Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 03:50

Le journal Aujourd'hui en France consacre le 8 juillet dernier un long reportage à la lutte contre la récidive en faisant l'éloge de l'engagement d'un bénévole retraité de Dijon auprès d'un condamné en probation, lui tenant presque quotidiennement la main, comme un tuteur en quelque sorte. C'est sûr que cela marche. C'est ce qu'il faut pour beaucoup de nos condamnés.

Mais cela n'est pas nouveau!

Au  début des années 1980 nous connaissions encore dans le code et en pratique les délégués bénévoles à la probation pour les adultes et les délégués bénévoles à la liberté surveillée pour les mineurs, aidant les premiers le juge de l'application des peines, les seconds le juge des enfants. Je ne sais pas sous quel ministre on décida de supprimer cette aide extraordinaire. En tout cas, quand j'ai voulu vers 1998 mettre des seniors retraités en binômes avec des jeunes sous main de justice pour la conduite accompagnée en leur permettant ce statut pratique de délégués bénévoles à la liberté surveillée, ce n'était plus possible.

A Dijon, on croit donc inventer l'histoire de manière prétorienne ...

Triste pays, et éternels recommencements, que de gâchis et de temps perdu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 03:41

Figure emblématique de la liste conduite par Michel Guérin et gardienne du temple avenue Clémenceau, Jeanne Noé se rappelle au bon souvenir de tout le monde.

Elle qui fut infirmière et piqua dans l'instant des milliers de fesses châtelleraudaises (mais elle est liée par le secret profess ... ionnel) se pique désormais de peinture; cette fois, point de pointillisme, mais au contraire le temps étalé et poli du pinceau ou de la spatule.

Elle a choisi de montrer son travail en paysages ruraux souvent, "la pierre d'ici et d'ailleurs".

Jeanne tient exposition à l'Office de Tourisme de Scorbé Claiveaux, célèbre en cela depuis la Palette clairvalloise; le lundi, le mardi, le jeudi et le vendredi de 15 à 18 heures.

Un vernissage a lieu le vendredi 18 juillet à 18 heures: qu'on se le dise!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 05:43

Je reconnais m'être abstenu sans même intervenir lors du vote municipal de la motion abeliniste reprenant celles de diverses associations de maires de France pour protester auprès du Gouvernement de la saignée promise aux collectivités. Je n'aurais pas été "entendu" dans le climat figé qui régnait.

Les communistes et les écologistes de l'équipe s'associèrent cependant au vote majoritaire, dans la lignée de leur positionnement national.

Je ne l'ai pas fait d'abord parce que cela ne sert à rien, ensuite parce que nos collectivités ne savent pas reconnaître qu'elles ont vécu des moments de vaches plus que grasses où elles ont recruté de manière irresponsable à tours de bras, ô combien de collaborateurs, de publicitaires et autres copains, édifié des laideurs comme des pharaons avec des chantiers de complaisance pour le BTP, dispensé des jeux versaillais et j'en passe, et qu'il faut bien qu'elles soient associées à la fin d'un laxisme budgétaire qui dure depuis 1974 et que tout le monde, droite, gauche, a laissé filé. Evidemment, il n'y a que la fin de triste, j'en conviens. Et personne n'a anticipé le courage qu'il fallait à l'Etat pour s'y attaquer enfin, avec les conséquences sur les ménages et sur les collectivités, l'Etat se restreignant dans ses dépenses pour ne "favoriser" que les entreprises, seules à pouvoir apporter de la croissance.

Roger-Gérard Schwartzenberg pour les Radicaux de gauche avait certes appelé les pouvoirs publics, fin 2013, à baisser la stratégie budgétaire pour "souffler".

Là où je rejoins Michel Guérin dans son explication de texte, c'est sur la nécessité de "contractualiser" le rythme de la restriction des dotations aux collectivités et sur la pédagogie.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 09:25

L'autre jour, dans un article intitulé "Que notes", j'évoquais des jugements verbaux et littéraux tenus par des enseignants  quelquefois expéditifs et humiliants ayant affecté nombre d'enfants.

Je lis en ce moment l'ancienne biographie de Bernanos par Max Milner, chez Séguier. Passionnant.

Georges Bernanos fut scolarisé chez les jésuites à Vaugirard puis au petit séminaire de Notre Dame des Champs.

ll n'y remporta ni le moindre prix, ni le moindre accessit, malheureux, mal vu de ses professeurs, indisposés par son originalité et son indépendance d'esprit, lui donnant des notes minimes en français; à cela bien sûr s'ajoutaient les moqueries de ses camarades au sujet de sa tignasse ou de ses yeux globuleux.

Ses maîtres conseillèrent aux parents de le sortir du circuit intellectuel où d'après eux il n'avait pas sa place pour l'orienter vers le commerce (sic). Ce qu'ils firent ...

Certes, versé plus tard dans les assurances, Bernanos écrira de très belles pages dans les trains ou sur les tables des buffets de gares, mais quand même ...

Sans me comparer à Bernanos, je me souviens que mes parents avaient combattu avec leurs moyens la position de la directrice de l'école maternelle du Vieux Palais qui voulait m'orienter vers un établissement pour inadaptés, comme on disait alors. A quoi ça tient, une vie?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 00:04

Les naissances se succédant, les jouets anciens ressortent pour être de nouveau utilisés.

Ainsi ce petit trousseau de trois clefs en plastique destinées à se faire les dents ou à mordiller a-t-il servi à l'enfant qui est aujourd'hui mère.

Oh, ce trousseau a une histoire drôle: à la Centrale de Saint Maur en 1984, je dépose l'enfant chez sa nourrice qui habitait le domaine pénitentiaire et je fonce à la porte d'entrée, si vite qu'à ma première grille à ouvrir moi-même, au lieu de sortir le trousseau métallique, je sors devant quelques gardiens et détenus interloqués le fameux trousseau de clefs en plastique.

Depuis l'enfant en question a fait le chemin professionnel de son père. L'objet en question y-a-t-il participé? ...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 09:29

Le temps étant à la pluie nous avons sorti les prunes congelées depuis la fin de l'été dernier pour en faire des confitures.

La maison embaumait de ce parfum prenant, au coeur du fruit.

Les pots en multitude s'emplissaient les uns après les autres, l'or brun coulant à flots lents et mesurés.

Un jour de pose, torchon recouvrant l'ensemble, puis la parafine protectrice. Couvercles revissés.

Et là commence la noria jusqu'à l'armoire ancienne et ancestrale, véritable coffre-fort conservant dans le noir la richesse familiale: j'avais en effet l'impression en rangeant les uns contre les autres ces pots qui en avaient vu des transvasements, de rassembler des lingots d'or brun d'une valeur inestimable. Inestimable car ils feront le bonheur de la famille et des amis et qu'ils rapporteront  du sentiment au centuple.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 20:26

Longtemps, quand j'étais substitut du procureur en charge des mineurs, j'ai proposé aux enseignants d'apprendre aux enfants des rudiments de droit et de procédure pénale en inventant avec eux "le procès du loup", suite imaginaire et judiciaire du "Petit Chaperon Rouge" de Charles Perrault; l'idée séduisait mais n'a jamais convaincu. Il fallait de l'investissement, du temps, de la transversalité, etc ...

J'ai écrit mon texte et je l'ai protégé, au cas où.

Puis l'an passé, Chantal Blanc, directrice des établissements Moissons nouvelles dans l'Indre, forte de la réussite du projet pédagogique lyrique "la grand cabaret de la vie", a initié un rapprochement entre votre serviteur et Yvan Gauzy, metteur en scène et interprète adepte du burlesque et de la magie.

Nous présentions hier aux personnels de Moissons nouvelles notre projet sur septembre 2014-juin 2015 avec l'aboutissement en juin d'une représentation des ados qui leur sont confiés, car tous sont concernés: pour les décors, les costumes, le son, la lumière, le casting, les répétitions, l'apprentissage du texte en cours de français, etc ... Là, la transversalité tant recherchée est reine. Et le temps s'impose dans la structure.

Yvan Gauzy a respecté l'esprit de mon texte, parfois le texte lui-même!

Bref, ce fut un grand bonheur. Et l'aventure ne fait que commencer. On en reparlera!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 10:25

Ce fut un débat l'autre soir lors d'une réunion de travail des Radicaux de gauche.

Certains, très en veille sur le secret de l'accord TAFTA qui fera la part belle aux sociétés américaines et aux USA contre les nations européennes, voyaient d'un mauvais oeil que le ministère des affaires étrangères ait récupéré pour la première fois  dans son giron  le commerce extérieur et le tourisme.

D'autres y voyaient au contraire pour nous un gage de richesse et de croissance.

C'est  ce qu'a retenu la récente assemblée générale des CCI à l'étranger (113 dans 82 pays dont 20 aux USA) qui se félicite de la "diplomatie économique" actuellement mise en oeuvre par Laurent Fabius

Depuis 2012 d'ailleurs, les ambassadeurs sont notés aussi sur leur engagement économique pour la France, qu'il se traduise par l'installation de français à l'étranger, d'étrangers en France ou par des signatures de contrats.

Certes, il y a très longtemps, en 1825, le patron des affaires étrangères d'alors, un certain baron de Damas, avait créé au quai d'Orsay une direction des affaires commerciales. Comme quoi on n'a rien inventé...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 05:33

Ainsi ce sera France-Allemagne, vendredi prochain.

Déjà pointe la "vengeance" de 1982, quand le goal Schumacher démolit Battiston.

Eté1982, je m'en souviens bien. J'étais en formation de directeur à Saint Martin de Ré, les détenus n'avaient pas encore la télévision (Robert Badinter y cédera en 1983), ils écoutaient donc le match à la radio dans leurs cellules avec "vue imprenable" sur la mer ... Quand il y avait but ou action de but, c'était une bronca incroyable, des cris, des coups dans les portes.

Neuer n'est pas Schumacher, il l'a montré l'autre soir contre l'Algérie où ses sorties, ses tacles hors sa surface ont été propres et pas méchants.

Mais surtout que nos tricolores, qui, comme leurs adversaires, n'étaient pas nés en 1982, ne partent pas avec l'esprit de vengeance, le mythe de 1982 est au-dessus de cela et il leur appartient d'écrire une page neuve de leur héroïque histoire qui ne soit qu'à eux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 09:21

Dans le journal l'Opinion d'aujourd'hui, Jean Arthuis commet une tribune d'adieu au Sénat où il a passé une trentaine d'années -hors ses participations à des gouvernements-, avant de rejoindre le Parlement européen, européen convaincu qu'il a toujours été.

Jean Arthuis dit toute sa déception des dégâts du bipartisme, de la "politisation" de plus en plus partisane du Sénat devenu doublon de l'Assemblée nationale alors qu'il devrait être au-dessus des tumultes claniques.

ll énonce les rapports qu'il a déposés et je me souviens en effet -je l'ai toujours- de celui élaboré avec le sénateur Haenel, "Justice sinistrée, démocratie en danger", il y  a un peu plus de vingt ans. Ces hommes-là étaient des républicains, des visionnaires aussi, des  pragmatiques attachés aux territoires, à la proximité, au sens de la justice bien comprise  et aux gens, tout le contraire de ce qui s'élabore aujourd'hui. Hélas, ce ne sont pas ceux-là qu'on écoute généralement.

Je crois pronfondément que le centre a été la boussole constante de Jean Arthuis, non pas comme une invocation utopique de principe mais au contraire comme le point d'appui et d'équilibre systématiquement recherché des meilleures politiques possibles fussent-elles au départ contradictoires.

Bonne route européenne, Jean Arthuis.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article