Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 07:55

Châteauneuf vit désormais dans la crainte d'un incendie supplémentaire qui aurait des ravages conséquents: au moins l'arrière-cour de chez Courtault le charcutier,  la maison dite des chats dans le secteur de la Jaulaie, un entrepôt du charpentier Amirault et un hangar à l'angle des rues Coubrat et de Thuré.

Le charpentier Amirault vient faire le ramonage chez moi; apportant sa facture, il nous a confié toute sa peine; son entrepôt n'était pas équipé d'électricité et il n'y avait pas beaucoup de machines, mais il tenait à des essences de bois, à des coupes  vénérées qui dataient de son grand-père, installé ici en 1921. Un incendie, c'est cela aussi, une perte de soi.

Alors qui? Une conjonction de lieux indiquerait une proximité de l'incendiaire, à moins qu'ils ne soient plusieurs.

Il peut y avoir en effet la piste de jeunes dans un parcours nocturne initiatique de surenchère criminelle qu'ils ne savent plus arrêter; je crois plutôt à celle du pyromane isolé,  un local, jouisseur sexuel des mises à feu et jubilant une deuxième fois quand les secours s'activent. Lui aussi est désormais lancé dans une course médiatico-policière qui ne s'arrêtera, pour son soulagement également, que par son arrestation.

Qu'il se méfie toutefois, car les habitants s'exaspèrent et la vindicte populaire, sur le fond de quelques discussions animées au comptoir de l'un ou l'autre de nos estaminets, peut certes le désigner mais choisir hélas un pauvre gus étranger à tout cela et faire justice elle-même.

Je doute que le pyromane soit lecteur du blog, mais si jamais son entourage l'était, qu'il lui conseille de se rendre au commissariat, en toute discrétion et sans chercher à ... flamber une dernière fois. Halte au feu!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 06:19

On connaît mes convictions, pourtant je vis assez mal cette coupure théologique entre le 1er novembre, jour de la Toussaint, la fête des saints correspondant à une appellation ecclésiale contrôlée, et le 2 novembre, le jour des morts, la cohorte des défunts sans grade.

Comme s'il y avait en effet la première classe du train céleste -avec wagons-lits et service à clochette- et les secondes classes (pour ceux qui n'ont pas manqué le train et se retrouvent bloqués sur le quai de l'Enfer), avec des passagers contraints de voyager dans les soufflets ou contre la porte des toilettes.

Cela ne me convient pas!

J'en connais des "saints laïcs",  des "saints clandestins", depuis tous les morts des guerres et des camps jusqu'à celles et ceux disparus qui, humblement, dans le foyer familial ou dans l'action de tout ordre avaient"donné leur vie" pour ceux qu'ils aimaient, le plus pur des sacrifices, si c'en était un.

Non vraiment, dans le souvenir ardent," tous un".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 04:35

FR3 d'hier nous a gratifiés d'un reportage sur la chasse ... municipale aux déjections canines et aux poubelles sauvages.

C'était dans ce triste quartier du carrefour ... joyeux et dans ses rues en étoile.

En fait on s'attaque là aux symptômes et non aux causes du problème qui, outre le manque d'éducation et de civilité des gens, est constitué surtout de la précarité, de la solitude  (le chien, c'est la compagnie) et de l'oisiveté d'une frange de la population logée dans ce secteur; c'est là-dessus qu'il faut agir.

Quant aux crottes, faudra-t-il aller jusqu'aux tests ADN pour être certain du dépositaire intestinal, et, au-delà engager la responsabilité du gardien du chien (je ne vous parle pas des querelles juridiques si un propriétaire a confié l'espace d'une promenade son cabot  soulagé à un tiers... Qui va payer?!). En cas de contestation, le chien aura-t-il droit à un avocat? Y aura-t-il transport du juge sur les lieux et reconstitution? Plaidera-t-on en robe carrefour joyeux? Comment sanctionner les chiens errants qui n'appartiennent à personne (les "Rex"... nullius)?

Et quand on voit les amendes encourues (68 euros et plus il me semble), alors que la plupart des proprios de ces clebs sont déjà en galère, l'entreprise municipale ressort assez confondante.

Sans oublier que marcher dedans du pied gauche étant un signe annonciateur de chance, cette politique sanitaire ... de droite anéantira nombre d'espérances.

Drôle d'épilogue pour cet appendice.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 03:49

   Dimanche matin, chasse oblige, par sécurité,je ne suis pas allé promener mon chien dans la campagne d'Antoigné.

   Finalement, direction le site de l'IUT, absolument désert; nous avions pour nous une nature parfois non entretenue, sauvage, et tout le secteur des bâtiments; pendant que le chien déambulait à droite à gauche, j'arpentais ces lieux dont j'avais, il y a presque vingt ans, surveillé l'évolution des travaux (Techniques de commercialisation, grand amphi en partie), la promenade avait quelque chose de fantômatique, il faut le reconnaître, cherchant à travers les hublots quelques visages enfouis dans les souvenirs. Et puis, le futur s'est révélé.

    Ce serait là que nous mettrions en place, une fois l'an, nos états généraux de la citoyenneté; une journée consacrée aux restitutions publiques du travail des conseils de quartiers élus; plusieurs amphis, des salles de cours, un restaurant universitaire, de quoi mobiliser tous les acteurs de la cité concernés par la démocratie locale (maisons de quartiers, associations, élus, travailleurs sociaux, commerçants, etc...). Je sais que c'est  important, mais il n'y a pas que les nids de poule et les crottes de chiens; pour qu'une ville vive, revive, il faudra des lieux de parole. Surtout avec les temps qui s'annoncent.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 07:52

   Le TPC de Jean-Pierre DUFFOURC-BAZIN a choisi cette année Un chapeau de paille d'Italie, création d'Eugène LABICHE en 1851.

   Ingrédients habituels: mari cocufié, vitesse, quiproquo(s), cachettes, confusions (les portes ne claquent pas comme dans FEYDEAU, on est plutôt dans les évitements,  les errances groupées, les croisements décalés). Le tout avec chansons, choeur des ex-vierges antiques et des matrones, musique de kiosque. Et les barbarismes historiques chers à JPDB dans la mise en scène (dont le fameux "Ne me quitte pas" de la mariée à son père sur l'air de celui de BREL, ou le "Je l'aurai" de Patrick FOURNIER à la manière de la pub de la MAAF).

   On passe un agréable moment; Patrick FOURNIER se régale.

   Malgré tout, dans cette pièce, il y a un fond de tristesse, presque de dépression, notamment sur le sort de la femme dans la société de cette époque,  la force de l'état civil, la présence de l'argent, l'apparence des relations humaines.

   Ah, j'attends toujours les Plaideurs de RACINE, dans la salle des pas perdus du palais de justice de POITIERS, il y a longtemps que j'ai "branché" JPDB sur le sujet...

   "Mais vivre sans plaider, est-ce contentement?"...

 

   Nota du 27 octobre 2012: la pièce est en même temps jouée à TOURS, au théâtre.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 01:09

Avec un J majuscule c'est d'Alexandre Jardin dont je veux  parler.

Le célèbre écrivain vient de publier "Joyeux Noël" chez Grasset; c'est un peu trop "travaillé", factice parfois, à mon goût.

Une phrase cependant m'a plu, m'a touché: "Agir avec des mots sur le monde mental de mes contemporains est toute ma fièvre".

J'aurais voulu la faire mienne, parce que c'est, en secret, le but discret de mes écrits quotidiens...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 05:49

Pendant la campagne électorale de 2008 je m'étais pris une volée de bois vert au sujet de la mosquée.

J'avais trouvé scandaleux comment le pouvoir alors en place avait traité et le sujet et la communauté musulmane. Avant les élections, se faire bien voir de la "plaine d'Ozon" sans contrarier les autochtones franchouillards, pas facile!

 J'ai toujours estimé qu'il fallait que la Ville et la communauté travaillassent en transparence ensemble sur un projet immobilier, esthétique et cultuel convenable et correct, que la Ville fût propriétaire des locaux et consentît un bail emphithéotique à la communauté qui, ainsi, ne se serait pas ruinée, et, aujourd'hui, n'aurait pas perdu son inestimable imam, Mohamed Dgegloul.

L'achat des garages Malet a été une mauvaise idée, un processus empoisonné, coûteux, avec l'enlèvement de l'amiante qui, à lui seul, aurait justifié une action récursoire...

"On" a alors déformé mes propos, mis de l'huile sur le feu de l'opinion et cela m'a coûté des points (3 dit-on...).

J'avais  hélas raison et cette communauté malmenée ne peut pratiquer  son culte correctement. C'est lamentable.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 00:00

Plusieurs personnes me demandent de vérifier l'information (?!) selon laquelle 450 (pas 441 ou 458) Roms seraient prochainement hébergés dans l'ancienne école de gendarmerie. C'est dingue?!

Châtellerault est vraiment un gros village adepte de la rumeur. Jean-Pierre Abelin en fait les frais depuis 40 ans, d'autres aussi.

Il y avait beaucoup d'Africains arrivant à Châtellerault parce que le maire précédent "touchait de l'argent" (sic) pour les recevoir, etc, etc...Qui n'a pas entendu cela au moins une fois?

Comment lutter contre la rumeur? Par le silence? Par l'argumentaire raisonné a contrario? Par une mise au point médiatique? Avec les risques collatéraux d'amplification de la rumeur...

En tous cas, c'est un vrai souci démocratique. La rue meurt.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 13:57

Les médias nous parlent de la fête de l'aïd célébrée en ce moment par les musulmans, mais qui ira au fond des choses et nous éclairera sur cette fête dite du mouton?

Car nous sommes au coeur de notre civilisation commune issue du Livre: pour les juifs, les plus anciens, c'est Abraham qui obéit à Dieu et va sacrifier son fils Isaac quand Dieu, au dernier moment, par l'entremise de l'ange Gabriel, lui substitue un mouton ou un bêlier; pour les musulmans c'est le même, appelé Ibrahim, qui obéit à Dieu et va sacrifier son fils, le même, appelé Ismaël, avec l'intercession  substitutive du même ange nommé Djibril.

Les chrétiens, sur cette base commune, diront: il n'y a plus de sacrifice à faire puisque Jésus, le fils de Dieu, a été sacrifié une fois pour toutes. Pour tous. L'Agneau.

Cette fête du mouton, la plus importante pour les musulmans, devrait être, à mon sens, une fête partagée, et j'ai été heureux, une année, qu'un véritable frère m'en offrît une part. Notre humanité est là. Par le partage entre les hommes de bonne volonté.

Il y a longtemps, j'avais offert  à l'Imam de Châtellerault, homme de paix, un de mes vieux livres religieux, avec des partitions musicales de type chant grégorien incluant le célèbre chant des anges de la nuit de Noël: "Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu'il aime." Car nous savions, lui et moi, dans le coeur, notre même humanité.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 06:36

  Aujourd'hui, de 2 000 à 2 400 euros par mois en frais d'hébergement pour une personne âgée en établissement. Qui peut sortir cette somme sans que la source ne se tarisse un jour?

  En peu de temps, quelques grands groupes  financiers ont jeté leur dévolu sur la quasi totalité des maisons de retraite qu'elles se partagent; l'argent doit rentrer et satisfaire les administrateurs et les actionnaires. La vieillesse est un placement sûr.

  A un moment, quand revenus de la retraite et économies ont fondu, il faut vendre la maison qui fut celle de toute une vie, le fruit d'un labeur et le rêve d'une transmission aux enfants. Hélas, le prix n'en suffira pas longtemps et il faudra solliciter, amiablement ou judiciairement, les enfants, voire les petits enfants (et pas forcément seulement quand ils viennent en représentation de leur parent pré-décédé...). Toute une génération est aujourd'hui sacrifiée entre des aînés dont il faut payer l'hébergement et des enfants  au chômage ou en précarité qu'il faut encore aider.

  Jusqu'à quand va-t-on accepter sans broncher cette violence insoutenable? Quel sens que ces fins de vie dans des conditions parfois difficiles quand elles ne sont pas scandaleuses avec un patrimoine familial englouti dans un puits sans fond?

   Je voudrais vraiment que l'on se penche sérieusement sur ces questions de civilisation.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article