Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 15:10

  Thierry MESMIN, pour les élus de gauche au Conseil général de la Vienne, avait alerté encore en juillet le président et ses collègues sur les conditions de transport des enfants handicapés par la société Vortex pour le compte du département.  Ils sont un nombre important, "ramassés" parfois dans des conditions de temps scandaleuses eu égard à leur situation de santé: des circuits démentiels sur des routes d'un autre temps parfois, des montées dans le minicar à 6 h 45 pour une arrivée au collège à 8 heures.

  Cela est déjà inadmissible; mais ce qui l'est aussi, c'est que le Conseil général contracte avec une entreprise dont certains salariés ne sont toujours pas  titulaires d'un contrat de travail et à qui, s'ils possèdent  bien une carte de carburant, on a recommandé de ne pas s'en servir, espérant que ceux-ci, qui sont souvent en situation précaire, paieront  en plus de leur poche l'alimentation du véhicule qui leur est confié.

  Le service transports du CG est joignable au 0549472900, dites-lui que l'esclavage a été aboli il y a longtemps dans notre pays et que l'enfant y est normalement respecté.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 04:57

J'avais écrit il y a quelques jours que la célébration de la Libération de Châtellerault le 4 septembre se ferait dans l'indifférence générale de la population, avec la seule participation des élus et des officiels; hélas, je ne croyais pas si bien dire...

Sur le parcours, les institutions étaient représentées par le maire, deux conseillers généraux -nord et ouest-, notre conseillère régionale, le secrétaire général de la sous-préfecture, le commissariat, la gendarmerie, les archives de l'Armement; il y avait bien sûr les porte-drapeaux, les anciens marins, les associations patriotiques et de déportés.

Quelques individualités connues, fidèles au souvenir, et  notre amie Colette Lacroix dont en  septembre 1944 le futur mari, qui avait alors 16 ans, fut l'un des rares à aller sous le pont enlever les charges d'explosifs. Elle était là en son nom. Respect.

Respect?

Nous n'étions, en dehors de Valérie Champion et du maire, que trois élus municipaux: Philippe Mis, qui a la fibre patriote chevillée au coeur, Dominique Crochard et votre serviteur.

Les gens se demandaient pourquoi la circulation était interrompue par la police.

Il restera des gerbes qui vont mourir lentement au soleil de septembre; comme chaque année, la superbe croix de Lorraine en fleurs tricolores, dédiée à la croix des mariniers, trop haute et trop lourde à accrocher, a rempli d'eau les manches du maire malgré les contorsions habituelles de ses assistants qui s'en faisaient mal aux reins (quand va-t-on remédier à cet épisode affligeant?!!!).

Sous le pont Henri IV coule l'oubli.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 08:48

J'ai lu avec intérêt que Ségolène Royal es qualités de présidente de la Région Poitou-Charentes voulait que les lycéens apprissent le code de la route et je me réjouis, avec d'autres, de cette initiative à travers laquelle passeront d'autres apprentissages que la seule retenue des panneaux de signalisation: respect d'autrui, gestion de l'espace et du temps, santé, etc...

J'en profite pour rappeler que je lui avais proposé, dans une réunion à la Région il y  exactement dix ans, consacrée aux conduites à risques des adolescents, la mise en place, surtout à l'attention des jeunes les plus en difficultés et isolés familialement, la conduite accompagnée sur deux ans avec des seniors-tuteurs. Idée que je cherche désespérément à promouvoir depuis plus longtemps encore. Mais sur ce projet-là, comme sur d'autres, je ne suis pas prêt à mettre le clignotant!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 03:06

  Une amie nous disait dimanche, en difficulté de recherche d'emploi, qu'on exigeait beaucoup en termes de compétences des personnes à recruter sur un emploi salarié, et elle ajoutait qu'on ne se posait pas cette question quand il s'agissait de bénévolat, et même de bénévolat à un niveau associatif exigeant et brassant des centaines de milliers d'euros de budget, et plus. C'est vrai: on peut se retrouver employeur, recruter, licencier, présenter des budgets aux autorités de tutelle sans une seule once de compétence vérifiée alors que le recruté ou le licencié par le même administrateur bénévole devra justifier de diplômes, de références et de  la "traçabilité" d'un CV.

  A l'inverse, il me paraîtrait éminemment souhaitable qu'un administrateur bénévole qui s'implique avec conscience, sérieux et respectabilité et dans la durée puisse en recueillir une certaine forme de reconnaissance sociale, par exemple sous forme d'un crédit fiscal (vous êtes récompensé fiscalement si vous faites des dons à certaines associations, mais vous n'avez rien si vous travaillez assidûment mais bénévolement pour les mêmes "assoces",  sans compter votre temps; c'est assez injuste...).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 12:56

Rue Nationale à Tours, les travaux du tramway avancent, sous un soleil de plomb et sous le regard intéressé des curieux, retenus par une sorte d'enceinte semblable à la main courante des stades.

Au milieu de ce "stade" moderne des tâches publiques, s'affairent des strates d'individus dont la composition est édifiante: en bas la multitude des sub-sahariens d'origine, en sueurs, les bottes dans le béton dégoulinant des bennes (et non pas d'ébène), au milieu contre la rampe les africains du nord d'origine directe ou indirecte,  dirigeant les précédents, et au-dessus, moins nombreux  et souvent à l'extérieur du "stade", les encadrants d'origine apparente indo-européenne. Il y a comme un malaise diffus, quelque chose d'irrepressible qui vous prend et qui vous rappelle des temps révolus. Quelle vie ont ces hommes, les premiers?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 08:55

  Le ministre Vincent Peillon, pholosophe de formation,  soucieux de transmettre des "valeurs" et la différence "entre le bien et le mal" (...!) veut faire enseigner à l'école -au sens large- la morale laïque.

  Le terrain est miné.

  Rappelons-nous que Jules Ferry, dans sa célèbre lettre aux instituteurs, évoquait l'enseignement laïque de la morale, ce qui n'est pas la même chose.

  Ma position a évolué sur la question; bien que nostalgique, comme chacun sait, des temps anciens, cette idée d'enseigner la morale -laïque ou non- est une mauvaise idée:  qu'on apprenne déjà à savoir lire, écrire, compter, réciter une poésie;  et c'est à travers la littérature et l'histoire qu'on transmet les valeurs, les caractères, les combats intérieurs,  l'honneur avec le Cid, le travail avec le Laboureur et ses enfants ou avec la Cigale et la fourmi, l'intelligence avec Ulysse, etc...; et c'est à travers l'exemple des adultes d'aujourd'"hui qu'on les fait vivre pour les enfants.

   Patrick Chesnais et Claude Brasseur jouent l'Avare de Molière; ils évoquent dans le Figaro d'aujourd'hui leur maître MIchel Bouquet, et Brasseur fait la distinction entre un professeur et un maître: "Un professeur, c'est celui qui donne des ordres, un maître, c'est celui qui donne l'exemple." C'est déjà une bonne base. Le reste est "pipeau" et discussions de Café du commerce.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 03:13

 Jadis, il y a longtemps,  mais même après Albert Froger, la NR faisait un article sur la destination des politiques locaux pour l'été et leur demandait ce qu'ils emportaient à lire; parfois même elle leur recommandait une lecture, voire une contre-lecture, avec humour évidemment.

 Ces temps n'ont plus cours, semble-t-il.

 Imaginons, pour rire:

 - pour Jean-Pierre Abelin, pèlerinage à Nice à Sainte Rita, patronne des causes perdues, avec lecture d'une biographie de Gérard Majax,

- pour Paul Fromonteil, un déplacement -régional- en Thaïlande avec une étude sur le frelon asiatique,

- pour Cyril Cibert, l'inconcournable déplacement aux JO pendant les épreuves cyclistes, avec une biographie d'Alain Afflelou,

- pour Christian Michaud, une visite au restaurant de l'Assemblée nationale, avec un ouvrage ancien sur la coutellerie Pagé (dont les pages n'ont pas été coupées),

- pour Valérie Champion, des déplacements en tandem avec récitation par coeur de la morale de la fable de La Fontaine Le pêcheur et le petit poisson,

- pour Michel Guérin, les sentiers de randonnée du canton ouest avec la découverte des vignes de Colombiers et un ouvrage sur les cépages interdits,

- pour Véronique Massonneau, l'inévitable pèlerinage à Tournai, avec le célèbre petit ouvrage, déjà ancien certes, Modèles de discours pour toutes occasions (avec celui, remarquable, de l'accueil d'une aviatrice dans une commune desservie par un aérodrome),

- etc, etc, ...

- et pour moi? Le journaliste malicieux m'enverrait bien passer mes vacances de margelle en margelle, avec la lecture de la fable de La Fontaine -encore-, Le renard et le bouc.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 04:25

  Oui, la fête était belle, la "com" va fonctionner un max. Mais après, au-delà  aussi de la facture, qu'est-ce qu'on fait?

  La nostalgie doit être vivante et futuriste, si je puis dire! Et on doit s'appuyer sur du travail,  sur de la formation autour des thèmes de la batellerie et de la coutellerie et de tous les produits et savoirs qui vont avec: bois, pierres, meules, forges, céramique, etc...

   Il y avait, quai Alsace Lorraine, un horloger, à l'ancienne: notre ville a été saignée par la révocation de l'Edit de Nantes et a perdu ses horlogers qui sont partis en Suisse, comme certains couteliers; je sais, dans notre ville, des anciens qui sont les derniers à connaître les mystères des horloges; ils sont seuls...

   Allez, bon sang, du futur...antérieur!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 04:04

  Je viens de curer l'écurie aux ânes (en plus de Sultane, il y a un camarade de passage qui tarde d'ailleurs à regagner ses pénates, son office accompli), c'est un travail ingrat (je parle évidemment du curage), qui vous couvre d'odeurs tenaces.

  Sultane est une comique, qui aime me renverser la brouette  une fois pleine de fumier, d'un coup de museau actif dans un brancard; cela fait partie du jeu entre nous; c'est un moment privilégié, de câlins, de caresses, de mots chuchotés à l'oreille, de tapes affectueuses dans l'encolure; Sultane sait que les vacances vont avoir une fin, et que son maître sera bientôt moins disponible, grosso-modo juste avant le mûrissement des figues qu'elle aime aller chercher haut et que je lui concède volontiers. Après ma part pour les confitures.

 Je transporte le fumier à un endroit précis du jardin et, à l'automne, je l'étalerai avant le labour. Mes légumes seront beaux l'année prochaine. C'est, loin des salons et des slogans, mon écologie vivante et cette ambiance m'est nécessaire, qui me remet dans les pas et dans les gestes de mes anciens, avec la même pelle-grille ou fourche dite à cailloux.

  Les odeurs changent, les prunes se décomposent, les feuilles tombent en masse, comme celles des bouleaux et des acacias. Humus, humilité, pensées, prière simple à la Philéas LEBESGUE (quel auteur!).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 03:01

  Les armes s'affûtent, les clans se forment, les soutiens se comptent, les partis négocient, les prétendants cherchent des appuis,  les lâches et les girouettes abondent, les journalistes réservent des titres pour demain.

  En faisant mon tri estival, je relisais des numéros du magazine des châtelleraudais d'il y a cinq-six ans, sur les halles Dupleix, le centre ville, Châteauneuf, etc...C'est, à rebours, d'un comique de situation inouï!

  Il y a des lustres que notre ville n'a pas été pensée, en infrastructures évidemment, mais aussi en superstructures, en schéma de fonctionnement, en sens politique et d'urbanité, de "vivre-ensemble"; c'est la politique des petits bouts, du feeling, du coup par coup, des hobbies ou des ambitions de tel ou tel élu qui se fait plaisir à travers tel équipement avec l'argent public.

  C'est pourquoi notre équipe est très attachée, avant les bâtiments, aux institutions, aux superstructures qui tiennent les gens debout: les conseils élus de quartiers, le binôme conseil des jeunes/conseil des aînés, le conseil d'environnement, véritable conseil économique et social, le comité d'éthique pour ne plus voir des errements et des abus de copinage (je me tiens, tu me tiens, on se tient...), la maison de la justice et du droit, la commission agricole sur l'aménagement du territoire, etc, etc.  Au pays des "passe-droits", je sais que j'ai du mal à vendre le produit!... On y ajoutera, en externe, les relations économiques et culturelles avec les autres pays, notamment émergents et migrateurs. Bref, une ville comme un pays, gouvernée, au sens premier et maritime du mot.

  Cela exige évidemment une conception complètement différente du travail politique, mais c'est aussi ce à quoi beaucoup de nos concitoyens aspirent et qui pour 2014 ne veulent ni d'Abelin, ni d'un retour du précédent pouvoir, même dépouillé des oripaux tondussonniens qu'il arborait jadis, mais en fait, sur le fond, managé à l'identique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article