Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 17:58

Naintré est désormais célèbre dans le monde entier par sa Foire aux boudins qui a lieu le premier dimanche de mars (le deuxième!), avec le concours le plus idiot qui soit du plus gros mangeur de boudin ("mars ou -c-rêve").

En réalité, comme la Fête à l'ail de Targé, le boudin n'est que la porte d'entrée d'une fête plus gigantesque aux manèges, aux vêtements, aux gadgets, etc.. qui draine des milliers de personnes.

Le personnel politique s'y bouscule -je l'ai fait moi-même en son temps- et tient évidemment à être en première ligne photographique dans ce "tripe-tease" particulier. Car le boudin, c'est quasiment le quatrième mot de la devise républicaine, il faudrait presque le jumeler à la fraternité (voir mon article de l'an passé "On tue le cochon"), tant le partage du boudin, avec son acolyte le haricot blanc, le mi-sec, est le signe profond de notre humble humanité.

Pour moi, le meilleur, ma madeleine de Proust intestine, c'est celui de Franckie Guilbert, naintréen qui officie comme boucher excellent aux Renardières. D'ailleurs ma suppléante en 2011 sur Naintré  était sa soeur Vivianne, épouse Debiais, c'est dire si j'avais placé la barre assez haut!

Gloire et longue vie à la Foire aux boudins!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 02:58

Résistant, ambassadeur, écrivain, Stéphane Hessel, né le 20 octobre 1917 à Berlin, est décédé ces jours-ci à Paris. Deux cités qui ont fait sa vie.

Déporté à Buchenwald, il était en effet une voix autorisée de la diplomatie et des droits de l'homme.

Pour être franc, j'avais été assez scandalisé par le succès médiatique et planétaire de son opuscule "Indignez-vous!", sorti pour son 93ème anniversaire en 2010. C'était surfait, bref et un peu facile. Cette frénésie complimentoire était démesurée. 

Je préférais, et de loin, la qualité de "Résister, c'est créer", publié en 2010 également, écrit par Florence Aubenas et Miguel Benasayag, qui n'a fait qu'un succès d'estime.

L'indignation, c'est tentant, c'est épidermique, c'est chaleureux et intellectuellement réconfortant, mais cela ne suffit pas. Résister, créer, c'est autre chose, plus responsable, moins facile, plus ingrat.

De ce que je retiens de Stéphane Hessel, c'est plutôt quelque chose comme "Il suffit d'avoir un certain nombre de pôles fondamentaux: la poésie, la chance et le goût de l'autre, la médiation, la compassion" (in "Tous comptes faits.. ou presque"), conviction qui est en effet au coeur de l'humanisme.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 06:12

Le supplément parents-enfants de ce mercredi 27 février de La Croix est consacré aux maîtresses d'école, avec des développements intéressants sur l'affection, ses risques, ses limites éventuelles.

D'un seul coup, je me suis retrouvé en maternelle, avec ma première maîtresse d'école, au Vieux Palais; elle portait un nom en une syllabe, une onomatopée, une injonction canine définitive.

Elle avait décrété que j'étais un enfant nerveux et inadapté, comme on disait à l'époque (plutôt qu'handicapé, aujourd'hui) et que si mes parents ne me soumettaient pas à un traitement médical ad hoc, elle m'enverrait à Tataouine (l'IME Henri Wallon n'existait pas, c'était encore un orphelinat).

Il faut dire que je vomissais tous les matins sur le seuil du Vieux Palais et que j'étais terrorrisé par la présence annoncée d'un loup qui allait me croquer (je viens de livrer le patronyme de la dame), enfoui dans les dédales d'une cave dont la porte s'ouvrait à côté de ma petite table.

De fait, pendant des soirs et des soirs, une infirmière est venue à la maison; elle était grande et forte, et portait un patronyme correspondant au nom d'un outil destiné à enfoncer les pointes: tout un programme. Il fallait aller me chercher sous les tables et se mettre à plusieurs pour m'infliger la seringue.

Bref, ma première maîtresse d'école, ce fut l'enfer.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 02:58
Après des propos démobilisés à la vue de l'invasion du PMU par beaucoup de personnes orginaires d'Afrique du Nord et de l'Ouest à la Plaine d'Ozon, une idée.

Si cette vision des courses hippiques mobilise tant, pourquoi ne pas aller chercher, en termes de formation et d'insertion, quelques jeunes du quartier qui accepteraient d'être formés, d'abord à FONTEVEILLE, puis chez un de nos éleveurs connus du département pour montrer que derrière le jeu il y a aussi du travail? Pourquoi ne pas aller jusqu'à acquérir un cheval ou au moins des parts dans un cheval qui serait identifié comme le coursier du quartier, créant ainsi toute une émulation (quel blason, quelle casaque, quelles couleurs)? L'hippodrome de CHARROUX se meurt dans le sud Vienne, c'est à un peu plus d'une heure de CHATELLERAULT, car ne rêvons pas, au début, de LA ROCHE POSAY; il y a certainement quelque chose à faire.

Il suffisait de voir le bonheur des gamins qui faisaient un tour de poney à la fête du quartier pour comprendre qu'il y a une approche possible, et une "accroche" possible d'insertion.
Ajout du 28 février 2013: j'ai réédité cet article parce qu'il se trouve que notre ville recèle, rue Chanoine de Villeneuve, un trésor, juste après le Nouveau Théâtre, sur la gauche en remontant; il s'agit d'un bâtiment néo-classique, énigmatique de l'extérieur, mais qui abrite des boxs à chevaux absolument remarquables, qui appartenaient à un éleveur de chevaux de course; pas grand'monde le sait. Ce bâtiment est à vendre, c'est une très belle opportunité locale, pour un beau projet équestre...
Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 01:58

Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, a jeté un pavé dans la mare en remettant avant-hier son rapport annuel dans lequel, pour la première fois, il évoque les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, qu'il voudrait pouvoir visiter. Branle-bas de combat dans le Landerneau médico-social!

La Ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l'autonomie, Michèle Delaunay, met aussitôt en place un Comité national pour la bienveillance et les droits.

C'est un très ancien combat pour moi sur près de 10 ans, remontant à ma période de juge des tutelles à Châtellerault puis à celle de magistrat du parquet à Poitiers en charge des personnes vulnérables; avec mon complice Philippe Darrieux, puis avec Michel Billé, sociologue de la gériatrie, avant beaucoup, nous avons alors formé des personnels dans des colloques, évoqué les incertitudes sur la compatibilité entre la sécurité qui est due (que les personnes  atteintes de la maladie d'Alzheimer ne s'enfuient pas en se mettant en danger -il y a eu récemment quatre décès dont deux dans la neige-) et le respect de leur dignité (le port d'une puce, d'un bracelet électronique, la video surveillance...), sur les protocoles à mettre en place avec les familles et les tuteurs au sujet de ces questions, sur les conditions de l'entrée"libre" en établissement,  sur les moyens de contention pour éviter les chutes, etc...

J'ai eu à connaître d'actes indignes en institutions et j'en ai fait fermer une.

Mettre en avant la vertu de bienveillance, c'est exiger davantage que la lutte contre la maltraitance. C'est un art délicat, face à des personnels souvent usés, peu ou pas formés, en nombre insuffisant et généralement sans perspective d'évolution professionnelle.

J'ai vu des choses, à l'époque, qui "interpellaient": du style des personnes dans un hall d'entrée de maison de retraite qui n'étaient certes pas attachées pour ne pas s'échapper, mais qui étaient retenues engoncées dans leurs fauteuils dont les pieds arrière avaient été sciés de quelques centimètres... sécurité ou respect?.... Merci à Jean-Marie Delarue, une nouvelle fois, de nous faire prendre de la hauteur sur des sujets graves.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 15:22

Pour des raisons qui ne sont évidemment que des raisons de sécurité (...), la municipalité a judicieusement décidé d'enlever l'oeuvre de Jean-Pierre Pincemin (décédé) qui servait de rond-point au carrefour de l'ancien hôpital.

Erigée pour le 400 ème anniversaire de la naissance du philosophe, elle n'a jamais fait l'unanimité, prise souvent pour le socle d'un ancien kiosque à musique, avec en sus ses mystérieuses coupelles votives d'une religion asiatique ou d'un culte vestalien antique.

L'oeuvre ira mourir comme gigantesque table de pique-nique dans le jardin de la maison Descartes dont l'accessibilité au public va mettre ... un certain temps (Einstein chez Descartes avant l'heure, génial, non?).

Je rappelle, comme la France est le pays le plus pourvu au monde en ronds-points, et que Châtellerault en détient un certain nombre, que la ville de Bressuire a décoré les siens des oeuvres sculpturales réalisées chaque début juillet par des artistes hébergés une semaine dans le cadre du "verger des sculpteurs", dans les fossés du château. Une idée très originale et peu coûteuse de Claude Boutet, l'ancien maire de Bressuire, philosophe, artiste et poète bien connu, que nous pourrions reprendre.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 14:37

  Oh Italie! Pays redevenu ingouvernable, qui fait propulser plus de 50% des voix en faveur de ses deux clowns que sont Silvio Berlusconi -un clown blanc?- et Beppe Grillo -un Auguste?-. Je sais, c'est un peu faire offense aux vrais clowns des chapiteaux que de nommer ainsi cet ancien et ce nouveau politiques.

  Mario Monti, le père la rigueur, est passé sous la barre des 10%. Les italiens ne veulent plus de la politique européenne d'austérité du couple Merkel-Cameron, la Madame et le Monsieur Loyal-Loyaux du vieux continent, avec la bénédiction du FMI. Et ils le font savoir en votant pour des clowns.

  Ce qui affecte l'Italie va inquiéter les marchés financiers (qui lui avaient accordé de nouveau des taux très bas), et risque d'avoir des effets transalpins, d'une manière ou d'une autre. Car nous aussi, nous avons des clowns qui,un jour, peuvent être élus.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 02:58

C'est la querelle agro-alimentaire autour du boeuf devenu cheval qui me fait terminer ce cycle Genevoix. Je me souvenais d'une lecture où Genevoix décrivait comment, enfant à la jambe cassée, on lui avait fait prendre un bain de sang chaud d'un boeuf tout juste abattu à côté de lui d'un coup de masse sur le front. Où? Cogitations. Retrouvé! C'est dans "Au cadran de mon clocher", écrit en 1960.

Ce traitement thérapeutique particulier a traumatisé le petit Maurice, qui en parle encore dans "Tendre bestiaire" qui figure dans ma "bibiothèque de campagne" que j'ai au tribunal; il se souvient à vie du bruit de retrait de sa jambe du seau empli d'un sang coagulé, figé et devenu froid.

"Quatorze ou seize ans plus tard, en 1914, en 1915, c'était des hommes que je voyais saigner et mourir" ("Tendre bestiaire").

Je termine sur une scène de cheval; mon beau-père était boucher à Dangé Saint Romain et il avait du rechercher quelque chose à l'abattoir de Châtellerault, c'était un dimanche, en 1979-80; je l 'avais accompagné ; il y avait là, tout seul, un cheval blanc dans une carrée en ciment, qui attendait la mort du lundi; il le savait; c'était des hurlements humains, des larmes, des cris. Je n'ai plus jamais mangé de viande de cheval alors que ma mère m'en offrait pratiquement un steack par semaine (de chez Leblanc, boucher chevalin rue ... Noire).

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 11:58

Chaque jour a son lot d'anniversaires événementiels intéressants.

Le 25 février, il y en a plein.

Citons-en trois, qui ont leur importance, dans notre histoire,à divers titres:

- le 25 février 1116 meurt Robert d'Arbrissel... breton qui avait hérité en son temps de la cure de son père, prêtre marié; malgré les recommandations du Pape Grégoire VII pour mettre un peu d'ordre dans tout cela, Robert d'Arbrissel fonda un groupe religieux très avant-gardiste, dirait-on aujourd'hui, puisqu'il était nomade, mixte sexuellement et socialement; c'est Urbain II qui recadre enfin Robert d'Arbrissel, lequel vient fixer sa troupe à Fontevraud, alors lieu inculte et difficile, qui deviendra ce que l'on sait; mais -c'est plus fort que lui- l'intéressé nomme à la tête de son monastère une abbesse qui a autorité à la fois sur les moniales et sur les moines. Sacré personnage.

- le 25 février 1429, Jeanne d'Arc, tout droit venue de Vaucouleurs, arrive à Chinon, illettrée, pour rencontrer le roi Charles VII; bien que celui-ci se dissimulât dans la foule des courtisans, elle le reconnut. Elle avait fait halte à Tours, dans une maison qui existe toujours, rue Colbert, vers le haut de la rue Nationale.

- le 25 février 1830, première de "Hernani", la pièce de Victor Hugo; l'auteur rompt avec la règle dite des trois unités (temps, lieu, action) sanctifiée par Boileau; c'est quasiment la scène des fauteuils cassés du Golf Drouot avec Jonnhy Halliday et Gilbert Bécaud!

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 02:58

Ne pas comparer, les informations et les milieux n'ont rien à voir entre eux, mais quand même.

1- Dans le "Courrier français" de cette semaine, on apprend, dans la rubrique Charroux-Sud Vienne, que deux courses cyclistes de renom, le Tour du canton de Charroux (100 participants en 2012) et la recherchée classique Civray Saint Romain, sont annulées en 2013, la faute au coût trop important de l'assistance obligatoire désormais d'un médecin et d'une ambulance pendant la course. Le fameux principe de précaution. Déjà qu'il y a de moins en moins de sponsors et de volontaires pour les prix et les primes aux coureurs, qu'on a du mal à pourvoir tous les postes de signaleurs, si en plus il faut payer un médecin et une ambulance, les petits clubs en campagne sont en sursis précaire, avec le risque de voir disparaître les écoles de cyclisme qui ont un rôle éducatif important auprès de la jeunesse rurale; c'est la fin d'un cycle, sans jeu de mots, le désert sportif qui se prépare.

2- A Saint Jean l'Evangéliste de Châteauneuf, à Châtellerault, secteur urbain s'il en est, en ce dimanche de Carême, il n'y a pas de prêtre et il s'agira donc d'une ADAP (assemblée dominicale en l'absence de prêtre) car il faut aider le secteur Targé-Senillé-Saint Sauveur qui n'a plus de prêtre depuis le départ en septembre du Père Régis David et le père Serge Duguet était donc parti célébrer l'eucharistie pour ces chrétiens sans curé; certes "dès que deux ou trois d'entre vous sont réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux", mais, mais, c'est quand même, aussi, la fin d'un cycle; l'évêque laisse annoncer déjà, à travers la réflexion des territoires, qu'il n'y aura plus qu'une paroisse à Châtellerault. Le désert spirituel qui se prépare, y compris en zones urbaines.

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article