Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 13:07

A l'attention de nos élus FN de Châtellerault et de leur position de rejet de l'étranger.

La première lecture liturgique de ce dimanche était un  passage du Livre de l'Exode (22, 20-26), quand Moïse rapporte les lois du Seigneur à son peuple: "Tu ne maltraiteras point l'étranger qui réside chez toi, tu ne l'opprimeras point, car vous étiez vous-mêmes des immigrés en Egypte". Et Dieu, qui écoute les cris de l'étranger, de la veuve, de l'orphelin, menace de sanctions: "Ma colère s'enflammera et je vous ferai mourir par l'épée". Ouh là!

Entre la croyance aux racines chrétiennes de l'Europe à laquelle vous souscrivez  nécessairement et ce commandement d'amour universel, comment faites-vous?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 04:43

Certes l'idée d'une maison commune est politiquement séduisante.

Mais...

Imaginons qu'elle soit déjà édifiée, faisons l'impasse sur le permis de construire, le financement, l'architecte, la construction ... un détail!

Une maison commune contient nécessairement des contraintes liées au vivre ensemble: qui dort où? avec qui, accessoirement? à qui la chambre au sud (au soleil), celle à l'ouest (à la flotte), celle au nord (au  froid)? qui fait les courses, la cuisine, le service, la vaisselle, le nettoyage (les toilettes, surtout)? à qui l'entretien? qui va à la déchetterie? quelle répartition pour les charges, les assurances, les impôts, les taxes?

Tout cela promet, transposé au politique!

Et je ne parle pas des accès, du voisinage, etc...

Vous avez dit maison commune?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 18:21

Vous connaissez mon  projet de guinguette pour notre ville, que j'aurais idéalement placée là où se trouve la patinoire -un espace sympa, du parking, le canal, la rivière, une cheminée, ...-.

Dans notre projet 2008 nous avions placé une vraie patinoire -pour le hockey de compétition, pour un patinage digne de ce nom- dans la "plaine des sports" de Charlet.

Au sujet de la guinguette, il y a l'histoire pour cela dans notre ville, et un public en attente (1).

J'ai été heureux de retrouver l'idée de guinguette dans le livre plaisant de Jean-Paul Kauffmann, "Remonter la Marne", publié désormais au Livre de poche; ses premiers pas sur ce long parcours le mènent évidemment à Champigny sur Marne et alentours. De guinguette, sur les îles et au bord de la Marne, il ne reste rien, absolument rien.

J'apprends que guinguette vient de guinguet, un cépage du coin et de l'époque, pas un grand vin, mais qui donnait de la gaîté. Déformation de vin gai? Que j'aimerais cette étymologie!

 

(1) Demain, aux Salons du Marais, l'association "Vivre et danser" reçoit l'orchestre Jacky Michel, ex Jacky Roger; il y aura du monde!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 02:53

Quand Manuel Valls appelle à la création d'une maison commune des forces progressistes et au changement de dénomination du PS, le Parti Radical de Gauche applaudit.

On sent bien, en effet, que le poids, même inconscient, de la lutte des classes, ne correspond plus à rien.

Et c'est là que le radicalisme est moderne bien qu'il s'agisse de la plus ancienne famille politique française.

Fondé sur les valeurs des Lumières, il promeut l'individu dans une démarche socio-libérale axée sur la loi d'une part et sur le contrat d'autre part. Quand on a dévoyé l'originalité du mot libéralisme ...

Denis Tillinac, vieux pote de Jacques Chirac, dit que ce dernier et François Hollande, en terre de Corrèze, sont des radicaux, le premier tendance Félix Gaillard, le second tendance Mendes France; c'est un peu vrai.

Je crois profondément au pragmatisme du radicalisme, qui n'a pas l'heur des médias alors qu'il pèse x fois plus d'élus que le FN, c'est ainsi.

Et le curseur de la gauche y va progressivement: se coltiner la réalité, l'affronter avec raison, et fraternité.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 07:52

ll n'est pas si lointain, le temps des express, ces trains qui s'arrêtaient à Châtellerault à toute heure de la journée, de tôt le matin à tard le soir, depuis Austerlitz et Fleury les Aubrais d'un côté, Bordeaux Saint Jean, Libourne et Coutras de l'autre.

La France s'étalait dans des photographies noires et blanches au-dessus des sièges des compartiments, le buffet ne désemplissait pas.

J'y songeais hier soir en rentrant de Bordeaux avec notre dépôt, comme un baluchon, à Poitiers, avant qu'un autobus SNCF ne mette plus de trois quarts d'heure pour rallier  Châtellerault sur fond de bruits métalliques et de mal aux fesses. Le bus était encore à la Porte de Paris que le TGV qui filait sur Montparnasse sans arrêt traversait déjà Châtellerault!

C'est sans doute ce progrès-là que Jean-Pierre Abelin et quelques élus majoritaires sont allés contempler à la Celle Saint Avant, là où le fameux barreau de Maillé rejoint la ligne classique après avoir quitté celle de la LGV qui nous contourne par l'ouest. Casque de chantier et gilet fluo jaune pour la com'.

Ces gens nous leurrent, nous n'aurons plus nos équivalents arrêts, déjà bien rognés, et il faudra aller en TER à Saint Pierre des Corps voire à Poitiers pour partir sur de grandes destinations.

Aller à La Celle ne garantit pas les dix arrêts!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 00:34

Pendant presque une semaine, je laisserai mon blog au repos.

Mais, là où je serai, je ferai des provisions de lectures et d'écritures.

Comme dit le FN au conseil municipal, "la culture, c'est bien gentil, mais faudra revoir ça!".

"Poètes, vos papiers!"

Papirrrr ... Schnell ...

Breuhhhhh .......

Du coup, avant que la culture ne soit interdite par les partisans frontistes, j'en profite. J'en fait une cure. Je rechercherai même un vaccin, ce serait le plus sûr! Le BCG (bonne culture générale).

A bientôt ...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 06:16

Un député dont tout le monde a oublié le nom  a été sanctionné financièrement pour avoir en séance appelé plusieurs fois la vice-présidente du moment "Madame le Président", malgré les protestations et rappels à l'ordre successifs de la dite dame dont tout le monde a oublié le nom. Je sais que beaucoup (faut-il dire beaucoupe ou beaucoute?!!!) sont attaché(es) à ce combat sémantique et euphonique, comme un symbole de la lutte pour la parité ( 'la parité, Monseigneur, la parité, Monseigneur! "comme aurait dit le Bossu pour la charité).

Cela m'attriste, comme de l'enfumage, car le vrai combat n'est pas là.

Il est dans l'accessibilté égalitaires aux fonctions. C'est la fonction de président qui prime.

L'autre jour, devant moi à l'audience, deux avocats, un homme et une femme, symboliquement et juridiquement indistincts sous leur robe noire identique: le premier dit à la seconde en parlant d'elle "mon excellent confrère", et personne, mais absolument personne du monde judiciaire présent de s'offusquer, quinze avocats femmes et dix avocats hommes défenseurs des droits. Ils ont compris que l'essentiel, c'est le job, la qualité, la compétence avant l'appellation.

Tiens, comment dit-on sage-femme, en masculin? Sage-fameux, sage-homme?

Ce sont vraiment les ombres de la caverne de Platon, des illusions, la réalité n'est pas là.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 09:00

Je pense sincèrement que la professionnalisation précoce de la classe politique, issue généralement de milieux privilégiés, biberonnée très tôt dans les cabinets et autres antichambres du pouvoir, a déconnecté de la réalité nombre de ses décideurs, qui ne savent pas, s'ils l'ont jamais su, ce qu'est la vraie vie, avec ses contraintes, ses difficultés à boucler les fins de mois, à élever des enfants, à gérer des divorces provoqués par les aléas économiques qui ont fracturé les couples, etc ...

Ainsi, dans le projet de loi de finances, Bercy (c'est qui?) propose à l'article 52 une suppression de l'aide personnalisée au logement (APL) que perçoivent les ménages modestes lorsqu'ils deviennent propriétaires (seuls ne l'auraient que ceux qui seraient victimes d'une diminution de revenus supérieure à 30% par rapport aux ressources mentionnées lors de la signature du contrat de prêt).

Vous imaginez les banques, encore plus aujourd'hui, faire passer des dossiers ric-rac sans l'apport de l'APL qui venait largement combler l'échéance?

Un tel projet veut donc dire:

1- plus de jeunes ménages en accession à la propriété avec la qualité de vie qui allait avec pour les enfants (jardinet, etc ...),

2- pénalisation du marché de l'immobilier et de l'emploi dans le secteur du bâtiment, qui n'avait pas besoin de cela.

Mais dans quel monde vivent-ils?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 01:48

Le journal local a consacré presque une page à la délinquance à Châtellerault. J'ai quelques idées sur la question, il me semble ...

J'y songe d'autant plus que je déjeunais hier à Tours avec Henri Gaumé, visiteur de prison, ancien chef d'entreprise engagé dans Emmaüs Touraine, que j'avais fait venir à Châtellerault pour travailler avec notre atelier  électoral sur la sécurité, en compagnie de Nadine Delcoustal, responsable pour la Vienne d'un grand service d'enquêtes sociales et de réparations. Quand je pense à l'énergie que nous avions déployée, aux projets concrets et avancés qui étaient les nôtres pour le mieux-être de nos concitoyens ...

Si les gens préfèrent en effet " l'immobilisme tranquille" comme dit Michel Guérin, après tout c'est le triomphe de la démocratie et on a celle que l'on mérite.

Vraiment, je ne mets pas en cause l'honorabilité ou la bonne volonté de ceux, élus et fonctionnaires, qui ont en charge ce secteur de la sécurité, mais, très sincèrement, il faut aller au-delà de la seule réponse aux symptômes de manière classique et être ingénieux, inventif, adepte d'un travail en réseaux public-privé finement activés, plus proche de la Justice aussi qu'on ne l'est actuellement (car ce n'est pas elle qui va venir à Châtellerault, , comme nous l'entendions, si nous ne la motivons pas politiquement et matériellement).

Police municipale, video surveillance, tout cela est quasiment inopérant sur la "vraie" délinquance, on le sait tous, non c'est le travail intelligent, profond, relationnel, sur l'habitat, sur les lieux de passage, sur les "victimes privilégiées" (femmes fragilisées, collégiens vulnérables, personnes âgées isolées,mineurs perdus,  etc ...), sur la prévention de la récidive par des peines ciblées, par un temps carcéral utilisé en vue du retour dans la cité, etc ... , c'est tout cela et plus encore (mon coeur de métier!) qui fait la différence.

Allez, encore 5 ans 1/2!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 07:05

Samedi soir, surprise de voir notre amie sarde entonner la Marseillaise qu'elle connaît par coeur alors qu'elle éprouve des difficultés en langue française, malgré beaucoup de progrès.

Au collège, en Sardaigne, jadis, dans les années 70, on lui avait appris à chanter la Marseillaise intégralement parce que la France était le pays de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Impressionnant!

Juste après, en voyant nos footballeurs français murmurer ou bouder notre hymne national avant France-Portugal, je me disais que de l'eau, et pas de la meilleure, avait vraiment coulé sous les ponts.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article