Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 08:35

Pour la dernière fois ce soir, sur le ring de la salle omnisports de Châtellerault, Daniel Kodjo, le pote, le frère de Mahyar Monshipour, va entendre cet appel jumelé avec le son de la cloche ou du gong. C'est l'invitation, à l'entame du round à venir, faite aux seconds, ou soigneurs, de retirer le tabouret de leur champion et de cesser conseils, ventilations et soins.

C'est la magie de la boxe.

Merci à Samuel Lostis de permettre cette belle réunion, à Gérard Multeau, à près de 80 ans, de coacher encore Kodjo et quelques jeunes -de moins en moins nombreux, la boxe c'est dur, c'est ingrat, c'est exigeant et on n'en vit pas avant, avant ...-.

Quand je pense que la Ville, à une certaine époque, n'a pas été en mesure de prendre des initiatives pour qu'Alban Mothie, champion de France -excusez du peu- puisse assurer une relève technique et comportementale de haut niveau.

Après Gérard Multeau, qui?

Car il y a une tradition de la belle boxe à Châtellerault, un style, une philosophie, le noble art! Kerzazi père, puis fils, ont été dans cette lignée, des familles se sont illustrées -Bouras père et fils notamment-, des gars ont tout donné, Bonnin, Champigny, Rochais, Lostis bien sûr.

Ce patrimoine, car c'en est un, doit vivre et prospérer.

Qu'ils veulent bien m'excuser, je suis retenu par un autre sport, hors de Châtellerault, mais le coeur y sera, ils le savent: seconds, dehors! Boxe!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 00:34

Depuis Aristote, l'homme est un animal politique.

Et les Roms?

A Lille, "on" a  récemment ordonné l'expulsion d'un camp de Roms "le plus loin possible" (sic).

Ce groupe élevait dans des conditions convenables des porcs, des moutons, des poulets, des cochons d'Inde et autres bestioles.

On dispersa les individus, hommes, femmes, enfants, mais on fit appel à la SPA pour prendre en charge les animaux. Attention, un cochon, c'est plus respectable qu'un homme, en termes de droits (j'écarte le débat virtuel sur la réincarnation, qui n'a pas été évoquée à Lille!), il peut y avoir en lui un homme qui sommeille...Un animal politique, en somme...

Localement, beaucoup de gens se sont indignés, puisque c'est le mot à la mode.  Mais l'indifférence générale gangrène notre société. Quand on pense comment  et pourquoi jadis on descendait dans la rue...

 

Ajout: hasard des lectures, une greffière grande lectrice me passe Cioran, Syllogismes de l'amertume, Idées Gallimard; page 127: "Peuple authentiquement élu, les Tziganes ne portent la responsabilité d'aucun évènement ni d'aucune institution. Ils ont triomphé de la terre par leur souci de n'y rien fonder." C'est exactement cela.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 03:46

Adieu Hubert.

Hubert Beignon est décédé dimanche d'un cancer rapide du pancréas.

J'ai connu Hubert Beignon, je ne sais plus par qui, à la fin des années 1990 quand j'étais au Parquet de Poitiers.

Handicapé lui-même il était à l'époque directeur du CAT-foyer de vie des Genêts à Châtillon sur Thouet et en même temps président de l'association DEFI (développer l'économie en favorisant l'insertion) qui y organisait chaque année un colloque dont les annales étaient prisées: les risques professionnels, institution et vie privée, sida et établissements d'accueil, tutelle et libertés, etc... Y venaient des grands noms: Howard Butten, Miguel Benasaïag, plein d'autres.

Les résidents, handicapés, participaient à la préparation et aux débats. Face à eux, impossible de tricher. La banderole déployée derrière nous indiquait "Halte à la langue de bois"...Un film fut tourné, L'oubli, très émouvant.

Hubert avait développé des liens avec Ouarzazat et mis en place des convois d'acheminement de fauteuils roulants, de lits médicalisés, etc...

A la retraite,  sans la logistique des Genêts, il maintint DEFI, mais ce fut plus difficile, malgré d'excellents sujets, comme Où en est l'intérêt général?

Il fallut changer de lieu, Niort puis La Roche sur Yon, dans sa chère Vendée (Thorigny, étymologiquement La tour du feu), et je fus hélas moins présent auprès de lui. On ne "profite" pas assez des gens qu'on aime.

Cet homme m'a énormément apporté; par mes fonctions passées de juge des tutelles ou d'administrateur de l'APAJH, je connaissais le handicap, mais Hubert avait fondamentalement changé le regard qu'on pouvait porter sur les personnes handicapées et surtout il leur avait donné la parole et les avait associées à tout, et notamment aux voyages humanitaires , et c'était fabuleux.

Adieu Hubert, ton oeuvre continue, ton épouse et tes enfants sont  fiers, et dignes de toi.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 16:39

J'ai aimé cet été nos vacances au Pays basque avec une journée -trop petite journée- à Saint Jean de Luz.

Etrange église Saint Jean, avec ses balcons de bois, ses autels baroques en stuc.

C'est là que le 7 novembre 1659 se sont mariés le jeune Louis XIV et sa  jeune  et aussi cousine l'Infante d'Espagne pour concrétiser la paix dite des Pyrénées signée après 200 ans de conflits avec l'Espagne.

Etrange église Saint Jean avec l'ancienne porte destinée à l'entrée majestueuse des jeunes époux, murée juste après la cérémonie, et dont on voit la trace encore.

Un 7 novembre à Saint Jean de Luz.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 11:43

Une femme était là

dans nos conversations

j'avais mis le ho-là

des recommandations

 

Une autre récemment

s'était émue des gars

qui plaisantaient gaiement

comme Perret Olga

 

Tout autour de la table

ils se sont bien tenus

propos fort respectables

écarts juste ténus

 

Ces garçons d'ordinaire

ont du mal à contraindre

leurs saillies et leurs nerfs

et sont forts à étreindre

 

Je savais leurs vertus

et leur capacité

à garder leurs mots tus

dans cette mixité

 

Très grande courtoisie

charmant vocabulaire

ce ne fut qu'ambroisie

ce sont des titulaires

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 05:43

Le CAP, c'est le Comité d'Action Panafricaine à la tête duquel Josselin Kamga vient d'être réinvesti.

Le CAP a fêté ses 20 ans du 1er au 3 novembre à l'Atelier, restaurant culturel du Grand large à Poitiers, avec des travaux qui ont été conclus par une soirée de débats puis de festivités; intervenaient au pupitre sur "Comment vivre ensemble, mieux, ici, maintenant?" Valérie Marmain, adjointe au maire de Montamisé et conseillère régionale centriste chargée du Vivre ensemble, Dolorès Prost militante UMP à Poitiers et votre serviteur pour le Parti radical de gauche.

Avec le discours  de clôture tonique et bâtisseur du Président Kamga est revenu comme un leitmotiv entre les intervenants le mot engagement. Engagez-vous, et engagez-vous pour l'universel, vous ne pourrez rien faire ailleurs, pour le bout du monde, si déjà vous ne vous engagez pas ici, où vous vivez. Très, très belle leçon pour un public composé massivement d'étudiants africains déjà bien avertis et d'anciens étudiants africains de Poitiers ayant réussi, ici ou ailleurs.

Longue vie au CAP et gloire à son président (dont l'entourage a rappelé, évidemment, qu'il n'était pas élu à vie!).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 03:37

Retour de Lièze, en clin d'oeil à André Verchuren et à sa célèbre marche Retour de Liège (Belgique!).

Lièze se trouve en Indre et Loire. Ce fut une commune autonome jusqu'à son rattachement dès 1833 à la commune de Chézelles.

Nous étions quelques uns le 1er novembre à rallier à pied Chézelles à  l'église Saint Gilles de l'Ile Bouchard, en passant en effet par Lièze, hameau titulaire d'une église ancienne (début 11ème, jusqu'au 15ème), toujours fermée; sauf que là, touchés par la grâce qui nous avait déjà accordé une interruption de la pluie, un ange gardien de style les Vamps avec des bottes en plastique vint nous ouvrir.

Sentiment étrange de se trouver dans une église où , depuis des décennies, le temps  écclésiastique s'est arrêté (est-ce le début de l'éternité?!!): la sainte table de communion, une chaire brinquebalante, un confessionnal qui n'a plus entendu de péchés vrais ou faux depuis, depuis..., une carriole à défunt, des nids d'hirondelles aux croisées des liernes, une statue naïve de Saint Jacques pèlerin avec un chien grossièrement sculpté tenant un pain dans sa gueule,  des fresques effacées,  des bancs au ban, des tabernacles vides...

Couiner après l'islam galopant, certes, mais qu'avons-nous fait de nos églises?

Dans ce très bel édifice roman, pendant des siècles, ont été baptisés des enfants, mariés des couples de paysans, enterrés des gens de la terre.  Des vies. Le monument aux morts du cimetière marque pour 14-18 une vingtaine de noms de  jeunes soldats. Plus que d'habitants aujourd'hui sans doute.

A côté de l'église, le four banal, le puits commun. Toute une culture.

Retour de Lièze avec, finalement, une blessure. Tout un monde est perdu.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 04:37

On connaît ma passion des thés dansants et autres bals d'associations.

Hier je regardais se démener sur la piste un militant communiste historique; rien d'extraordinaire, sauf que c'était sur "L'Amérique" de Joe Dassin.

L'intéressé, fana des danses en ligne, dont le fameux et réactionnaire madison (historiquement en réaction contre le rock rebelle) a même demandé un deuxième country.

Preuve de la vraie fin de la guerre froide.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 09:00

Notre article sur le magazine des Châtelleraudais "Novembre mois des chrysanthèmes" a déclenché beaucoup de réactions sur le site du blog, constructives et intéressantes, au-delà des articles sur la NR Poitiers et Châtellerault qui traitaient du sujet des sépultures et des funérailles. Remerciements aux lecteurs.

Je remets sur le tapis mon combat pour qu'un jour l'IUT local, à partir de Techniques de commercialisation, puisse délivrer une licence  professionnelle des métiers de la funétique.

Je retiens  notamment de ces envois l'informatisation des cimetières à Mont de Marsan et le fait que Poitiers utilise les chapelles oubliées, et restaurées par la ville, en colombariums.

Me sont remontées beaucoup de plaintes à l'occasion des visites pour la journée du 1er novembre. Et je vois aussi que beaucoup de ce qui est positif ne repose que sur les épaules de bien peu de personnes...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 06:12

Je ne sais pas ce que le SOC va faire dimanche, jour funeste de la Saint Hubert, au Poiré sur Vie .. 1b.

Les valises sont pleines de buts, le moral est dans les chaussettes.

Le staff maintient officiellement sa confiance à l'entraîneur, ancien joueur volontaire du club. Ce n'est jamais bon quand c'est confirmé.

De public, il y en a de moins en moins; les causes en sont multiples (possibilité personnelle et familiale d'autre mode de loisirs, diminution du nombre de jeunes  pratiquants du SOC emmenant leurs parents au stade, dégoût de voir des footballeurs s'entraîner comme des pros pour de si piètres résultats et pour certains être employés plus ou moins à la Ville alors que leurs devanciers travaillaient en usine, perte du football à ce niveau faible comme facteur d'identification d'une ville, trop de joueurs mercenaires et de simple passage pour se refaire la guigne avant d'aller ailleurs, un stade qui n'est pas fait pour le football, l'idéal étant un public de deux côtés (1), etc...).

En fait, entre tous -public, club, ville et pouvoirs publics, sponsors-, il manque, comme dans le commerce, l'"affectio societatis", la volonté de construire quelque chose ensemble et qui rapporte. C'est là-dessus, quand les budgets à venir vont devoir se restreindre pour cause de finances publiques à la baisse, qu'il nous faut travailler.

 

(1) On aurait du faire classer la vieille tribune en bois face à la tribune principale, non pas parce que c'était là que je me plaçais avec mon père depuis toujours, mais parce qu'elle témoignait de l'origine du stade inauguré le 1er mai 1946 (Gaillot battant le record de France du 20 km je crois) et construit avec des matériaux de récupération de la Manu; dans cette petite tribune en bois, quand le SOC était redescendu dans les bas-fonds de la division d'honneur, dans les années avant 80, c'est là que se retrouvaient les derniers irréductibles des supporters...Un club ne meurt jamais!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article