Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 07:00

Après presque 2 ans de fonctionnement, il nous a été rapporté que certains élus de l’actuelle municipalité auraient encore besoin de conseils. Aussi, voici donc quelques bons principes que certains d’entre eux devraient étudier et appliquer scrupuleusement :


1. L’élu doit prendre connaissance des affaires courantes et donner son avis : il doit lire les rapports, les notes et mémos (et se rappeler aussi si possible du contenu quelques jours après) ou demander des informations complémentaires, si nécessaire à la prise de décision.

S’il n’existe pas de délégation de signature, l’élu doit passer chaque semaine au minimum à la Mairie pour signer :

- les courriers

- les actes juridiques

- les factures et bons de commande

En effet, le travail des fonctionnaires est empêché lorsque l’élu ne passe pas signer à temps. C’est en ne respectant pas ces règles que des subventions de l’État ou de la Région sont fréquemment perdues et ce sont alors les contribuables locaux de Châtellerault qui trinquent.


2. L’élu ne doit pas partir en vacances sans laisser des consignes à son remplaçant.

L’élu doit donner une procuration à un autre élu ou un fonctionnaire pour être remplacé en cas d’absence ou de vacances afin d’assurer la continuité du Service Public.

L’élu ne doit pas partir au Burkina-Faso chaque année aux frais de la municipalité quand il n’est pas l’élu aux jumelages.


3. L’élu doit faire confiance à ses fonctionnaires et être à leur écoute.

L’élu doit définir une politique claire que les fonctionnaires appliquent mais les agents sont libres de la mise en œuvre technique et juridique.

L’élu doit écouter les recommandations de ses fonctionnaires qui sont normalement des professionnels compétents quand ils ne sont pas embauchés par piston par la municipalité.


4. L’élu doit négocier avec les syndicats et suivre les avis des CTP (Commission Technique Paritaire) et des CAP (Commission Administrative Paritaire).

L’élu doit respecter le code du travail de la Fonction Publique Territoriale, les lois qui existent dans tout le pays et ne pas créer de nouveaux règlements ou procédures, contraires aux lois existantes votées par le parlement ou la municipalité, selon son inspiration ou son humeur du moment.


5. L’élu ne doit pas prendre ses désirs et lubbies pour des décisions.

L’élu ne doit pas émettre une idée nouvelle et extravagante aussi souvent qu’un besoin pressant.

L’élu ne doit pas dire une chose, le lendemain son contraire et l’après demain une autre chose et au final ne rien décider du tout.


6. L’élu doit être capable d’élaborer une planification réaliste de ses projets après avoir fait mener des études tant au plan budgétaire que technique et les avoir aussi priorisés.

L’élu doit rester à sa place et ne pas faire le travail de ses fonctionnaires.


Tous ces bons principes devraient être appliqués par l’actuelle municipalité : c’est en ne les respectant point qu’une municipalité devient rapidement impopulaire auprès de ses agents et auprès de la population locale.


Nota : Toute ressemblance avec des élus existants ne peut être que pure coïncidence.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 14:44

C'était l'une des questions philo du bac pro cette année.

Pourquoi pas "la politique est-elle une vertu mensongère?" ou bien "la vertu est-elle un mensonge politique?".

Je plaisante, mais c'est en effet une vraie question. Quand je savais officiellement au niveau état major national dès novembre 2007 que l'Ecole de Gendarmerie allait fermer, et qu'on me soutenait le contraire, quand je savais que le CPH allait fermer car les Chefs de Cour étaient d'accord par écrit avec cela (y ajoutant même le Tribunal d'Instance!), et que côté ABELIN, qui gagna parce qu'"il avait le bras long", on soutenait qu'on disposait des soutiens efficaces en haut lieu, Xavier BERTRAND et Hervé MORIN...Souvenez-vous!

Oui, la politique telle que beaucoup la conçoivent est un art du mensonge, mais ce n'est pas une vertu (de vir, en latin: courage, homme courageux, donnant virilité). Tout le contraire!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 12:25
Je termine un pavé écrit par un ancien compagnon tourangeau du Tour de France, tailleur de pierre, Pierre JOURDAIN, "souvenirs de l'île de MONCONTOUR", dit VOUVRAY la Volonté. L'auteur expose que jeune apprenti, à TOURS, juste à la Libération et peu après, il participait à la reconstruction du coeur ancien de la ville qui avait été bombardé. Tailleur de pierre en effet, Pierre JOURDAIN était chagriné de voir partir tant de pierres sublimes dans des bennes pour combler le canal de la Loire au Cher, espace qui, remblayé, supporte aujourd'hui l'autoroute A10 qui traverse l'agglomération. Vous m'en excuserez, mais je reparle du tracé de la LGV; humainement, la pulvérisation de fermes tourangelles me gêne, mais ces norias de camions qui emportent ces blocs de calcaire fameux, ouvragés parfois, qui ont demandé du temps et de la technique, pour des enfouissements oblitérés, me navrent tout autant. Que pèse le travail de l'homme? Que pèse la tradition? N'était-il pas possible d'épargner tel ou tel endroit? (1) (1)On voit, à l'usage, sur un dossier SNCF ancien de type contournement de TOURS pour le TGV actuellement en circulation, que des emprises programmées étaient bien trop larges et que la SNCF est propriétaire aujourd'hui de nombre de terrains et bois qui sont abandonnés par elle et dont l'acquisition forcée aurait pu être évitée.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 14:11

La FIFA est décidemment une institution arriérée.

D'une manière générale, à la différence du rugby, les règles du football n'évoluent pas.

La preuve en est sur cette résistance à l'arbitrage avec assistance video ... quand les matchs sont retransmis par la télévision!

La preuve en est surtout avec cette autorisation pour la pratique du football par des joueuses voilées...

Quelques images circulent montrant la joie de la marqueuse emberlificotée dans ses tissus.

La FFF a immédiatement réagi, le PRG aussi. Mais notre Ministre des sports? Et nos joueuses françaises?

Que d'efforts encore pour la dignité des femmes!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 13:35

SAINT SAUVEUR la FOUCAUDIERE n'a plus de club de football.

TARGE, le rival de jadis, non plus.

C'était le temps où, pour des raisons immémoriales, les mauves et jaunes foucaudiens et les verts et blancs targéens ne s'aimaient guère.

Les premiers jouaient à "Champagne", sur un terrain en pente, les seconds contre le bois DURAND, en limite d'ECOTION, sur une pelouse réduite mais  vite gorgée d'eau par mauvais temps, avec un fossé dans lequel ils nettoyaient leurs godasses.

MALBRAND y marquait des buts rapides avant de faire le bonheur du SOC de la grande époque, comme arrière cette fois.

Puis il y eut, miracle, le temps de l'Entente SAINT SAUVEUR TARGE, qui ne plut guère à tout le monde, puis le divorce avec la création de l'Inter de ... TARGE.

Aujourd'hui, plus rien. Le football amateur souffre. Il est fini le temps où l'on aimait son clocher et où on le défendait le dimanche sur la pelouse (sauf le jour de l'ouverture de la chasse et, pour certains, le lendemain du bal du club...); déjà les équipes de jeunes doivent se rassembler pour jouer ... à 7 ou 9...Les bénévoles manquent et s'essoufflent, les parents ne sont plus disponibles...

La vie a changé, les loisirs aussi, la communauté a du plomb dans l'aile (et sur l'aile...).

Pour SAINT SAUVEUR, c'est aussi le problème du déclin général de la vie associative qui est posé. Allez, un  ministère du redressement footballistique!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 13:53
Ce sujet mériterait un article dans la presse mais sa longueur prévisible me fait préférer le blog. Ce samedi dernier, un "forcené", rue des Fronteaux, dans le vieux CHATELLERAULT, a mobilisé justice, forces de l'ordre, médecins, pompiers et élus. Il était sorti de l'hôpital psychiatrique de POITIERS où il était suivi, semble-t-il régulièrement.Et où il est retourné. Je n'en sais pas plus. En termes de gestion de l'ordre public, tout le monde est content. Mais après? En revanche, ce que je sais, c'est que dans la Vienne, contrairement à l'Indre et Loire où j'exerce notamment les fonctions de juge en charge du contrôle des soins psychiatriques contraints, le centre hospitalier LABORIT concentre tous les malades hospitalisés; le juge poitevin s'y rend d'ailleurs deux fois par semaine dans une salle d'audience aménagée. Aucun malade ne vient au Palais de justice place Alphonse LEPETIT. En ce qui me concerne, je reçois au Tribunal de TOURS plus des deux tiers des patients -accompagnés- d'Indre et Loire, cela se passe fort bien, et pour ceux qui ne sont pas en état physique ou psychologique de le faire, je me déplace à TROUSSEAU, BRETONNEAU, SAINT CYR, CHATEAU RENAULT et CHINON.Pourquoi en viens-je là? Parce qu'il est important que les malades soient soignés durablement au plus près de là où ils résident, pour eux, pour leurs proches, pour la continuité du traitement; l'hôpital de jour châtelleraudais apporte de bonnes choses, je ne le conteste pas, mais, parfois,l'hospitalisation longue ou un programme de soins ambulatoires avec des hospitalisations séquencées sont fort utiles. On connaît trop de personnes à CHATELLERAULT qui sont, au su de tout le monde, "en rupture de soins", et, en se les "passant comme des patates chaudes", on semble attendre un "passage à l'acte" pour prendre des dispositions, enfin. Evidemment, il faut une permanence, 7 jours/7 et 24 heures/24. Mais, les conditions personnelles locales étant désormais différentes, il me semble qu'on puisse travailler sur cette piste d'un hôpital psy du nord Vienne, basé à CHATELLERAULT, qui apporterait un plus pour le suivi des patients, en favorisant justement la continuité des soins intérieur/extérieur, le soutien familial quand il est judicieux et constituerait un bon challenge pour les personnels. Nous avons évidemment un Plan Santé Ville très intéressant, et je suis d'ailleurs intervenu en conseil municipal sur les problèmes liés à la maladie mentale qui ne me paraissaient pas assez pris en compte. Ce sera dans notre programme 2014.
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 07:00

 

Le Conseil de Développement est en crise et, en haut lieu, on voudrait faire porter le chapeau au maire d’AVAILLES et vice-président de l’Agglo.

 

Je ne suis pas à l’intérieur de cette institution et je ne veux mettre personne en porte à faux. Il y a certainement à régler un certain nombre de choses tenant à l’autonomie philosophique et intellectuelle de l’outil, aux conditions de travail, aux moyens donnés, aux missions, bref tout ce qui aurait du faire l’objet d’un travail pensé en amont, et bien avant l’élection, comme nous l’avions fait. Non, là il s’agissait de faire vite le démocrate en apparence, en plaçant les siens et en faisant l’ouverture à la SARKO.

 

Mais surtout un tel Conseil de Développement, qui aurait du être notre Conseil Economique et Social comme nous le disions dans la campagne, n’a de sens que:

 

1- Si le pouvoir local cesse d’être concentré entre les mains de quelques personnes autour du cabinet et s’ouvre véritablement à la délibération dans les conseils municipaux et communautaires,

 

2- Si l’exercice démocratique en général se traduit par la mise en place d’une véritable démocratie de quartier et inter-générationnelle qui fasse qu’on ne craigne pas la discussion et le contrôle de l’action publique mais au contraire qu’on la demande et qu’on s’en inspire,

 

3- Et surtout si un véritable cap politique est fixé, avec des orientations claires et précises, dans un véritable souci quasiment constitutionnel de séparation des pouvoirs.

 

Allez, encore trois ans et c’est bientôt fini.

 

Désormais, encore moins! Mais on se rend compte, véritablement, que le pouvoir en place a bien davantage le souci de la pierre (ronds-points, voirie, bâtiments divers rsetaurés ou réhabilités, etc...) que le souci de la vie et de l'idée , en comptant évidemment sur le fait que l'opinion est sensible à ce qui se voit. Ce sont des conceptions radicalement différentes de la vie publique.

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Politique locale 2010
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 06:32

C'était dans "Pourtant, que la montagne est belle", chantée par Jean FERRAT. Ces jours-ci, avec expert, avocat, greffière et représentant des Domaines, j'ai arpenté un plateau entre SAINTE MAURE, MAILLE et DRACHE; le fuseau de la future LGV, passant à l'est de SAINTE CATHERINE de FIERBOIS, y a fait une saignée avant de redescendre sur MAILLE puis de traverser la Vienne. Plusieurs kilomètres ont été ainsi défrichés, broyés, désouchés; c'est là que nous déambulons, pour des parcelles parfois minuscules dont les anciens propriétaires sont morts depuis belle lurette et dont on ne sait rien d'éventuels héritiers; l'indemnité que je fixerai sera consignée à la Caisse des Dépôts. Mais j'ai le coeur lourd, ému en tout cas. Des vignes folles courent dans les forêts sauvages disparates, de chênes, de bouleaux, de pins. Abandonnées. Résistant au passage des engins.Je me dis que là, il y a un siècle, moins même, des gens venaient à bicyclette avec une "piarde" sur le porte- bagage et désherbaient entre les rangs en plein cagnard comme aujourd'hui; ils se reposaient à l'ombre, avec une chopine de piquette et un bout de fromage de chèvre sur une tranche de pain bis; la ceinture de flanelle tenait les reins et absorbait la sueur du journalier "en nage" (pour en âge, en eau, de aqua). Puis l'audience se tient à la suite dans une petite mairie perdue, dont la salle du conseil contient la plaque de marbre des morts de 14-18; parfois, deux, trois noms pour une même famille. Leurs noms oubliés, leurs vignes perdues. Quel sens a eu leur vie?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 18:58
Nous avons fait une guerre terrible au colonel de Tripoli que nous fêtions sur les Champs Elysées juste avant, sans nous soucier des conséquences périphériques de cet engagement. Résultat: le Sahara, le Mali, le Niger, la Mauritanie aussi sont aux mains de guerriers qui se revendiquent de l'Islam pur et dur qui n'est pas celui des populations locales; j'en ai parlé ici déjà, pour évoquer les liens de protection et d'amitié entre chrétiens et musulmans. Aujourd'hui ces combattants détruisent au Mali les mausolées en pierres édifiés à la gloire de "saints" musulmans; il y a bien sûr une survivance animiste, de la superstition, un aspect chrétien parfois dans la pratique religieuse de ces populations qui demandent une intercession, par exemple. Pour les guerriers il n'y a pas d'intercesseurs, il n'y a que Dieu. Leur Dieu, leur lecture du Coran et leur pratique de la charia. Je veux bien qu'on "patrimoinise mondial del'Unesco" à tout va et partout, mais pourquoi ce silence de presque tous pour le Mali?
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 05:23

A juste raison, Manuel VALLS, Ministre de l'Intérieur, veut s'attaquer au fléau de l'alcoolisme chez les jeunes, y ajoutant la lutte contre la drogue, après quelques tristes noyades.

 Je lui conseille humblement la lecture du numéro du 16 au 22 juin de "Famille chrétienne" dont le thème principal est l'éducation des garçons: "tu seras un homme mon fils". Des chroniques carrées, des interviews passionnantes (Jacqueline KELEN, auteur de "L'éternel masculin - Traité de chevalerie à l'usage des hommes d'aujourd'hui chez Robert Laffont, 2004; le Père Philippe de MAISTRE, aumônier en collège). Tous les deux y traitent de la place des pères, de l'engagement et de l'exigence de rites initiatiques pour sortir de l'enfance. Or dans toutes les civilisations, ce sont les pères, les aînés, par des rituels constants, qui sortent les fils de l'enfance. Mais aujourd'hui, les pères s'effondrent, sont absents souvent ou malmènent l'épouse et mère. Tel père, tel fils...

 Au lieu d'être verticale, élevante, l'"initiation" devient alors horizontale, grégaire, abaissante et reste entre les mains des pairs: pour faire partie du groupe, il faut se scarifier, se tatouer (quelles errances et quelles erreurs d'aujourd'hui mais pour toujours dans la peau! quelles "bd"corporelles sans queue ni tête!), s'enivrer, vomir (n'être plus rien qu'un tube digestif), accomplir un pari stupide, et, parfois, mourir.

 Manuel VALLS n'y arrivera pas tout seul:plein de ministres sont concernés, à la santé, à la justice, à l'éducation, à la culture, à la famille, aux sports, etc...etc...L'enjeu est considérable.

 C'est une vraie question politique qui devrait passer bien avant d'autres débats de société qu'on nous promet bientôt et qui mettront à mal la vision cohérente de la famille, cellule de base du corps sociétal.

 Manuel VALLS, première chose: consolidez la famille, redonnez de la place aux pères et de la reconnaissance aux mères, ne vous tirez pas une balle dans le pied!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article