Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 20:54
Intervention de Gilles MICHAUD le 12 novembre 2008 à la Gornière à l'invitation du Parti Communiste Français


CAUSES DE LA CRISE, PROPOSITIONS


CAUSES DE LA CRISE


I- LA MONDIALISATION DES ECHANGES :

 

L'émergence des nouvelles puissances économiques (Chine, Inde, Brésil, Indonésie,...):

1- détournement des matières premières (en Chine on construit tous les deux mois une ville de l'équivalent de PARIS, on stocke du pétrole pour un an), ce qui les rend pour nous plus rares et plus coûteuses

2- absence d'un véritable gouvernement démocratique et économique de notre planète (ultra-libéralisme, déréglementation, cf pour nous l'envolée du coût des bois tropicaux sud américains quand il faut reconstruire la Louisiane, prioritaire...)


II- LA FIN DU CAPITALISME CLASSIQUE :

 

1- en tant qu'association du capital et du travail (évolution de la notion de travail)

2- en tant que capitalisme des "grandes familles" (vers des fonds de placement, volatiles et éphémères)

3- vers une hyper-financiarisation internationale (paradis fiscaux, sociétés off-shore, etc...)


III- LE PASSAGE DU REEL AU VIRTUEL :


1- dates clés: 1986-1987 avec la disparition de la compagnie des agents de changes et de la fameuse "corbeille" de la Bourse; les échanges d'achats et de ventes d'actions ne sont plus publics voire spectaculaires, il n'y a plus de publicité, le délit d'initiés est favorisé (cf PECHINEY et Roger-Patrice PELAT dès cette époque)

2- dématérialisation des titres: le passage au numérique développe les risques de rapidité, d'absence de contrôle et d'opacité des échanges (de l'ordre de 4 à 5 milliards d'euros par jour à la Bourse de PARIS), l'investissement dans une société, à long terme, et la connaissance économique qu'on en avait jadis, cèdent le pas au jeu et à la recherche de gain rapide, dans l'ignorance quasi complète du secteur d'activité; depuis 86-87 les banques se sont mises à boursicoter de manière ludique et risquée alors que ce n'était pas leur métier


IV- DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES : L'INDIVIDUALISME :


1- Le recul des corps intermédiaires (partis politiques, syndicats, sentiment d'appartenance mutualiste, assemblées générales désertées, etc...)

2- Le souci personnel de "sauver sa peau" en temps de crise

3- La fin de la notion d'engagement dans la durée, la pratique du zapping, en toutes choses

4- La perte de confiance dans le recours au tiers spécialiste (moins de credo, moins de crédit), alors que certaines banques aujourd'hui, ici, continuent de prêter

5- Le sentiment de peur provenant de l'effet dominos et de pré-précarité (chacun est, partout, remis en cause)


PROPOSITIONS


I- AU NIVEAU INTERNATIONAL: LA MISE EN PLACE D'UN VERITABLE POUVOIR POLITIQUE ET ECONOMIQUE :


1- Revoir la composition du Conseil de Sécurité de l'ONU (CSO) en y intégrant de nouveaux pays qui "pèsent" dans la guerre économique

2- Repositionner G8, G20 et Conseil de Sécurité

3- Rattacher au CSO la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI)

4- Repenser le rôle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et lui donner des moyens de contrôle et de sanction

5- S'attaquer enfin aux paradis fiscaux


II- AU NIVEAU EUROPEEN: "LES PIEDS DANS LE PLAT" :

 


1- La place de certains pays dans l'Europe (quid de la Grande Bretagne, du Luxembourg et de la Suisse? Quid de la Turquie?)

2- Le rôle de la Banque Centrale Européenne (sortie de la toute puissance de Monsieur TRICHET et de l'autisme de cet organisme)

3- Tendre sur cette période vers le protectionnisme (privilégier les échanges intra-communautaires), d'autant que notre monnaie est probablement sur-évaluée par rapport au dollar et nous pénalise à l'exportation

4- Revendiquer un SMIC européen (vieille demande de ma part), moyen de lutter contre l'excès de délocalisations et de revaloriser la considération de la main d'oeuvre des anciens pays de l'Est


5- Favoriser un véritable co-développement responsable et solidaire avec l'Afrique (or le Chef de l'Etat vient de réduire considérablement ce poste budgétaire)


III- AU NIVEAU FRANCAIS: PROMOUVOIR LA FRATERNITE ET LA SOLIDARITE :


1- Renforcer le rôle régulateur de l'Etat et certainement retourner à des formes de nationalisations, même partielles, de certaines activités indispensables à l'intérêt général de la Nation

2- Revenir au Plan, aux grands travaux, aux emprunts nationaux

3- Repenser notre système énergétique et le rendre plus juste et moins dépendant de l'extérieur

4- Revenir à un véritable aménagement du territoire dans un souci d'équité républicaine (hélas: carte judiciaire, carte hospitalière, fusion hospitalière public-privé annonciatrice d'"OPA", abandon du train, etc...)

5- Installer la démocratie de proximité, réponse au délitement du lien social

6- Lutter contre le cumul des mandats dans le temps et dans l'espace (éviter la constitution et l'encroûtement d'une "classe politique" déconnectée de la réalité des gens, combattre l'installation de rentes et de baronnies, favoriser en politique l'entrée de la jeunesse et des néo-seniors, s'enrichir de la mutualisation des expériences, rechercher l'innovation, " casser le moule" à fabrique de prétendues élites)

6- Développer réellement l'apprentissage des langues européennes et l'enseignement de l'histoire européenne pour une véritable appartenance politique



Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 21:01

    Les élections municipales étaient lancées à trois depuis un moment : d'abord notre équipe "Châtellerault Uni en Marche" pour reprendre "La France Unie en Marche" de MITTERRAND en 1988 (deux tiers à gauche, un tiers centre, centre-droit et société civile), l'équipe TONDUSSON après que Michel GUERIN soit rentré dans le rang et Philippe RABIT, candidat officiel de l'UMP locale avant d'être torpillé par l'UMP nationale, en réalité par Jean-Pierre RAFFARIN et on verra comment.


   Les sondages "au feeling"étaient bons pour nous, nous labourions énormément le terrain, nous produisions un vrai programme au plus près des gens, notre équipe aux écharpes vertes était reconnue, nous avions beaucoup d'estime dans l'opinion et les "abelinistes", qui avaient des comptes anciens à régler avec Philippe RABIT, s'apprêtaient à voter pour nous; pour une gauche authentique, ouverte et généreuse, nous étions la seule alternative au" ras-le-bol" des Epoux TONDUSSON.


   Edith CRESSON, qui nous voue une haine farouche ("Ce que je pense de Gilles MICHAUD n'est pas imprimable" dit-elle à la NR), sent le danger pour son poulain. Peu importe l'intérêt de la Ville pour elle.


   Comme toujours, à l'école mitterrandienne, deux fers au feu: sur la gauche avec la candidature de Lutte Ouvrière alors que notre programme est le seul qui prenne en compte le souci des gens au travail (notre colistier Jacky LUC-FRIMVAL et Patrice VILLERET se connaissent bien aux Fonderies) et sur la droite en provoquant par voie de presse Jean-Pierre ABELIN comme on provoque avec un chiffon rouge un taureau endormi pour qu'il y ait, avec sa candidature, un "vrai débat gauche-droite, programme contre programme"(sic).


   Le but est de nous éliminer, en nous marginalisant, car Edith CRESSON, probablement, à ce moment-là, ne croit pas un seul instant aux chances de Jean-Pierre ABELIN à la Mairie, et elle nous gratifie allégrement de 5% des suffrages (rappel, on a fait 20%). Erreur, double erreur, funeste.


   Pour cela, on a recours aux services de Jean-Pierre RAFFARIN, avec qui on fait semblant de s'affronter mais qu'on côtoie depuis longtemps, du temps discret où on le faisait appeler "Monsieur FERNAND" sur les emplois du temps officiels des années 90 quand il présidait la Région.


   On commence par "fusiller" Philippe RABIT, en ne lui faisant pas donner l'investiture nationale UMP, qui est attribuée à Jean-Pierre ABELIN, lequel n'est pas candidat! Extraordinaire ! Inouï !


   Mais Philippe RABIT " se rebiffe" et "y va" avec ses propres moyens (qui sont conséquents, autres que les nôtres!).


  Tout cela est super pour notre ancien Premier ministre ! Ca baigne!


   Edith CRESSON pousse Jean-Pierre ABELIN et Jean-Pierre RAFFARIN le tire -quel écartèlement !- car le candidat- malgré lui "ne veut pas y aller"; d'ailleurs il l'a annoncé à la télévision en novembre 2008 et il en est soulagé." Les conditions ne sont pas réunies", dit-il.


Ouf...


   Erreur, funeste erreur, car le Maire de CHAUVIGNY, le Docteur Gérard HERBERT, ancien premier adjoint d'Alain FOUCHE, ne veut pas au bout de 5 ans laisser sa place à son ancien maître qui souhaite se retirer du Conseil Général et en laisser la présidence à son beau-frère Jean-Pierre ABELIN.


    Du coup, par l'effet dominos, le Maire de CHAUVIGNY vient peser sur la campagne châtelleraudaise: "RAFF" a des sondages privilégiés, le Département peut basculer à gauche (donc Jean-Pierre ABELIN perdrait déjà sa vice-présidence avec tous les avantages notamment d'infrastructures qui vont avec, la permanence Avenue Treuille, le personnel, les facilités de représentation), on sait que Joël TONDUSSON est perdu, "Allez


Jean-Pierre, tu dois y aller!".


Jean-Pierre y va, et il gagne.


Ce n'est pas grâce à nous.


   Heureusement, beaucoup l'ont compris, comme ils ont compris que sans notre candidature, c'était près de 6O% pour ABELIN, sans doute dès le premier tour, comme CLAEYS à POITIERS, et, là, c'était "cuit" pour un moment.

 


Finalement, qui a installé ABELIN ?

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 20:45
   Les cérémonies du 11 Novembre ont drainé cette année à CHATELLERAULT beaucoup plus de public qu'à l'accoutumée, surtout des familles avec de jeunes enfants et des scolaires.

   Une large information sur le 90ème anniversaire, la mise en place d'une excellente exposition salle de l'Ancien Musée et le dernier défilé de nos élèves gendarmes y ont certainement contribué.

   Aux monuments aux morts de TARGE, de la caserne de LAAGE et du jardin public square GAMBETTA, les musiciens de la batterie-fanfare "La Châtelleraudaise" ont assuré par leurs prestations la qualité musicale du recueillement.
Lors du vin d'honneur, le maire a remercié les différents partenaires de la manifestation, dont l'"Harmonie Municipale" (sic).

   Soit il s'agit d'un lapsus, soit "La Châtelleraudaise"est assurée enfin de son financement municipal, ce qui serait une bonne nouvelle.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 21:23
Incroyable comme tout le monde en France, à gauche, à droite, salue la victoire d'OBAMA et la fait quasiment sienne.



Victoire de la diversité, espérance pour le monde, etc...


Certes.


   Mais on ne peut pas transposer à l'histoire française la victoire américaine d'un candidat démocrate de couleur et en tirer pour notre usage franchouillard des enseignements ou des perspectives.


   D'abord, en métropole évidemment (sauf débat sur le rôle des négriers dans les ports de NANTES et de BORDEAUX) nous n'avons pas par rapport à la population de couleur noire la dette de l'esclavage et de la ségrégation comme aux USA. Au demeurant l'histoire personnelle américaine d'OBAMA dans sa branche noire est tout à fait récente et n'a rien à voir avec une négritude subie dans les champs de coton de Virginie, sa grand'mère étant Kényanne


   Ensuite, nous avons une importante antériorité dans la reconnaissance du rôle politique des "non-blancs"et, par exemple, Gaston MONNERVILLE a exercé la présidence du Sénat, ce qui n'est pas rien (2ème personnage de l'Etat qui a milité pour l'abolition du bagne de Cayenne en Guyane)


   Enfin, les clivages politiques US ne sont pas les mêmes qu'en France, et, pour caricaturer, il y a autant de différences entre les Démocrates et les Républicains aux Etats Unis qu'entre le Modem et les Radicaux Valoisiens en France : ce ne sont pas en opposition des ruptures sociétales !


    Quand on aura ajouté qu'OBAMA est partisan déclaré de la peine de mort, on refroidira les ardeurs. De plus, d'après ses dernières déclarations, il va peut-etre évacuer l'Irak mais il semble pret à déclencher les hostilités quand l'Iran aura des armes nucléaires.


   Sa victoire apparaît sans doute de prime abord plus rassurante pour l'équilibre et la paix de la planète que si le vieux baroudeur "Mac" (correct dans la défaite) l'avait emporté, mais tout n'est pas résolu, loin de là, à commencer par la propre paix intérieure des USA et ses répercussions dans le monde: comment vont réagir des conservateurs fanatiques et racistes, la sécurité autour d'OBAMA sera-t-elle infaillible, comment des Noirs ou des Latinos impatients ou à leur tour arrogants peuvent-ils éventuellement devenir intolérants et sectaires, etc...?


   Donc prudence.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 14:26
Gilles Michaud participera au débat organisé par le PCF sur la situation économique actuelle


le mercredi 12 novembre à la salle de la Gornière à partir de 18h00
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 13:38
A partir de maintenant, nous pourrez trouver sur notre blog de temps en temps des annonces pour des sorties qui nous paraissent intéressantes pour qui aime Chatellerault.

Commémoration du 90 ème anniversaire de l'armistice de 14-18

du 7 au 16 novembre dans l'ancien Musée près de la Mairie de 10h à 12h00 et de 14h00 à 18h00 sauf dimanche matin


Exposition d'un collectionneur privé en coordination avec les Anciens Combattants, la Société des Sciences et les amis du musée Sully

 





Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 22:47
   L'équipe municipale en place, dans le numéro de novembre 2008 du Magazine des Châtelleraudais, s'en prend au PS local et à nous-même, dans les termes du titre de cet article.

   Non , JE N'AI PAS LA CAPACITE DE TOUT SAVOIR, mais depuis 1982 au service de la Justice, mes différentes fonctions, dans des vrais métiers où j'ai dû rendre des comptes, ont été de rechercher la vérité, de l'exprimer, de la faire jaillir, et non pas de la dissimuler.

   Je "fonctionne" toujours avec un état d'esprit de serviteur du service public, soucieux d'oeuvrer non pas pour moi-même, quelques fans et les membres de ma famille, mais pour l'intérêt général; la quête du pouvoir et surtout la volonté de s'y maintenir quasiment à vie -on peut alors parler en effet d'une "classe" politique- en contraint trop à des contorsions avec la vérité. On peut allégrement tromper l'opinion, mal informée, manipulée, puisque, finalement l'opinion en "redemande"...

   Non, JE N'AI PAS DAVANTAGE LA PRETENTION DE TOUT POUVOIR, mais mon passé professionnel, son actualité et mes engagements associatifs et syndicaux m'ont obligé à anticiper, à chercher des solutions, à bousculer les habitudes de travail des partenaires; au début, on ne se fait pas que des amis, mais ça avance...
Là, cette manière de subir ce qui se passe à CHATELLERAULT, est lamentable.

   En réalité, Jean-Pierre ABELIN, qui ne voulait pas être candidat à la municipalité, dans la politique depuis 31 ans (!), montre le fossé qui existe entre les mandats de confort qu'il avait exercés jusque- là (en amortissement de l'urgence, bien après, et de manière somme toute solitaire et tranquille, avec un travail pré-mâché par des services ou des collaborateurs) et celui d'un maire d'une ville qui part en vrille comme CHATELLERAULT.

   Bien sûr, il faut accepter le scrutin, mais le vote du 16 mars aura eu des causes et des conséquences politiques, économiques et sociales qu'il faudra bien un jour analyser.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 19:37
Jean-Pierre ABELIN s'est prononcé contre l'extension du travail le dimanche.


Nous n'en attendions pas moins d'un élu bercé à la culture démocrate chrétienne.


   Cette question de l'extension du travail le dimanche pose cependant un véritable problème de civilisation, au-delà de l'aspect chrétien de notre histoire.


   Car on peut très bien manger des religieuses en dessert tous les dimanches sans aller à la messe dans la matinée...


   Y répondre favorablement serait faire droit aux arguments suivants, vrais ou à démontrer, et notamment :

- faire diminuer le chômage (ça reste encore à prouver !)

- favoriser les "jobs" d'étudiants qui pourront payer leurs études et leur loyer,

- prendre acte d'une époque consumériste,

- acquiescer aux changements de moeurs dominicales des français qui désormais aimeraient le dimanche plus que tout déambuler dans les galeries marchandes,

- considérer que déjà de nombreuses professions sont mobilisées tous les jours et donc le dimanche (pompiers, infirmiers, policiers, gendarmes, personnels autoroutiers, métiers de bouche, presse, etc...).


Nous en oublions sans doute.


   Y répondre défavorablement serait faire droit aux arguments suivants, tout aussi vrais ou à démontrer que les précédents, et notamment:

- comme tout organisme vivant, notre pays a besoin sociologiquement d'une pause collective majoritaire, et seule la fin de semaine autorise facilement ceci,

- il faut résister à la dérive consumériste qui assez globalement abêtit les gens et renforce l'individualisme,

- s'opposer aux demandes des grands groupes de l'agro-alimentaire et de la distribution qui ne songent qu'à augmenter leurs dividendes par le dimanche travaillé au mépris de leur personnel,

- refuser la précarité des salariés du dimanche (fussent-ils payés double!),

- donner aux habitants du temps partagé dans les activités sportives, associatives, politiques et culturelles,

- favoriser les liens d'amitié et inter-générationnels que souvent seul le dimanche permet, songer aux familles recomposées et à l'exercice des droits de visite et d'hébergement quand les parents sont géographiquement éloignés.


Nous en oublions sans doute.


   L'urgence... serait donc de ne rien faire et de ne débattre de ce sujet qu'après avoir justement pesé tous les arguments qui viennent d'être évoqués. Mais, on l'aura compris, à la comparaison de l'épaisseur de nos deux paragraphes, notre équipe souhaite garder le dimanche!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 19:28
   Le Grenelle de l'Environnement constitue d'abord une véritable usurpation de titre quand on connaît la réticence des pouvoirs publics en 1968 à se laisser "arracher"par les syndicats de salariés une reconnaissance un peu plus correcte du prix du travail.

 


   Revanche sarkozyste sur l'appellation.


   En la forme, on assiste, auprès de "cautions" morales, politiques ou techniques de l'environnement, à la même entreprise de séduction et de débauchage que lors de la formation du Gouvernement en y incluant des gens dits de gauche ou connus pour leur franc-parler.


   Anesthésiés depuis.


   Sur le fond, cette quête effrénée du discours environnemental est un véritable leurre pour la démocratie et n'a pour but que de tirer profit capitalistique de généralités pieuses sur l'eau, les déchets (sauf nucléaires...) et les gaz à effet de serre.


   Les mêmes grands groupes qui ont allégrement pollué cherchent à faire fortune en monopolisant les opérations, juteuses, de dépollution. Marchés publics à venir, etc...


   Dans cette vaste opération de "greenwashing"-repeindre en vert la guérite d'accès à la centrale nucléaire!-, il n'y a que l'argent qui compte: "green is green"comme le dit un grand financier américain qui mise sur les richesses de la reconversion environnementale en froissant un billet vert ... américain.


  Le Gouvernement, dans un axe ultra-libéral, mise toujours sur la croissance économique, laquelle est foncièrement incompatible avec une véritable écologie et la prise en compte sérieuse des enjeux d'un mieux-vivre planétaire (arrêt du plan auto-routier, réappropriation des voies ferrées abandonnées, reconquête de la biodiversité et de la pollennisation, quotas ou interdiction pour la pêche de certaines espèces (morue, thon rouge, baleine), renforcement des services publics, collaboration intelligente et respectueuse avec les pays du Sud, etc...).


   A la suite de René DUMONT, Antoine WAECHTER avait tout écrit, absolument tout, en 1990 dans "Dessine-moi une planète". Relisez-le.


   La subtilité perverse du Grenelle de l'environnement, c'est de faire en sorte que personne ne puisse être contre (qui prendrait en effet le risque d'être désigné publiquement comme un opposant à la lutte pour la protection de l'environnement?). D'ailleurs, dans une semi-ivresse scrutative, Jean-Louis BORLOO (qui avait hérité de ce ministère de l'Ecologie comme une sanction après sa bourde sur la TVA sociale qui a coûté 30 sièges de députés à l'UMP), s'est réjoui d'un vote unanime, ou presque.


   Mais c'est justement là qu'il faut résister et batailler politiquement:  car le libéralisme place le profit, et non pas l'homme, au centre de la politique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 20:36
La responsabilité politique implique la cohérence.

   Or au niveau national, directement ou par procuration, Jean-Pierre ABELIN soutient une politique qui aura des retombées épouvantables sur notre bassin d'emploi châtelleraudais, en particulier en affectant le bâtiment.


    1- Ainsi le budget du logement a-t-il diminué de 6, 9% pour l'année 2009; l'Etat ne versera plus un seul centime pour la rénovation urbaine des quartiers en difficulté, tout sera payé (et pour combien de temps?!) par les fonds du 1% logement, c'est-à-dire ce qui permettait aux familles de boucler le coût de leurs travaux immobiliers moyens (salle de bains, cuisine, etc...) en faisant appel aux artisans locaux. Bonjour l'emploi...

 

    2- Ainsi encore la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale vient- elle de supprimer l'aide aux transports (pourtant voulue par le Gouvernement), créant une inégalité en France entre les Provinciaux et les Franciliens, lesquels bénéficient d'une prise en charge obligatoire de 50% des titres de transport collectif, et écartant pour tous la faculté de prise en charge par l'employeur des frais d'utilisation d'un véhicule personnel dans la limite de 200 euros par an.


   Il faut savoir qu'aujourd'hui les organismes de crédit immobilier et les pavillonneurs intègrent dans les dossiers de faisabilité le coût du transport et éliminent des candidats dont le budget "ne passe plus" à cause de l'essence; ce seront encore les artisans locaux du bâtiment qui vont en pâtir. Bonjour l'emploi...

 

   On ne peut pas, à CHATELLERAULT, lors de la "manif" pour l'Ecole de Gendarmerie, déambuler en criant "Emploi! Emploi!" et demander "du fric" (sic) au représentant de l'Etat, et, à PARIS, donner un blanc-seing pour faire mourir l'emploi local.



Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2008
commenter cet article