Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 13:11

Contrôlant les hospitalisations psychiatriques sous contrainte, il m'arrive, en attendant l'arrivée du prochain patient-justiciable, de feuilleter des ouvrages dans les bibiothèques fournies des personnels où on me fait attendre. Pardonnez mon obsession de la guerre et de la destruction de l'humanité. Mais je tombe sur un ouvrage intitulé "Interné d'office...du camp d'internement de Beaune-la-Rolande ... à l'hôpital psychiatrique de Fleury les Aubrais - les cahiers d'Abraham Zoltobroda - traduits du yiddish."

Pendant des mois (ce qu'il relate sur des petits cahiers d'écolier), alors qu'il est interné au camp de Beaune-la-Rolande, Abraham Zoltobroda, juif polonais réfugié en France, avec 15 autres comme lui, va tout faire pour rester dans "la maison des fous", à Fleury les Aubrais. Considéré en effet comme fou (comme on pouvait l'exprimer spectaculairement à l'époque) et avec la complicité de quelques infirmiers, il échappera au sort des plus de 15 000 juifs internés dans les camps du Loiret (Beaune LR, Jargeau, Pithiviers) qui finiront déportés et exterminés à Auschwitz-Birkenau (3% de survivants, aucun enfant parmi eux).

La folie pour être libre.

Il n'y a pas de points communs, du moins je ne le crois pas, mais l'homme qui comparaît devant moi, avec son pyjama bleu d'isolement, me fera descendre au plus profond de moi; il porte, sans le savoir, le visage d'un juif polonais.  Comme chacun, je l'appelle par son nom et je le tiens par l'épaule. Mais il est, hélas, dans un autre monde. La folie pour être libre?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 03:58

Le magazine abeliniste des châtelleraudais fait jaser (Jas'ellerault?).

A grands renforts de "com" aux frais du contribuable, le maire, qui pulvérise son record de binettes (21) fait sa pub et sa campagne. Oh, il ne vous dira pas qu'il sera candidat pour mars 2014.

Comme la dernière fois, il sera interrogé par FR3 ... le 2 novembre 2013 (c'est précis); il confiera qu'il aspire désormais à la retraite (en fait il se battra familialement pour devenir sénateur) et qu"'il faut laisser la place après un travail de fond de 6 ans comme il n'avait jamais été entrepris jusque- là "(sic); puis en quelques coups de fil, il se fabriquera une nouvelle équipe issue des entourages du Rotary et de la Croix Rouge et le 4 février 2014 (c'est  encore précis), un pianiste triste et une chanteuse fatiguée accompagneront au Nouveau théâtre la présentation de sa liste composée pour moitié de gens d'un certain âge (c'est une denrée qui se renouvelle assez bien) et pour moitié de jeunes qui se demandent ce qu'il font là (appelés par leurs parents eux-mêmes contactés récemment).

On fait diversion dans la stratégie cynique (au sens étymologique) en jetant des os à l'opinion, du style Maryse Lavrard ou Véronique Abelin, sachant que le scénario idéal (?), c'est une liste tirée par JPA qui gagne, avec VA en adjointe, puis, au bout de deux ans une démission (cumul sénateur-maire?) pour faire élire VA en vote interne en catimini.

Si la gauche se coupait encore d'ici 2014, ce serait le nirvana.

J'ai appris à connaître les moeurs politiques, je fais des progrès et je pense ne pas être loin de la vérité.

Jas'ellerault?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 12:58

Dans la NR d'hier, Guy Paillier, fondateur et président de l'Université familiale de Châtellerault, prêche pour la création d'un poste d'adjoint à la famille.

Je suis plus que circonspect; la famille  -qui n'appartient à personne- ne peut pas être en soi un objectif municipal isolé et nommé comme tel mais doit se trouver nécessairement  à la croisée de compétences diverses sous l'autorité de l'adjoint en charge des affaires sociales (poste qui n'existe pas sous l'ère Abelin, incroyable!), je songe notamment à des conseillers délégués en charge de la parité, de la jeunesse, des personnes âgées, du handicap. 

Mais d'autres élus contribuent à la valeur famille: ceux en charge de l'éducation, de la politique de la ville (accès au droit, médiation familiale, point-rencontre innovant, etc...), de la culture (à quand une nouvelle diffusion  théâtrale jeune public?), de la voirie et des espaces verts (sécurité des abords  des écoles, et ... donnez-nous des balançoires, des mini-manèges et des bacs à sable en ville!),  des sports, des transports, même l'adjoint aux finances à travers une politique fiscale plus dédiée aux familles. Bref, quasiment tous les élus concourent à servir la famille.

C'est pourquoi un poste spécifique ne me paraîtrait que surnuméraire; en revanche l'idée d'un conseil de la famille, sollicité, consulté par les élus, est excellente. Faut-il inclure ce conseil dans le conseil d'environnement  (à l'état mort aujourd'hui) ou le laisser autonome, question subsidiaire.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 00:58

  Est-ce la commémoration l'an prochain du centenaire  de la déclaration de la guerre 14-18? Je me replonge dans la lecture de nos écrivains-soldats (Dorgeles, Les croix de Bois, Henri Barbusse, Le feu, d'autres, inconnus ou presque comme Porchon dont j'ai déjà parlé ici). Là, c'est ma cure de Maurice Genevoix (cela me prend par vagues, d'une année sur l'autre: Marcel Aymé, Jean Giraudoux, Molière, ... dis-moi, pourrais-je lire tous les livres?!).

  Dans  les 5 volumes de "Ceux de 14", il y a "Les éparges", écrit en 1923. Quelle terreur que cette guerre de tranchées, ces monceaux de cadavres en bouillie qui giclent sur les survivants. Descriptions horribles.

   Sous les obus, un flash heureux, parfois, en pensée:  "l'ample Beauce, les champs de blé au crépuscule (...), la Loire au fil des berges lentes...".

   Est-ce le basculement de l'âge? Je crois que la guerre n'a pas disparu de l'intérieur de l'homme et des nations.

   Le bon  pape Jean XXIII, dans Pacem in terris, consacrée en partie au désarmement, y compris nucléaire, pose ce désarmement intérieur comme le préalable absolu. Y sommes-nous prêts?

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 13:47

So show pour Sochaux, Sochaux Montbéliard, le club de football entraîné par Eric Hély, latéral gauche emblématique du SOC il y a 20 ans.

Dimanche soir, pour le compte du championnat de France de première division, devant les caméras de Canal Plus, Sochaux a battu le PSG, son entraîneur luxueusement payé, ses stars planétaires innombrables, son budget qatari incommensurable. Avec essentiellement des gamins issus du centre de formation dont Eric Hély fut longtemps le manager. Un football limpide, simple, des passes en profondeur, des centres, pas du tournicoti et de l'auto-dribble satisfactoire.

Il y a du christique chez ce prophète ... Hély qui, à chaque saison, voit les meilleurs de son effectif pillés par les grands clubs: il va pourtant "multiplier les pains" en en trouvant d'autres, des jeunes, "tranformer comme à Cana l'eau en vin", faire de ces jeunes pousses insouciantes de courageux rois du stade. So show!

Que nos joueurs locaux, qui viennent, enfin, de se ressaisir, en prennent de la graine.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 03:58

 Lundi soir, à la sortie du tribunal de Tours, l'un des vigiles me signale qu'une personne inconnue, et rapidement partie, a déposé à mon intention insistante une poche plastique contenant un paquet d'un kilogramme de riz. Long grain, incollable, cuisson rapide. Une marque d'hyper origninaire du nord dont la famille fondatrice réside en Belgique désormais.

Quel sens? Suis-je "incollable"? Le donateur "en a-t-il un grain"? Ou pense-t-il la même chose du juge qu'il aurait rencontré, pourquoi pas?

Le riz, promesse aussi de bonheur fécondant (riz, ban, belle). Mystère. Mais qui répondra à ma question: "Riz: qui, qui?"

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 09:44

    Fabrice Midal a publié au Seuil un livre intitulé "Auschwitz, l'impossible regard". Beaucoup des siens sont morts en déportation. Mais Fabrice Midal nous rappelle que l'"esprit" d'Auschwitz est toujours là, que le nazisme s'est très tôt construit sur le scientisme et sur l'eugénisme, "valeurs" que l'on voit revenir aujourd'hui, notamment à travers une certaine forme du dépistage prénatal. Il cite abondamment Alexis Carrel, si longtemps encensé avec son  ouvrage "L'homme, cet inconnu", qui se débarrassait des criminels et des fous (on l'était vite à cette époque) dans des établissements euthanasiques "où on pourrait en disposer de façon humaine et économique".

    L'aide médicale à la procréation et la gestation pour autrui vont ouvrir la boite de la sélection du bébé idéal, déconnecté de tout le processus naturel de la  filiation. Que deviendront les surnuméraires déplaisants?

    Lisez ce livre de Midal, il fait froid dans le dos, et il est, sans le savoir, assez prophétique, hélas.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 13:58

Bientôt finira je l'espère cet hiver de grisaille, si long, si long, 

obsessionnel  pour moi comme ses prédécesseurs.

 

Neige, verglas, froidure, brouillard et pluie glaciale, 

absence de lumière préjudiciable au corps et à l'âme. Assez!

 

N'écoutant que mon désir de vivre autre chose autre part,

ne lisant plus mes livres froids, mes notes glacées et mes codes humides,

indiquez-moi, mon Dieu, comment partir

vers des îles lointaines et chaudes, "un pays ruisselant de lait et de miel" (Deut.26 4-10). 

 

Existe-t-il ailleurs un paradis irisé, sans heurt, sans effort, sans tracas,

ravissement des yeux, du coeur et de l'esprit,

sans culpabilité, faiblesse ou injonction, chaleureux, 

avec des arbres portant des fruits inconnus, permis, éternels et suaves?

 

Indiquez-moi, mon Dieu, comment partir

résolument, sans remords

et sans regrets/ j'entends parmi les noms insulaires qui parlent à mes songes:

 

Bourbon, Marquises, Wallis et Futuna, Java,

Bornéo et les myriades d'îles grecques avec des noms en "os",

nimbées de voiles blanches comme des ailes/ je me rêve orientant

mon regard le soir vers les ciels rouges

qui annoncent sans fin des lendemains d'azur et de quiétude. 

 

Nota: dans la nuit de samedi à dimanche, deux vols immenses et bruyants d'oies sauvages sont passés au-dessus d'Antoigné, signe normalement de fin d'hiver; déjà, le samedi, des vanneaux se trouvaient dans les champs. Bon signe. Je garde mon texte quand même, écrit avant le passage des oies! 

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 04:00

En France, les mariages sont globalement en baisse, un peu moins peut-être dans notre ville.

 

Alors que CHÂTELLERAULT perd des habitants chaque année, le mariage devrait être un des moyens les plus sûrs de repeuplement...

 

La communauté catholique de la ville, qui ne veut pas de mariages “à la sauvette”, exige une préparation des futurs époux sur une année.

 

Sans en demander autant évidemment et sans mélanger les genres, nous pourrions mettre en place une préparation civile et citoyenne au mariage avec des soirées à thème animées par des professionnels : la santé, l'autorité parentale et l'état civil des enfants, les aspects juridiques (contrats, crédits, immobilier), les droits et devoirs des époux, etc...

 

Un “diplôme” serait remis lors de la cérémonie nuptiale (qui n’aurait bien sûr pas valeur de « CAP de parents » !...).

 

On est quand même effaré de l’absence d’informations de beaucoup d’époux devant l’officier d’état civil et bon nombre de divorces ont déjà leur origine dans un mariage mal compris.

 

Évidemment il ne s’agit pas de s’immiscer dans la vie des gens ni de faire de la morale !

 

Mais ce n’est pas non plus un petit projet à prendre avec ironie, c’est une responsabilité d’élus à assurer dans ce qu’elle a de fondamental : la relation aux autres et la construction de la cité.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 16:29

On croit toujours qu'il n'y a que l'Evangile sur la pièce de monnaie à l'effigie de César qui soit politique ("Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu") (Matthieu, 22, 15-21), considéré même par certains comme le premier marqueur de la laïcité.

Mais celui du jour, premier dimanche de Carême, n'est pas mal non plus (Luc, 4, 1-13) sur le terrain politique: il s'agit des trois mises à l'épreuve de Jésus par Satan, le diable, alors qu'il est en train de jeûner au désert pour préparer la Pâque (qui sera la sienne).

Saint Paul, dans sa lettre aux Romains du même dimanche (10, 8-13), dit qu'"entre les Juifs et les païens, il n'y a pas de différence". Et c'est vrai. Les trois tentations infligées à Jésus sont celles qui nous concernent tous, qui que l'on soit, et où que l'on soit, incrédules ou fidèles:

- la tentation du pouvoir sur les choses (changer les pierres en pains),

- la tentation du pouvoir sur les gens (obtenir tous les royaumes),

- la tentation de la provocation de Dieu ou d'un dessein universel, pour les non-croyants, (se jeter du haut du temple, sûr d'être porté par des anges jusqu'au sol).

Quand nous avons faim (et pas seulement de pain, mais aussi de pouvoir, de reconnaissance, de rayonnement, de gloire), que nous jeûnons contraints et forcés de ces quêtes, que nous sommes faibles, affaiblis, alors vient le Diable -dia/bolos, celui qui divise- , fin connaisseur des textes et de l'âme humaine, pour nous soumettre au feu de la triple tentation.

Le Carême est donc l'occasion par excellence de demeurer veilleurs et exigeants. A notre place.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article