Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 04:18

Le temps maussade qui annonce six mois de tunnel sombre y est peut-être pour quelque chose ...

J'ai depuis longtemps le sentiment que, dans la psychologie des foules, le pouvoir politique est NATURELLEMENT de droite; la preuve, c'est que les gens qui "NE FONT PAS DE POLITIQUE" votent à droite.

La gauche, quelque part comme disent les philosophes, est illégitime à l'exercer après avoir été cependant  fondée à vouloir le  conquérir (cela fait partie du show démocratique); la gauche  aux responsabilités est tenaillée entre un programme sur lequel elle se fait élire, avec des lendemains qui chanteront, son affrontement de la réalité économique, diplomatique, financière, sociale, etc ... et son souci -c'est le cas actuellement- d'être la première à s'attaquer à nos maux structurels pluri-décennaux, et sur la durée; échouant maladroitement dans l'immédiateté des résultats, avec des annonces déconcertantes quasi quotidiennes, elle se décrédibilise et ouvre grande la porte au retour de la droite aux affaires.

Le Front national reste pour le moment  un produit d'appel, une "remise" low coast de la politique (on en "revient" car, comme pour les chaussures, "le moins cher est le plus cher").

Il y avait depuis 1981, malgré des raclées électorales, l'espérance raisonnable de l'alternance notamment lors des élections intermédiaires; je pense qu'avec la marée basse de l'immensité des villes perdues en mars dernier, des postes de sénateurs perdus il y a huit jours et des mauvais pronostics des élections de mars et décembre 2015, l'alternance est pour loin, loin, loin ...

Et même si un hasard de circonstances, un billard à six bandes, par un duel 2017 Hollande-Le Pen au second tour, remettait la gauche à l'Elysée, le pays présidentiel et le pays réel ne coïncideraient pas, provoquant une crise institutionnelle majeure.

La droite s'installe pour longtemps, elle le sait, elle plastronne, sans projet de société, avec des gamelles judiciaires, mais elle s'installe; la culture se meurt, et la culture politique avec, "tout se vaut" comme le regrette François Hollande, on zappe, massivement  on ne va pas voter et c'est la droite qui en profite puisque l'espérance est morte.

ll ne reste qu'à entrer en résistance, modestement, là où on se trouve, "faire le job", témoigner qu'une espérance républicaine est possible, affronter les scrutins à venir en le disant, inlassablement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires