Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 05:31

Arcabas est un peintre contemporain de génie et dont je ne me lasse pas d'admirer les oeuvres.

En particulier j'aime aller à l'église désacralisée de Saint Hugues de Chartreuse dont les pans sont recouverts de ses interprétations bibliques. C'est profond, et j'aime son Fils prodigue autant que celui de Rembrandt, c'est dire.

Voyez le massacre des Innocents, "actualisé" à l'aune de ce que l'on sait du génocide de la seconde guerre mondiale. Etc, etc...

C'est l'art éternel engagé dans son siècle, comment dire autrement?

A La Salette, il y a aussi des oeuvres fantastiques d'Arcabas dont le Christ dans l'église qui, littéralement, vous scrute de son regard où que vous soyez dans la nef. Des vitraux également. Artiste complet.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 16:48

Il est revenu le temps du miget, aurait pu chanter Francis Lemarque, au lieu du temps du muguet!

Ah le miget! Appelé ici miot, , là mijâ, selon les terroirs et les accents.

Dès qu'il fait lourd et que je travaille à l'extérieur à suer dru, le repas du soir est attendu avec d'abord et parfois seulement le miget: du pain (qui peut être dur, comme dans "le journal d'un curé de campagne" de Bernanos), un peu de sucre, des glaçons et du vin très frais. Un grand bol, please!

Je l'ai déjà écrit ici: dans mon enfance, j'allais porter aux hommes dans les champs le miget frais dans des cruches en terre à la température de la cave (il n'y avait alors pas de réfrigérateur). Cet aliment poitevin typique est associé à des époques laborieuses, mais heureuses (ou heureuses à cause de cela?).

Vive le miget, boisson fraternelle de la campagne!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 08:21

Depuis le décès de Dominique Baudis, le poste de Défenseur des Droits était vacant.

Cette dénomination résulte de la réforme Sarkozy de 2008 qui avait voulu engloutir le Défenseur des Enfants et la HALDE qui faisaient trop bien leur job séparément.

François Hollande, qui fait en ce moment dans la recherche de la simplicité et de l'adhésion (!), a choisi de soumettre au vote parlementaire un ancien Garde des Sceaux très chiraquien  qui, outre des positions rigides en matière de moeurs, laissera le souvenir d'avoir fait quérir en hélicoptère dans l'Himalaya, où il crapahutait, le Procureur de la République de l'Essonne susceptible de modifier le déroulement procédural un tantinet coercitif de l'affaire Xavière Tibéri.

On fait mieux en matière de défense des droits, la question n'étant pas celle de l'appartenance politique, en l'occurrence ancienne, mais celle  de l'aura et de l'autorité morale.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 00:08

Contrairement à Jean-Pierre Abelin, Marie-France Beaufils, sénatrice-maire de Saint Pierre des Corps, a eu le courage de faire voter le voeu municipal relatif au traité transatlantique et à ses conséquences pour nos droits politiques, éconmomiques, fiscaux, sociaux et sanitaires. Car ces conséquences seront bien locales, évidemment, comme notre ami Pierre Baraudon l'avait dit dans sa déclaration rejetée.

J'imagine que quand le gouvernement actuel voudra refiler aux intercommunalités des compétences des futurs défunts conseils généraux, notre maire verra cela comme quelques chose, cette fois, d'"intérêt local" et déposera, à la dernière minute, un voeu sur la table. On parie?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 01:52

En effet, ce 10 juin 2014,le comité directeur du PRG fut l'occasion privilégiée d'aborder la question qui fâche: celle de la réforme territoriale.

Les Radicaux de Gauche se refusent:

1- à voir partir géographiquement le département et politiquement les compétences du conseil général, acteur de proximité (RSA, APA, AAH, protection de l'enfance, etc...) et porteur des projets locaux souvent "croisés",

2- à se voir imposer des régions sans lien historique, sociologique et géographique entre elles,

3- à devoir voter pour des binômes "hors sol" lors d'élections territoriales,

4- à se voir imposer, sur le dessin du défunt département, une présence d'Etat renforcée (avec quels moyens certes?) alors que les élus auront disparu,

5- à voir transférées à de futures intercommunalités sans moyens ni savoir les compétences sociales du défunt conseil général conçu seulement comme un distributeur de prestations.

Etc...

Jean-Michel Baylet était enfin  passablement irrité par un quinquennat qui a bloqué la vie politique française en un combat électoral permanent et en un face-à-face direct et quotidien entre le président de la république et les citoyens par médias interposés; il souhaiterait un septennat non renouvelable, permettant d'agir sur la durée, de ne pas concevoir les législatives comme un plébiscite automatique des présidentielles quinze jours après et de ne pas focaliser l'opinion sur le débat de la réélection présidentielle dès l'élection intervenue: la sixième république?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 00:58

De plus en plus rares, les bleuets ont pratiquement disparu des champs de blé de nos campagnes, "traitage" oblige.

Les coquelicots, les chardons résistent, mais pas les bleuets.

Récemment, j'ai été charmé par ce spectacle bleu, exceptionnel, imprévu, en bord de route. Un ravissement.

Sur une petite route entre la départementale Descartes-Barrou et le pont sur la Creuse à Leugny. Allez-y vite!

Je sais qu'il en existe aussi, régulièrement, sur une petite route entre Boussay et Chiché, vers Bressuire.

C'est une fleur de nostalgie, qui rappelle l'enfance et les temps heureux, avant le rendement.

Quelquefois, le bonheur tient à pas grand'chose...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 03:32

Aujourd'hui à Paris, réunion des présidents des fédérations départementales puis comité directeur du Parti Radical de Gauche.

Les Radicaux, compagnons fidèles et loyaux de la Hollandie et de ses annexes, membres du gouvernement, commencent à revendiquer qu'on les écoute enfin. Elus de terrain, ils voient le désarroi du pays, la perdition des représentants du peuple, ils n'acceptent pas les réformes territoriales programmées alors que leur force réside justement dans l'implantation locale, au plus près d'où les hommes et les femmes vivent.

Personnellement, je vais monter avec mon cahier de doléances. Cela avait commencé ainsi, jadis...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 03:22

Les médias se focalisent sur ces jeunes musulmans français apprentis terroristes en Syrie ou sur ce jeune tueur à Bruxelles.

Mais qui a parlé de la récente "convention citoyenne  des musulmans de France pour le vivre-ensemble" éditée par le Conseil français du Culte musulman (CFCM)? Personne ou presque, et si peu.  19 articles qui sont une première, favorisant l'intégration des musulmans dans la citoyenneté française, dans le respect des règles et des lois républicaines. La laïcité y est considérée comme un acquis majeur.

Certes le CFCM tangue quelquefois, tout le monde n'y est pas d'accord avec Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du CFCM, toutes les "obédiences" islamiques, notamment celles qui sont inspirées et financées de l'extérieur,  n'en reconnaissent pas non plus toute la légitimité, mais très globalement le CFCM et son président sont bien perçus. L'homme est un artisan de paix, au sens biblique.

J'aurais aimé qu'on en parle abondamment, à la hauteur de l'événement.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 13:07

Encore une madeleine de Proust!

Le désherbage du jardin me rapproche des pieds d'oseille. Le déjeuner est tout trouvé!

J'aime ce goût acide, cette saveur inimitable. Remuer les oeufs de manière affective, active, frénétique, mettre d'abord l'oseille, coupée un peu, dans la poële légèrement huilée (certains laissent l'oseille crue avec les oeufs battus); dès que le vert prend un tour grisâtre uniforme, verser dessus les oeufs battus, et là, amoureusement et délicatement, avec une cuillère, faire en sorte que l'omelette soit homogène et équitablement "oseillée". De la moutarde, quelques cornichons, un rosé frais. Le bonheur simple!

Ma madeleine de Proust? Quand je revenais à Châtellerault en permission militaire depuis Hyères dans le Var (1), le samedi matin à la descente du train, mon père me cuisinait une omelette à l'oseille, c'était le signe de ma liberté, des retrouvailles en famille sur un  produit du jardin. Parfois, l'andouillette suivait, puis l'eau de vie de prune "maison". En ces temps-là, on savait vivre.

(1) Mes permissions étaient généralement de 48 heures tout compris! Parfois, par bonheur, 72 heures: je repartais alors le lundi vers 13 heures pour Saint Pierre des Corps, puis Lyon et la descente du Rhône, etc.... Sur le  quai à Châtellerault (1977-1978), attendait comme moi, mais pour Paris, une jeune femme rousse de toute beauté, en robe longue souvent: Edith Cresson.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 08:25

Hier, promenade dans ce village aux rosiers fameux, Chédigny, au nord de Loches, en direction d'Amboise.

Balzac le tourangeau écrivait: "Flâner, c'est la gastronomie de l'oeil". Exactement, mais plus encore à Chédigny: la gastronomie du nez, plongé au coeur de roses délicates. Hélas, parfois, comme pour certaines personnes, l'aspect extérieur ne colle pas avec le coeur! Il n'y a rien dedans. Ce sont les plus anciennes, souvent, qui sentent bon.

L'Indrois charriant cette eau marron qui regorge de désirs, de couleuvres et d'iris jaunes; un ruisseau habilement contenu qui franchit un lavoir, une petite plage de rêve enfantin; un libraire, un peintre (un vrai), une église aux statues de stuc un peu grossières, un couple d'hirondelles qui y volette amoureusement, comme dans la chanson ancienne; à Chédigny, le temps est comme suspendu.

A la Boite à livres, rue Nationale à Tours, pour préparer ce voyage "en senteurs", j'avais acheté  l'autre semaine l'excellent ouvrage récemment édité sur ce village de roses par l'intermédiaire de la mairie et de l'Association Roses de Chédigny (roseschedigny@orange.fr); à côté de photos superbes et de commentaires techniques, on y trouve de très beaux poèmes (Verlaine, Anna de Noailles, Théophile Gautier, Pierre Louÿs, Victor Hugo, Clément Marot, Pierre de Ronsard bien sûr), des passages d'Emile Zola dans La faute de l'abbé Mouret, des passages de la Bible.

Vraiment, la paix à Chédigny. La Paix de la Pentecôte.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article