Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 00:04

(...)

Le maire-candidat de l'époque, qui disait pis que pendre sur moi et colportait divers ragots honteux, me créditait d'à peine 5%. La liste Lutte Ouvrière qu'il attendait tant (...) pour me prendre des voix à gauche ne fera même pas ce score...

JPA, début février, présentait sa liste dans une ambiance funèbre. Cela changeait singulièrement la donne de la troisième voie (ou voix!).

Mais mon équipe "Châtellerault Uni en Marche" (pour reprendre le slogan de Mitterrand en 1988), avec ses petits moyens (le coût du bitume quai Napoléon) et médiatiquement mal traitée (ah! la fameuse erreur d'un jour dans la presse pour annoncer la présentation de l'équipe!) dépassera 20%. Le double de Philippe Rabit, ses gros moyens et Danièle Gilbert!

Avec plus de 20%, non encartés, nous représentons la première force autonome en fait, si on voit que la liste du maire-candidat, éclatée en ancienne gauche plurielle, Verts, PS, Communistes, arrive difficilement à 33-34%.

Jusqu'à la fin, nous avons attendu un signe de Michel Guérin, qui rencontrait fortuitement tel ou tel de notre équipe; nous savions qu'à un moment il avait eu statutairement le pouvoir de conduire la liste dite de la gauche officielle; mais j'ai été membre du PS local il y a 20 ans, et je sais comment, sur "intervention supérieure", on peut y mettre à néant ou différer sine die une délibération régulière; j'ai connu cela en 1994 quand, en dépit d'une désignation à l'unanimité de la section pour le canton nord, il nous fallut quelques jours plus tard, sur "intervention supérieure", accepter que ce fût Evelyne Jacque qui allait affronter JPA à ma place, en laissant à Châtellerault le souvenir politique impérissable que l'on sait, c'est-à-dire: rien. Or, vingt ans plus tard, Gilles Michaud est toujours là, et actif!

Nous avons alors manqué, en 2007-2008, Michel Guérin et moi, le train de l'histoire (avec un petit h, restons modestes).

Le maire-candidat, en mauvaise posture, qui n' avait fait que me traiter de type de droite et autres invectives, à la tête d'une liste "de bric et de broc", demanda par media interposé mon désistement en sa faveur. Il rêvait!

Jusqu'au bout, nous avons cru sincèrement à la victoire, même "d'un boyau", sur la ligne après décomptes et décomptes.

Les Châtelleraudais m'ont maintenu à plus de 17%, ce qui veut dire qu'il y a là un socle avec lequel il faut compter, d'autant plus que certains (et ils me l'ont dit), qui auraient préféré voter pour moi sur le fond, ont voulu pour les uns "sauver le soldat JT" et pour les autres l'"enfoncer" sûrement en votant utile JPA, mais sans conviction.

Resté au conseil municipal pour les 3 000 personnes qui s'étaient portées sur mon nom alors que d'autres en démissionnaient aisément (...), présent comme je le pouvais pendant 6 ans, y compris à l'Agglo souvent seul (j'ai été le SEUL, récemment, par exemple, à m'abstenir sur le dossier Kéolis, la presse l'avait évoqué; maintenant tout le monde politique s'active avec une pétition...).

Je représente donc avec mes proches un certain poids politique et moral dans cette ville, que je n'entends pas brader.

Depuis, non seulement j'ai conservé ce socle, mais encore j'ai rejoint le Parti Radical de Gauche, qui fait partie de la majorité parlementaire, contrairement au Front de Gauche.

Il y a donc pour nous une double légitimité forte à participer à cette campagne à gauche auprès de Michel Guérin dont je souhaite faire partie du comité de campagne.

Chacun sait qu'il faut passer par nous pour gagner, la petite histoire l'a prouvé. Nos demandes ne sont donc pas excessives, loin de là, et se situent dans le souci d' un travail commun et loyal: 2 adjoints dont un VP Agglo, 6 conseillers délégués rattachés thématiquement aux deux adjoints.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires