Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 04:01

Eh oui, mes nouveaux collègues de l'opposition découvrent l'opposition, y compris ceux qui avaient jadis exercé un ou plusieurs mandats du "bon côté" du manche, et découvrent par là même risées, ricanements du maire et de son aréopage, dont des néophytes, dès que la parole nous est consentie.

Même des propos liminaires décents et apaisants sont mis en "sursis" avec un air dubitatif jusqu'au commentaire final présidentiel railleur, acerbe, ironique, mouchant sur telle ou telle prise de position de notre part, nécessairement incohérente, contradictoire pour le pouvoir en place.

Quand le prince ricane, ou se courrouce en violacé, la cour en rajoute dans la protestation, l'étonnement, la singerie; celles qui ont une culture administrative dans mon équipe s'en étonnent, trouvant un tel comportement déplacé; il faudra, hélas, vous y faire, ce n'est que l'apprentissage du ricanement. Le conseil municipal demeure un cercle où seul le clown blanc du pouvoir triomphe constamment de l'Auguste de l'opposition; et ça fait rire les petits n'enfants.

J'en ai pris mon parti depuis longtemps, c'est l'ambiance qui sied à la traversée du désert; même représentant 5 000 personnes, vous n'êtes rien, et il faut vivre avec. Vous en tirez une force particulière.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 01:16

Chantal Petit, nouvelle adjointe à la culture abeliniste, excellente actrice par ailleurs, interrogée par un journaliste sur son engagement dans l'équipe actuelle et son aspect politique, éludant le piège, répond qu'elle est "du côté de ceux qui agissent". C'est vite dit, et trop peu.

En 2008 un élu abeliniste, décédé depuis, me disait, de manière plus prosaïque que Chantal Petit, qu'il ne "faisait pas de politique". Tiens donc!

Que ces gens ont du mal à assumer qu'ils sont dans le camp des conservateurs, c'est-à-dire à droite; ce n'est pas au demeurant offensant, cela peut même se défendre si on en a le courage et la pertinence de l'argumentation.

Jean-Pierre Abelin a construit une bonne partie de son succès sur cette duplicité consistant à gommer la dimension politique du scrutin municipal, qui va dans le sens du vieillissement du stock d'électeurs assidus, à tel point que des aînés historiquement, culturellement, intellectuellement de gauche ont voté pour lui; le conservatisme dégagé de références politiques exposées et assumées rassure l'ancien. Et contrairement à une légende tenace, le stock d'anciens non seulement ne s'étiole pas, mais encore se renouvelle.

En matière de culture, malheureusement -c'est une formule de style-, il y a un immense marqueur entre une politique de gauche et une politique de droite; à gauche, c'est le meilleur pour tous, à droite c'est le meilleur pour quelques uns; à gauche c'est la volonté de toucher tous les publics, y compris en difficultés, dans tous les lieux, même inhabituels, d'élever la connaissance de la population, à droite c'est, sauf exception, garder l'entre-soi, dans des endroits confinés, à des tarifs ad hoc; certes avec des concessions événementielles, pour plaire à tous.

Je n'aime guère non plus, en matière de culture,l'appel de Chantal Petit vers le monde économique. A moins qu'elle ne parle de fondations, bien peu exploitées par sa prédécesseuse (ou sa prédécesseure?), voire de mécénats, mais je ne pense pas qu'il s'agissait de son intention à ce stade de son "job"et de sa découverte.

Je ne condamne pas par avance, j'attends de voir. Puisque Jean-Pierre Abelin disait, un temps, qu'il était de centre gauche...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 14:13

Ulysse le gros, que les enfants appelaient Grossius, est mort; ce chat était le plus jeune des trois de la maison, né de la chatte Thémis; il avait 13 ans.

Des trois, Ulysse était celui qui s'était le moins embourgeoisé bien qu'il naquît dans une chambre même de l'habitation; un dur, roi de la route jusqu'au crissement de pneus, chasseur de lapereaux sauvages, disparaissant plusieurs jours; quand il faisait soleil il aimait se mettre sur la terrasse comme un humain, couché sur le dos, les quatre pattes écartées, tranquille.

Ces derniers temps, il s'était mis à combattre les rats "maousses" qui encombrent par centaines les dépendances et les caves de voisins proches qui s'en accommodent semble-t-il; Ulysse revenait empoussiéré, sanguinolant comme un boxeur, se reposait et repartait, disparaissait.

Mais il s'est mis à maigrir et s'alimentait de moins en moins, sa gueule semblait blessée, mais Ulysse en avait vu tant d'autres que nous ne nous sommes pas inquiétés davantage, jusqu'à hier soir où il fit pitié, les yeux clos, un sale liquide au ras des lèvres, immobile dans le jardin, au soleil.

Lui qui ne connaissait pas le vétérinaire le vit hélas pour la première et la dernière fois; immobile sur mes genoux, il ne protesta pas quand un chien vint fanfaronner dans la salle d'attente, contre mes jambes.

Ulysse était mourant, la langue déformée par une tumeur infectée et incurable due probablement à une morsure de rat.

Nous primes la décision ensemble, je caressais sa tête d'avant en arrière, avec affection, ses yeux devinrent beaux, très beaux, verts.

Ulysse refit le chemin en voiture, enroulé dans un linge.

Le coeur gros, j'ai pris ma bêche et j'ai déposé Grossius encore souple à côté de Chéops, la chatte des enfants, disparue il y a 13 ans; Ulysse repose en son jardin, où il régnait.

Thémis, sa mère, qu'il malmenait pourtant, est désorientée, entre, sort, cherche.

Oui, les animaux ne sont pas que biens meubles, ce sont, ô combien, des "êtres sensibles"; le petit chat est mort et toute la maison souffre.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 05:53

Le voilà, il arrive le "lait de mai" des "Châtelleraudais réunis" autour de Jacky Luc-Frimval jeudi 1er mai à partir de 10 h à la salle Camille Pagé.

Vous connaissez la tradition: chaque matin du premier mai, les ouvriers de la Manu, qui étaient pour beaucoup des paysans, se réunissaient pour fêter le travail autour d'un repas simple: pâté, omelette à l'ail vert, fromage blanc de chèvre (le fameux lait de mai, le premier fromage après la mise bas), broyé, le tout bien arrosé évidemment, avant le café et le pousse-café. Là, vous refaites le monde!

Je rends toujours hommage à Michel Bidron, le maire délégué de Targé, qui le premier a ressuscité cette tradition sur la Butte avant que d'autres, dont nous, ne la reprennent à leur compte.

Les gens viennent cependant de plus en plus tard, quasiment pour déjeuner, et les tablées sont longues, comme au temps des batteries.

Je serai heureux de vous retrouver à Camille Pagé, comme chaque année. La souveraineté commence dans notre assiette et la fraternité se fête dans l'entre-choquement des verres!

Les politiques changent, l'amitié demeure.

ll est prudent de réserver (pour l'organisation aussi, merci pour eux!) au 05 49 21 37 32 ou au 05 49 23 23 64.

10 euros pour les adhérents, 12 pour les non adhérents: c'est donné!

En plus une tombola fort agréable, comme à chaque fois!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 01:03

Il y avait longtemps que je n'avais présidé une audience correctionnelle consacrée aux délits routiers.

Première impression, terrifiante: la part des conduites sous l'empire de stupéfiants explose; le gus zig-zague, a les yeux exorbités, le "ballon" ne décelle pas d'alcool, il a "fumé". Voyant hélas en psychiatrie tant de jeunes détruits par des années "cannabisiques", connaissant les effets du produit sur la conduite -distances, couleurs, vitesse, réactions, etc...-, j'en sors un brin découragé. Nous sommes des pompiers avec un petit arrosoir en plastique auprès d'un robinet qui goutte, face à la forêt en feu.

Seconde impression; la misère. Eh oui, policiers et gendarmes, consciemment ou non, en contrôle systématique, arrêtent des conducteurs de modèles automobiles "anciens": Fiat Punto, Ford Fiesta, Renault Clio, R 19, Safrane,Twingo, etc... de première génération, et bien sûr, la clientèle habituelle des voiturettes sans permis; beaucoup sont alcoolisés, comme si la misère, la pauvreté, la précarité et l'alcool avaient partie liée. C'est plus visible, et plus prévisible, que l'abus de biens sociaux et le délit d'initié(s).

L'ordre, oui, l'ordre. Comme au 19ème siècle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 14:02

La FNACA, au cours des festivités entourant son congrès départemental de Châtellerault ce dimanche, avait organisé une tombola dont les deux premiers lots se trouvaient être deux vélos, un dit de femme et un dit d'homme, le premier avec une barre en diagonale entre la potence et le pédalier, le second avec la barre horizontale, érectile, entre la potence et la selle.

Je me suis demandé si une telle présentation n'était pas aujourd'hui condamnable au nom de l'unisexe ou de la théorie du genre, bref si elle n'était pas discriminatoire en rappelant à la femme, par l'exigence d'enfourcher  -si je puis dire-  un cycle masculin à l'amazone qu'elle n'était pas pourvue de cette barre transversale qui ne revêtait pas qu'une valeur  symbolique.

J'aurais été intéressé de recueillir l'avis expert de Claude Perrotin, notre meilleur coureur cycliste amateur des années 60-70, présent au titre du comité FNACA de Montamisé; mais peut-être aurait-il pensé que je déraillais.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 11:24

La brocante des Trois Pigeons, malgré le temps épouvantable (comme il arrive une fois sur deux), a encore obtenu un franc succès. Philippe Lacroix, droguiste-vitrier-encadreur, y prend une part active, offrant son atelier pour la littérature de fortune (que de pépites!). Les anciens se souviennent que c'est son défunt père, Michel Lacroix, l'âme du quartier, qui avait ressuscité les Trois Pigeons, secouant la torpeur des commerçants, les unissant, créant cette brocante, bousculant la municipalité, faisant la navette entre "ses" Prud'Hommes à deux pas et sa boutique face au cimetière; l'un des premiers, pour la survie du métier de droguiste en souffrance, il avait créé une centrale d'achats; pour Michel Lacroix, la fermeture de l'Ecole de Gendarmerie fut une terrible épreuve et c'était pour lui, pour son souvenir ardent, que je me battais avec Michel Guérin pour la faire revivre, même si je savais qu'il était un abeliniste convaincu -ce qui n'empêchait pas notre amitié-.

Alors en ce dernier dimanche d'avril, j'ai beaucoup pensé à lui. Et à son épouse. Merci Michel.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 00:48

Samedi dernier, messe en soirée à Barrou, avec un Jean-Pierre Jammet un rien fatigué et désabusé; en ce deuxième dimanche de Pâques (évangile de Saint Thomas qui ne croit que ce qu'il voit), l'église a bien été fleurie par ces dames de lilas mauves et blancs, d'aubépines et autres, le soleil passe majestueux à travers les vitraux, mais il manque des personnes pour les célébrations d'obsèques sans prêtre et pour la préparation de la liturgie (chants, prière universelle, sens de l'homélie, etc...); son jeune successeur (45 ans) à la rentrée veillera sur les ouailles de Bonneuil Matours jusqu'à Barrou, territoire gigantesque, autrement dit les messes mensuelles à Mairé, Lésigny, etc... et plusieurs fois par semaine à La Roche Posay, niet. L'assemblée, vieillissante, s'inquiète. On sent qu'on finira enterré comme des chiens, sans rites. Et c'est en effet terrible, terrifiant que de l'imaginer. Qui en prend la mesure anthropologique?

En même temps, des super-cantons ont été découpés par le pouvoir politique qui éloigneront davantage les habitants de leurs élus. Fini le temps du notaire, du médecin, du vétérinaire conseiller général sans étiquette (certes on savait ce que cela voulait dire), voilà le temps promis des apparatchiks du bipartisme professionnel qu'il faudra bien caser quelque part si le millefeuille administratif se réduit comme peau de chagrin.

Désespérant, d'une certaine manière.

Religion et politique en milieu rural, même combat pour survivre?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 08:02

Vous ne m'en voudrez pas: je m'accorde un petit break littéraire.

Le printemps et l'entretien champêtre me requièrent.

Lilas mauves et blancs parfumés, tamaris changeant(s), pivoines en avance, seringats bientôt, aubépines rouges et blanches, pommiers en fleurs, glycines quasi bleues, cytises jaunes colza apaiseront mon coeur et mon charcois  après ces semaines un peu dures politiquement.

Toutes ces pousses imprévues -cachées dans l'herbe que je n'enlève à cette saison par précaution qu'à la main, à quatre pattes- de houx, de buis, d'ifs, de chênes, de pêchers, qu'il faudra récupérer et offrir pour certaines, qui sont le signe que la vie ne s'arrête pas même après l'enfouissement involontaire.

La chasteté de l'écriture me redonnera force et vigueur pour la suite.

A bientôt.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 00:45

J'aime

quand les diseurs de mauvaise aventure se manifestent après la défaite,

quand les déserteurs girouetteurs donnent après coup des avis volontaires, expérimentés et intangibles,

quand ceux-là qui me poussaient pour que je monte quasi  seul à l'assaut ont disparu des écrans mais se piquent d'état major,

quand mes mots sont pris en otages et malmenés comme des cadavres,

j'aime alors

pouvoir me regarder dans la glace

(sans tain s'il est possible).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article