Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 09:29

Le temps étant à la pluie nous avons sorti les prunes congelées depuis la fin de l'été dernier pour en faire des confitures.

La maison embaumait de ce parfum prenant, au coeur du fruit.

Les pots en multitude s'emplissaient les uns après les autres, l'or brun coulant à flots lents et mesurés.

Un jour de pose, torchon recouvrant l'ensemble, puis la parafine protectrice. Couvercles revissés.

Et là commence la noria jusqu'à l'armoire ancienne et ancestrale, véritable coffre-fort conservant dans le noir la richesse familiale: j'avais en effet l'impression en rangeant les uns contre les autres ces pots qui en avaient vu des transvasements, de rassembler des lingots d'or brun d'une valeur inestimable. Inestimable car ils feront le bonheur de la famille et des amis et qu'ils rapporteront  du sentiment au centuple.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 20:26

Longtemps, quand j'étais substitut du procureur en charge des mineurs, j'ai proposé aux enseignants d'apprendre aux enfants des rudiments de droit et de procédure pénale en inventant avec eux "le procès du loup", suite imaginaire et judiciaire du "Petit Chaperon Rouge" de Charles Perrault; l'idée séduisait mais n'a jamais convaincu. Il fallait de l'investissement, du temps, de la transversalité, etc ...

J'ai écrit mon texte et je l'ai protégé, au cas où.

Puis l'an passé, Chantal Blanc, directrice des établissements Moissons nouvelles dans l'Indre, forte de la réussite du projet pédagogique lyrique "la grand cabaret de la vie", a initié un rapprochement entre votre serviteur et Yvan Gauzy, metteur en scène et interprète adepte du burlesque et de la magie.

Nous présentions hier aux personnels de Moissons nouvelles notre projet sur septembre 2014-juin 2015 avec l'aboutissement en juin d'une représentation des ados qui leur sont confiés, car tous sont concernés: pour les décors, les costumes, le son, la lumière, le casting, les répétitions, l'apprentissage du texte en cours de français, etc ... Là, la transversalité tant recherchée est reine. Et le temps s'impose dans la structure.

Yvan Gauzy a respecté l'esprit de mon texte, parfois le texte lui-même!

Bref, ce fut un grand bonheur. Et l'aventure ne fait que commencer. On en reparlera!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 10:25

Ce fut un débat l'autre soir lors d'une réunion de travail des Radicaux de gauche.

Certains, très en veille sur le secret de l'accord TAFTA qui fera la part belle aux sociétés américaines et aux USA contre les nations européennes, voyaient d'un mauvais oeil que le ministère des affaires étrangères ait récupéré pour la première fois  dans son giron  le commerce extérieur et le tourisme.

D'autres y voyaient au contraire pour nous un gage de richesse et de croissance.

C'est  ce qu'a retenu la récente assemblée générale des CCI à l'étranger (113 dans 82 pays dont 20 aux USA) qui se félicite de la "diplomatie économique" actuellement mise en oeuvre par Laurent Fabius

Depuis 2012 d'ailleurs, les ambassadeurs sont notés aussi sur leur engagement économique pour la France, qu'il se traduise par l'installation de français à l'étranger, d'étrangers en France ou par des signatures de contrats.

Certes, il y a très longtemps, en 1825, le patron des affaires étrangères d'alors, un certain baron de Damas, avait créé au quai d'Orsay une direction des affaires commerciales. Comme quoi on n'a rien inventé...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 05:33

Ainsi ce sera France-Allemagne, vendredi prochain.

Déjà pointe la "vengeance" de 1982, quand le goal Schumacher démolit Battiston.

Eté1982, je m'en souviens bien. J'étais en formation de directeur à Saint Martin de Ré, les détenus n'avaient pas encore la télévision (Robert Badinter y cédera en 1983), ils écoutaient donc le match à la radio dans leurs cellules avec "vue imprenable" sur la mer ... Quand il y avait but ou action de but, c'était une bronca incroyable, des cris, des coups dans les portes.

Neuer n'est pas Schumacher, il l'a montré l'autre soir contre l'Algérie où ses sorties, ses tacles hors sa surface ont été propres et pas méchants.

Mais surtout que nos tricolores, qui, comme leurs adversaires, n'étaient pas nés en 1982, ne partent pas avec l'esprit de vengeance, le mythe de 1982 est au-dessus de cela et il leur appartient d'écrire une page neuve de leur héroïque histoire qui ne soit qu'à eux.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 09:21

Dans le journal l'Opinion d'aujourd'hui, Jean Arthuis commet une tribune d'adieu au Sénat où il a passé une trentaine d'années -hors ses participations à des gouvernements-, avant de rejoindre le Parlement européen, européen convaincu qu'il a toujours été.

Jean Arthuis dit toute sa déception des dégâts du bipartisme, de la "politisation" de plus en plus partisane du Sénat devenu doublon de l'Assemblée nationale alors qu'il devrait être au-dessus des tumultes claniques.

ll énonce les rapports qu'il a déposés et je me souviens en effet -je l'ai toujours- de celui élaboré avec le sénateur Haenel, "Justice sinistrée, démocratie en danger", il y  a un peu plus de vingt ans. Ces hommes-là étaient des républicains, des visionnaires aussi, des  pragmatiques attachés aux territoires, à la proximité, au sens de la justice bien comprise  et aux gens, tout le contraire de ce qui s'élabore aujourd'hui. Hélas, ce ne sont pas ceux-là qu'on écoute généralement.

Je crois pronfondément que le centre a été la boussole constante de Jean Arthuis, non pas comme une invocation utopique de principe mais au contraire comme le point d'appui et d'équilibre systématiquement recherché des meilleures politiques possibles fussent-elles au départ contradictoires.

Bonne route européenne, Jean Arthuis.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 04:32

Qu'ils sont charmants les petits veaux qui gambadent dans le pré en contre-bas!

De l'espèce charolaise, leur blancheur double leur caractère adorable.

Le soir, quand la fraîcheur arrive, ils jouent ensemble, soit à se poursuivre en sautant comme des cabris, si on peut dire, soit en se frottant tête contre tête à la manière des bêliers, sous le contrôle des mères.

Et puis, je l'avoue, cent mètres plus haut que le dit pré, nous avons dégusté une excellente tête de veau à la sauce gribiche, cuite avec une langue de boeuf, dans un court bouillon fameux; un vin blanc sec et fruité du bordelais ajoutait une note divine à ce plat qui fut présidentiel.

Voilà le grand écart de l'homme, sempiternel torturé!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 06:21

"Le passé répond de l'avenir", belle phrase à la fin d'une inscription sur l'une des portes à la Vauban de la citadelle de Briançon.

A l'époque de Benoite Rancurel, Briançon lutta pendant des mois contre l'envahisseur venu notamment d'outre-Alpes.

J'ai trouvé cette devise remarquable; elle ferait bien de nous inspirer, nous qui avons pris l'habitude culpabilisante de nous flageller en voulant que systématiquement, aujourd'hui, nous répondions du passé dans lequel nous n'étions pas partie prenante. Trop de repentance aisée tue la mémoire véritable.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 05:57

Le Ministre de l'Education nationale lance le chantier de la notation des élèves, éternel serpent de mer.

Il est certain qu'au moment où les contenus pédagogiques se dissolvent la question de la notation perd de sa validité ...

Mais il est vrai que la notation est toujours perçue non seulement comme pédagogiquement sanctionnatrice, ce qui serait son rôle, mais surtout "pénalisante" et stigmatisante, discriminatoire et décourageante pour tout dire, dans une période générale d'euphémisme, de laxisme, de prévenance et de non-contrariété.

Certes, il y a eu des abus humiliants, des "facilités" rédactionnelles d'appréciation imbuvables, des commentaires odieux. Des orientations, des redoublements, des exclusions ont été le fait de l'arbitraire. Cela doit se travailler, c'est évident, et ne plus se reproduire.

J'aimerais surtout que l'on s'intéresse à l'évaluation dans la durée, la plus juste, la plus pertinente possible, pour tout enfant et que l'on puisse déceler, en chacun et en chacune, les qualités indéniables qu'il ou elle a en lui, soit déjà à l'oeuvre, soit en gestation. 

C'est une question de justice individuelle: inutile d'assommer certains avec du maïs pédagogique ingurgité de force comme à des oies dont l'alimentation contrainte les fait souffrir, fait souffrir leurs congénérères plus doués qui attendent à cause d'eux, fait souffrir la communauté éducative et les parents, alors qu'ils peuvent être doués indubitablement pour le bois, le chant, la peinture, le fer, la cuisine, le jeu, le sport, etc ... et qu'ils pourraient en faire un jour leurs fruits.

C'est une question  d'avenir du pays dès lors que nous aurons sur le marché beaucoup moins de jeunes inopérants, illettrés ou quasiment, ou titulaires de diplômes sur le fond usurpés et attribués avec légèreté; aujourd'hui tant d'emplois techniques ne sont pas pourvus, à côté de cohortes qui ne savent ni lire ni compter,  mais aussi ni tenir un marteau, un rabot, un pinceau, un mixer ou un chalumeau.

Que le débat ne soit pas que cosmétique sur la surface de la notation mais de fond sur: à quoi sert l'école, que fera-t-on de sa vie après l'école?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 07:17

Qu'est-ce que la débredinoire?

Un jour j'avais écrit un article sur les "itinéraires souples" en conseillant de quitter toutes les autoroutes, celles de la voiture et celles de l'esprit.

Ainsi le Bourbonnais, austère territoire sur un axe transversal, a-t-il intérêt à être traversé hors autoroute; on passe alors à Saint Menoux, dans l'Allier, et on visite son église romane typique du Bourbonnais.

Le "clou" de ce monument: la fameuse débredinoire.

En bourbonnais, bredin ou berdin signifie simple d'esprit, fou, qui n'a pas toute sa tête; l'église est pourvue d'une pierre creusée en forme de tombeau, avec, sur le côté, une ouverture semi-circulaire ayant la réputation de guérir les simples d'esprit qui y placent la tête. Il paraît que les guérisons étaient et seraient encore surprenantes.

Voilà un procédé susceptible de révolutionner (mais aussi de ruiner?) la psychiatrie!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 05:09

Revenir, il faut revenir...

Je suis assez casanier et ne quitte mon foyer qu'à regret, regardant la maison, le jardin, le parc comme si je n'allais plus les voir; je visualise même à chaque fois l'article du journal qui rapportera le terrible accident, sur la route des vacances, et, le lendemain, les déclarations éplorées de la classe politique locale. C'est dire!

Puis, une fois finie la villégiature, à la Chartreuse, c'est la contemplation de la montagne, au dernier soir déclinant, de cette masse géologique incroyable, avec sa force, sa "personnalité" chère à Ramuz, qui me rend triste: peut-être ne reviendrons-nous jamais dans ce lieu de ressourcement qui compte beaucoup?

Ainsi va la vie, faite de coupures, de surjets, de départs, de reprises.

Nous croiserons des milliers de vies sur la route connue par coeur, dont certaines se poseront les mêmes questions.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article