Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 05:28

Aujourd'hui notre projet de patinoire et de bowling entre Beauregard et Charlet, dans l'est de Châtellerault si souvent oublié des pouvoirs publics.

Notre patinoire actuelle, à l'emplacement des anciennes forges de la Manu, ne permet pas une pratique professionnelle du patinage et du hockey sur glace, et nous ne disposons pas d'installations permettant le bowling, activité prisée de plusieurs types de populations. Ces deux loisirs vont souvent ensemble dans les villes.

Il fallait donc faire du neuf, dans ce secteur où nous aurions, à côté, établi la plaine des sports, entre l'ancienne côte dite de Charlet et l'étang de Charlet qui devenait désormais, après acquisition, un nouveau lieu idéal de promenade et de pêche (j'y ai pêché dans mon enfance avec mon grand-père); c'est dans la plaine des sports que nous aurions favorisé les sports de combat et les arts martiaux.

Un agriculteur âgé de 80 ans, éminemment respectable, continue de labourer ces terres qui attendent un projet comme le nôtre.  Il y a aussi à sauvegarder, sous une voûte presque inaccessible aujourd'hui, une distribution ancienne de l'eau dans Châtellerault, qui pourrait être historiquement classée d'ailleurs; je me souviens d'une sortie d'eau vive en face de la rue du Terrier blanc, au carrefour avec la rue Marcel Paul, côté pair, qui doit être enfouie dans le style du Tabary, ruisseau qui part d'Antoigné-bourg et devient busé vers la Fauvette, jusqu'à la Vienne. L'avenir se nourrit toujours du passé.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 05:16

Aujourd'hui, notre projet de transformation de l'ancienne voie ferrée de Loudun, entre le pont dit de Loudun, sur la Vienne, et le secteur de l'ancienne gare de Châteauneuf, depuis détruite sans crier "gare".

Fin 2007 l'ancien maire, connaissant notre projet, avait fait donner rapidos un coup de débroussailleuse mais depuis la jungle a repris ses droits au milieu des rails et des panneaux de signalisation ferroviaire. C'est proprement innommable.

Notre idée était d'acquérir ces parcelles, et d'en faire une promenade des senteurs avec jardins pédagogiques, dans l'esprit de ce qui s'est fait à l'ancien hôpital Pasteur de Poitiers; simplement, déjà, cet axe pouvait être aménagé en piste cyclable sécurisant l'accès à l'IUT, au gymnase du Sanital, à Pôle Emploi désormais et au restaurant d'entreprises.

Un jour peut-être.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 04:49

Pendant une semaine environ ,je m'employerai à revenir sur des projets écrits de l'équipe 2008 que je conduisais. Aujourd'hui le pôle aéronautique de Targé.

Présentement la vie associative y est très riche mais il nous semblait nécessaire, pour le développement de la ville, d'aller au-delà.

Ainsi, dans la tradition industrielle et aéronautique de Châtellerault, nous aurions favorisé la mise en place d'une formation AFPA "Petite mécanique aéronautique" (tout à fait réalisable techniquement et statutairement) pour permettre à terme l'hébergement et l'entretien des avions de tourisme de la région parisienne notamment; nous aurions également développé la formation au pilotage des avions de tourisme en faveur d'activités de taxi ou de transport rapide. Nous avions (si je puis dire) les relations pour cela, et les bonnes personnes.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 03:12

La petite église du port de la Cotinière, dans l'île d'Oléron, dédiée à Notre Dame de la Mer (l'Etoile de la mer), possède dans le côté gauche un coin consacré aux marins disparus en mer, depuis des décennies.

Leur nom, leur âge, le jour de leur disparition, une croix, et, inlassablement, des cierges et des lumignons éclairés. Parfois ils sont plusieurs à sombrer du même bateau, ensemble. La mer, si belle, si vacancière, est aussi un cimetière où poissons et crabes  remplacent les vers anthropophages de Baudelaire et Valéry.

Ce dimanche 6 août, la messe est célébrée dans cette église pour les "péris en mer". Immense émotion. Jésus avait d'abord pris des pêcheurs, Simon-Pierre, Jacques et Jean, pour constituer la base de son équipe; les paraboles sur la pêche sont nombreuses dans les Evangiles. L'homélie doit être à la hauteur des intentions pour ces marins disparus.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 13:14

La conversation avec Jean-Pierre Duffourc-Bazin a eu des effets rapides sur mon état d'esprit.

Depuis toujours j'ai rêvé d'avoir chez moi trois lieux absolument nécessaires à l'équilibre humain tel que je le concevais dans mes vingt ans: un bureau-bibliothèque à la Montaigne (ma "librairie"), un terrain de football (de la dimension de ceux des tournois de sixte de notre jeunesse) et un théâtre de plein air avec des gradins. Ce triple rêve a été réalisé et même si je n'ai plus mes jambes de vingt ans, et mes camarades non plus, en passant tous les jours sur mon terrain de football ou sur la ligne de touche pour aller soigner mes animaux, il n'est pas un passage qui ne soit pas intérieurement empli, même partiellement, de passes merveilleuses et de dribbles chaloupés!

La "librairie" est certes encombrée mais j'y séjourne régulièrement.

Le théâtre, je reconnais que son utilisation, en dehors de la pensée, est beaucoup plus rare ... mais l'autre jour, après ma fameuse rencontre, j'expliquais aux petits-enfants l'importance de cet endroit incongru pour de tendres regards, au moins pour l'usage que nous pourrions en faire plus tard ensemble; mais l'envie me saisit précocement, et d'ores et déjà nous prîmes une option sur l'avenir en interprétant devant eux "le corbeau et le renard" de Jean de la Fontaine; un escabeau servit d'arbre; une boite à  camembert dissimula un fromage Inventé et le tour était joué; ce fut un grand bonheur, si simple, si profond, si émouvant. La Fontaine qui vint à un kilomètre plus bas au parc du Verger visiter son cousin Jean Pidoux a sans doute aimé, au paradis des fabulistes, que sa fable célèbre soit jouée si près, pour des enfants. J'aime à le croire.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 05:06

L'autre jour, faisant la queue dans un magasin, j'y rencontre Jean-Pierre Duffourc-Bazin, notre père fondateur et âme du Théâtre de la Taupanne. Nous parlons de "Jacques et son maître", de Milan Kundera inspiré de Denis Diderot, dernièrement mis en scène par lui-même et sa troupe.

Et puis, juristes tous les deux, nous parlons de" notre " projet, un jour, de voir monter "Les Plaideurs", de Jean Racine ("Mais vivre sans plaider est-ce contentement?"); déjà, au début de son aventure, Jean-Pierre Duffourc-Bazin avait fait jouer "les Fourberies de Scapin" dont une certaine partie ressemble fort aux "Plaideurs". D'ailleurs, en 1997 je crois, quand le Garde des Sceaux Jacques Toubon avait initié les "journées de la Justice", notre homme et Patrick Fournier sur mon invitation avaient déclamé au Palais de Justice de Poitiers quelques passages de "Scapin".

J'attends donc ce projet Racine avec patience et espérance. J'accorde encore quelques renvois!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 06:46

Aujourd'hui, Saint Jean-Marie Vianney, le "saint curé d'Ars".

Enfant, je m'étonnais de voir dans toutes les églises une statue d'un petit homme, en taille, dit le "saint curé d'Ars", j'ignorais alors qu'il s'agissait de la représentation de ce prêtre (1786-1859) canonisé en 1925 et déclaré patron des curés de l'univers en 1929, d'où ces statues partout.

L'an passé, désertant une journée la  Chartreuse, nous sommes allés à Ars, dans les Dombes, honorer Jean-Marie Vianney. C'est surprenant, pas tout à fait "lourdesque", cela reste modeste, mais les autorités ecclésiastiques n'ont pas pu s'empêcher d'adjoindre à l'église initiale, une église de campagne, une basilique de style bonbonnière, pas du tout dans l'esprit humble, pauvre et modeste de ce prêtre qui me fait penser à notre Saint châtelleraudais André-Hubert Fournet, contemporain quasiment de Vianney. Tous les deux ont au cœur de la foi, d'abord vécue en cachette de la Révolution, l'eucharistie, la confession et le service des pauvres, notamment en créant des écoles pour les filles.

A côté de l'église, les bâtiments où vivait ce curé témoignent de sa propre pauvreté; ses parents, qui exploitaient quelques hectares, pouvaient avoir à leur table, certains jours, jusqu'à une vingtaine de pauvres et Jean-Marie Vianney a été élevé dans cette mentalité; il s'est aussi beaucoup battu, y compris contre les patrons de l'époque, pour que le dimanche soit un jour sans travail.

Je viens de terminer, dans la petite collection "Prier 15 jours avec ...", l'ouvrage consacré à Jean-Marie Vianney par Pierre Blanc, lui-même prêtre (d'abord ordonné à Ars, quelle responsabilité!). Lecture fort utile, revigorante.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 02:56

A la fin des années 1990, un film avait séduit le public, "Microcosmos", qui avait pour "vedettes" les animaux parfois les plus minuscules; je garderai longtemps l'image de ces escargots accouplés, plus aimants que certains humains.

Ces jours-ci, je me suis attelé, comme souvent l'été, au désherbage d'un secteur du jardin dit le jardin de Belgique où fleurissent à l'année des fleurs venues du jardin d'un cousine proche de Liège; je ne confie à personne le soin de se livrer à cette opération "encyclopédestre": à quatre pattes ou accroupi, avec attention, j'épargne ainsi la tige du cosmos, celle de la menthe, un noyer qui lève, un houx délicat, un petit chêne, un glaïeul ancien qui repart et je dérange avec précaution le monde des sauterelles, fourmis, papillons, coccinelles, coléoptères divers, punaises des champs, araignées légères, "gendarmes" (ces insectes noirs et rouges souvent collés l'un à l'autre), etc ... Cet univers de l'infiniment petit a sans doute ses règles, ses rythmes et ses lois. Le contempler et le surprendre avec douceur signent des moments d'émerveillement que je recommande à tous. Sommes-nous plus grands qu'eux dans le gigantesque magma de la Création? Vaste question.

Dans mon Microcosmos, la pensée court et en même temps se repose. Un bénéfice serein, calme, pour la rentrée!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 02:43

Jean-Michel Clément, député de la troisième circonscription de la Vienne que je suis allé soutenir pendant sa campagne des législatives, veut faire inscrire dans notre Constitution la souveraineté alimentaire de la France.

Avocat spécialiste des problèmes agricoles, amoureux de nos territoires, Jean-Michel Clément ne supporte pas de voir des pans entiers de nos terres cultivables, comme dans l'Indre toute proche, devenir la proie d'investisseurs, notamment chinois, au détriment des agriculteurs locaux qui ne peuvent plus suivre le cours quasi boursier des fermes à vendre.

J'ai vu, aux confins de la Brenne et du Poitou, des bâtiments immenses, en pierre et en tuiles, témoins d'un passé rural d'exception, livrés à la pelleteuse néerlandaise, des haies arrachées, des chênes centenaires abattus, pour y mettre, dans des terres à moutons depuis toujours, du maïs irrigué à partir de nos si vieux étangs et de nos nappes profondes. Si près de George Sand, quelle tristesse!

Alors oui, comme le dit mon ami Benoit Biteau, conseiller régional PRG et lui-même agriculteur en Saintonge, "la souveraineté commence dans notre assiette", donnons-nous les moyens, y compris juridiques et institutionnels, comme nous l'avions fait pour la langue française, de défendre constitutionnellement notre identité alimentaire, et son indépendance. Merci à Jean-Michel Clément, ce combat est juste et généreux car il dépasse notre génération.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 06:35

Les soirs d'été, des artistes temporaires et itinérants s'installent sur les quais; guitaristes, chanteurs, accordéonistes, cliques de cuivres et de percussions à la mode, et d'autres.

La casquette renversée posée sur le sol invite et incite au don de quelque monnaie, qui tinte bien peu. On sent en effet que les gens sont blasés et que les dernières années ce désintérêt s'est accentué. Certains soirs, des artistes s'évertuent seuls à chanter ou à jouer de l'instrument quand le public passe indifférent ou se colle aux terrasses proches des glaciers et des bistrots maritimes o-s- des moules-frites. L'accordéoniste était perdu dans son monde de Montmartre et du Bal à Jo déclamant des chansons qui ne disaient plus rien à beaucoup. Deux polonaises chantaient en langue maternelle incompréhensible des chansons tristes qui ne captivaient personne. Sauf les mouettes. Quel courage!

Une fois l'été passé, que deviendront tous ces gens, quel sera leur sort, que font-ils, où vivent-ils? Le mystère des artistes du port.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article