Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 11:13

François Hollande est à mi-mandat comme le cerf est au milieu de l'étang de la chasse avant d'être dagué au bord.

Les journalistes tiennent la lame en ameutant les chiens.

Hier soir, on a vu comment le niveau de l'intervieweur avait baissé depuis 15-20 ans, techniquement, historiquement, comment la vulgarité blessante et gratuite avait remplacé la déférence sinon la dévotion de jadis, autant détestables mais sur un autre plan.

Ces commentateurs de commentaires, ces mangeurs d'images, souvent incultes, sans sur-moi éthique pour les canaliser, se sentent tout permis et, au lieu de redonner prestige à la fonction dans un contexte certes difficile, ont roué de coups un homme déjà à terre. C'était avilissant, humiliant, dégradant, facile. Et d'autant plus facile que le président, au lieu de les envoyer paître -pour être poli- s'est appliqué à vouloir répondre posément, "normalement", au risque, hélas, de s'enfoncer davantage.

Bref, la curée.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 02:03

La confédération nationale de la triperie française se saigne comme tous les ans pour faire de novembre, mois tristounet s'il en est, un mois de réchauffement gastronomique avec la promotion des abats de boeuf, de porc, d'agneau, de veau.

www.produitstripiers.com

 D'un côté les "rouges", vendus  crus  (rognons, foie, coeur, langue, joue, cervelle, museau, etc ...), de l'autre les "blancs", vendus blanchis voire demi cuits (mamelles, estomacs, pieds, oreilles et la fameuse tête de veau!).

Peu de graisse, un coût souvent modique:" la souveraineté commence dans notre assiette!"

Paradoxalement ces "bas morceaux" sont issus du cinquième quartier dit "de noblesse" ... C'est cela, la France!

J'avoue mon faible pour les pieds de cochon panés avec de la moutarde et du vin blanc, quelques lamelles d'oignon, et pour la tête de veau, sauce gribiche de préférence; avec un morgon et des potes, que demande le peuple?!!!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 14:19

Je me disais: quand même, à la SNCF, cela fait un moment qu'il n'y a pas eu de problème. Las!

Ce matin, 1,5 degré au thermomètre, du brouillard intense pour la première fois: bingo!

Avec une multitude d'annonces contradictoires micro et panneau, "à la suite d'un problème de signalisation" (sic) les trains TGV et TER étaient bloqués en gare de Poitiers.

Vous imaginez sérieusement les trains LGV se risquant à partir de 2017 sur une telle voie régulièrement problématique?

Dans l'ignorance de l'issue technologique du problème, après plus de 30 minutes d'infos inconsistantes, je suis retourné à ma voiture.

A défaut de prier Dieu pour avoir beau temps (la "méthéologie"!) ...

Au péage autoroutier de Châtellerault Nord, les tickets n'étaient plus distribués qu'à hauteur de chauffeur routier -agréable quand votre porte n'ouvre que peu-, et au péage de Sorigny, sous les klaxons impatients, le restituteur de monnaie m'a gardé 2 euros. Il y a des jours comme ça.

A l'automne ce sont les feuilles qui collent aux rails, à l'été c'est le soleil qui les chauffe trop et les déforment!

Le progrès, toujours un train d'avance!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 01:29

La France vient d'avoir deux prix Nobel dont un de littérature. Excusez du peu! Quel événement!

ll s'agit pour celui-ci de Patrick Modiano dont toute la presse parle, et pas seulement la presse littéraire.

L'auteur a même l'opportunité de déjeuner avec la Ministre de la Culture -qui voulait défendre, lors de sa nomination, une vision "socialiste" -sic- de la culture. Quoi-t-est-ce?!!!

Celle-ci, peu après, est interrogée un dimanche sur un plateau de télévision (ils y vont tous et trop, "feraient mieux de bosser") et se révèle, si on peut dire, incapable de citer un seul ouvrage de Modiano. Elle nous dit qu'elle ne lit pas depuis qu'elle est ministre (du numérique, puis du commerce extérieur, puis de la culture, avant, avant que d'être nommée à quoi ... l'agriculture, la justice, les transports, les relations avec le parlement? ...), qu'elle n'a pas le temps. Mais elle pouvait lire avant!

Ses services ne lui ont même pas sorti une mini fiche expres(se) qui lui aurait permis de faire semblant (deux trois titres, dont "Fleurs de ruine" en 1991, qui aurait fait clin d'oeil, une citation, le top); dans son camp on loue alors sa sincérité! L'innocence comme gage de vertu!

Fabrice Luchini l'autre jour sur France 2, auquel on demandait un avis à suggérer aux politiques devant le délitement général des "élites", répondit gêné à Delahousse en se déniant humblement toute compétence conseillère: "Qu'ils lisent! Molière, La Fontaine, Flaubert! Qu'ils lisent!" Le pauvre. Autant prêcher dans le désert.

Interrogé en 1969 par Jean Montalbetti pour le Magazine littéraire, faisant référence à l'Occupation et à son premier ouvrage "la Place de l'Etoile", Patrick Modiano disait: "Nous vivons aussi à l'heure actuelle dans un climat de décomposition morale".

La  décomposition morale commence souvent, hélas, par l'ignorance.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 01:16

Je lis en ce moment le journal qu'a tenu Jean Cocteau pendant le tournage de "la Belle et la Bête" (nouvelle diffusion aux éditions du Rocher en 1989); c'est passionnant sur les aléas, les moyens du bord à l'époque pour ce qu'on n'appelait pas encore les "effets spéciaux" et toutes sortes de contraintes, notamment syndicales sur les amplitudes horaires concernant les machinistes en particulier; on est en 1945.

Et je découvre qu'une grande partie du tournage s'est faite dans un manoir à Rochecorbon et que l'équipe était logée à l'Hôtel de Bordeaux, qui existe toujours, rue Colbert; Tours fête sa libération, Cocteau aime aller trinquer dans telle ou telle quinguette.

L'auteur a de belles phrases sur la Loire, le ciel changeant, les nuages, la luminosité avec laquelle lui doit compter pour ses prises de vue.

ll lui faut aussi se battre avec le commandement de la base aérienne toute proche dont les avions  en sonorisant le ciel à contre-temps perturbent le sens poétique des répliques inoubliables ...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 03:22

Le Burkina-Faso, ex Haute Volta, comme beaucoup de pays d'Afrique noire, est entré en crise institutionnelle, le peuple, vite doublé par l'armée, mettant fin à 27 ans de pouvoir d'un dirigeant en train de vouloir transformer la constitution pour être élu de nouveau; un militaire préparerait une transition démocratique vers des élections, un autre se proclame chef d'Etat. Le début de longues difficultés.

Pourtant tous ces cadres, universitaires, politiques ou militaires ont été formés chez nous!

Ayons une pensée pour nos amis de Kaya et de toutes les villes dans lesquelles le département de la Vienne est engagé; plus que jamais ils auront besoin de notre aide, fraternelle et logistique, n'en déplaise à nos frontistes locaux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 18:30

    Ces élections cantonales sont les dernières; elles marquent la fin d'un processus démocratique typiquement français,  et signeront le début du démantèlement citoyen irréversible vers lequel nous mène la politique actuelle.

    Ce sont aussi les élus qui ont fait leur tort eux-mêmes par une coupure avec les gens au profit d'une politique "professionnalisée". C'est un peu tard pour venir pleurer.

    Bien sûr il y avait des choses à revoir en termes d'équité, par exemple il fallait beaucoup d'électeurs pour un conseiller d'un secteur de POITIERS qui allait peser au conseil général autant qu'un conseiller de LA TRIMOUILLE (attention, j'adore LA TRIMOUILLE!). Mais, en tous cas, le canton représentait le plus souvent un territoire à taille humaine, organisé autour d'un chef lieu dit de canton (tiens, NAINTRE n'est pas chef-lieu de canton, malgré sa brigade de gendarmerie), et regroupait, sauf dans des secteurs éloignés, un mélange de ville ou de cité importante et de ruralité.

    Ces cantons fédéraient le département, structure de force de la vie politique française séculaire.

    La réforme territoriale n'en veut plus, parce que les pouvoirs publics ne veulent pas de la vie, tout simplement.

    En éloignant les électeurs des centres de décision, en favorisant à terme la digestion des départements par les Régions puis la fusion des Régions, en développant les mégapoles qui ruineront nos campagnes et les videront de leurs forces vives et de leur jeunesse, les pouvoirs publics feront ce qu'ils voudront.

    Ce sera le "déménagement du territoire"...

    De cela je ne veux pas et je souhaite que nous soyons, par mon intermédiaire, nombreux à le dire le 20 et le 27 mars.

    L'UMP, qui prone la mort du département, ose présenter des candidats à ces élections départementales en la "jouant local" comme dit BUSSEREAU.

    C'est littéralement ubuesque et scandaleusement hypocrite!

    

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Élections cantonales
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 10:56
SUR LES SUBVENTIONS AUX ASSOCIATIONS
(Support inspirant mon intervention au Conseil du 15 janvier 2009)


   Les associations constituent indéniablement des forces vives au sein de la vie châtelleraudaise.

 


   Elles peuvent être une école de démocratie interne, un fleuron de la Ville à l'extérieur et un réconfort pour leurs adhérents.

 


  Elles pallient parfois le retrait de l'Etat ou, par une sorte de délégation tacite, le désintérêt des collectivités publiques surchargées.

 


   Leur présentation n'est toutefois pas homogène, elle sont éparpillées, doublonnent parfois en raison de conflits personnels anciens ou de l'histoire locale, ont des objets très variés ou au contraire très proches.

 


   Certaines sont riches, très riches même et possèdent des placements sécurisés alors que leur implication dans la Cité est toute relative et parfois quasi inexistante.

 


   D'autres sont très pauvres et "rament" pour boucler leur budget alors qu'elles sont très engagées dans la Cité, avec un ou plusieurs salariés.

 


   L'attribution des subventions aux associations est donc un acte important qui signe leur reconnaissance ou leur ignorance, totale ou partielle, par le pouvoir en place.

 

   J'ai noté que le seul critère retenu par la délibération qui nous est proposée est "les activités concernées sont d'intérêt local".


- I -


   En période de "vaches maigres" on peut se demander quel sens peut avoir, pour une association ayant déjà un bon "matelas", la perception annuelle de 50, 100 ou 150 euros, reconduite de manière régulière, alors que d'autres projets en auraient besoin.

 


   C'est pourquoi je souhaite pour l'avenir que l'attribution des subventions aux associations soit claire et transparente, non suspectée y compris intellectuellement d'arbitraire et de bon vouloir du prince, en fonction des affinités, des inimitiés ou des oppositions politiques ou philosophiques, vraies ou supposées, et fasse l'objet d'une véritable procédure contradictoire:

 

- avec en amont la présentation d'un véritable projet d'apport d'intérêt local à la vie de la Cité et d'un bilan,


- avec au besoin le soutien en commission d'un projet et l'argumentation sur la recette sollicitée,


- avec en aval la justification de l'emploi du financement.


    Il va de soi que la non reconduction d'une subvention sollicitée, son interruption, soit motivée et portée officiellement à la connaissance du représentant légal de l'association en question pour qu'il puisse contre-argumenter et le cas échéant former tout recours utile.

 


   Pour ce qui concerne le comité ATTAC de CHATELLERAULT, même s'il est rattaché à la structure générale ATTAC, il est évident que son action est d'intérêt local, puisque c'est par exemple sous son impulsion et son combat que le marché de l'eau à CHATELLERAULT est passé au public. Sa réflexion sur le nucléaire est essentielle alors que nous avons débattu sur CIVAUX. De même tout l'effort d'éducation populaire qu'il fait en organisant des conférences développe le discernement citoyen dans cette ville et chacun devrait s'en réjouir, y compris quand il pense autrement, et peut-être surtout quand il pense autrement.



   Souvenez-vous de VOLTAIRE qui disait "Je ne pense pas la même chose que vous mais je me battrai pour que vous puissiez exprimer votre opinion".


   J'ajouterai même que les péripéties de gouvernance qui ont agité ATTAC France ont conforté Dominique BLANCHARD et ses amis dans l'effort de rester un ancrage de réflexion authentique dans cette ville, loin des querelles parisiennes, et que donc, oui vraiment, le comité associatif ATTAC de CHATELLERAULT oeuvre dans l'intérêt local.


La Ville devra donc revoir sa position.


- II -


   Il conviendrait certainement d'anticiper l'évolution sociologique à venir et de travailler à la fédération et à la fusion d'associations voisines, voire rivales, qui ont la même activité ou la même thématique, d'une part dans un souci d'économie, d'autre part dans une volonté de réduire la raréfaction probable des bénévoles, les mêmes étant souvent sollicités jusqu'à épuisement dans plusieurs associations. Je pense que c'est un vrai travail d'élu, qui peut être passionnant. Et nous avions d'ailleurs, dans notre équipe de campagne, la référence à un élu communautaire ayant en charge les engagements associatifs d'intérêt communautaire.

 

   Je souhaite qu'il y ait des progrès importants cette année sur tous ces deux points: une procédure propre pour les subventions, une réorganisation du milieu associatif.


- III -


    Enfin il me paraît nécessaire de rappeler qu'un élu qui a ou a eu quelque intérêt direct ou indirect dans une association sportive ou autre dont il est issu, qu'il a représentée ou représente peut-être encore, s'abstienne au moins lors du vote de l'attribution des subventions aux associations.


Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2009
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 00:19

Mon article d'hier ("bal posthumé") était humoristique et au second degré.

Mais hélas notre société est bien devenue morbide et Thanatos a pris le pas sur Eros: gothiques, zombies et autres sanguinolants ont été initiés par le faux puéril et gentil Halloween qui a en réalité depuis 20 ans instillé dans la jeunesse française le goût de la  mort. Même les adultes s'y sont mis et organisent des fiestas d'outre-tombe jusqu'à plus d'heure.

La pulsion de vie s'incline donc devant la pulsion de mort et l'au-delà vampirisé se découvre de son vivant; l'Enfer est là, maintenant, puisqu'il n'y a plus rien, après. Roulons à tombeaux ouverts!

Que des gens déguisés en clowns s'arment de haches et de tronçonneuses en effrayant le bon peuple, cela est dans la triste logique de ce qui précède; le rire est devenu funèbre et cannibale, la peur est désormais la chose la mieux partagée.

L'hystérie s'empare des populations traumatisées et les pouvoirs publics n'y peuvent mais.

Comment sortir de cette société morbide? Là est le hic.

Fuir.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 10:05

     En ce dimanche, je songe au travail que nous avons fait avec application, Viviane, les équipes et moi, pour être les seuls à avoir une vision cantonale et départementale dans ces élections; nous ne nous sommes pas trompé d'élections, mais les électeurs, si, qui, outre la prime au sortant qui garde son pourcentage mais perd beaucoup de voix, ont envoyé deux signes nationaux: l'abstention et le vote FN.

     Nous avons arpenté souvent un territoire que nous connaissons par coeur, c'est-à-dire avec le coeur, et je revois notre programme: SENILLE avec son chemin des lavoirs restaurés et ses pigeonniers sauvegardés, TARGE avec le haut bourg revivifié, OZON avec la maison de la justice et du droit, NAINTRE avec les moulins du Clain réhabilités, notre combat pour un arrêt TER au Futuroscope et pour un pass A10 CHATELLERAULT nord-sud, le paquet sur toute la zone de l'Etang et son désenclavement, l'engagement d'aider la ruralité au-delà de la seule agriculture, un centre de secours digne de ce nom à NAINTRE, tous nos projets autour du vieillissement; je revois les visages, les espérances, le bon accueil auprès des jeunes quand nous parlions de la lutte contre les discriminations.

      Dans ces moments-là, retour aux textes!

     Je vais chercher dans le dernier ouvrage de la philosophe Elisabeth de FONTENAY -Actes de naissance- la réponse que fit en effet le sage Hillel à qui l'interrogeait sur ses engagements:

     "Si je ne suis pas pour moi, qui le sera

      Mais si je ne suis que pour moi, que suis-je?

      Et si ce n'est pas maintenant, quand?"

      En ce dimanche...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Élections cantonales
commenter cet article