Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 19:37

Un déjeuner d'été avec les amis Jacques LENGLIN, ancien secrétaire général de la mairie de CHATELLERAULT au temps d'Edith CRESSON, et Bernard GIVELET, ancien conseiller général socialiste de SAINT GERVAIS des années 80. Toujours un grand moment.

 

Parmi nombre d'histoires mémorables, Bernard GIVELET nous rapporte un souvenir au départ professionnel: jeunes mariés, sa femme et lui sont nommés -il y a longtemps!- institutrice des filles et instituteur des garçons à SANXAY. Mais les deux appartements au-dessus des classes, séparés, sont affectés évidemment à des personnes distinctes qui ne sont pas faites pour être mariées!

 

Pour partager la même chambre, les deux instits jeunes mariés sont obligés de passer par la cour de l'école! Bernard GIVELET demande -et obtient- de l'Inspecteur de l'Education nationale la possibilité de faire percer le mur mitoyen.

 

Aujourd'hui, l'intéressé, pourtant l'esprit toujours alerte, ne se souvient plus s'il s'agissait de passer de la gauche vers la droite, ou le contraire.

 

En tous les cas, la politique, c'est l'art de percer les portes, et Bernard GIVELET fut un précurseur!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 19:29

On se félicite des victoires françaises dans le Tour de France et en particulier des deux de Sylvain CHAVANEL à SPA et au Champ des Rousses, mais ces vainqueurs sont quasiment tous trentenaires; ils sont le produit d’une métamorphose des courses cyclistes.

 

Pour des raisons diverses (exode rural, baisse du commerce de proximité, désengagement des bénévoles de jadis, avènement de nouveaux sports, etc...) les coursettes nombreuses le dimanche dans nos villages ont quasiment disparu et il faut faire du chemin pour voir une course de cadets pédalant comme des fous 10 fois sur un circuit de 6 kilomètres. Ces modes de procéder dans l’accès au vélo n’ont pas donné de grands champions français pendant longtemps. Multiplier les courses en tourniquets ne relevait pas le niveau de chacune d’entre elles et une fois à l’échelon supérieur, sur des parcours plus “étapes”, nos champions locaux disparaissaient dans l’anonymat puis le découragement. Du coup, des petits clubs villageois peinent aujourd’hui à se maintenir, même en intégrant des “cyclos” et des “pass’loisirs”.

 

A CHATELLERAULT les fanatiques de la petite reine ont su oeuvrer intelligemment: il n’était pas facile de réaliser la fusion de deux clubs que tout séparait culturellement et qui organisaient leurs courses séparément, la Pédale Châtelleraudaise au maillot vert synonyme de Châteauneuf (où courut le père de Sylvain), et le VCC, le Vélo-club châtelleraudais au maillot noir et blanc cher aux vêtements BERNARD: ils y sont parvenus en créant l’ACC, l’Avenir Cycliste Châtelleraudais, le club de Sylvain CHAVANEL, au maillot ... vert, blanc et noir, plus le jaune des deux couleurs de CHATELLERAULT.

 

Club qui fonctionne bien sous la houlette du Président SOULAT.

 

Comme quoi, quand on veut, on peut toujours rassembler!

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 19:27

Dans une édition de 1938 de ses “Souvenirs” établie par son fils, Charles PEGUY, hélas l’un des premiers morts aux combats de septembre1914, évoque des aspects de la vie politique de la fin du 19ème siècle très intéressants, et notamment ses nombreuses marches discursives avec Jean JAURES et l’affaire DREYFUS.

 

Sur cette dernière affaire, il dit “Nous étions des héros”, nous étions des héros parce qu’il fallait avoir du courage, à l’époque, pour se battre en faveur d’un homme seul auquel un mauvais sort judiciaire était promis, pour les raisons politiques et anti-sémites que l’on sait; et de dire que si un seul d’entre nous était atteint injustement, c’était tout le corps social qui l’était.

 

C’est très fort, puissant, d’une simplicité affûtée.

 

Aujourd’hui, quand on voit la multiplicité des désignations officielles d’ennemis intérieurs et le peu de réactions de nos concitoyens, on peut s’inquiéter de la vitalité de notre démocratie: pourtant, nous devrions tous être des Roms, des Manouches, des “Sonacotra” sans papiers, des jeunes des cités.

 

“La République est une et indivisible” et nous sommes de forte ... Constitution!

 

Prouvons-le.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 18:00

   Les promesses du ministre ESTROSI, comme de tant d'autres, n'engageaient que ceux qui les recevaient, c'est bien connu. Tous ces "décideurs" sont à mille lieues des réalités quotidiennes des privés d'emploi et de leurs familles.

 

Dans la même édition du 22 juillet 2010 on peut lister les jugements de liquidation judiciaire prononcés par le Tribunal de Commerce de POITIERS qui concernent notre arrondissement, soit 8 sur 24:

un électricien aux ORMES, un maçon à CHOUPPES, un marchand à LOUDUN, un soudeur à INGRANDES, un cafetier à CHATEAUNEUF, un publicitaire à MOUTERRE-SILLY, un marchand à OZON, un magasin de pneumatiques zone nord à CHATELLERAULT. A

 

jouté au reste, c'est aussi tout un maillage de territoire qui se déchire. J'insiste  une nouvelle fois pour demander des Etats généraux de l'emploi afin de sortir d'un traitement purement politico-administratif du chômage et de la quête d'entreprises.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 12:32

L’association LES CHATELLERAUDAIS REUNIS

 

 

Vous invite à participer à une MARCHE CITOYENNE

 

 

 

 

Le DIMANCHE 29 AOUT 2010

 

Rendez vous à 9 h 45 sur le parking de la Manu

 

 

 

Départ à 10h précise. Les Bords de Vienne par le quai Alsace Lorraine, la promenade des Acadiens, passage de la Vienne par le Pont de chemin de fer, et retour par les quais et le Pont Camille de Hogues

 

 

Après la marche nous nous retrouverons pour le pique-nique

au Petit Bordeaux , 33 boulevard d’Estrées, entrée par la cour.

 

Chacun amenant son panier sans oublier pain et boissons.

 

Les personnes qui ne peuvent participer à la marche pourront nous rejoindre au pique nique.

 

Pour ceux qui le peuvent , vous pouvez amener tables , chaises de camping et parasols.

 

Les amateurs de pétanque pourront prolonger l’après midi ; alors pensez à amener vos boules.

 

Vous pouvez venir avec vos amis . Plus nous serons nombreux , plus l’ambiance sera festive.

 

N’oubliez pas de réserver vos soirées

Samedi 25 Septembre pour le Dîner Dansant au salon du Marais et le Mardi 28 Septembre pour la conférence sur le stress au travail

Repost 0
Published by Les chatelleraudais réunis
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 19:16

La proposition du député Eric CIOTTI, le Monsieur Sécurité de l'UMP, de mettre en prison les parents d'enfants délinquants qui ne respecteraient pas leurs engagements de réinsertion, est totalement populiste et ignorante du droit existant: depuis très longtemps figure au code pénal un article 227-17 qu'un certain nombre de Parquets, dont celui de POITIERS dès les années 1998, ont mis en oeuvre: il sanctionne de peines de prison et d'amende les parents qui, sans motifs légitimes, se soustraient à leurs obligations légales en matière d'éducation, de santé et de moralité de leurs enfants.

 

Que Monsieur CIOTTI lise d'abord le code pénal puis se fasse renseigner sur l'état du droit français: personne n'est pénalement responsable des faits commis par autrui; la dernière fois, c'était aux temps révolus de la loi dite anti-casseurs, de sinistre mémoire.

 

Qu'on mette plutôt les efforts et les moyens en amont pour tenter de réduire les causes objectives de la délinquance, la misère,l'exclusion, l'habitat dégradé, l'absence d'espoir.

 

Gilles Michaud président du PRG de la Vienne, ancien substitut des mineurs à POITIERS

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 18:18

 

         Le journal Les Echos du 16 juillet consacre un article au marché de la mort, qui n’a pas encore son salon national alors que 550 000 personnes meurent chaque année en France; mais la lacune va être réparée, sous le contrôle d’une commission de déontologie. C’est intéressant.

 

          Pendant la campagne électorale, et déjà bien avant, j’avais pris des contacts à ce sujet, pour que notre ville soit la première en France à mettre en place une formation aux métiers de la funétique, comme on dit.

 

          En effet n’importe qui ou presque peut aujourd’hui installer une entreprise funéraire, et on connaît quand même quelques incompétences, quelques abus, quelques escroqueries au moment où les familles sont désemparées.

 

           Notre département d’IUT Tech de Co pourrait tout à fait, après le DUT, mettre en place une licence professionnelle; à partir d’un socle commun (droit, comptabilité, gestion, publicité) les étudiants se destinant aux métiers de la funétique bénéficieraient des éléments essentiels liés à la déontologie, à la législation funéraire et sanitaire, à la psychologie, à la culture et à l’histoire des religions, etc...

 

            Je sais, il ne faut jamais être trop en avance, mais je crois que les ingrédients de sensibilisation du public et des professionnels sont posés pour que ce projet soit désormais formalisé: allez, universitaires, élus, professionnels, battez-vous, vous avez là quelque chose de passionnant, et qui fera parler de nous.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 16:07

Vous trouverez ci-joint et ci-dessous un nouveau communiqué de presse de la Coalition Française pour la Cour Pénale Internationale (CFCPI) - dont le Syndicat est membre - suite au vote conforme de l'Assemblée nationale intervenu aujourd'hui sur le projet de loi d'adaptation du droit français à l'institution de la CPI.

 

Ce vote est navrant puisqu'il entérine les scandaleux verrous juridiques imaginés par le gouvernement pour empêcher la poursuite et le jugement en France des auteurs de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis à l'étranger.

 

Amitiés syndicales,

Le bureau

 

 

 

Justice internationale

La CFCPI consternée par le vote de l’Assemblée nationale

 

La Coalition française pour la Cour pénale internationale (CFCPI) est consternée par l’adoption sans amendements, ce matin, du projet de loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la Cour pénale internationale (CPI).

 

Le gouvernement a tout fait pour dissuader les députés d’amender le texte issu du Sénat.

 

Comme l’ont relevé des députés de tous groupes (communistes, socialistes, UMP) qui ont tenté sans succès de s’y opposer, les Eichmann ou les Pinochet de demain pourront venir en France sans risque d’être inquiétés tant qu’ils n’installent pas dans notre pays leur « résidence habituelle ». Cette restriction constitue une erreur morale, juridique et politique :

 

* morale, car comment expliquerons nous aux victimes qu’un criminel contre l’humanité en villégiature en France ne soit pas arrêté ?

 

* juridique, car en ratifiant le Statut de la CPI, la France s’était engagée à mettre sa justice nationale au service de la lutte contre les crimes internationaux (cf « Repères » ci-dessous) ;

 

* politique, car croire devoir mettre la diplomatie à l’abri du droit et de la justice est une erreur politique grave, un contre-sens par rapport à l’évolution historique qui s’observe dans le monde entier depuis une quinzaine d’années.

 

En refusant de prendre sa part à la répression des crimes internationaux, la France va prendre un retard incompréhensible et injustifié et restera en marge de la mondialisation de la lutte contre l’impunité des dictateurs et des bourreaux.

 

Repères

 

La France a ratifié le Statut de la CPI en 2000 et devait depuis lors modifier sa législation pour permettre de juger en France les criminels de guerre, criminels contre l’humanité et génocidaires. Ces crimes sont commis dans des pays où, souvent, la justice est impuissante à les réprimer. Le Statut de Rome prévoit donc « que leur répression doit être effectivement assurée par des mesures prises dans le cadre national et par le renforcement de la coopération internationale ». C’est pourquoi tout en créant la CPI, qui ne pourra juger que quelques cas par an, les plus emblématiques, le Statut affirme qu’ « il est du devoir de chaque État de soumettre à sa juridiction criminelle les responsables de crimes internationaux ».

 

C’est ce à quoi la loi votée ce matin se refuse en posant à l’action de la justice française quatre conditions cumulatives qui ne seront pratiquement jamais réunies :

 

* La condition de résidence « habituelle » : les auteurs présumés de ces crimes internationaux pourraient être poursuivis seulement s’ils possèdent leur résidence « habituelle » en France. Aucun d’entre eux ne prendra évidemment ce risque, se satisfaisant fort bien de séjours plus ou moins prolongés en toute impunité sur le territoire français.

 

* Le monopole des poursuites confié au Parquet : les victimes de crimes internationaux se verraient priver du droit de se constituer parties civiles, c’est-à-dire engager des procédures contre les auteurs présumés des crimes. Cette initiative n’appartiendrait plus qu’au Parquet, dont l’expérience démontre la grande frilosité en l’espèce. Elle violerait le principe d’égalité puisque toutes les victimes auraient ainsi le droit de déclencher les poursuites, sauf celles des crimes les plus graves ;

 

* La condition de double incrimination, qui subordonne les poursuites en France à la condition que les faits soient punissables à la fois par le droit français et par la législation de l’Etat où ils ont été commis. Or précisément cet Etat peut très bien ne pas avoir prévu de disposition spécifique pour poursuivre les crimes concernés.

 

* L’inversion du principe de complémentarité en subordonnant les poursuites à la condition que la CPI ait décliné expressément sa compétence, inversant ainsi le principe posé par le Statut de Rome qui donne la priorité aux juridictions nationale.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 14:19
      Le 25 septembre aux salons du Marais, les Châtelleraudais réunis organisent leur soirée dansante avec l'orchestre Jacky ROGER et un dîner servi à table.
      Cela change apparemment du pique-nique républicain, mais pas tant que ça.
      La date est toujours fixée au plus près de la Saint Michel, fête qui jadis marquait, comme la saint Jean, un certain nombre d'engagements dans le travail ou à la terre.
      Cette fois l'été est bien fini et, en effet, l'action politique fait partie des échanges entre les convives entre deux plats ou deux danses. On prend des résolutions.
      Cette soirée témoigne aussi de la volonté exprimée de manifester la capacité à mettre en oeuvre un moment associatif fort, qui a de l'allure, et cela se sait.
     
  Prenez déjà vos dispositions! On connaît les excuses qui n'en sont pas! La chasse, la soirée des cent de l'ami GUELLERIN, etc...même si c'est vrai: des gens sont dans la difficulté et ne peuvent pas le dire. Une telle soirée, c'est toujours une dépense. Alors que ceux qui sont à l'aise n'hésitent pas, avec grande délicatesse et sollicitude, à inviter tel ou tel qui ne l'est pas. Personne n'en saura rien et l'amitié fera le reste. Danser, c'est oublier. Un peu.
       Prenez-vous y de bonne heure. Pour les organisateurs, l'amorçage est très important!
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 18:08
     Le dimanche 29 août, l'association amie Les Châtelleraudais réunis organise sa traditionnelle marche citoyenne suivie du pique-nique républicain. Ce sont des moments très importants, qui interviennent en fin d'été, juste avant la rentrée.
     La marche citoyenne, c'est prendre le temps d'aller d'un groupe à l'autre, des plus jeunes aux aînés, de ceux qui vont bien à ceux qui souffrent, de la maladie, d'un deuil, d'un divorce, du manque d'emploi, c'est prendre le temps de s'émerveiller d'un paysage châtelleraudais qu'on croyait connu, d'une sculpture discrète au-dessus d'un porche,  d'un angelot dans l' infractuosité d'un mur, c'est rencontrer un riverain ami de tel ou tel, c'est accepter le temps qu'il fait, soleil de plomb ou air maussade et humide. C'est, d'une certaine manière, profiter d'une liberté collective qui fait du bien à chacun en un moment charnière de l'année.
      Le pique-nique républicain,  dans les jardins ombragés du Petit Bordeaux, c'est le partage des préparations culinaires faites par d'autres, à leur façon qui n'est pas la nôtre, et l'invitation à trinquer de table en table -sans excès!-, c'est prendre le temps de parler avec celui qu'on n'a pas vu depuis longtemps, avec celle qui a une idée géniale pour un projet -un jour-, avec ceux qui sont des militants de toujours, des vrais,  avec ceux qui ne savent pas encore ce que c'est, mais qui sont disponibles.
      Bref, c'est là que se trouve la politique, l'amour de la cité. La gratuité.
      Alors venez, avec simplicité.  Dites-le dans votre entourage. Nous avons besoin de vous pour que vive la ville.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article