO d'Angers qui n'avait pas été à pareille fête depuis des décennies et une défaite face à Toulouse. A priori le rapport des forces est en faveur de Paris, avec ses stars, qui voudra "compenser" sa non-première place en championnat depuis fort longtemps.

Mais cette finale aura un goût châtelleraudais: Stéphane Moulin, entraîneur du SCO d'Angers, unanimement apprécié par ses pairs -la saison dernière le SCO a même été quelque temps premier en championnat-, a passé de longues années à Châtellerault, au SOC, d'abord comme joueur de 1992 à 1997 puis en tant qu'entraîneur pendant 8 saisons avant de prendre la direction du SCO d'Angers.

Autant dire que c'est Châtellerault qui a façonné Stéphane Moulin comme entraîneur et cette finale sera donc suivie par nous avec beaucoup d'émotion et d'intérêt. Le gaillard ne va se laisser manger tout cru et avec intelligence il a sans doute concocté pour son équipe une stratégie surprenante.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 07:06

Ce sera ce soir à 19 heures que sera inauguré le local de campagne des deux candidats Modem-En marche pour notre quatrième circonscription, au 32 place Dupleix à Châtellerault; c'est toujours un moment important, convivial et festif, mais aussi sérieux et émouvant, car une aventure commence, avec comme but l'Assemblée nationale.

Beaucoup de candidats locaux méconnaissent le fait que le député est député de la Nation et non pas un super-conseiller général du coin: il a pour compétence de faire la loi, de voter le budget et de contrôler l'action du gouvernement; après, localement, notamment avec la fameuse réserve parlementaire, beaucoup se contentent d'un rôle de coupeur de rubans, de port d'écharpe tricolore dans des manifestations et de remise de coupe à la fin d'une course cycliste (quand il en reste).

Emmanuel Macron, qui a été élu largement, a en effet besoin d'une majorité parlementaire non pas godillot mais forte, fidèle, active et loyale pour sortir notre pays de ses enlisements; la loi est en effet un des outils de cette action majoritaire essentielle; s'il faut encore passer des années à lutter contre de nouveaux frondeurs, à pinailler sur des amendements de style ou à utiliser le fameux 49-3, non.

Donc ce soir, début d'une aventure nationale!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article