Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 06:19

L'arrivée de la Saint Fulbert sur le calendrier (le 10 avril) me ramène à ma période universitaire, et plus précisément à ma première année en droit (1973-1974), quand j'étais hébergé à la résidence Descartes, route de Chauvigny, vers le centre équestre de Poitiers.

Arrivant de ma province et déchargé de ma famille protectrice, je découvrai de nouvelles relations qui remarquèrent assez vite ma naïveté et ma gentillesse rustiques. Pratiquement tous les soirs, ma "piaule" universitaire était visitée par des individus qui s'incrustaient et "sifflaient" mes diverses bouteilles. Comment faire, comment réagir?

Un jour, c'était la Saint Fulbert, j'entrepris de confectionner une mixture de ma façon: du marc de raisin bien sûr comme fond de la recette, mais après, divers ingrédients ménagers et trucs quincailliers infectes. Du sirop pour donner un goût de jardin de curé. Le tout dans une petite bonbonne paillée pour donner un aspect authentique au breuvage.

Je le présentai comme une boisson familiale d'exception, dont il ne me restait plus, hélas, que cette bonbonne, et dont nous avions la coutume forcenée, à la maison, de boire les verres "cul sec"; je sortis mon plus beau service en terre cuite et emplis les six ou sept verres de mes visiteurs, ras bord. Ils firent ensemble "cul sec".

Ils ne s'attardèrent guère. Et je ne les revis jamais...

Ah! Liqueur divine de Saint Fulbert!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 06:29

Demain nous fêterons le 300 ème anniversaire de la paix d'Utrecht, en Hollande, qui mit fin à la guerre de succession d'Espagne et, d'une manière générale, à la guerre entre protestants et catholiques; des frontières seront fixées assez durablement; on considère qu'il s'agissait là de la première démarche diplomatique à dimension européenne et de l'irruption d'un embryon d'Europe.

Dans notre vieux continent, les cloches et les carillons vont sonner à 17 h 13, heure symbolique.

Au carillon de Saint Jacques à Châtelleraut, Jacques Daunizeau interprètera l'"Hymne à la joie" et la cloche russe à Châteauneuf sonnera 27 coups, comme le nombre de pays européens.

Tout cela est assez superbe, il faut le dire, et symboliquement puissant.

Jacques Daunizeau fera une conférence à la suite au musée de l'Auto.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 09:03

Conseil communautaire singulier hier soir à THURE, avec la délibération sur l'EPIC culturel.

Pour la première fois, le consensus droite-gauche autour de Jean-Pierre ABELIN a volé, et les maires vice-présidents de gauche, à la suite de leur collègue de THURE, très au fait de la procédure et demandant le retrait du rôle de la délibération, ne l'ont pas suivi. A partir de mon intervention, Gérard BARC, Jacky GAUTHIER et Christian MICHAUD  en ont rajouté une couche sur la nécessité de dissocier le politique du culturel.

Pas perdreau de l'année, pour sauver le soldat LAVRARD qui en a pris plein la figure, selon une coutume éprouvée, Jean-Pierre ABELIN a sorti sa technique habituelle pour obtenir gain de cause:

- 1: on "noie le poisson" dans des disgressions nationales, financières, administratives, le plus longtemps possible, pour user un auditoire fatigué qui lorgne vers le buffet et les verres alignés,

- 2: surtout on a recours au vote à main levée, ce qui fait que des gens du ventre mou, qui auraient voté "non", s'abstiennent ou votent "pour",

- 3: on  fait comme si on avait  du mal à compter les mains, certaines levées très haut, d'autres cachées et timides, de telle sorte qu'on recompte et que les peu courageux modifient leur scrutin.

Ô démocratie! Certains, autour du buffet, n'en revenaient pas...

Tandis qu'on ignorait toujours quel quantum de majorité était exigé sur un tel sujet de "transfert de souveraineté". Ô démocratie...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 06:32

De temps à autre j'aime à retrouver quelques policiers de jadis autour d'une bonne table.

Nous avions partagé à CHATELLERAULT tant de dossiers lourds, notamment en matière de viols sordides sur des enfants, ou de morts violentes, que nos métiers partagés nous ont soudés à jamais. Nous re-songeons à des cas particuliers (le titre, pour mémoire), nous refaisons l'histoire, eux leurs interpellations parfois difficiles ou cocasses, moi mes réquisitoires, mes interrogatoires ou mes reconstitutions. Nous ne sommes pas avares de bons mots quand nous y entraîne une certaine griserie bien que modérée évidemment.

Parmi ceux-ci, j'aime assez, et je ne m'en lasse pas, celui, ancien, car il remonte à la première campagne législative ABELIN père contre Edith CRESSON, relatif à une réunion particulière puisqu'y était conviée Ulla, prostituée célèbre, qui avait envahi la ville avec ses "collègues de travail", comme signe annonciateur de la débauche qui saisirait CHATELLERAULT si la candidate de gauche était élue; à la mairie, on n'attendait plus que la vedette du trottoir et on s'impatientait. Notre policier, qui assurait une certaine protection pour ces événements, en fit le constat par cette phrase: "Il manque Ulla", phrase qui jeta un certain trouble parmi les autorités.

Vous voyez, nos joies sont simples.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 06:06

   Luc CHATEL, venu tout droit du comestique (l'Oréal) à l'Education nationale (lauréat), veut relancer les cours de morale.    

   Avec toutes les affaires qui éclaboussent le pouvoir et les pouvoirs depuis si longtemps, la proposition est osée, l'exemple venant toujours d'en haut...

   Et puis quelle morale? Celle de la Troisième république, celle de CHAMFORT, LA BRUYERE ou LA FONTAINE, une morale laïque ou une morale pieuse, ou pieusement laïque,  ou bien celle de CAMUS, de IONESCO ou de CIORAN?! (1)

   Il en passera des séminaires avant que la morale revienne à l'école!

   La vraie morale pédagogique et diffusable comme un parfum se trouve d'abord dans l'exemplarité commune du comportement des adultes, parents, enseignants, responsables politiques. Dans la rectitude, l'humanité, l'art de vivre en adéquation avec la règle partagée.

   Mais, aujourd'hui, où est la règle?!

 

(1) J'ajouterais, compte tenu des classes cosmopolites aujourd'hui: et pourquoi pas la morale des proverbes africains, et, au-delà, des cultures du monde, dans laquelle on peut puiser une véritable sagesse?

 

 

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 00:16

Le pouvoir actuel ne vous dira jamais officiellement qu'il prend à son compte mon très ancien projet de guinguette à la Manu, mais il est évident que la manière dont la patinoire a été "revisitée" tend à ressembler à cela:

- le coin convivialité dans le demi-arc de cercle sur la Vienne favorisera l'aspect bar,

- la possibilité d'abandonner la glace au profit d'un autre support, notamment au moment de l'été, permettra, nous dit-on, des concerts, mais, je le crois bien sûr aussi, du bal!

La guinguette, à petits pas! Dites-le donc, ce sera plus simple.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 04:17

    Cette proposition, portée vers le parlement par la puissante Association des Paralysés de France , constitue un véritable scandale.

    Un excellent article du collectif féministe Handicap, Sexualité, Dignité traite du sujet dans le numéro de Libération du 20 septembre dernier.

     C'est un scandale vis-à-vis des personnes handicapées, dont la sexualité -le plus souvent masculine évidemment- serait réduite à sa seule génitalité organique,  programmée, contrôlée, tarifée et pourquoi pas prise en charge, au moins partiellement, par tel ou tel processus solidaire, et , pour ceux qui seraient sous régime de protection tutélaire, évidemment budgétée.

     C'est un scandale vis-à-vis des femmes qui seraient rémunérées comme aidants sexuels alors que les textes sur la prostitution sont toujours d'actualité en France.

     C'est un scandale vis-à-vis de nous-mêmes, éducateurs, familles, élus, qui serions incapables d'ouvrir des liens réciproques entre les lieux de vie des personnes handicapées et la cité.

      Demain, si un tel projet était accepté, son idée serait appliquée, dupliquée, dans les maisons de retraite, dans les prisons, bref, dans tous les lieux plus ou moins clos. Pour la plus grande fortune de l'industrie du sexe.

      L'affaire DSK, dont je n'ai jamais parlé ici, devrait au moins servir à cela: remobiliser la parole sur la dignité  de la personne dans les relations corporelles.

      J'espère que le député de notre circonscription sera sur cette ligne.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 09:03

Jeudi soir le hasard des affaires m'a conduit sur les hauteurs de Saint Sauveur, au lieu dit La cure, sur la route de Leigné les Bois; au retour, je me suis arrêté aux abords du stade désormais désaffecté, et je suis descendu dans le crachin humide jusqu'au lit du ruisseau, le Chaudet, à travers les pâquerettes. Sublime vue sur cette église de Saint Sauveur et ses maisons en enfilade, cette église où je venais, enfant, lors des grandes fêtes religieuses. Une paix, ici, un charme très particulier. Le silence. Le bonheur, peut-être.

Le lendemain, d'autres affaires me mènent dans l'île de la Cité, coeur judiciaire de Paris; sirènes hurlantes, les fourgons pénitentiaires descendent le boulevard Saint Michel à fond la caisse, escortés de motards vociférants; le bruit, la fureur, la violence.Le malheur, sans doute.

Ainsi la vie, de Saint Sauveur à la Cité.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 00:58

L'Education nationale se prépare, si ce n'est déjà fait par endroits, à abandonner le tableau noir et la craie au profit de l'ordinateur dont chaque élève sera doté en lien avec celui du maître  et le grand écran (est-on encore autorisé à dire "maître", je l'ignore...).

L'écriture manuscrite va suivre le même chemin abandonnique que la poésie, mémoire et réflexion, construction et répétition vont se déliter.

Je relisais la pièce d'Ariane Mnouchkine,"1789", écrite et produite en 1970, et notamment m'a interpellé le passage relatif aux cahiers de doléances.

Le curé appelle tous ses nouveaux "frères" à écrire leurs doléances au roi  pour "faire bouger les choses" et annonce "qu'il ramassera les copies" (c'est moi qui transforme ainsi) dans une heure...

Ils ne savent pas écrire, se perdent dans les lettres, leur ignorance est douloureuse, leurs doutes comiques.

Quand le curé revient, il s'écrit: "Si vous n'avez rien écrit, on ne pourra rien changer!".

C'est exactement ce qui va se passer dans les décennies à venir, et c'est ce qu'on nous fabrique: "Si vous n'avez rien écrit, on ne pourra rien changer".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:27

Ces journées commencent aujourd'hui et se prolongent ce week-end.

Durant ces trois jours au Musée du Compagnonnage de TOURS seront présentées 10 oeuvres d'artisans reconnus comme exerçant un métier d'art: menuisier, couvreur, ébéniste, charpentier (1), maçon, relieur, céramiste...

Menez-y vos enfants, petits enfants, qu'ils découvrent sous leurs meilleurs jours des métiers qu'ils ignorent ou dont la réputation habituelle est ingrate ou inintéressante. Injustement.

 

(1) On pourra s'offrir ou offrir "Le glossaire du charpentier" -1 500 mots...- qui témoigne de la vitalité et de l'originalité d'un métier fort ancien.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article