Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 15:08

Je recommande quelques lectures anciennes aux candidats aux élections législatives pour prendre un peu de hauteur avec humour, denrée nécessaire en ces temps troublés.

"Moi, candidat", publié dans la petite collection des Editions du Sonneur, regroupe des écrits de Mark Twain, datant de 1862 et 1884; c'est proprement hilarant, en particulier dans les passages où le secrétaire parlementaire de l'élu est sérieusement convoqué pour reprendre certains courriers désopilants, absolument contraires aux directives données par le député qui a du évidemment subir les foudres de leurs destinataires en ayant compromis sa réélection. Choisissez bien votre assistant parlementaire!

"L'art de devenir député et même ministre par un oisif qui n'est ni l'un ni l'autre", publié chez Librio -Philosophie- 3 euros!- est un ouvrage de François de Groiseilliez, aristocrate picard et royaliste forcené, datant de 1846; tout y passe avec drôlerie: stratégie électorale, luttes électorales, bulletins, jusqu'à "la femme, le chien et le chat de l'électeur"; François de Groiseilliez, qui donne des conseils éclairés sur les différentes modalités d'expression, combat notamment le "charlatanisme de paroles". Toujours actuel. A lire sans modération.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 06:53

La Nouvelle République de ce week-end rend hommage à Claude Perrotin, 78 ans, nouveau président des anciens coureurs cyclistes Charentes-Poitou; à cet âge, l'"ancien" est toujours capable de rouler 30 à 50 kilomètres par jour. Chapeau!

Ancienne gloire cycliste des années 60-70, Claude Perrotin a marqué l'histoire du cyclisme amateur; j'ai plusieurs souvenirs de ses courses mais le plus beau, c'est le grand prix de Leugny 1966 il me semble; en effet, mon repère est constitué par la participation à cette épreuve de Jacques Botherel qui portait son maillot de champion du monde amateur qu'il conquit en 1965.

Parmi les stars en bord de route, le boxeur Marty, champion de France, qui trônait avec une blonde "monroée" sur le rebord d'une petite décapotable rouge.

Claude Perrotin avait fait fort car parmi les concurrents se trouvaient les frères Bernard et Claude Guyot; Bernard avait gagné la course de la Paix et Claude portait le maillot de champion de France amateur; il les a tous battus, roulant seul en tête plusieurs tours avec cette redoutable côte, interminable avant l'entrée dans la forêt dite du Rond. Tiercé: Perrotin, Fresseix (de la Souterraine) et Claude Guyot. Bien peu terminèrent la course.

Claude Perrotin aurait pu faire une carrière de coureur professionnel, c'est évident. Mais enfin, sa vie est bien remplie; il est aussi investi dans la FNACA. Encore chapeau!

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 04:48

La Croix de ce week-end consacre deux pages à Danielle Rapoport, psychologue pour enfants ayant dénoncé dans les années 60 les dépôts sordides dans lesquels se trouvaient abandonnés des enfants de l'Assistance publique, auteur en 2006 de l'ouvrage "La bien-traitance envers l'enfant" publié chez Belin où elle est désormais directrice de collection.

Parmi ses coups de cœur Danielle Rapoport évoque un disque du pianiste Miguel Angel Estrella, "La musique en prison"; on sait que, poursuivi par la junte argentine, détenu en Uruguay, Miguel Angel Estrella continuait à jouer en cellule sur un piano dessiné dans la poussière de sa cellule.

J'ai rencontré Miguel Angel Estrella justement en prison, en 1985, à la Maison centrale de Châteauroux Saint Maur où je travaillais, alors qu'on l'avait sollicité pour donner un concert aux détenus; au début, Miguel Angel Estrella, en se redressant, interrompait ses passages musicaux pour les commenter en disant par exemple "cela me rappelle ma pampa natale"; au bout d'un certain temps, un détenu, dont je me souviens du nom et du prénom, se leva en vociférant à l'adresse du musicien: "Eh, nous, on est venu(s) écouter un  concert de piano, alors tu te remets sur ton siège, tu t'arrêtes de parler et tu joues!". Miguel Angel Estrella s'est assis de nouveau, et durablement, pour jouer sans aucune interruption ...

Dans le quasi noir de la salle de spectacle, je suis allé "recadrer" doucement notre trublion, tout à fait fier de son intervention qui avait réussi à malmener notre pianiste qui, pourtant, en avait vu d'autres.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:54

Un jour, il y a longtemps, un député du coin, pour les récompenser et sans doute les flatter, emmena en autocar à l'Assemblée nationale des habitants de son village, un jour où il n'y avait pas de séance.

Un huissier particulièrement compétent, les faisant descendre dans les travées pour essayer le moelleux des sièges -moins qu'au Sénat, certes-, leur raconta des anecdotes parlementaires et leur déclina des articles de la Constitution et du règlement intérieur. Puis il lança: "Maintenant je suis prêt à répondre à vos questions!".

Un silence rustique s'installa durablement; "Allez, c'est la première question la plus difficile!".

Alors un villageois prit son courage à deux mains: "Combien faut-il d'aspirateurs pour nettoyer tout ça?".

Depuis, dans ce bourg, on vote Front national; les français aiment la politique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 06:53

Ce samedi 27 mai, la finale de la coupe de France de football oppose le Paris Saint Germain au SCO d'Angers qui n'avait pas été à pareille fête depuis des décennies et une défaite face à Toulouse. A priori le rapport des forces est en faveur de Paris, avec ses stars, qui voudra "compenser" sa non-première place en championnat depuis fort longtemps.

Mais cette finale aura un goût châtelleraudais: Stéphane Moulin, entraîneur du SCO d'Angers, unanimement apprécié par ses pairs -la saison dernière le SCO a même été quelque temps premier en championnat-, a passé de longues années à Châtellerault, au SOC, d'abord comme joueur de 1992 à 1997 puis en tant qu'entraîneur pendant 8 saisons avant de prendre la direction du SCO d'Angers.

Autant dire que c'est Châtellerault qui a façonné Stéphane Moulin comme entraîneur et cette finale sera donc suivie par nous avec beaucoup d'émotion et d'intérêt. Le gaillard ne va se laisser manger tout cru et avec intelligence il a sans doute concocté pour son équipe une stratégie surprenante.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 07:06

Ce sera ce soir à 19 heures que sera inauguré le local de campagne des deux candidats Modem-En marche pour notre quatrième circonscription, au 32 place Dupleix à Châtellerault; c'est toujours un moment important, convivial et festif, mais aussi sérieux et émouvant, car une aventure commence, avec comme but l'Assemblée nationale.

Beaucoup de candidats locaux méconnaissent le fait que le député est député de la Nation et non pas un super-conseiller général du coin: il a pour compétence de faire la loi, de voter le budget et de contrôler l'action du gouvernement; après, localement, notamment avec la fameuse réserve parlementaire, beaucoup se contentent d'un rôle de coupeur de rubans, de port d'écharpe tricolore dans des manifestations et de remise de coupe à la fin d'une course cycliste (quand il en reste).

Emmanuel Macron, qui a été élu largement, a en effet besoin d'une majorité parlementaire non pas godillot mais forte, fidèle, active et loyale pour sortir notre pays de ses enlisements; la loi est en effet un des outils de cette action majoritaire essentielle; s'il faut encore passer des années à lutter contre de nouveaux frondeurs, à pinailler sur des amendements de style ou à utiliser le fameux 49-3, non.

Donc ce soir, début d'une aventure nationale!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 06:18

"Le Sénat des fous" est une oeuvre théâtrale du polonais Janusz Korczak, né en 1878 à Varsovie, décédé au camp de Treblinka en 1942; par ses engagements en faveur des enfants, connus depuis ses deux orphelinats pilotes à Varsovie organisés en républiques d'enfants, cet éducateur-écrivain est considéré par beaucoup comme le précurseur de la convention internationale des droits de l'enfant.

En cette période des élections législatives, mes activités de contrôle judiciaire de la psychiatrie contrainte m'ont amené à lire  par curiosité "Le Sénat des fous", dont l'action se déroule dans un établissement psychiatrique original dirigé par un médecin aux pratiques déconcertantes puisque les pensionnaires peuvent s'improviser députés et présenter leurs réformes; au point qu'à force, on ne sait plus où se trouve la limite  classique entre la normalité et la maladie; dès le début, le ton est donné, quand un professeur vient visiter ce lieu innovant, et qu'il lui montre un ancien pensionnaire qui vient volontairement travailler comme menuisier de temps à autre, le médecin lui déclare: "Ah, pourquoi nos portes ne sont-elles pas ouvertes comme celles des églises! Un hôpital n'est pas une prison."

En 2010-2011, en France, le Conseil d'Etat et le Conseil constitutionnel ont estimé que l'hôpital psychiatrique était un lieu "privatif de liberté", d'où, depuis la loi du 5 juillet 2011, ce contrôle judiciaire systématique des placements à la demande d'un tiers ou du Préfet, le juge étant constitutionnellement le "gardien des libertés". Cela étant, il reste qu'on ne sait plus toujours, comme dans l'œuvre de Korczak," où se trouve la limite classique entre la normalité et la maladie", dans une société où la tolérance à la différence est de moins en moins acceptée.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 05:52

Le Havre! La ville du nouveau premier ministre Edouard Philippe, ville créée par François 1er il y a 500 ans, est mise à l'honneur ces temps-ci.

L'écrivain Benoît Duteurtre en fait une belle description dans le Monde daté du 23 mai, lui qui en a déjà parlé dans ses deux romans "Les pieds dans l'eau" (2010) et "L'été 76" (2011).

Pour moi, Le Havre, c'est toujours "le notaire du Havre", roman de Georges Duhamel, publié en 1933; c'est heureux car dans une des émissions d'avant-élections qui lui fut consacrée, Emmanuel Macron évoquait ses prédilections de lectures: il disait aimer notamment  Jean Giono et Georges Duhamel, "auteur un peu oublié" ajoutait-il; dans "le notaire du Havre", les personnages principaux, Raymond et Lucie, attendent indéfiniment un courrier de ce fameux notaire au sujet d'une succession et qui devrait, enfin, leur donner la fortune ou au moins l'aisance. Hélas, ce sort heureux ne viendra jamais, les rêves s'envoleront et les dettes s'accumuleront.

Il ne faudrait pas que notre "premier ministre du Havre" devienne par analogie au "notaire du Havre" le gage perdu d'une espérance jamais réalisée ...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 06:06

Rachida Dati, en son temps, en 2008, avait coupé à la tronçonneuse la France judiciaire en supprimant énormément de tribunaux d'instance périphériques (par exemple: Chinon, Loches, Loudun, Montmorillon, Civray, etc ...), sans compter des tribunaux de grande instance (par exemple: Saumur, Bressuire, Agen, Tulle, etc ...), éloignant les justiciables de leur justice.

J'avais modestement réussi à sauver le tribunal d'instance de Châtellerault en intervenant de manière argumentée auprès d'elle, contre l'avis à l'époque des responsables juridictionnels. Mais pour combien de temps?

Car ces dernières semaines, un certain nombre de dispositions ont dépouillé les tribunaux d'instance de leurs compétences: tribunal de police, liquidation du préjudice corporel, qui vont vers les tribunaux de grande instance, et la gestion des Pacs, qui va en mairie, plus d'autres prérogatives; on sent bien ce qui se cache derrière, progressivement.

Pour Châtellerault, si un jour le Tribunal d'instance disparaissait, ce serait une catastrophe car la justice dite de proximité n'y serait plus représentée alors que simultanément nous n'aurions pas été en mesure d'avoir, à l'avance, une maison de la justice et du droit telle qu'elle figurait dans mon programme de 2008. François Bayrou, lors de sa prise de fonctions, a bien dit le rapport entre justice et démocratie, entre confiance, justice et démocratie. L'enjeu est donc, dans notre ville, primordial, en termes d'exigence démocratique.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 05:44

Assistons-nous au retour des barbus? Depuis plusieurs mois, on voit des coiffeurs ajouter "barbier" sur leur vitrine tant une certaine génération, d'une certaine culture, aime se laisser pousser la barbe mais avec maîtrise, entre Serge Gainsbourg  et Marek Halter!

Cela me renvoie à un travail théologique de notre ami Roland Gaillon, lui-même faisant honneur à cette toison, sur "la barbe dans la Bible". Passionnant. Il y a en effet un symbolisme du port de la barbe, conscient ou inconscient, à expliciter, qui remonte à loin.

Puis l'actualité: il y a longtemps qu'un premier ministre de la République, ou un président du conseil, n'avait pas été barbu; ainsi Edouard Philippe vint. En même temps, comme dirait Emmanuel Macron, que le cinéma et l'exposition qui lui est consacrée à Paris ont remis un autre célèbre barbu à l'honneur: Auguste  Rodin, le sculpteur, incarné dans le film de Jacques Doillon par Vincent Lindon qui s'est laissé pousser la barbe pendant de nombreux mois pour être fidèle au personnage historique qu'il représentait.

Edouard Philippe et Vincent Lindon ont sans doute ceci en commun qu'il leur a fallu en peu de temps "apprendre la sculpture": modeler un gouvernement, arbitrer, réduire, augmenter, rectifier pour le premier ministre, malmener la pierre, la glaise, le plâtre pour l'acteur. Et pour les deux avoir de concert à la fois le souci du détail et l'œil de la perspective.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article