Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 10:18

    J'ai voté le projet de soutien à l'implantation au rez-de-chaussée de l'ancienne école KREBS (encore une autre de fermée...) d'une maison de santé qui regrouperait des médecins libéraux s'engageant à former des internes, des infirmiers et un kinésithérapeute.

     Je suis conscient du risque, pour notre ville, du non renouvellement même partiel des cabinets de médecins libéraux partant à la retraite sans avoir pu céder leur clientèle comme cela se faisait jadis, je suis au fait de l'absence de médecins sur Châteauneuf intra-muros alors qu'il existe, au-delà des problèmes de santé ordinaires, des aspects de dégradation sanitaire très localisables dans le quartier.

     Certes.

     Mais j'ai souhaité que l'on aille plus loin: d'abord que cette maison abrite aussi un chirurgien-dentiste (il n'y en a plus dans le quartier, alors qu'on veut dans une autre délibération sur le plan santé-ville développer la prévention bucco-dentaire), et qu'on fasse véritablement de KREBS un pôle santé plurisdisciplinaire abritant des activités aujourd'hui éparpillées dans la ville (dispensaire rue du Souci,  centre médico-psychologique à Camille Pagé, permanences diverses comme celles du Tourniquet sur la toxicomanie autre part, etc....).

      Sinon je crains qu'il s'agisse, pour des médecins qui ont pignon sur rue et gagnent bien leur vie, de faire aussi une bonne opération de transfert de locaux aux frais de la collectivité (car ce n'est pas donné, comme on dit, en termes de coût); sans compter que l'un d'eux, que le pouvoir actuel fait retourner ainsi sur ses terres d'ancien conseiller général, risque d'y voir une promesse de rémission politique, puisqu'il est persuadé que les gens "lui demandent de revenir".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 07:14

      La gare de RICHELIEU, du temps où la ligne CHINON-RICHELIEU servait encore l'été pour les touristes, abritait une collection de machines à vapeur anciennes et des murs ayant servi à y tourner des films: Tess de POLANSKI, Van Gogh de PIALAT, Laissez-passer de TAVERNIER, en tout 70 films.

     Mais voilà, le conseil général d'Indre et Loire et la communauté richelaise ne souhaitent plus entretenir ces 15 kilomètres de ligne abandonnés aux friches et aux arbres dont la réfection aujourd'hui coûterait bien plus cher que l'installation d'une coulée verte classique pour cyclistes et randonneurs.

      Les belles machines vont être dispersées. Quel gâchis!

      Avant d'arriver à LOUDUN depuis RICHELIEU, on traverse une ligne qui jusqu'à l'an passé était entretenue et utilisée; c'est fini! Il en est de même depuis PORT de PILES  avec la ligne dite du BLANC, envahie par les herbes à DESCARTES, ou avec la ligne qui via NOUATRE allait à CHINON (1); idem au GRAND PRESSIGNY...Tristesse.

      Ne parlons pas de notre défunte ligne de LOUDUN avec son réseau de rails dans la zone du Sanital... 

         Toute une richesse de transports sécurisés qui disparaît, l'hommage au génie des hommes qui meurt, le respect du aux travaux publics d'exception dont on n'a plus rien à faire.  Ces ponts, ces viaducs superbes. J'attends des voies...

 

       Nota: si on sait y faire, on peut demander à visiter l'intérieur de la gare de SENILLE, en face de l'ancien restaurant La Justice, fermée depuis 1954: intact!

 

       (1) Les travaux de la LGV Atlantique pourraient la faire revivre un peu, pour l'acheminement de matériaux. 

 

 

   

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 05:25

     Finalement je ne suis pas allé à l'inauguration de la fête à l'ail à TARGE, bien que le temps fût splendide. TARGE que je connais mieux que quiconque.

     Certes, contrairement aux temps jadis, point d'invitation dans ma boîte aux lettres; mais ça, avec le pouvoir en place, on a l'habitude de ne recevoir essentiellement que des invitations du style 15 h 30 en semaine la réception des enfants de 4ème de CORBY. Moins on a de chance de rencontrer du monde et moins on nous voit (sur les photos), mieux c'est pour ceux qui savent qu'en dehors de la com, point de salut.

     Ce n'était pas par irrespect de la mémoire de Michel BIDRON, je l'ai connu et apprécié bien avant tous ceux qui en parlent officiellement, ou presque.

     Ce n'était pas par désappointement électoral de n'avoir compté qu'à peine plus d'électeurs en mars dernier qu'il n'y eut de morts dans la commune en 14-18. Chaque courageux votant fut apprécié.

     Ce n'était pas par ignorance du travail de tous les bénévoles de la butte,  des amis  et des frères d'armes que j'y compte, ils savent depuis belle lurette combien je les estime en vrai et hors élections.

     Non, c'était parce que je ne supporte plus les discours convenus, ou juste avec l'audace littéraire de citations interposées; ces preneurs de parole ne rêvent que de se faire des crocs en jambe(s), en mémoire du passé ou en projection de l'avenir, ou les deux. Ce rituel de fleurets mouchetés ne me sied plus. On se paie de mots qui sont de la monnaie de singe. N'étant rien, je n'ai pas à faire semblant. C'est inestimable!

     J'ai profité des miens.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 09:38

      J'en viens à ce qui était la conclusion de mon intervention au conseil municipal.

       Même si c'est facile à dire parce que ce sont eux, les salariés, qui vont vivre tout cela en direct et en supporter les conséquences, il faut les encourager à résister et à tenir jusqu'au bout car le seul moyen d'éviter la fermeture du site c'est de parvenir, par la grève continue, à bloquer et à gêner le travail des clients et des entreprises en aval, même si on dit que du stock aurait été acheminé pour 20 semaines de blocus (ce qui veut dire que Montupet avait pris ses précautions...).

       Bien que mobiliser le CCAS soit un acte du maire à saluer, il faut aller au-delà:

       - en créant une sorte de fondation, avec des fonds d'aides que les collectivités pourraient abonder,

       - en enclenchant la fédération en un lieu unique  (pourquoi pas à l'Ecole de gendarmerie dont le mess pourrait être réouvert) de tous les réseaux de soutien (cellule psychologique car c'est un séisme, un incendie; médiation familiale car il y aura des séparations et des drames, des enfants qui iront mal; cellule mobilisée à la Banque de France pour intervenir au plus juste des situations bancaires),

       - mettre à disposition notre service juridique de la mairie, aider les salariés à trouver un cabinet d'avocats spécialisé et médiatique (de type Maître LEBRUN, à PARIS et MARSEILLE, connu pour avoir fait avorter des plans), combattre sur le terrain juridique en allant contester massivement la modification substantielle du contrat de travail),

       - mobiliser les parlementaires pour, comme Ségolène ROYAL le dit, interdir les licenciements "boursiers", et comme je le soutiens, faire entrer dans la loi la notion d'entreprise d'intérêt économique national, entreprise dont un certain nombre d'événements l'affectant serait soumis au contrôle de l'Etat (cession, transformation, capital, transfert, etc...).

        Les Radicaux de Gauche de la Vienne apportent leur soutien aux salariés de la FPA d'IINFGRANDES et à leurs familles, et sont à leur disposition.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 06:46

    On se souvient de la violence déchaînée de Jean GABIN devant un BOURVIL trouillard dans "la Traversée de PARIS", lançant "Salauds de pauvres!" avant de quitter un bar avec les deux valises du fameux cochon découpé par Louis de FUNES.

    J'y pensais en lisant deux articles de presse du 28 septembre, l'un dans La Croix, l'autre dans le Figaro.

    Dans La Croix un résumé du petit livre publié par Le Monde Diplomatique, et que je venais justement de terminer dans le train, "L'art d'ignorer les pauvres", de GALBRAITH (1); dans le Figaro une chronique sur les fraudes aux allocations et la récupération de 90% des indus. Là, on met plus de moyens que pour les abus de biens sociaux et les délits d'initiés!

     La passerelle entre les deux articles, elle se trouve dans Benjamin FRANKLIN, cité dans GALBRAITH: prenez aux pauvres pour donner aux riches, ils pourront investir pour les premiers!

     En plus, à la fin du petit bouquin, un texte  terrifiant de Jonathan SWIFT, le père de Gulliver, défendant, dans un conte sordide, l'opportunité financière pour les pauvres de vendre leurs bébés avant un an pour en faire de l'excellent et délectable "nourrisson de boucherie"; non seulement les pauvres gagneraient de l'argent, mais en plus ils s'éviteraient (et l'Etat aussi) des bouches inutiles et oisives à nourrir plus tard. Texte peu connu mais, je vous le jure, difficilement lisible jusqu'au bout. Même au second degré.

 

(1) L'art d'ignorer les pauvres, de John Kenneth GALBRAITH, Les liens qui libèrent, Le Monde diplomatique, 78 pages, 6 euros.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 10:00

      La presse n'ayant nullement retransmis ni ma présence au conseil municipal du 29 septembre, ni a minima l'esprit de mon intervention, et comme elle ne sera pas enregistrée au procès-verbal du fait que le sujet FDPA intervint avant l'ouverture officielle, je me crois autorisé à en faire état sur le blog, dans l'intérêt de l'information et de l'avenir des salariés.

      Du coup j'y fais quelques ajouts résultant des notes que j'avais prises pour ce conseil.

 

      Il faut d'abord re-situer le contentieux dans le cadre des déclarations du conseil d'administration de Montupet du 31 mars 2011: "Le dispositif industriel du Groupe est aujourd'hui constitué de trois usines "low-cost" (Mexique, Royaume- Uni et Bulgarie) et de quatre usines moins compétitives en France et en Espagne. L'essentiel du résultat provient des sites "low-cost", les autres unités se situant autour de l'équilibre. (...) Dans les prochaines années, pour répondre au demandes de ses clients, c'est principalement au Mexique, en Bulgarie et au Royaume Uni que Montupet augmentera ses capacités par des investissements importants jusqu'en 2013; ceci constituera mécaniquement un des facteurs importants d'amélioration de la rentabilité du Groupe."

 

      Quand on lit cela, il est nécessaire de retourner (cf l'Humanité du 22 décembre 2006) aux origines de l'implantation de Montupet à ROUSSE, en Bulgarie, à proximité  immédiate du Danube, la frontière avec la Roumanie, où, juste derrière, Renault fabrique la Dacia; à l'époque, en 2006, les salaires des ouvriers bulgares sont les plus bas d'Europe, avec moins de 30 euros par mois...D'ailleurs Didier CROZET, l'un des actionnaires-directeurs de Montupet dit bien alors "Nous sommes une industrie de main d'oeuvre, alors on ne va pas payer des gros salaires". A l'époque, Montupet a investi 35 millions d'euros à ROUSSE et s'est engagé à créer 500 emplois sur 3 ans. Le taux d'imposition sur les sociétés y était passé de 15 à 10%. Attractif. Aujourd'hui, le Groupe y envisage une "deuxième couche" de 500 emplois.

 

      Du coup, le communiqué du 29 juillet 2011 prend tout son sens, si on peut dire: "De nouvelles commandes sont absolument nécessaires au maintien sur le long terme des emplois du site de Fonderies Poitou Aluminium (...) Dans le milieu très concurrentiel de la production automobile, les constructeurs demandent à leurs fournisseurs la qualité des produits, la ponctualité des livraisons, et des prix qui leur permettent de vendre leurs voitures. Les clients actuels ont pu constater que la qualité et la ponctualité étaient au rendez-vous. Par contre le niveau des coûts de production du site ne permet plus de prendre de nouvelles commandes. Par ailleurs les nouvelles normes environnementales imposent un renouvellement précoce des culasses qui va entraîner une baisse importante des fabrications des Fonderies du Poitou Aluminium (...)". D'où dans la foulée l'annonce du "redressement de la compétitivité, sur les plans technique et social".

 

       A ce moment de restrictions publiées, on peut rappeler que Stéphane MAGNAN, PDG du Groupe et l'un des principaux actionnaires, bénéficie d'un salaire annuel de 944 385 euros net hors avantages en nature et hors revenus de ses 1 172 503 actions.

 

       Au jour du conseil  municipal, l'action Montupet, à 4,13 euros, a augmenté en fin de séance de 0,73 euros...et on sait  en relisant l'AG du 30 juin dernier qu'au premier semestre 2011 le chiffre d'affaires a augmenté de plus de 30% par rapport à la même période de 2010. Le siège a aussi ponctionné INGRANDES de 600 000 euros, privant le site d'investissements.

 

       (A suivre)

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 09:39

   Le combat sera difficile, pour ne pas dire perdu d'avance. Parce qu'en face il n'y a que la finance.

   Les actionnaires, en dehors des MAGNAN-CROZET dont a a vu le langage et les revenus, ne sont que des financiers qui n'ont rien à faire des hommes: Financière de l'Echiquier à 16,30%, KBL Richelieu Gestion à 5%, Quaeroq à 9%, Orsay Asset Management à 4,69%, etc...

    Voici la publicité de la Financière de l'Echiquier, société de gestion de portefeuille:"indifférente aux modes boursières et aux humeurs des marchés, Financière de l'Echiquier recherche, dans le marché des actions, une performance absolue au travers d'un processus d'investissement qui allie créativité, rigueur et pragmatisme. Le meilleur compromis entre risque et rentabilité est systématiquement recherché dans l'optique d'une valorisation régulière et pérenne des capitaux confiés". Fermez le ban! C'est quoi une entreprise, c'est quoi des hommes?...

     Quaeroq est une société de droit belge qui investit plutôt dans les yachts.

     Orsay AM  est le société de gestion de la banque Orsay, elle-même filiale à 100% depuis novembre 2010 de Oddo et Cie...

     KBL Richelieu Gestion: "nous pouvrons offrir à notre clientèle une gestion performante." (A suivre)

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 06:33

    Le tribunal de commerce de POITIERS a rendu le 26 septembre dernier un certain nombre de jugements de redressement et de liquidation judiciaire, dont celui concernant la SAS Eco et Mobilité, en redressement.

    Des entreprises en perdition témoignent d'un triste signe des temps: un cabinet matrimonial, un magasin de vente de robes de mariées, un intermédiaire bancaire et même une entreprise de pompes funèbres.

    Rien ne va plus!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 16:39

    Ce dimanche  2 octobre à partir de 14 h 30 l'association France Alzheimer - Accueil de jour organise à la salle des fêtes de SAINT GERVAIS les TROIS CLOCHERS son traditionnel thé dansant avec orchestre de variétés.

    Une double bonne action si vous venez:  financière pour l'association bien sûr et ses courageux bénévoles, corporelle et psychologique pour vous-même, tant la danse, je l'ai déjà écrit, constitue une excellente prévention de ... la maladie d'Alzheimer!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 05:53

     Le 23 septembre dernier avait lieu en mairie la signature d'une convention entre Claude BERTAUD, président du Conseil général et par voie de conséquence de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), assisté de Valérie CHAMPION, vice-présidente du Conseil général en ayant officiellement la charge, et conseillère municipale, et Jean-Pierre ABELIN, maire de la Ville.

     Nous avons ainsi la chance d'avoir un bureau annexe de la MDPH en mairie au sein d'un pôle handicap.

    Je tenais, au nom de l'équipe, en présence de nombreuses personnes et d'associations engagées sur ce sujet depuis longtemps, à témoigner auprès de Valérie CHAMPION de notre encouragement. Avec ce pôle, nombre de famillles vont éviter un terrible parcours du combattant en des lieux différents.

    Ce n'était pas là politique politicienne ou hypocrisie mais sincérité.

    Mais une fois encore, je me suis senti bien seul...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article