Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 10:05

Remerciements à Roger l'Alsacien dont je parlais l'autre jour, et à sa chère et tendre, évidemment.

Roger nous a gratifiés samedi soir d'un repas de rêve, subtil, jubilatoire, au coeur de l'association idéale des mets et des vins. L'homme est un saucier, mais pas un apprenti saucier! Gare aux morilles!

Nos palais étaient en harmonie avec nos coeurs, et nos paroles, dans l'appréciation gustative intime, devenaient de fait , avec la nuit qui avançait, d'une intelligence paradisiaque.

La table, grâce à Madame, était dressée telle qu'un autel à la dévotion gastronomique (un vrai ça sert d'os). Le grand prêtre du goût officiait avec à la fois l'onctuosité d'un prélat et l'agilité d'un ermite: le grand écart! Et ses fidèles en redemandaient.

Bref, la substantifique moelle de l'amitié, l'art des mets.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 03:28

Cette semaine sainte qui commence est aussi une histoire de pieds. Au moins trois fois.

 

Aujourd'hui lundi, dernière visite de Jésus chez Lazare et ses soeurs, Marthe et Marie (avec toujours le débat sur qui est cette Marie, Marie-Madeleine, ou la pécheresse aux démons...); peu importe; Marie verse un parfum très cher sur les pieds de Jésus -Judas le trésorier s'en offusque, lui qui Le trahira jeudi prochain pour quelques pièces-.  Marie Lui essuye les pieds avec ses cheveux, image qui m'a toujours paru d'un érotisme torride. Jésus fait comprendre que l'amour n'a pas de prix; mais il sait aussi que ce parfum répandu annonce le parfum des huiles et des aromates pour son envelissement.

 

Jeudi, malgré les protestations de Pierre, Jésus, avant le dernier repas, la Cène, lavera les pieds de ses disciples. Il fait alors comprendre que l'amour est service, humilité.

 

Vendredi, ce sont les clous qui seront enfoncés dans Ses pieds et dans Ses mains sur la croix, signes futurs de Sa résurrection pour l'incrédule Thomas qui veut des preuves, comme beaucoup d'entre nous.

 

Voilà trois épisodes de pieds qui nous en apprennent sur nous bien plus que toutes les bibliothèques de philosophie du monde: l'amour est dans le pied.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 13:45

Le conseil municipal de jeudi dernier a voté à l'unanimité un soutien financier à la participation de 34 châtelleraudais, essentiellement des jeunes, à la rencontre multilatérale organisée à PILA, en Pologne, du 13 au 17 juin prochain, avec des allemands, des français et des russes.

Les préparatifs vont bon train.

Il s'agira de fêter deux événements: le 500 ème anniversaire de la fondation de PILA et le 20 ème anniversaire du jumelage PILA-CHATELLERAULT; il serait bien que notre bourgmestre se déplace...

Avec le soutien de l'Europe, nos deux villes veulent renforcer leur collaboration à long terme, dynamiser leurs échanges et faire côtoyer leurs jeunesses. Il faut encourager cette volonté qui va dans le sens de ce que j'ai toujours souhaité. J'ai une pensée pour Jean-Claude HARDY, hélas décédé, élu du temps d'Edith CRESSON, qui s'était impliqué avec Jean-Pierre GUIGNET pour la naissance de ce jumelage.

C'est, et j'en ignore la cause, un de nos jumelages dont on parle le moins, alors que notre ville a accueilli de longue date une population polonaise; dans mes lointains souvenirs d'enfant, les Polonais étaient même les premiers étrangers que j'ai connus, une famille STOPINSKI habitait à la ferme de la Maisonneuve, à deux pas de celle de la Petite Vaux, route de Pleumartin, où mes grands parents maternels étaient fermiers; nous allions chez eux, je me souviens d'objets typiques, de la blondeur des jeunes filles.

Longue vie et prospérité au jumelage CHATELLERAULT-PILA!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 01:39

Le directeur du musée du Compagnonnage de TOURS, Laurent BASTARD, vient de commettre avec le journaliste Dominique DELPIROUX (1), un superbe ouvrage "Etre Compagnon aujourd'hui", aux Editions PRIVAT de TOULOUSE.

Voilà un sublime cadeau.

Il faut le rappeler: en 2010, le Compagnonnage a été inscrit au patrimoine cullturel immatériel de l'humanité sous l'intitulé "Le Compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier". A l'époque, le classement du repas gastronomique français au même patrimoine mondial a éclipsé celui du Compagnonnage, c'est dommage.

Mon père, manuchard, qui prit sa retraite à la SFENA (devenue THALES) il y a 25 ans, parle encore de ses "compagnons", même si leur histoire était différente.

Je me souviens, quand j'avais 14-15 ans, lorsque j'allais clandestinement dans le bâtiment dit de l'Horloge à la Manu (l'actuel Conservatoire de Musique à CHATEAUNEUF), par le moyen de quelque clé obtenue (...censure), et que je déambulais dans ces salles et bureaux abandonnés et saccagés, je me souviens être tombé sur des objets de type chefs d'oeuvre qui étaient de pures merveilles. Que sont-ils devenus?

Je pense que les greniers de CHATELLERAULT doivent receler des trésors... et qu'il y a urgence à travailler cette question pour notre projet (2008 et plus) d'un Conservatoire du savoir-faire industriel local...

 

(1) Dominique DELPIROUX, journaliste, auteur de romans policiers, fut mon camarade du Lycée DESCARTES d'alors, en cinquième, surnommé DELPIX, fils d'un commissaire de police en poste à CHATELLERAULT, qui habitait impasse REIBEL; c'était en 1968, innocents de la politique, nous jouions en mai-juin au foot toute la journée; on écoutait  "Night in white satin" des Moody Blues  et "A whiter shade of pale" de Procol harum en songeant à des filles improbables (non, des femmes comme dira bientôt SARDOU), puisque la mixité n'interviendra qu'en terminale (il était temps!).

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 01:18

On se souvient des difficultés de la compagne de François HOLLANDE à trouver sa place dans l'univers élyséen et de quelques cacophonies mémorables.

Certains ont même évoqué la recherche nécessaire d'un "statut" de la première dame de France -à défaut de dire l'épouse du chef de l'Etat-.

Je suis en train de relire, longtemps après qu'elle me l'ait dédicacé en 1996, l'ouvrage de Danielle MITTERRAND "En toutes libertés", chez Ramsay. Le rôle et l'engagement de Madame MITTERRAND à l'époque, notamment par sa fondation France Libertés, c'était autre chose!

On trouve ainsi dans le livre la reproduction d'un article de presse non daté dont le titre est "La femme du président de la république accusée de trop parler - Qui peut faire taire Danielle?- , avec des envolées sanctionnatrices et parfois vulgaires  de Robert-André VIVIEN, Pierre MAZEAUD, Patrick BALKANY, Ladislas PONIATOWSKI, André SANTINI, etc...

Et puis, à l'intérieur du livre dans ses développements, on mesure comment ses engagements à CUBA (bonjour l'entretien à la suite chez les BUSH!), en Colombie, à MANILLE, en Algérie, auprès des Kurdes, ses encouragements au DALAÏ-LAMA,  son amitié avec Raïssa GORBATCHEV et d'autres, ont mis François MITTERRAND dans l'embarras et à feu et à sang différents cabinets ministériels impuissants et des ambassadeurs "remontés" (oh celui de Chine vaut le détour!).

J'ai eu la chance de rencontrer Danielle MITTERRAND, y compris à l'Elysée. C'était vraiment une grande Dame, qui n'aurait eu que faire d'un "statut".

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 15:18

Les anciens palais de justice, placés dans le coeur des villes, sont de ce fait confrontés aux étrangetés de leur environnement, notamment sonore.

En ce moment, Carnaval bat son plein et des bandas accompagnent divers défilés. Incontournable: "Si tu vas à Rio".

Oui mais, "Si tu vas à Rio" pendant que tu montes menotté dans le fourgon de la gendarmerie, c'est surréaliste...

Comme ma permanence du 6 mai 2012 quand je plaçai un individu contre son gré en détention vers 20 h 30 pendant que la foule hollandaise en délire scandait place du palais "on a gagné, on a gagné!".

La personne en question en sourit avec moi...

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 13:40

J'écris cela sans méchanceté, mais je ne peux le conserver in petto.

Il y a sans doute eu entre Dominique LEVEQUE et Jean-Pierre ABELIN vers 2007-2008 comme un lien de fils à père, une sorte d'admiration affectueuse et virile dans un monde abeliniste essentiellement féminin.

Et puis, face à cet adolescent politique qui voulait son autonomie, le père a d'abord retiré le jouet du CCAS puis celui de l'Agglomération -où DL, sans le CCAS, siégeait désormais sans voix-, ne lui laissant que le hochet  fantomatique de TARGE, hélas souvent emprunté par une vague commission consultative et même par le cantonnier.

Au conseil municipal d'hier soir, légitimement soucieux de clarification sur la nomination étrange de Chantal VACHERON à l'Agglomération (en remplacement de Joël TONDUSSON) -voir mon article "Une apparition"-, Dominique LEVEQUE voulut se lancer dans une question à double détente; las, le premier poil ne s'était à peine rétracté que le maire empêcha véhémentement la seconde lame de raser. "Je vous interdis de prendre la parole".

Ingratitude du père.

Silence penaud et désarroi du fils qui chercha dans l'assistance quelque secours, en vain. Du type réplique, ou sortie collective, que sais-je?

Je me disais que dans ce demi-cercle fraternel majoritaire où on maintient le cavalier de Dominique LEVEQUE l'intéressé n'avait plus sa place. Comme un fils indigne. Comme le vilain petit canard.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 05:38

Je ne résiste pas.

La première homélie du Pape François, le jour de la Saint Joseph, a repris ce thème de la tendresse dont je parlais mardi. Plusieurs passages, dont je retiens celui-ci:

"Dans les Evangiles, saint Joseph apparaît comme un homme fort, courageux, travailleur, mais dans son âme émerge une grande tendresse, qui n'est pas la vertu du faible, mais au contraire, dénote une force d'âme et une capacité d'attention, de compassion, de vraie ouverture à l'autre, d'amour. Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, de la tendresse!".

Ne pas avoir peur de...

Cela ne vous rappelle-t-il pas le premier message de Jean-Paul II le 22 octobre 1978?

 "N'ayez pas peur! Ouvrez toutes grandes les portes du Christ! A sa puissance salvatrice, ouvrez les frontières des Etats, les systèmes économiques et politiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation, du développement."

On sait ce qu'il advint alors en Europe, par la force de la tendresse.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 12:16

La Chambre sociale de la Cour de Cassation a rendu le 19 mars un arrêt n°536 qui annule le licenciement d'une salariée refusant d'ôter son voile, contrairement aux dispositions prévues dans le règlement intérieur de l'établissement qui recevait des subventions publiques pour fonctionner.

Je rappelle que l'an passé la sénatrice Radicale de Gauche Françoise LABORDE avait déposé une proposition de loi visant à rendre obligatoire le principe de neutralité dans le secteur de la petite enfance (je l'avais  d'ailleurs évoquée en public lors des cérémonies relatives à la loi du 9 décembre 1905 au Square Gambetta, pour celles et ceux qui y étaient).

La loi est le seul moyen de lutter contre toute forme de communautarisme politique, philosophique et religieux.

Le texte a été voté au Sénat le 17 janvier 2013 et déposé à l'Assemblée dès la veille par les députés PRG qui demandaient son vote de toute urgence pour combler le vide juridique qui a conduit à cette décision du 19 mars. Deux mois...

Intuitive, Françoise LABORDE avait de nouveau posé la question de l'urgence de cette loi lors de la séance des questions au gouvernement du 14 mars...

Il faut aussi savoir, d'une manière générale, que les litiges liés à l'expression religieuse  (une seule...) sur les lieux de travail se multiplient, et qu'on laisse faire trop de choses.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 04:19

Karim BENZEMA, footballeur tricolore jouant au Real MADRID, a déclaré qu'il n'a jamais chanté la Marseillaise et que personne ne le forcera à la chanter. Dont acte. Il machouillera un chewing gum en silence comme la plupart de ses camarades qui font leur juteuse et indécente fortune en dehors de l'hexagone, récompense de scolarités brillantes et d'accès sublime à l'éducation.

J'ai lu des pages passionnantes de Michel SERRES qui ne supporte plus les rimes barbares de ce chant guerrier, j'y souscris intellectuellement, littérairement. Mais.

Mais il y a des rituels qui sont incontournables et ceux préparatoires aux rencontres sportives  -substituts belliqueux- en font partie, depuis au moins les Horaces et les Curiaces (et là Michel  SERRES le diffuse plus que quiconque) qui ont inventé la mise à disposition de plusieurs des leurs pour le combat plutôt que d'aller y faire succomber leurs deux peuples en entiers.

Le chant du pays est obligatoire pour le joueur qui le représente: nos rugbymen l'ont entonné samedi dernier contre l'Ecosse avec vaillance; il est vrai que le rugby est un sport de combat dans lequel on ne verra jamais un joueur se tordre de douleur au contraire d'autres stars de la pelouse bien qu'il servît abondamment de paillasson à crampons pendant la mêlée...

Les autres pays ont aussi des chants guerriers repris en coeur (et en choeur) par une foule dont 95% des membres n'ont jamais fait le coup de poing; c'est un jeu, un rituel d'ouverture d'une séquence physique sans concession.

On se souvient du capitaine DUSSAUTOIR  et des siens, en V , chantant notre hymne face au haka des All Blacks. Emouvant, non?

Vive la Marseillaise!

 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article