Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 09:05

     Le centre social d'Ozon a maintenu l'excellent projet de s'associer au programme national du Printemps des Poètes, avec pendant trois bonnes semaines des manifestations autour de l'écriture et de la lecture. Avec l'apothéose de la diction publique et de l'exposition des textes de nos jeunes (et moins jeunes)  poètes de tous les terroirs et de tous les voyages.

     Bravo!

     Mais j'aimerais tant que la Ville dans son ensemble se soit associée à ce projet national, qu'on en profite pour travailler l'idée qui m'est chère des ateliers d'écritures, de la lecture dans des lieux insolites (les ruelles, les cafés, les usines, les restaurants, l'hôpital, les maisons de retraites, les établissements accueillant des personnes en situation de handicap, etc...).

      La poésie, c'est la vie, la liberté. Alors courage et pleine réussite.

    

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 18:00

Projets de loi relatifs au paquet électoral

Intervention de monsieur Nicolas Alfonsi - première lecture

 

Nicolas ALFONSI

 

M. le président. La parole est à M. Nicolas Alfonsi.

M. Nicolas Alfonsi. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, avant d'aborder l'examen de ces trois textes, je tiens à saluer la qualité du travail de M. le rapporteur de la commission des lois, ainsi que l'énergie dont il a fait preuve pour améliorer ces textes.

Je ne m'attarderai pas sur la ratification de l'ordonnance du 29 juillet 2009 relative à l'élection des députés par nos compatriotes établis hors de France si ce n'est pour souligner, comme d'autres l'ont fait avant moi, que le découpage choisi n'est sans doute pas le plus pertinent. Je constate en effet qu'il aboutit à d'importants écarts de population entre les circonscriptions, parfois même au détriment de la cohérence géographique.

Je ne peux également que déplorer un certain manque de clarté en ce qui concerne le choix du lieu de vote, l'unicité du plafond des dépenses de campagne et l'absence d'obligation de résidence pour les candidats, laquelle ne manquera pas de conduire trop de candidats hexagonaux à se présenter à ce qui s'apparentera à une session de rattrapage pour représenter les Français établis hors de France.

Mes chers collègues, comme l'a rappelé M. le rapporteur, notre code électoral est aujourd'hui à la fois parcellaire et obsolète. Il est parcellaire, car nombre de dispositions demeurent non codifiées, à commencer par celles qui sont relatives à la transparence financière de la vie politique, lesquelles ne sont pas les moins importantes. Il est obsolète ensuite, dans la mesure où le régime des inéligibilités et des incompatibilités se réfère encore à des fonctions qui n'existent plus, ce qui entraîne de fâcheuses et préjudiciables divergences d'interprétation et, par conséquent, d'application de la loi de la République.

Ce manque de cohérence se retrouve encore dans l'imperméabilité des règles propres à chaque scrutin, qui autorise par exemple qu'une condamnation à une peine d'inéligibilité ne puisse s'appliquer qu'au seul mandat ayant donné lieu à l'infraction réprimée.

On pourrait en dire tout autant des règles relatives aux déclarations de candidature, aux délais de recours contentieux ou encore au mandataire financier.

Cette situation n'est naturellement plus acceptable.

Je rappellerai tout d'abord que la clarté et l'intelligibilité de la loi sont des objectifs de valeur constitutionnelle depuis 1999.

Surtout, ce foisonnement de règles affaiblit la vitalité de notre démocratie, car il facilite les rigidités structurelles de la vie publique en restreignant la liberté d'accès aux fonctions électives à tout citoyen.

Or la transparence, particulièrement financière, des élus de la République est aujourd'hui une attente forte et légitime de nos concitoyens. La suspicion alimente en effet la perte de confiance envers nos institutions. Malheureusement, l'actualité accroît ce sentiment, comme l'ont montré les révélations concernant les mélanges douteux de certains responsables politiques entre intérêts publics et intérêts privés.

C'est précisément ce genre de comportements qui jettent le discrédit sur l'ensemble des représentants de la nation. Et, nous ne le savons que trop bien, une telle défiance fait le jeu des partis extrémistes, aussi prompts à proclamer le « tous pourris » qu'à attiser le rejet des institutions, sans aucune proposition constructive.

M. Jacques Mézard. Très bien !

M. Nicolas Alfonsi. Souvenons-nous des dégâts causés dans les années quatre-vingt-dix par la mise au grand jour des rouages parfois douteux du financement des partis politiques et des nombreux procès qui suivirent. Vous l'avez d'ailleurs rappelé tout à l'heure, monsieur le ministre.

La loi d'amnistie adoptée en 1990 n'avait pas été comprise par l'opinion. Elle avait au contraire attisé la défiance envers des élus perçus comme se plaçant au-dessus des lois. Il avait également fallu trois lois pour enfin mettre en place un début de commencement de moralisation financière de la vie publique.

Aussi, il est heureux que nous n'ayons pas dû attendre d'autres dérives pour moderniser les relations entre l'argent et les élus, au travers des textes qui sont aujourd'hui mis en discussion.

Les préconisations de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques et celles de la Commission pour la transparence financière de la vie politique allaient dans le même sens, en suggérant que l'adaptation et la modification des dispositions électorales relatives à l'élection des députés offraient l'occasion de modifier plus largement des dispositifs du code électoral applicables à l'ensemble des élections.

Le rapport de la commission de réflexion pour la prévention des conflits d'intérêts dans la vie publique, la commission Sauvé, fait d'ores et déjà autorité, tant il permet de défricher une terre encore aujourd'hui, hélas ! mal balisée.

Certes, ce rapport ne concerne pas directement les membres du Parlement, en raison de la séparation des pouvoirs. Mais je souhaite que ses conclusions, si elles ne s'imposent pas juridiquement à nous, s'imposent au moins moralement dans leur esprit. La définition proposée du conflit d'intérêt nous concerne tout autant que les autres acteurs de la vie publique, fonctionnaires ou élus.

Nous n'avons d'ailleurs pas attendu pour créer un comité de déontologie, sur l'initiative du président Gérard Larcher, ainsi qu'un groupe de travail, sur celle du président de la commission des lois, Jean-Jacques Hyest. Les premières mesures ont permis, par exemple, de rendre visibles dans notre enceinte les représentants d'intérêts catégoriels venus plaider leur cause auprès des élus.

La notion de transparence est donc essentielle, comme l'avait également mis en avant le rapport Mazeaud sur le financement des campagnes électorales.

C'est dans cette direction que s'orientait initialement la proposition de loi relative à la transparence financière de la vie politique, en instituant un compromis raisonnable, qui offrait la possibilité de sanctionner pénalement un parlementaire en cas de déclaration de patrimoine incomplète ou mensongère à la Commission pour la transparence financière de la vie politique.

On peut regretter que les amendements de M. Copé aient amoindri cette sanction pénale et vidé de son sens une disposition pourtant essentielle.

La commission des lois s'est penchée sur cette question à son tour, sans toutefois modifier le texte adopté par nos collègues députés. Souhaitons que le Sénat aille au bout de la logique en rétablissant pleinement cette sanction.

Le texte qui nous est soumis contient néanmoins des avancées qu'il nous faut saluer. La Commission pour la transparence financière de la vie politique aura parallèlement la possibilité de demander aux parlementaires leur déclaration d'impôt sur le revenu ou d'impôt de solidarité sur la fortune.

À la demande de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements de la vie politique, il est instauré une même date de dépôt pour tous les comptes de campagne à une même élection, que le candidat soit élu au premier ou au second tour.

Les établissements bancaires auront l'obligation d'ouvrir un compte et de mettre à disposition les moyens de paiement pour les mandataires et les associations de financement désignés par les candidats à une élection. La désignation d'un mandataire avant dépôt de déclaration de candidature en préfecture devient obligatoire.

Enfin, un candidat ayant obtenu moins de 1 % des suffrages exprimés et n'ayant reçu aucun don de personne physique ne sera plus tenu de déposer un compte de campagne.

En matière d'inéligibilités, il faut ici rappeler le strict cadrage récemment opéré par le Conseil constitutionnel à propos de l'automaticité d'une telle sanction, au nom des principes de nécessité et d'individualisation des peines. Le juge électoral doit, dans tous les cas, conserver une marge d'appréciation quant à l'espèce.

À cet égard, il est heureux que notre commission ait aligné le droit électoral sur le droit commun en instaurant une présomption de bonne foi du candidat qui encourrait une inéligibilité et en caractérisant la mauvaise foi par l'intention frauduleuse.

De même, je me félicite qu'une peine d'inéligibilité soit étendue à l'ensemble des mandats que détient une personne.

Notre commission a aussi profité de la discussion de ces textes pour introduire des dispositions relatives au Sénat.

Tout d'abord, faut-il réellement céder à la tentation du « jeunisme » ambiant en abaissant l'âge d'éligibilité aux élections sénatoriales à vingt-quatre ans au lieu de trente ans actuellement ? Je sais bien que Louis XIV a régné avant l'âge de vingt-quatre ans...

Certes, il est toujours sain qu'une démocratie ne reste pas figée et que les représentants de la nation soient au plus près de l'image actuelle de la société. Néanmoins, le cycle électoral quinquennal du couple Président de la République -Assemblée nationale n'est pas de même nature que le cycle de six ans des élections locales. Notre Haute Assemblée doit demeurer déconnectée du rythme de court terme des députés et s'inscrire dans une continuité plus lissée et moins dépendante des fluctuations de l'électorat.

Je n'aurais donc pas été choqué que soit maintenu l'âge actuel d'éligibilité de trente ans, car il garantit un minimum d'expérience et de recul aux représentants des collectivités territoriales que nous sommes.

Par ailleurs, notre commission a supprimé, pour cause d'obsolescence, l'article L. 306 du code électoral, qui laisse aujourd'hui aux candidats aux élections sénatoriales six semaines avant le scrutin pour organiser toute réunion publique de campagne auprès des électeurs.

Une telle modification pourrait sembler marginale. Elle appelle toutefois nos réserves, car est ainsi soumise à notre vote une modification des règles du scrutin seulement six mois avant celui-ci. Mes chers collègues, je crois qu'il n'est jamais bon pour la sincérité du jeu électoral de changer les règles à une aussi brève échéance.

Enfin, la commission des lois a également voté l'extension des comptes de campagne, donc des plafonds de dépenses, pour les candidats aux élections sénatoriales, mais seulement à partir du renouvellement de 2014. On peut se réjouir de cet alignement sur les règles de droit commun, qui évitera certaines dérives.

Vous le comprendrez, ces trois textes contiennent d'indéniables avancées, que les membres de mon groupe et moi-même appuyons. Il demeure toutefois encore des insuffisances. Je regrette par exemple que nous n'ayons pas attendu la finalisation du projet de loi issu des recommandations de la commission Sauvé pour procéder à une remise à plat de l'ensemble des règles électorales et de moralisation de la vie politique, y compris pour les parlementaires.

M. Yvon Collin. Très bien !

M. Nicolas Alfonsi. Aussi, le groupe du RDSE aborde l'examen de ces textes débarrassé de tout préjugé. Tout en constatant des améliorations sensibles apportées par la commission des lois, il déterminera sa position à l'issue de la discussion des articles. (Applaudissements sur certaines travées du RDSE, ainsi que sur les travées du groupe socialiste. - Mmes Jacqueline Gourault et Nathalie Goulet applaudissent également.)

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 10:41

       Une candidate -c'est facile à deviner- disait sur le marché de NAINTRE que les pouvoirs publics spéculaient sur une participation aux cantonales de 20%. Si tel était le cas ce serait un effondrement démocratique, un tremblement de terre citoyen, et nous ne pourrions plus que pleurer sur une Altantide politique disparue.

       Dans les réunions publiques, les habitants ne se bousculent guère.

       Dans notre civilisation (?) on a perdu le sens de l'agora, de l'oralité; c'est l'image, le son, le mouvement des couleurs et des bruits qui inondent aujourd'hui les lucarnes, les écrans et les sonos; le livre souffre. Car lire, c'est aussi parler, même en soi.

       On assiste à un effondrement du sens collectif et du souci de l'intérêt général: chacun pour soi et culte du passe-droit.

       L'oralité, c'est non seulement parler, mais c'est aussi écouter ensemble, et permettre une gestion du débat et de l'échange, se fixer des limites et un mode opératoire dans le respect de chacun.

       Quelquefois, quand on aimerait parler des rapports de l'économie et de la culture dans un département, et de la responsabilité politique en la matière, on est un peu amer de devoir redémarrer sur la question des nids de poule et des "gens qu'on paye à ne pas travailler", étrangers de préférence.

        Dur, dur...

        A NAINTRE, il y aura du monde et la soirée sera de haute tenue, j'en suis sûr. C'est Viviane DEBIAIS qui me l'a dit, et comme elle connaît par coeur son petit monde, j'ai tendance à la croire!

      

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Élections cantonales
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 09:59

    Dans une société qui se déchristianise indéniablement, les gens ont malgré tout besoin de rituels et la Saint Blaise, la "fête des laboureurs", alors qu'il n'y a plus de laboureurs et presque plus d''agriculteurs, fait partie de ces rituels.

     Le président (et de plus en plus souvent une présidente), qui n'est parfois plus du tout du monde agricole, ni même artisan ou commerçant, arrrive sur une sorte de char, aiguillon dressé aux couleurs de la France et aux emblêmes des céréales et des animaux de la ferme en "gris-gris", arrive en tête dans l'église où à l'issue d'une messe "normale" le prêtre bénit des pains, des brioches ou des galettes.

     La musique des pompiers joue un hymne imposant sous les voûtes.

     C'est la tradition, c'est-à-dire ce que l'on tire, étymologiquement. et ce sera pareil l'année prochaine, et les autres, puisque les futurs présidents sont désignés trois ans à l'avance.

      Puis le banquet, immuable.

      Monsieur le curé, à la table d'honneur, était un peu perdu quand quelques animations populaires se sont mises en route.

      C'est la tradition!

   

Repost 0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 17:38

   Pour la -on ne sait plus combien!- année consécutive, le comité Beauregard-Charlet avait organisé hier soir à la Gornière son traditionnel dîner-dansant avec l'inamovible orchestre Jacky ROGER et le toujours estimé traiteur de Port de Piles.

   Comme toujours, ambiance du tonnerre et mobilisation terrible des animateurs fidèles du quartier qui distribuaient avec générosité le fameux "Charlet", un kir maison; ils disent toujours que c'est la dernière fois, qu'on a du mal à mobiliser des jeunes, qu'il n'y a pas de relève, etc...mais on ne les croit pas!

   A quand une véritable politique des quartiers, à quand des locaux dignes de l'accueil de ces associations qui font un travail relationnel remarquable?

  

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 15:50

     Oui, ce dimanche au marché de NAINTRE, j'ai fait un rêve, et un rêve éveillé, en vrai: tous les candidats  présents sous le soleil ont été aimables, voire souriants, causants avec votre serviteur et Viviane. C'est mieux ainsi même si c'est surtout dans l'apparence, c'est important pour tout le monde.

      Seul le candidat FN était absent, sans doute grisé par un sondage  présidentiel largement commenté (c'est quoi un sondage sur 1000 personnes, entre une question sur le risque cancérigène des micro-ondes et une autre sur la sexualité des seniors?!). Quelle tyrannie que celle de ces "instituts" qui formatent à la demande l'opinion fabriquée par les médias qui s'en nourrissent sans discernement!

       Un petit bémol à mon rêve: un probable retraité qui se dit à gauche toute, qui n'est dans le châtelleraudais que depuis un an, n'a pas voulu sortir sa main de sa poche pour ne pas serrer celle de "l'homme qui a fait passer la droite à CHATELLERAULT". C'est "l'opinion Blédina", en petits pots. Le sien a dépassé la date-limite de consommation!

       Le pire c'est qu'il y a encore des gens pour les lui fourguer!

      Je lui ai bien proposé de passer un moment avec moi pour connaître le véritable goût des vrais légumes de la cuisine politicienne locale, mais il est resté vissé sur son petit pot.

      J'ai fait un rêve...

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Élections cantonales
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 17:22

   Un de mes petits camarades avec insistance m'avait demandé, par un intérêt soudain, le fameux livre "Targé mon village", dont j'ai parlé précédemment.

   Le 3 mars, pour notre intervention, Viviane et moi, nous avions un diaporama à partir de notre quatre pages.

   Et d'un seul coup, alors que je disais "Plus de Targé que moi, tu meurs!", voila-t-y pas qu'au milieu du diaporama s'incruste un plan avec des photographies de l'album en question: celle de mon père enfant aux Blanchards de Pouthumé avec sa soeur, ses parents, grands parents et des cousins sur la petite carriole tirée par un chien-loup comme c'était l'usage, celle où je suis au milieu d'une scène de vendanges familiales au Coudray vers 1976 et celle de l'école de Targé avec ma cousine Michèle et un petit garçon sage à gauche (à gauche seulement sur la photo!), le petit Gérard PEROCHON, le futur maire de St Sauveur.

   Du coup, le public targéen enthousiaste se mit à se remémorer moult et moult souvenirs.

   "Plus de Targé que moi, tu meurs!".

   Merci les potes, ne changez pas!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Élections cantonales
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 07:08

     L'article d'il y a quelques jours sur les prospectus politiques donnés sur les marchés et qui finissent dans le fond des paniers pour contenir les futures épluchures de pommes de terre a fait réagir avec humour une lectrice assidue:

    "D'abord on pourrait penser que vous n'aimez pas les familles nombreuses parce qu'un prospectus politique ne va pas contenir beaucoup d'épluchures, ensuite qu'est-ce que vous faites du tri sélectif et de la protection de l'environnement?"

    Je lui ai dit que sa remarque était pertinente et que je la mettrais sur le blog.

    Elle m'a répondu, effarée, "Vous n'allez pas faire ça?!".

    Et comment!!!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 17:00

   En promenant le chien dans la campagne (la vraie!), un bruit de tronçonneuse. On s'active autour d'un arbre.

   Hélas, trois fois hélas, l'arbre qui va mourir est un buis, sans doute le plus beau du secteur. Combien de décennies, mystère.

   En ce moment les buis sont en fleurs et ils sentent cette odeur sacrée qui leur est particulière et annonce les Rameaux; j'en ai mis une bonne dizaine chez moi pour ponctuer des angles et faire comme des reposoirs. LA BUSSIERE, chère à notre regretté James MAUREL, ça vient de là, un endroit à buis, témoignage d'un lieu probable de culte gallo-romain puis chrétien.

    La chute de ce buis débité avec allégresse en bois de chauffage m'a fendu le coeur...

   

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 19:10

     A TARGE, mes grands parents MICHAUD reposent au cimetière, à quelques pas du monument aux morts, honorés à chaque fête nationale par les enfants de l'école.

     Guère croyants parce que le monde était injuste et qu'un Dieu -s'il avait existé- ne pouvait qu'être bon, ils dorment à côté du "père OTMANI", un musulman qu'ils aimaient.

     En préparant notre réunion à TARGE, je me suis "posé", et j'ai songé à tous.

     Les soldats de 14-18: 30 jeunes d'un village qui alors ne comptait pas 300 habitants ont donné leur vie pour notre pays; quelques noms restent encore dans des familles targéennes actuelles: BERRY, MARTIN, PICHON, RIBREAU, TOUZALIN...30 jeunes. Nous, aujourd'hui, sommes-nous dignes de ces vies brisées?

      Trois en 39-45, un pendant la guerre d'Algérie.

      En serpentant dans les ruelles des Vallées, du Coudray ou de la Maillardière, je songeais à ces autorités,  des élus, le maire, un adjoint, qui frappaient à une porte, ici, là, pour dire "Sois courageux, ton fils est mort en brave, à DOUAUMONT".

      Mes grands parents MICHAUD, Louis, décédé en 1977 et Lucie décédée en 1996:

      Louis était né à SAINT MAUR des FOSSES parce que son père travaillait alors aux Halles de PARIS pour MASSONNEAU; moi-même j'ai vu travailler mon grand père toujours chez MASSONNEAU près du Petit Gorgeon actuel, puis aux Charraults et enfin avenue Leclerc où il était plumeur d'oie (une catégorie de plume différente entre deux doigts à une vitesse impressionnante).

      Les soirs d'hiver, il s'arrêtait à la maison et ma mère préparait un ragoût de pattes et d'ailes d'oie qui me levait le coeur (rien que de penser à ces palmes dégoulinantes...stop!). A Noël, il nous déposait des duvets de toutes les couleurs, résidus des "boas" des artistes parisiennes...Nous en garnissions le sapin. Il a été prisonnier en Allemagne cinq années, capturé avec son cheval tirant un vieux canon obsolète. Trois fois évadé, trois fois repris, la dernière en France...

       Nous, aujourd'hui, sommes-nous dignes de ces vies?

       Lucie a élevé seule  aux Blanchards de Pouthumé pendant ces cinq années mon père et ma tante;  il fallait aller loin avec la mule chercher du bois dont la prise était autorisée et se battre auprès de tel ou tel pour quémander un peu de farine; elle a caché un "Juif" dans une cave pendant longtemps; les patrouilles allemandes passaient au pied. Pas de décoration, elle n'a rien demandé.

       Nous, aujourd'hui, sommes-nous dignes de ces vies?

       Le vide se fait en moi.

       Je les porte, tous.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Élections cantonales
commenter cet article